Le spectacle qui se déroule sous nos yeux à Mbanza Ndounga dans la région du Pool au Congo-Brazzaville sur fond de rivalités politiques ressemble, à bien des égards, au film « A couteaux tirés » réalisé en 1997 par Lee TAMAHORI avec Anthony HOPKIN, Alec BALDWIN, Harold PERRINEAU, Elle MAcPHERSON. Le richissime Charles Morse est fort jaloux de sa somptueuse épouse top model. D’autant plus qu’il est persuadé que Mickey, le séduisant photographe de sa femme, entretient une relation amoureuse avec elle. L’occasion de se débarrasser de l’amant gênant se présente au cours d’une expédition dans le grand Nord ou le photographe doit réaliser une série de photos exotiques. C’est le crash ! Le clash !

 Dans le cas d’espèce, la pomme de discorde entre les deux canailles c’est la circonscription de Mbanza Ndounga dans le Pool, région en proie à un film d’horreur avec Sassou dans le rôle de metteur en scène. Alphonse Nsilou et Bernard Tchibambéléla c’est l’histoire de deux coqs dans une même basse cour. L’objet qui suscite la jalousie pour l’un et la curiosité pour l’autre est le poste de député de la circonscription de Mbanza Ndounga. Les législatives du 16 juillet 2017 sont passées par là. L’un dit « pousse-toi que je m’y mette. » L’autre rétorque « j’y suis, j’y reste. »
Scénario classique dans un système politique où la raison du plus filou est la meilleure.

Mbanza à Mbanza

Claude Alphonse Nsilou souhaite que la circonscription de Mbanza Ndounga  tombe dans l’escarcelle politique du Rassemblement Citoyen (RC) dont il est le chef. Pour ce faire, Claude Alphonse Nsilou n’a pas fait dans la dentelle. Il a sorti un gros gibier de sa gibecière, un poulain qui connaît bien le personnel politique du Congo-Brazzaville et entretient parfois avec celui-ci des relations dangereuses : Joachim Mbanza. Car c’est lui. Pour savonner la planche parlementaire de Bernard Thcibambeléla à Mbanza Ndounga, Claude Alphonse Nsilou qui se vante de murmurer à l’oreille de Denis Sassou Nguesso y a donc positionné son conseiller à la communication et journaliste de « La Semaine Africaine  », journal catholique versé désormais dans le « pharisianisme. »

Match matambé

Fureur de Bernard Tchibambeléla dont la cote d’amour auprès de Denis Sassou Nguesso serait en baisse depuis l’épisode des scores catastrophiques de ce dernier dans la région du Pool lors de l’élection présidentielle. On ne se sépare pas facilement d’un si juteux « job ». Un froid s’est installé entre Denis Sassou Nguesso et Bernard Tchibambeléla qui aurait gardé pour lui les « Guiris » remplis à rebord, destinés à corrompre les populations de la région du Pool. Entre les deux crapules, Claude Alphonse Nsilou et Bernard Tchibambeléla, c’est la guerre. Match matambé ! Bernard Tchibambeléla et Claude Alphonse Nsilou ne se font pas de cadeaux. Les coups fusent. Et tous les coups sont permis. Jugez-en par la tonalité du communiqué du Rassemblement Citoyen (RC) de Claude Alphonse Nsilou publié à Brazzaville le 1er juillet 2017.

« Depuis le 30 juin, un groupe ninjas sème la terreur dans les villages du district, comme il vient de le faire à Louyakou, Moukouono, Matsoula, Mbonza 2 et Kimpanzou 1, ravissant téléphones portables, argent, vivres et objet divers, et incendiant les maisons des chefs et secrétaires de villages. Ces bandits armés ont demandé aux populations de rentrer à Brazzaville, pour qu’il n’y ait pas élection à Mbandza-Ndounga. Dans la peur et la désolation, les populations passent actuellement les nuits dans la forêt. Le comité RC de Mbandza-Ndounga condamne, avec la dernière énergie, ces actes barbares des temps révolus. Il demande au gouvernement de tout mettre en œuvre, pour combattre ce banditisme armé, manipulé depuis Brazzaville aux fins d’obtenir l’annulation des élections » ( Les dépêches de Brazzaville, 1er juillet 2017).

Mpouassa

Sans le nommer, le commanditaire des actes de banditisme et de vandalisme à Mbanza Ndounga est clairement désigné. Obtenir l’annulation des élections législatives à Mbanza Ndounga aux fins de la reconduction automatique du député sortant, voilà le manège concocté par Bernard Tchibambeléla et révélé par Claude Alphonse Nsilou.

Tel est pris qui croyait prendre. Ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces. Qui a dit : « on ne doit pas instrumentaliser la guerre du Pool et en faire un fond de commerce politicien ? » Pascal Tsaty Mabiala pour justifier sa participation aux législatives gagnées d’avance par le clan Sassou.

Claude Alphonse « Nsilou a bimissi Bernard Tchibambeléla na mpouassa. »

Les couteaux sont tirés. Qui portera le premier le coup de Jarnac ?
 
 Benjamin BILOMBOT BITADYS