La citoyenneté culturelle patriotique congolaise est en deuil. Joseph TOUGAMANI, que nous appelions affectueusement Papa JOSYS a esquissé sa dernière mélodie. C’est le retour d’un aigle vers le divin créateur, le Saint des saints, de nos aïeux et mânes. Nous vivrons ce deuil en exil. La Dynamique d’Actions et d’Analyses pour une Autre Gouvernance du Congo-Brazzaville est concernée au premier chef par la disparition de l’artiste émérite auteur compositeur interprète de « Nkondi Mbila », fournisseur de chansons à l’orchestre Bantou de la Capitale. Josys a flirté, enfant, avec Victoria Brazza et a eu pour encadreur Diaboua Lièvre, légende de la musique congolaise.

Pendant cette période très difficile pour cette terre du Congo Brazzaville qu’il affectionnait tant, et qui vit une crise multidimensionnelle sans précédent dans l’histoire du pays, son titre inoxydable, Nkondi Mbila, est un testament.

Samba dia Nkoumbi