Dans son numéro 122 du Jeudi 21 décembre 2017, le bimensuel satirique d’information générale et d’analyse, Le troubadour, publie trois importants articles qui font d’ailleurs la une de cette édition. D’après notre lecture et analyse tous ses articles se tiennent comme les pages d’un roman.

En effet, les informations publiées dans ces trois articles paraissent toutes comme les fragments découpées d’un puzzle qu’il faut rassembler pour reproduire le sujet complet.

Dans ce cas précis, le jeu permet de monter une histoire avec toutes ces informations découpées, intelligemment et sciemment disséminées à travers diverses pages de ce numéro. Comme si on ne voulait réserver cette affaire qu’aux initiés.
Alors que tout saute aux yeux ! Le Troubadour révèle qu’il y a dans les rangs du pouvoir des personnalités politiques, militaires et administratives qui, aujourd’hui, ont maille à partir avec Denis Sassou Nguesso. Mais, il y a aussi les leaders de l’opposition qui veulent en découdre définitivement avec lui, qui sont visés.

Pourtant, l’inadéquation entre la titraille et le contenu des articles donne l’impression que le Troubadour préparerait l’opinion ou manifesterait tout simplement un souhait.

Dans ces pages, nous voulons commencer par analyser la titraille parce qu’elle dit ce que les contenus ne disent pas. Puis, nous regrouperons les informations qui sont parsemées dans des différentes pages, mais qui permettent de monter tout le scénario que l’on veut voir se produire. Ensuite, nous terminerons par une anecdote pour dire que les histoires, les tenants du pouvoir de Sassou Nguesso savent bien les monter. Ce sont des bons joueurs du puzzle.

La titraille :

Dans le journalisme, la titraille est l’ensemble de tous les titres secondaires : sous-titre, surtitre, intertitre, éventuellement chapeau et légende. Dans les trois articles qui sont annoncés à la une de cette édition, Le Troubadour s’en sert et respecte bien la règle.

En effet, le premier article qui est coécrit par Anicet Samba et Franck Oko, est surtitré «  l’Affaire Norbert Dabira à la Dgst  ». Le titre est : « Il était question de faire exploser l’avion présidentiel en plein vol ».

L’auteur renforce son titre par une promesse : « En exclusivité, Le Troubadour vous livre les grandes lignes de ce dossier pour le moins sensible ». Le texte est sous-titré par une interrogation « Et si on était devant un vaste complot ? »

Le second est écrit par un certain JSK qui ne serait qu’une cigle. Il concerne le pasteur Ntumi. Il est surtitré « Après l’appel lancé par le chef de l’Etat aux « jeunes égarés  » du Pool le 3 Octobre 2017. Et, le titre est donc « Ce que craint le plus le pasteur Ntumi aujourd’hui  ».

Le troisième, qui est encore écrit par Anicet Samba, est un reportage sur le séjour du ministre d’Etat, directeur de cabinet du président de la République dans les localités de Djambala et Lékana. Le titre est «  Djambala et Lékana accueillent Florent Ntsiba dans une grande euphorie !  ». Comme légende de la photo, Anicet Samba met ce petit texte qui annonce une polémique. « Une réception tellement chaleureuse qui a confondu les oiseaux de mauvaise augure. »

Somme toute, la titraille est très accrochante, et donne l’impression que ces articles sont des comptes rendus d’événements c’est-à-dire ne disent que ce qui est arrivé. Surtout que l’on a promis une exclusivité aux lecteurs.

Pourtant, leur lecture révèle qu’ils sont loin d’être des articles d’information puisque leurs auteurs y ajoutent d’autres faits qui n’ont pas eu lieu au même moment et au même endroit. Et, ils donnent leurs opinions personnelles.

Par exemple, pour donner de l’écorce aux deux premiers articles concernant l’ « affaire Norbert Dabira », et celui de Ntumi, ils sont allés chercher d’autres faits passés, alors que les titres promettent d’annoncer avec les moindres détails des informations qui constituent l’actualité et défraient la chronique à savoir l’Affaire Norbert Dabira à la Dgst.

Cependant dans le troisième, notamment le reportage du ministre d’Etat et directeur de cabinet du président de la république, la légende de la photo « Une réception tellement chaleureuse qui a confondu les oiseaux de mauvaise augure. » met en doute l’impartialité de l’information et celle de son auteur. C’est ainsi que ce texte parait plus comme étant un portrait d’individu qu’un article d’information. D’ailleurs le nombre de photos du ministre d’Etat confiné dans une même page fait croire à une carte postale ou à un publi-reportage.

