Pour attirer la foule des grands jours, rien de mieux que les stars zaïroises de la scène relayées sur écrans géants et une distribution de marinières agrémentées d’un billet de 2000 francs. Quand au discours, la langue de bois reste ce qu’elle a toujours été : un piège à … , pourquoi Sassou réaliserait-il par magie en 7 nouvelles années au pouvoir ce qu’il n’a pas été capable de faire en 30 ans et plus ?

La machine électorale était à son comble, le Rond Point Lumumba transformé en forum et l’avenue qui y mène condamnée à la circulation.

Des voitures entièrement peintes aux couleurs présidentielles, vitres incluses, façon Tour de France sillonnaient la ville en tous sens. Affiches géantes, banderoles, montgolfière, ballons captifs, Werra Son en concert, on se demande ce qu’on aurait pu faire de plus.

La DRTV a accordé au candidat président la totalité de ses émissions de ce dernier samedi.

Question : Puisque les médias doivent l’égalité à tous les candidats, qu’attend-t-on pour offrir la même prestations aux 12 autres prétendants ?

La "Nouvelle Espérance" est morte, ça on le savait à voir l’échec des objectifs qu’elle portait et que Sassou promet de reconduire en beaucoup mieux dans son nouveau programme le "Chemin d’Avenir".
Quel avenir, les congolais de la rue n’y croient pas, pour eux, le Congo avec Sassou c’est “no future”.


Lancement de la campagne du candidat Sassou Nguesso à Pointe-Noire

La ville de Pointe-Noire sera un grand chantier avec tous les projets déjà engagés pour redonner l’espoir aux jeunes car il y a les indices de développement qui nous permettent de le dire et ce ne sont pas des mots en l’air, a dit le candidat Sassou Nguesso lors du lancement de sa campagne le samedi 27 Juillet 2009 dans la ville océane du Congo.

Le candidat Sassou dans son mot fétiche « niein, niein » qui veut dire « du calme, du calme, pas de bruit » a laissé entendre qu’il va transformer Pointe-Noire car toutes les dispositions sont prises. Par exemple le lancement du projet d’extension du port de Pointe-Noire afin qu’il soit l’un des principaux ports de la côte atlantique de l’Afrique ; le lancement de Magalloy Industries avec des milliers d’emplois ; la construction de la centrale à gaz à Djéno pour résoudre le problème de l’électricité et de l’eau dans la ville de Pointe-Noire(avec 120 MWT disponible entre janvier et février 2010). Sans oublier l’auto route entre Pointe-Noire et Brazzaville.

Poursuivant, il a indiqué : nous allons transformer le pétrole et ses dérivés chez nous pour nous permettre de fabriquer le bitume qui nous aidera dans la construction de nos routes. Cette transformation se fera également dans le bois et aussi l’agriculture va connaître un changement avec l’utilisation des machines pour une mécanisation.

Pour le candidat Sassou, le 12 juillet 2009 est un moment important pour boucler la boucle car il n’y a pas match comme l’a dit le Premier Ministre Isidore M’Vouba : « c’est un penalty sans gardien mais qu’il faut bien jouer pour ne pas le rater ». D’où il a demandé à ceux qui les noms sur les listes d’aller chercher leurs cartes pour aller au vote et à ceux qui n’ont pas encore reçu leurs cartes nationales d’identité, d’aller les chercher gratuitement dans les centres administratifs retenus. Il est interdit de donner l’argent car elles sont gratuites et ceux qui prennent de l’argent doivent être arrêtés et punis a-t-il a ajouté.

Au regard de tout ce précède, on est en droit de se demander si le peuple n’est pas sacrifié devant des promesses non tenues des politiques qui datent de 2002 voire plus et qu’aujourd’hui, on continue a trompé le peuple. Par exemple, dans le bois, il était prévu de 40.000 emplois aux congolais malheureusement, cette promesse n’a jamais été tenue et le peuple attend toujours. Quand bien même qu’on parle de l’auto route avec des milliers emplois et des employeurs chinois qui ne respectent pas le code du travail congolais avec des salaires très minables ou encore les emplois avec l’usine de potasse qui sera opérationnelle en fin 2011.

La promesse de fournir la ville de Pointe-Noire voire à tout le pays de l’électricité et de l’eau est repoussée au début 2010-2011 au lieu de 2009 comme le criait fort le Ministre Bruno Itoua. Cela prouve à suffisance que le peuple continuera attendre longtemps pour avoir le courant et de l’eau bien que les fleuves et rivières coulent derrière ses maisons et le gaz qu’on brûle nuit et jour à Djéno et Bondi.

