Nous, membres de la plateforme associative « Assises Nationales du Congo », saluons la première édition du Forum de Paris sur la Paix, événement organisé du 11 au 13 Novembre 2018 à l’initiative du président de la République française, Emmanuel Macron , dans la continuité des commémorations du centenaire de l’Armistice de la Première Guerre Mondiale.

Nous affirmons notre total engagement dans la perspective établie par cet événement, à savoir : « Réfléchir ensemble, proposer des initiatives concrètes, réinventer le multilatéralisme et toutes les formes de coopération contemporaine, pour que la Paix, chaque jour, gagne du terrain  ». Toutefois, les questions de la paix mondiale sont avant tout des questions relatives à la paix à l’intérieur des nations.

Des crimes au nom d’une paix introuvable depuis 34 ans

L’histoire du Congo-Brazzaville illustre parfaitement l’importance vitale de la question de la paix à l’intérieur des nations. Les défenseurs de la paix dans le monde devraient être surpris par la présence de Denis Sassou Nguesso à ce forum historique, lui qui, après 34 ans d’usurpation de la fonction de chef de l’État au Congo, se trouve être le champion des crimes de sang et des crimes économiques dans notre pays et en Afrique Centrale. Des crimes commis au nom de la recherche et de la poursuite d’une prétendue paix… dans la nation.

L’exemple le plus récent de la nature criminelle du régime de Denis Sassou Nguesso est le projet d’Assassinat d’un opposant congolais en France pour lequel la justice française poursuit deux anciens agents des forces spéciales françaises depuis août 2018. Cet exemple traduit l’exacerbation d’un mode de gouvernement : l’exportation du terrorisme d’Etat . Et depuis lors, plusieurs citoyens Congolais vivant en Occident craignent au quotidien pour leur vie.

A l’intérieur du pays, les crimes sont désormais connus malgré la volonté délibérée du pouvoir de les dissimuler avec la complicité des communicants et des lobbies étrangers chèrement payés, agissant auprès des organisations multilatérales et des gouvernements occidentaux :

- Depuis 2016, des crimes de masse contre les populations du Pool, constitutifs de crimes contre l’humanité sont passés longtemps sous silence, y compris par l’ONU, alors qu’une enquête internationale est inlassablement demandée par des organisations internationales non gouvernementales de défense des droits humains (FIDH, Amnesty International, Iveris,…)

- Flagrant-délit de crimes et de mensonge d’État concernant 13 jeunes gratuitement assassinés le 23 juillet 2018 dans un commissariat de police de Chacona (Brazzaville).
- Détention arbitraire des candidats à l’élection présidentielle anticipée de 2016, en particulier le général Mokoko condamné à 20 ans de prison ferme sans cause dans le cadre d’un procès stalinien expéditif.

Les crimes humains restent aussi impunis que les crimes économiques qui sont monnaie courante dans notre pays, lequel est classé par le Fonds Monétaire International aujourd’hui, comme le seul de la Zone Franc en situation de Debt Distress (En détresse pour cause de surendettement).

Des fausses solutions pour la paix

Le Congo est dans une impasse politique. La paix est introuvable malgré l’accord dit « de paix  » dans le Pool. Dans ce contexte, le dialogue qui dans d’autres circonstances aurait été un outil pour ramener la paix, devient une tactique de manipulation des forces vives du pays par Sassou Nguesso. Après la violence ouverte, il fait miroiter la paix à des populations affamées, endeuillées et en quête légitime de justice. La paix devient une arme de corruption des mentalités, et le dialogue le moyen de légitimation du règne à vie de Monsieur Sassou.

L’agitation politicienne qui s’observe à travers les réseaux sociaux et certaines réunions en région parisienne et au Congo, relève d’un agenda précis de Sassou Nguesso qui est appliqué par certains compatriotes, épuisés par l’exil politique pour certains, animés par le cynisme ou par la naïveté pour d’autres. Que les uns et les autres aient en commun d’entonner le refrain sassouiste du « Dialogue  » ou du « Dialogue inclusif  », cela ne devrait surprendre personne.

La voie vers la véritable paix intérieure au Congo

N’y-a-t-il pas un paradoxe au sein de la communauté internationale, à continuer d’entretenir l’impunité de Sassou Nguesso, là où pour des peccadilles, Laurent Gbagbo est injustement incarcéré au Tribunal Pénal International de la Haye depuis 2011 ?