Mais, l’auteur Anicet Samba trahi aussi son propre texte dans le chapeau. En effet, l’événement majeur qu’il annonce, n’est pas la tournée du ministre d’Etat, mais la célébration des 80 ans de la création de la Mission catholique Sainte Thérèse. Florent Tsiba est allé à Djambala et à Lékana parce qu’il y a eu le 80eme anniversaire de cette mission, et il est le parrain de cet événement. C’est donc cette fête qui, à notre avis, est mise en exergue, comme l’auteur l’écrit lui-même : « A l’ occasion de la célébration des 80 ans de la création de la Mission catholique, Sainte Thérèse l’Enfant Jésus Christ de Lékana, le ministre d’Etat, directeur de cabinet du président de la République, a séjourné à Djambala et à Lékana du 15 au 18 décembre 2017. Il faut dire que c’est la première fois que ce haut responsable, parrain de l’événement, se rendait dans ces deux localités, dont il est originaire, depuis sa nomination par le chef de l’Etat. »

Néanmoins, le chapeau allait être très commode si le surtitre ou le titre portait sur la célébration des 80 ans de la création de la Mission catholique Sainte Thérèse.
Pour terminer cette sous-partie, nous voulons une fois de plus manifester notre indignation de voir l’église catholique qui est au Congo, confier le parrainage d’un événement aussi important dans la foi chrétienne à un membre de la loge maçonnique. Peut-être veut-on faire entrer les francs-maçons dans l’œcuménisme !

Plus un souhait de l’auteur qu’une information ?

Dans l’ « Affaire Norbert Dabira à la Dgst », Le Troubadour pose le problème dans le chapeau : « Pourquoi les généraux Norbert Dabira et Nianga Mbouala Ngatsé ont-ils été convoqués et entendus à la direction générale de la surveillance du territoire (DGST) début décembre 2017 ? Que leur reproche-t-on exactement ? » Voilà les principales questions qui, en réalité, devaient orienter la lecture et auxquelles les lecteurs attendaient des réponses.

Malheureusement, l’auteur utilise le conditionnel comme s’il n’était pas lui-même sûr des informations livrées, alors qu’il a promis dans la titraille et à la une de livrer une exclusivité c’est-à-dire de publier un article ou une information ou encore un document obtenus en priorité par lui ou réservés à son seul usage pendant une période donnée. Et, c’est cette exclusivité que d’aucuns ont attendue, jusqu’à la fin de leur lecture, mais en vain.

En plus, l’auteur sort de l’exclusivité promise. Dans le corps du sujet, il ne fait que rassembler des informations passées pour constituer le corps de son sujet ou son puzzle, au lieu de publier le document ou les éléments dont lui seul à l’exclusivité. Les lecteurs s’attendaient, par exemple, à la publication d’un rapport officiel de la première enquête ou des premières déclarations de Norbert Dabira devant les enquêteurs.

Aussi, faut-il signaler qu’Anicet Samba et Franck Oko qui ont coécrit ce papier, s’ils ne sont pas la même personne et ne sont que des pseudonymes, surprennent lorsqu’ils font déjà des ramifications entre cette affaire dite « Affaire Norbert Dabira  » avec celle de Frédéric Binsamou alias Ntumi et le général Ngatsé Nianga-Mbouala, commandant de la garde républicaine, qui auraient une complicité. Alors que jusque-là aucun document officiel ne le prouve.

Pire encore, dans ces deux articles qui concernent la sûreté de l’Etat et exposent des officiers généraux de l’armée congolaise et bien d’autres personnalités politiques et administratives de notre pays, les deux auteurs utilisent le mode conditionnel qui est utilisé pour exprimer soit un souhait, soit une hypothèse soit encore un fait ou une action soumise à une condition. C’est pourquoi l’opinion nationale et internationale craint que dans ces temps très incertains que vivent les Congolais, que les faits racontés par Le Troubadour ne soient plus qu’un souhait qu’une information de presse. En tout cas l’exclusivité promise, n’a pas été trouvée dans ces deux papiers.

Quand la presse prépare l’opinion

Ici, nous voulons raconter une anecdote puisque c’est la même stratégie qui semble être utilisée par le pouvoir de Brazzaville pour noyer des personnalités militaires, administratives et politiques. On passe par la presse pour préparer l’opinion. C’est sûr que bientôt, il y aura des arrestations en cascade au Congo. Notre anecdote est une situation dont le député sortant de Vindza et homme d’affaires, Jean Paul Matsima, et nous-même, alors candidat à l’élection législative de 2012, dans cette circonscription, avions été victimes. Et, tout avait commencé par un petit filet dans La Semaine Africaine.

En effet, pendant les campagnes électorales et profitant de la réunion de tous les candidats qui avait été présidée par les membres de la commission locale de supervision de cette élection, nous avons dénoncé les électeurs importés c’est-à-dire les électeurs partis de Brazzaville et qui n’étaient ni originaires ni habitants de Vindza ; mais qui avaient leurs noms sur les listes et qui devaient voter pour le compte du candidat du Pct, Aimé Emmanuel Yoka. Moyennant la somme de 100.000 frs Cfa. 50.000 frs Cfa étaient donnés depuis Brazzaville, et le reste (50.000 frs Cfa), était à donner après le vote. Malheureusement, le climat était tendu et le premier tour de l’élection était carrément reporté. Il n’y avait ni coup de feu ni mort.

