Le patron de « Yuki » éprouve-t-il des difficultés pour rassembler la bagatelle de 25 millions de francs CFA de caution pour la présidentielle de 2021 ? Pas si sûr. Mais, ce qui est sûr, il n’est pas le seul candidat à la prochaine élection présidentielle à être fauché comme un rat d’Eglise, susure-t-on. Le « khalife » d’Oyo serait logé à la même enseigne. Tel père, tel fils, étant entendu que Denis Sassou Nguesso est le père « adoptif  » de Guy Brice Parfait Kolelas. La confidence avait été faite par le fils biologique de Bernard Kolelas à « Jeune Afrique  ».

Denis et Parfait, même galère

En deux temps trois mouvements, le portable de Roland Lévy Nitou s’est retrouvé dans la poche de Bokilo Edgar, enfant extra-conjugal de Denis Sassou Nguesso, dit-on (congopage.com, 22 janvier 2020). De la même manière que Edgar Bokilo a fait les poches de Roland Lévy Nitou pour voler le téléphone portable aux abords de l’Hôtel Le Bristol, Denis Sassou Nguesso et Guy Brice Parfait Kolelas ont entrepris de ruiner les militants de leurs formations politiques qui sont déjà à l’os en allant piquer dans leurs poches. Guy Brice Parfait Kolelas et Denis Sassou Nguesso ont lancé une souscription financière à l’endroit des militants en guise de soutien à leur candidature.

Pique Pocket

Pour soutenir son candidat, l’UDH-Yuki a mis en place un fonds dont l’objectif est de collecter 25 millions de francs CFA comptant pour le dépôt de candidature. De son côté, le PCT a mis en place une Cotisation spéciale pour les cadres et militants du parti. Le parti au pouvoir depuis plus de 40 ans qui a entraîné le Congo-Brazzaville à la faillite a défini une stratégie de long terme pour diversifier les sources de revenus du parti présidentiel. Le pouvoir d’achat des militants n’est pas extensible. Les salaires affichent des retards, les pensions accumulent des arriérés et les bourses sont versées au compte goutte. Les populations du Congo-Brazzaville tirent le diable par la queue. Les temps sont durs. A ceux qui n’ont rien et qui ont du mal à joindre les deux bouts du mois, le PCT et l’UDH « yuki » leur ôtent le peu qu’ils ont. Du pur cynisme.

Agé de 76 ans, le président Sassou-N’Guesso cumule trente-cinq ans à la tête du Congo-Brazzaville. Denis Sassou N’Guesso a été désigné candidat à la présidentielle de 2021 à l’issue du congrès du Parti congolais du travail (PCT, parti au pouvoir depuis plus de 40 ans).

Guy Brice Parfait Kolelas qui ne s’embarrasse pas de scrupules s’est autoproclamé candidat de l’UDH « Yuki  » à la présidentielle de 2021 dont les résultats sont connus d’avance. L’idée d’organiser les primaires au sein du parti n’a pas effleuré l’esprit de Guy Brice Parfait Kolelas tout comme celui de Denis Sassou Nguesso.

Avec le produit des rétro-commissions et les 10 % de commissions perçues sur les chantiers de la municipalisation accélérée, Jean Jacques Bouya peut financer la campagne présidentielle des candidats putatifs Denis Sassou Nguesso et Guy Brice Parfait Kolelas. A quoi rime la candidature de Guy Brice Parfait Kolelas à la présidentielle en 2021 si c’est pour valider in fine le hold-up de Denis Sassou Nguesso ? La reconnaissance de la victoire à la présidentielle du khalife d’Oyo en 2016 colle depuis à Guy Brice Parfait Kolelas comme le sparadrap du capitaine Haddock.

La rumeur court à Paris, que le dictateur congolais financera la campagne des présidentielles de 2022, en France, de François Baroin (dont le père Michel mourut tragiquement, le 05 février 1987, dans un vol privé qu’il eut la malchance de prendre au départ de Brazzaville) pour faire barrage au Président Macron ; et pour lui faire payer « l’affront  » qu’il lui avait fait subir en septembre 2019 à Paris en exigeant publiquement la libération du Général Mokoko (congo-liberty, 21 janvier 2020). Denis Sassou Nguesso est prompt à financer les candidats de l’Hexagone. Il dépense sans compter mais fait la manche auprès des militants du PCT. Qui roule en Rolls Royce, peut s’acheter une 2 CV.

25 millions de francs CFA, c’est pinette pour Denis Christel Sassou, Claudia Sassou, Jean Jacques Bouya, Gilbert Ondongo, Jean Dominique Okemba, Henri Djombo, Bruno Jean Richard Itoua, Rodolphe Adada , Isidore Mvouba, Denis Ngokana, Claude Alphonse Nsilou, Willy Etoka, Edgar Nguesso, cités dans les paradis papers et les panama papers. Denis Sassou Nguesso et Guy Brice Parfait Kolelas, qui se moquent des populations du Congo-Brazzaville, doivent rire sous cap et soupirer en sourdine : « Quoiqu’il en soit, elle sera payée ma caution !  » ou blasphémer « Demandez et vous recevrez. »

Benjamin BILOMBOT BITADYS