Il y a quatre ans, disparaissait Côme Mankassa, intellectuel et homme politique congolais. Son parti, UCR (Union Congolaise des Républicains), depuis lors, peine à exister. La ligne politique et la philosophie - impulsée par son fondateur -, semblent devenues des illusions perdues. Dans cet entretien, Aris Mankassa, juriste et fils de feu Côme Mankassa, analyse la torpeur qui habite le premier parti du Centre du Congo.

Question : L’UCR, comme d’autres partis congolais, n’a pas survécu à la disparition de son fondateur…

Aris Mankassa  : Je ne vois pas les choses comme ça. L’UCR existe bel et bien. Il suffit de régler quelques problèmes structurels pour continuer sur le chemin tracé par son fondateur.

Vous faites allusion au Congrès à venir ?

AM  : En effet, il nous faut vite organiser ce Congrès afin de légitimer les dirigeants de notre parti. La légitimité ne découle pas du lien du sang, mais du vote. Ce Congrès, comme le prévoient les statuts, auraient dû avoir lieu depuis longtemps, je veux dire aussitôt après la disparition du président du parti. Mais le contexte socio-politique n’a pas permis de tenir ce Congrès. Il ne vous a pas échappé qu’à partir de 2015, notre Congo vit au rythme des crises permanentes. Il eût été donc inopportun de nous enfermer dans une salle calfeutrée pour régler les problèmes de succession à la tête du parti, à ce moment-là.

Il se dit que l’UCR envisagerait de nouer des alliances avec des partis de la majorité présidentielle. Qu’en est-il ?

AM : une telle démarche serait illégitime et contraire aux statuts du parti. Et, surtout, à la ligne clairement définie par le fondateur de l’UCR : ni majorité, ni opposition. Mais le Centre. Bien évidemment, en tant que parti politique engagé dans la conquête du pouvoir, l’UC R a vocation à nouer des alliances ou des partenariats pour faire avancer des programmes ou projets communs, et cela, bien sûr, dans le respect des valeurs qui sont les nôtres : le respect des Droits de l’homme et du Principe de l’Alternance démocratique - le corollaire de toute démocratie pluraliste. Mais ça n’est pas notre priorité. La structure actuelle a une mission strictement limitée à la convocation du Congrès. S’engager dans une alliance avec le PCT, ou n’importe quel autre parti, serait aller au-delà de sa mission et cette mission, en aucun cas, ne pourra engager le parti.

Notre objectif immédiat est de reconstruire notre parti, de redéfinir notre projet de société, de reprendre la place de laboratoire d’idées qui a toujours été la nôtre depuis la Conférence nationale souveraine. Le professeur Côme Mankassa a semé et nous sommes les fruits de cette semence. A ce titre, nous entendons poursuivre son combat pour la démocratie et l’Etat de droit.

Comment ?

AM : En réaffirmant une valeur fondamentale, celle qui nous fonde et détermine notre action, notre identité, notre positionnement centriste. Oui, nous sommes au Centre et nous entendons résolument le rester. Le Centre est notre ADN, notre boussole. Nous rejetons tout ce qui classifie, divise, oppose. Le Centre, c’est cette volonté permanente de rechercher le compromis et non la compromission, de rechercher le dialogue et non l’affrontement, de privilégier l’intérêt collectif et non les intérêts partisans… Le Centre, c’est la conviction que le Congo est un et indivisible et quelles que soient nos différences, nous sommes tous Congolais. Le Congo est notre MBONGUI, disait le professeur Côme Mankassa.

Notre conviction est que le Congo doit se gouverner au Centre et non dans les extrêmes et l’exclusion. Il est important de rappeler que la notion du Centre, dans sa conception originelle, signifiait pour le professeur Côme Mankassa, l’indépendance de l’UCR, qui ne saurait être un parti subordonné, valet ou commis d’un autre parti. C’est d’ailleurs pour cette raison que même étant ministre du gouvernement Lissouba, le professeur Côme Mankassa n’a jamais adhéré à la mouvance présidentielle. Cette posture lui permettait de dire, dans un esprit de responsabilité et de respect, ses désaccords ou ses accords.

Source : Entrecongolais.Com