Comment un peuple peut-il aller voter en toute quiétude lorsque les choses essentielles comme de l’eau, le courant, le salaire, la retraite ou les pensions, ne sont pas assurés. Nous allons de promesse en promesse sans voir l’ombre d’une seule qui serait tenue. Et dans ce brouhaha électoral, tout le pays, toute l’administration voire toute la ville est bloquée pour aller soutenir un candidat élu dès le premier tour quand douze autres candidats sont aussi dans la course aux suffrages.

Dans cette démocra(ss)ie dirigée, il faut craindre que le peuple ne puisse plus dire son mot sinon que subir et avaler ce que lui impose l’homme politique qui ne vise que ses intérêts personnels pour satisfaire ses appétits et défendre ses mieux mieux comme le disait Lenthembet Ambilly à la conférence nationale souveraine.

N.B.


Si ses habitants se sont mobilisés, la Sangha a refusé Sassou

(Par notre envoyé spécial)

Sassou vient de rater ses meetings dans la Sangha. A Sembé et Souanké à cause de la pluie. A Ouesso équipement défectueux. Et à Pokola, comble du désarroi. La sono qui fonctionnait avant son arrivée a refusé d’émettre le moindre son dés qu’il a pris le micro. Même les mégaphones se sont tus dans les mains de El Sas.

Ce mardi est un jour triste dans la campagne de Sassou. Mobilisation réussie. Mais l’homme des masses n’a pas pu parler à la masse. Le public était contraint de se rapprocher du podium pour écouter le candidat. Mais de là où nous nous trouvions nous avons perçu aucun son de la voix du candidat à la présidence. Mauvaise préparation ou sabotage mystique ? Les deux hypothèses ont leurs tenants.

L’équipe de campagne de Sassou a péché pour le matériel de sonorisation.

Ce matin on a vu à Pokola 4 hélicoptère avec des pilotes blancs dont un de l’armée. Pourquoi n’ont-il pas apporté un équipement digne d’une campagne pour un candidat qui a tous les moyens possibles ?
Pourtant on a vu autour du président sortant : Okombi Salissa, Denis Chritel Sassou Nguesso, Claudia Sassou Nguesso et Jean Jacques Bouya.
Une équipe des gens qui ont le pécule nécessaire pour réussir des meetings.

Il y a aussi le fait peut être que les originaires de la Sangha ne vouent à Sassou qu’une affection de façade. Sassou n’a rien fait pourqu’ils jouissent de leur richesse forestière. Alors une sorte de blâme mystique.
Une situation qui devra faire réfléchir le président sortant.
Dans la Sangha, la campagne de Sassou a un gout amer.
Les sympathisants déçus. Quelques commérages autour en catimini.

Autre chose, ce mardi c’est jour chômé et payé . Même les boutiques et marché fermés. Tout le monde doit assister au meeting : agents de l’état, expatriés, confessions religieuses. Bref le meeting d’un candidat a eu les allures d’un discours d’un président en fonction.

Sassou doit revoir la stratégie organisationnelle de son équipe.


Sassou aurait-il le mauvais œil ?

Depuis deux ans, on meurt beaucoup autour du président :
- Ambroise Noumazalaye
- Jean-Pierre Thystère Tchikaya
- Augustin Poignet
- Edith Lucie Bongo Ondimba née Sassou Nguesso
- Omar Bongo Ondimba…

On dit certains décédés bien que l’annonce de leur mort ne soit pas officielle :
- Jean-Baptiste Tati Loutard
- Hilaire Mountault
- Maurice Nguesso…

De vieux fidèles font défection :
- Justin Lekoundzou Iti Ossetoumba
- Emmanuel Ngouelondélé…

La technique le trahit :
- Panne de son et d’image lorsqu’il prononce l’éloge funèbre de sa fille défunte
- Incendie de son dépôt de matériel électoral
- La Sangha se refuse à lui (voir ci-dessus)…

Le peuple lui-même le rejette violemment pour la première fois :
- Obsèques de JPTT…

Et Sassou, stoïque retourne au charbon et réclame sa réélection.
Denis Sassou Nguesso, même les esprits vous ont lâché, où voulez-vous aller ?