Cependant, La Semaine Africaine avait publié un filet dans lequel il avait rapporté qu’il y avait eu quatre morts. Et, notre réaction qui apportait la vraie information, puisque nous étions à la fois acteur et témoin, n’avait jamais été publiée. Pourtant, nous avions travaillé dans ce journal pendant dix ans. Néanmoins, malgré le fait que nous étions éliminé dès le premier tour, Aimé Emmanuel Yoka voulait nous faire payer cher, très cher l’humiliation dont il avait été victime. Parce que son meeting qui allait connaître la participation de Mme Antoinette Sassou Nguesso, et animé par des groupes folkloriques venus d’Oyo, avait été annulé. Et, ses invités de marque Gabriel Oba Apounou et Enoch Ngoma, étaient dans la localité, et le décor était déjà planté.
Au deuxième tour, notamment le jour du dernier meeting, le candidat du Pct tend un piège au député sortant Jean Paul Matsima. Il le précède à la place publique où ce dernier était attendu par tous les habitants de la localité. Cependant, ne pouvant pas accéder au lieu du meeting qui devait avoir lieu à Vindza, Jean Paul Matsima avait improvisé un petit meeting dans un petit village appelé « Carrefour  » à quelques encablures de Vindza centre. Dans la colère, Matsima lâche : « Moi, j’étais déjà milliardaire lorsque ces gens portaient encore des culottes ». Cette petite phrase était rapportée au candidat du Pct qui avait déjà du mal à dissiper sa colère après l’annulation de son meeting. Il promet donc un châtiment.

Aimé Emmanuel Yoka qui croit au dédoublement et qui est un bon joueur du puzzle, nous voit à Vindza en train de rassembler les jeunes et leur donner des armes, alors que nous étions à Brazzaville et alité parce que nous avions attrapé un palu, après les campagnes.

Mais, se servant du petit filet qui était paru dans La Semaine Africaine, alors que l’information était toute fausse, il promet de nous arrêter. Il en parle avec une personnalité politique dont nous taisons le nom pour des raisons de sécurité. C’est donc cette personnalité qui nous informe et nous demande de prendre nos dispositions. Le jeu était de nous arrêter où que nous nous trouvons et de nous filmer avec des armes à coté pour diffuser ces images à la télévision, afin de justifier notre arrestation.

Pour échapper à ce piège, nous avons informé d’autres amis qui sont au pouvoir. Ils nous avaient donné des consignes que nous avons respectées. C’est ainsi que nous avions prouvé notre présence à Brazzaville et échappé au piège qu’Aimé Emmanuel Yoka nous avait tendu. Quant à Jean Paul Matsima, une fausse affaire de chantier non achevé était rapidement monté et mis sur son dos. Jean Didier Elongo, le directeur général de l’Autorité de Régulation des marchés publics (Armp), en avait fait son affaire dans la presse. Matsima était arrêté et avait passé quelques jours à la gendarmerie.

Affaire Dabira, un ouragan qui va balayer les casernes et QG de certains partis politiques

Pour revenir et terminer notre papier, nous craignons que Le Troubadour joue, lui aussi, le rôle qu’avait joué La Semaine Africaine pour préparer l’opinion.

Par contre, nous pensons que ce qui dérange le pouvoir, ce n’est pas parce que Norbert Dabira aurait parlé avec le général Ngatsé Nianga Mbouala de la situation catastrophique du pays et de l’élimination physique de Denis Sassou Nguesso. Alors que le principe « Il vaut mieux perdre un homme que de perdre tout le pouvoir  », est connu par tous les membres du clan et du Parti congolais du travail. D’ailleurs, c’est partant de ce même principe que Sassou Nguesso avait réussi à convaincre tous les cadres du nord dans son plan d’assassinat du président Marien Ngouabi. Aussi faut-il dire qu’actuellement, ce principe fleurit beaucoup de lèvres. Mais, ce que Sassou Nguesso craint, c’est sa fin. Car elle risque d’être très tragique, vu ses nombreux crimes de sang, de démocratie et de crimes économiques. Et, son rêve de se faire succéder par son fils pour continuer à protéger les biens et les membres du clan, commence à devenir tout simplement puéril.

Cependant, si les négociations du gouvernement avec le Fmi vont permettre à Sassou Nguesso d’éliminer certaines personnalités politiques et administratives de son propre clan ou de sa famille politique qui sont devenues, elles aussi, milliardaires, et qui semblent sortir des rangs ; l’ « Affaire Norbert Dabira » va être l’ouragan qui va balayer les casernes et certains quartiers généraux des partis de l’opposition.


Serge Armand Zanzala, journaliste et écrivain