Communiqué de presse des avocats du Général MOKOKO, président légitime de la République publique du Congo 🇨e « Conformément à la décision du Général Jean Marie Michel MOKOKO de ne pas donner crédit à un règlement de compte politique maquillé en procédure judiciaire, ses conseils du Barreau de Brazzaville ne prendront pas la parole à l’audience et ceux du Barreau de Paris ne s’y rendront pas. »

Les avocats du Général Jean Marie Michel MOKOKO ont découvert avec stupéfaction hier, alors que l’arrêt de la cour suprême du 30 avril 2018 renvoyant ce dernier devant la cour criminelle ne leur a même pas été communiqué, que le procès de leur client était prévu pour le lundi 7 mai 2018.

Comme cela a été le cas à de nombreuses reprises dans cette procédure, aucune convocation ne leur avait été adressée et ce n’est qu’au détour de la consultation du rôle de l’audience qu’ils ont eu connaissance de cette date.

Le mépris des droits de la défense aura donc été total, jusqu’au dernier acte de la parodie de procédure judiciaire initiée contre l’ancien candidat à la présidentielle de 2016.

Conformément à la décision du Général Jean Marie Michel MOKOKO de ne pas donner crédit à un règlement de compte politique maquillé en procédure judiciaire, ses conseils du Barreau de Brazzaville ne prendront pas la parole à l’audience et ceux du Barreau de Paris ne s’y rendront pas.

Jean Marie Michel MOKOKO et ses conseils attendent sereinement les décisions des instances internationales qui ont été saisies et qui ne manqueront pas de souligner le caractère inique des poursuites engagées à son encontre et arbitraire de sa détention.

Maîtres Etienne ARNAUD, Jessica FINELLE, Norbert TRICAUD
Maîtres Jean-Philippe ESSEAU, Ludovic ESSOU, Eric Yvon IBOUANGA, Christian Eric LOCKO