La Paix et le dialogue prônés par Sassou Nguesso ne sont qu’un verbiage désuet pour endormir les Congolais. La paix ne se décrète pas, mais a besoin de symboles forts pour se manifester. Dans ce sens la tribune des Démocrates congolais publiée par le journal en ligne Mondafrique et datant du 13 août 2018 demeure un repère cardinal qui dans ses conclusions indique que l’issue à la crise multidimensionnelle que connaît le Congo « passe par des changements institutionnels fondamentaux impliquant le retrait de Sassou Nguesso. »

Cet appel d’août 2018 est lancé :

1. « Aux décideurs de la Communauté internationale, pour aider le peuple congolais à recouvrer sa liberté confisquée.
2. A la France et à la compagnie pétrolière TOTAL, qui ont imposé il y a 21 ans le retour de Sassou Nguesso au pouvoir au Congo par les armes, à assumer leur part de responsabilité.
3. Aux banques qui conservent les fonds détournés au Congo pour qu’ils soient restitués au peuple, selon les vœux exprimés par les Évêques congolais dans leur « Déclaration » du 9 mai 2018.
4. Aux démocrates congolais, pour sauver la République, en faisant échec aux manœuvres actuellement en cours et qui visent à organiser une succession dynastique au Congo. »

La voix de la véritable paix intérieure au Congo ainsi que celle de la paix entre le Congo et le reste du monde résident dans l’application des conclusions de l’appel d’août 2018.

Fait à Paris le 11 novembre 2018

Les premiers signataires (Les initiateurs de l’appel d’août 2018 au retrait de Sassou et autres) :

1. Jean-Edouard SATHOUD, Ancien Vice-Gouverneur de la Banque des États de l’Afrique Centrale (BEAC), France
2. Jean Joseph William OTTA, Ancien Ministre congolais, France
3. Mâwa-Kiese MAWAWA, Ancien parlementaire, France
4. Ferdinand Justice MOUKALA, Juriste, Conseiller en Gestion de Patrimoine, France
5. Noël Magloire NDOBA, Economiste-Chercheur, France
6. Anthyme BAYIMINA, Ancien fonctionnaire de la Banque Africaine de Développement (BAD), France
7. Marcel ABIGNA, Administrateur, France
8. Joseph OUABARI MARIOTTI, Ancien Ministre congolais de la Justice, France
9. Djess DIA MOUNGUANSI, Economiste
10. Simon-Pierre MOUSSOUNDA, Colonel
11. François MISSENGUE, Enseignant
12. Justin DANDILA, Juriste
13. Guy-Sosthène MYAMBALLAT, Agronome
14. Antoine Page KIHOULOU, Spécialiste en Insertion professionnelle
15. Living SIHYAYOS, Consultant

N.B. : La liste est ouverte. Écrire au mail : [email protected]

Notes

https://blogs.mediapart.fr/jecmaus/blog/050517/lettre-des-assises-nationales-du-congo-monsieur-emmanuel-macron-candidat.
Incarnation du multilatéralisme, l’ONU, dans le préambule de sa Charte des Nations Unies, signée le 26 juin 1945 à San Francisco rappelle l’intérêt de la paix pour la cohésion mondiale (http://www.un.org/fr/charter-united-nations/). Du reste, dès sa création en 1948, l’Unesco se fonde sur une charte dont l’article 1er stipule : « C’est dans l’esprit des hommes que se construisent les défenses de la paix ».
https://www.jeuneafrique.com/629774/societe/congo-brazzaville-deux-francais-inculpes-a-lyon-pour-projet-dassassinat-dun-opposant-congolais/.
Projets d’assassinat connus par les Congolais : empoisonnements et diverses voies de fait, y compris les menaces sur les parents résidant au Congo.
https://information.tv5monde.com/afrique/congo-brazzaville-des-opposants-en-exil-denoncent-une-traque-du-pouvoir-263576
https://mondafrique.com/congo-brazzaville-un-appel-au-retrait-de-sassou/

Assises Nationales
du Congo
83, rue de Reuilly,
ACDE Impasse du Mousset
75012 Paris (France) Association Loi 1901, déclarée à la Préfecture de Police de Paris,
Récépissé n°W7512246551
du 20 mai 2014
Mail : [email protected]