Prétextant rendre visite à un aîné, convalescent, car je me remettais à peine d’une grippe, Régis Voumina et Éric Bandou ont saisi cet instant pour faire état des contradictions, au sein du MRLC, avec Emmanuel Longuy, tombé à leurs yeux en disgrâce ; me suppliant ainsi, en ma qualité de président de la commission ad hoc, de le démettre de sa fonction de Président du mouvement.

Chose à laquelle, je m’y refusais catégoriquement devant témoin. En effet l’appréhension, que nous nourrissait cette visite inopportune, avait éveillé en moi de la défiance, aussi j’avais donc fait appel à un compatriote pour m’assister.

Je rejetais formellement la proposition sur le fondement de deux arguments : d’une part, il ne revenait pas à une commission ad hoc de décider du sort d’un responsable de structure, quels qu’en soient les motifs ; de l’autre, la prétendue commission ad hoc, n’existant plus, eu égard aux statuts. En effet, son existence était liée à l’organisation d’élection au sein du MRLC. Elle devait donc s’éteindre avec l’élection du nouveau Président.

Je les conviais alors à une assemblée générale, seul lieu et institution devant débattre de la question. Nous n’avions nullement matière à nous substituer à cette dernière.
L’auto proclamation d’Eric Bandou est le résultat de la frustration. Pour preuve , leur document n’est nullement signé de ma main, mais de celle de Régis Voumina.

Les deux lascars voulaient, par cette ruse, me faire porter le chapeau !
Cette auto-nomination est une hystérie ; hystérie de deux larbins tourmentés par leur seule obsession d’usurper un titre, et ainsi prendre faussement du galon pour régler des comptes à leurs confrères, dont Emmanuel Longuy notamment . Bref, une manière de se soustraire de l’AG.

Ils voulurent embarquer la secrétaire générale du M.R.L.C. Madame Malalou qui ne se prêta point au jeu, perçût de sitôt la perfidie et l’imbécilité de la chose.
Leur crainte véritable est d’éviter celle -ci, de se confronter aux autres notamment à Roland Nitou dont ils craignent le poids et l’influence dans ce mouvement !

Quelles que soient les récriminations portées sur la personne d’Emmanuel Longuy, il se devra être entendu par une AG et, à cette dernière de statuer en toute souveraineté.
Deux individus, de surcroît, membres de son bureau ne peuvent se substituer à lui en faisant tant de tapage et de grossièreté.

S’ils ont des arguments recevables, ils doivent les faire valoir devant tous et sans ambages !

Triste constat que celui d’une jeunesse qui a appris à mentir sans vergogne sous le règne du PCT et qui se prétend devenir demain la relève du pays ! Quelle honte !
Comme quoi l’esprit « complotiste » est héréditaire chez les congolais ! Une fois de plus, cela n’est pas sans rappeler l’histoire du Petit- logis où on égorgea un Président.

Pour ma part, Sauf à souffrir de cécité et donc manquer d’intelligence, quand bien même je disposerais d’une quelconque faculté de nommer des gens à des postes de responsabilité, ce n’est certainement pas à ces va-nu-pieds que j’aurais porté mon choix.

Je ne saurais apprécier cette déchéance mentale qui les amène à ce point.
Je ne suis, pour autant, pas membre du MRLC mais chaque fois qu’on sollicitera ma personne, c’est en toute loyauté que cela devra se faire.

Massamba Cicéron