Dans l’histoire de France relative à la deuxième guerre mondiale, un élément très capital est souvent passé sous silence dans l’opinion publique, c’est celui de « Brazzaville capitale de La France Libre. » L’inauguration de la stèle de Verquin fait partie de ce qu’il est convenu d’appeler « devoir de mémoire » ou « méthodologie du respect de la vérité. »

Hommage aux soldats africains

Sous la Haute Présidence de son Excellence Denis Sassou-Nguesso, Président de la République du Congo, représenté par l’Ambassadeur, Conseiller Diplomatique du Chef de l’Etat, M. Bienvenu Okiemy, une cérémonie d’inauguration d’une stèle en hommage aux soldats africains a eu lieu, le 15 novembre 2019, en présence du Maire de Verquin, M. Thierry Tassez, de Madame la Sous-préfète, de Béthune, Mme Chantal Ambroise et Mme Marguerite Deprez-Audebert, Députée de la 9ème circonscription du Pas de Calais. (Nota : ci-dessous Arsène Brice Mankou sur la photo)
JPEG
Dans son allocution, M. Bienvenu Okiemy est revenu sur le rôle joué par ces milliers de soldats de l’Afrique Equatoriale Française (AEF) partis de Brazzaville pour venir mourir dans le froid au nom de la France.

Quant à Thierry Tassez, Maire de Verquin, qui après avoir rencontré Brice Arsène Mankou, cheville ouvrière de ce projet et élu local dans le Pas de Calais et Jean Marie Dinga Ondemba, administrateur Maire du 7ème arrondissement de Brazzaville ont convenu de la nécessité de rendre hommage à ces soldats congolais, centrafricains, gabonais, Tchadiens et camerounais morts au champ d’honneur en France.

Pour la Sous-préfète, Anne Chantal Ambroise, cette injustice vient d’être comblée à travers cette stèle Brazzaville, Capitale de la France Libre.

Stèle jumelle

Un consensus s’est dégagé dans les prises de parole des autorités présentes à cette cérémonie, c’est la nécessité d’ériger une stèle jumelle à celle de Verquin à Brazzaville. Cette une stèle pourra être érigée à l’endroit où le Général de Gaulle prononça son discours du 27 octobre 1940 sur le manifeste de Brazzaville.

Rappelons que cette stèle en métal de 3,50 m de hauteur et 25 m2, découpée au laser en trois parties, représente le Général de Gaulle passant en revue les troupes africaines à Brazzaville, « capitale » de la France libre, en 1940. Elle «  commémore Brazzaville, Capitale de la France Libre, sous de Gaulle et le sacrifice de tous les peuples africains de l’AEF qui sont venus pendant la Seconde Guerre Mondiale pour lutter contre le nazisme  », a expliqué Thierry Tassez, Maire PS de Verquin.

Cette cérémonie, qui s’est tenue en présence de plusieurs représentants conseillers militaires des ambassades africaines, a été « l’occasion de prononcer un discours de remerciement, de fraternité et d’amitié entre les peuples », a-t-il souligné, rappelant qu’il «  fallait rendre justice au continent africain, dont le rôle a parfois été occultés ».

Le projet né en 2017 a été cofinancé par le Congo (5 000 €), L’Association des Maires du Pas-de-Calais (1 000 €) et un accord de mécénat.

Le 27 octobre 1940, le Général de Gaulle annonçait, lors du Manifeste de Brazzaville, la création d’un Conseil de Défense de l’Empire, qui voyait le Congo et l’Afrique Equatoriale Française se rallier à la France Libre. Les bataillons venus d’Afrique et de l’empire colonial ont joué un rôle crucial dans la Seconde Guerre mondiale, notamment lors du débarquement en Provence en août 1944.

Clément OSSINONDE

info document

Loading the player...