Bientôt cinquante ans, le crime de sang constitue le socle du pouvoir actuel. Malgré quelques révélations faites à la Conférence Nationale en 1991 sur l’assassinat crapuleux de Marien Ngouabi, le coup d’état du 18 mars 1977 reste une ténébreuse affaire.

18 Mars 1977 : Assassinat du commandant en chef de l’APN Armée Nationale Populaire, chef de l’Etat, le commandant Marien NGOUABI, suivi des assassinats de MIENAKOU Albert et de KOUDISSA Thadet, le sergent PEYA, et le soldat seconde classe PEYA, le capitaine KIMBOUALA KAYA.

23 Mars 1977 assassinat du prélat, homme d’église Cardinal de son état, pasteur de l’Eglise Catholique Romaine au Congo, homme Etat, son éminence le cardinal Emile BIAYENDA, il fut créé Cardinal le 05 mars 1973 par le Pape Paul VI.

25 Mars 1977 assassinat de l’home d’Etat, ancien Président de la République du Congo son excellence Alphonse MASSAMBA DEBAT. Il est arrêté à son domicile brazzavillois, le 18 mars 1977, probablement quelques heures après l’assassinat de Marien Ngouabi. L’un de ses enfants sera lui aussi emmené de force avec lui et ne reverra plus jamais son père, pas plus que ses autres frères et sœurs. Selon certains témoignages, l’ancien président est victime de graves sévices durant sa détention.

La cour martiale instituée pour la circonstance par le Comité Militaire du Parti, nouveau détenteur du pouvoir, le condamne à mort. Il est présenté comme l’instigateur du complot ayant conduit à la mort du président Ngouabi. Il est exécuté durant la nuit du 25 mars 1977, dans des circonstances mystérieuses. Son corps n’a jamais été rendu à sa famille. Sa mémoire a été réhabilitée par la Conférence nationale souveraine de 1991, mais l’emplacement de sa sépulture n’a jamais été révélé.
Cet assassinat fut commis en même temps que celui du sergent ONTSOU, ELOUO et MBORO.

Ainsi, Mars 2019-Mars 2019, 42 ans se sont écoulés et l’énigme de ces meurtres d’état n’a jamais été résolu et, le flou autour des facteurs et enjeux de ces tristes assassinats, sacrifiés sur l’autel de la malgouvernance du pays, persiste.
Une série de questions se pose à l’élite du pays.

Que faire devant ce voile angoissant et agonisant ?

Faut il se taire, où continuer à réfléchir ? Dans la mesure du possible porter également des actions aussi petites que diverses, afin de rechercher les pistes et voies de sortie du marasme chaotique dans lequel est tombé notre pays .

Or Nelson MANDELA, acteur politique sud-africain et homme d’Etat de valeur et renommée internationale a laissé à la postérité plusieurs citations ; dont une, préférée des internautes «  L’éducation est l’arme la plus puissante qu’on puisse utiliser pour changer le monde  »

En s’appuyant sur celle ci, sous le signe de l’instruction, et après s’être abreuvé auprès de plusieurs anciens , dont l’on peut compter des anciens ministres, hommes d’ Etat de la république du Congo, des opérateurs économiques, des chefs coutumiers et responsables religieux, Jean-Richard Amédée SAMBA DIA NKOUMBI, 2e du nom, figure qui aspire au charisme d’éclaireur de la conscience nationale congolaise, initiateur et autorité morale incarnant le concept « Devoir de mémoire, le sang des martyrs et héros de la république réclame vérité, justice et réparations pour une nation réconciliée et qui d’ailleurs se traduit littéralement en kikongo par Nsimou ni mayela » ; fils de Dominique SAMBA DIA NKOUMBI Aide-comptable à l’ASECNA, supplicié du procès des mois de janvier-février 1978, martyr et Héros des Né-Kongo et Membre du Bureau Politique du M N R « Mouvement National de la Révolution » va réaliser une série d’émissions télévisées dans le cadre de la commémoration du 42e anniversaire des événements de Mars 1977 auprès des médias suivants :
ZIANA TV ;-I-c Press ; EBAKA SHOW, Brazza-Paris Infos, Congo-liberty ; BZD TV et d’autres médias avec lesquels le concept a déjà collaboré par le passé sur le thème « Facteurs et Enjeux des ouvrages suivants » :

1- « Les origines du mal congolais » d’Aimé MATSIKA
2- « Pensées et Actions Politiques » Tomes 1 & 2
Tous ces deux ouvrages ont été publiés aux éditions Editions Paari

Actuellement, alors que le système est coincé de toute part, alors qu’il ne veut point capituler, et que l’esprit du diable incarné dans la personne de son promoteur est en train de danser nu devant la République pour des buts et fins inavoués dont celui de faire peur au souverain premier et celui de rechercher les voies et moyens de se régénérer, ce afin de réussir la phase de la confiscation du pouvoir politique, au regard de ces considérations, que doit faire l’humble, le juste dont la crainte du seigneur Dieu est le bouclier ? Que faire si ce n’est tenir le glaive et l’épée du Saint Esprit afin de porter le coup fatal comme le fit l’Ange Gabriel contre Lucifer, combat mortel qui précipita ce dernier dans le brasier éternel ?

Jean-Richard Amédée SAMBA DIA NKOUMBI

1- https://www.youtube.com/watch?v=jJpky9LHtmU

2-https://www.youtube.com/watch?v=6puihZpdEaY