Je me permets d’attirer l’attention de la communauté nationale et la communauté internationale.

Aujourd’hui ce qui se passe au Pool notamment à Kinkala est inconcevable. La localité est devenue un camp de concentration où se déroulent des expérimentations médicales sur les victimes du dernier conflit.

Les soins administrés par le Clan Sassou aux populations du Pool se déroulent en dehors des règles d’usage et en l’absence des protocoles scientifiques et des codes déontologiques actuellement admis et reconnus par la communauté scientifique et médicale internationale.

Les produits administrés sont d’une origine douteuse.
Les populations meurtries du Pool passent pour des cobayes humains exposés à des conditions cruelles avec des produits contestables et nocifs.
Le choix de la population du Pool est l’aboutissement logique du plan Mouébara, concerté dans le cadre de l’extermination du peuple Kongo du Pool et de l’expropriation de leurs terres.
Ce plan se précise dans la perspective de conservation du pouvoir à vie par les Mbochi.

Une firme fantôme

EDS Pharma, est le nom énigmatique qu’on suppose être les initiales de Edith Denis Sassou. La vocation de cette entreprise serait médico-pharmaceutique. Mais son site internet EDS Pharma reste avare en indications sanitaires. D’ailleurs le site semble encore en construction. On suppose que EDS Pharma est le laboratoire où sont fabriqués les produits distribués dans le Pool dans le cadre d’un programme médical des plus suspects. La connotation « solution finale » de la démarche du gouvernement traverse les esprits. Et il serait léger de considérer notre cri d’alarme comme faisant partie de la théorie du complot.

Que disent nos détracteurs de la baisse du prix de la bière brassée dans les brasseries dont ils ont le contrôle ? Or l’alcool contient des produits toxiques, expirées. N’est-ce pas encore l’opium administré au peuple pour qu’il soit anesthésié et peu préoccupé par leur situation d’extrême pauvreté.

Nous avons la preuve que les produits administrés sont d’une origine douteuse.

JPEG

Pathétique empathie

Cette pseudo philanthropie de Christel Sassou Nguesso dans la région du Pool est financée à coût de centaines de millions de F Cfa.
Les corps constitués de l’Etat, les larbins de la dictature congolaise issue du coup d’état constitutionnel du 24 octobre 2015 et du holdup électoral du 20 mars 2016 ainsi que les pauvres populations asservies sont mobilisés pour la circonstance.
L’escapade criminogène de Christel Denis Sassou à Kinkala commence à révéler des dessous troublants. Certains spécialistes font état d’une dérive sanitaire meurtrière au vu du non respect des protocoles sanitaires requis en matière de traitement médico-chirurgical.

En effet, l’opération de santé communautaire dans le Pool meurtri, s’inscrit dans la chronique d’une mort annoncée intitulée Mouébara.

Conditions d’hygiène gênantes

Comment peut-on se substituer à un Etat pour apporter des réponses salutaires là où le pouvoir absolu incarné par le père, la mère, le fils et les mauvais esprits du Clan Sassou ont failli.
Voici quelques faits qui plombent cette opération dite de santé communautaire :
1.Tous les patients opérés l’ont été dans un seul bloc défiant toute mesure aseptisée. Il faut craindre qu’il y ait des complications infectieuses qui pourraient emporter les patients opérés.
2. Toutes les pièces opératoires sont jetées à la poubelle, empêchant du coup le diagnostic anatomo-path.

Cela ne nous étonne pas, car le coordonnateur de cette opération n’est autre que Monsieur Aimé Bembé un pharmacien et non un médecin. Il n’a aucune compétence pour gérer tout ce qui est médico-chirurgical. Ce n’est rien d’autre que de l’imposture doublée d’une irresponsabilité. Ce monsieur, « oncle  » de Christel Sassou et homme à tout faire est un vendeur d’illusions pour ne pas dire truand qui passe son temps à gruger son neveu par alliance.
3. Les médecins et autres personnels qui animent cette opération ont déserté les hôpitaux donc des patients, trahissant au passage leur serment, ceci pour percevoir les miettes des pétrodollars volés par Kiki Christel Sassou Nguesso le plus grand pilleur du Congo.

Toute honte bue, ils dorment dans des tentes insalubres pendant que le pseudo coordonnateur passe tout son temps à faire la java à Brazzaville.
4. Les honoraires de ces médecins réduits à l’état d’esclaves s’élèvent à 40.000 F par jour contre 60.000 F que propose l’Etat. Le gap serait détourné par l’entourage de Christel Denis Sassou Nguesso selon la formule : « le voleur volé  ».

Chose étrange Madame la Ministre, Lydie Mikono, a apporté son aval à cette opération criminelle, comme de nombreux cadres du Pool. Sans oublier les leaders des partis politiques qui ont leurs bases électorales dans le Pool. Il s’agit des Kolelas, Landry et Brice, Jean Claude Nsilou, Adélaïde Moughani, Isidore Mvouba, Hellot Mampouya, Bernard Tchibambéléla et bien d’autres.

Charlatans

Comment peut-on admettre que la société ou laboratoire EDS PHARMA soit en mesure de fabriquer et de stocker et de distribuer des médicaments qui ne sont pas conformes à des normes acceptables de qualité et d’efficacité pour ceux qui vont en consommer ?

Ces produits génériques de l’entreprise industrielle pharmaceutique EDS PHARMA ont-ils reçu une homologation obligatoire ? L’OMS a-t-elle délivrée un certificat de la qualité des produits fabriqués par EDS PHARMA ?
Le Laboratoire EDS PHARMA est une machine à donner la mort. Il ne présente aucun système d’homologation officiel.
Nous disons donc que EDS PHARMA est un produit toxique en l’absence des principes directeurs.
EDS PHARMA n’a pas :
- 1. Adopté une définition précise des produits pharmaceutiques et des différentes catégories de détenteurs d’autorisation ;
- 2. Déterminé le contenu et la présentation des autorisations délivrées aussi bien en ce qui concerne les produits que les détenteurs d’autorisation ;
- 3. Etabli les critères qui servent de base à l’évaluation des demandes d’autorisation.
- 4. Fourni aux parties intéressées des indications concernant le contenu et la présentation des demandes d’autorisation ainsi que les conditions de renouvellement de prorogation ou de modification de l’autorisation de mise sur le marché.
N’oublions pas que la définition du produit pharmaceutique dépend généralement des propriétés revendiquées par le fabricant.

Théoriquement tout produit destiné à être administré aux personnes pour traiter, prévenir et diagnostiquer une maladie, pour l’anesthésie, pour la contraception ou pour modifier de toute autre manière les fonctions physiologiques normales devrait être contrôlé.

D’où les documents officiels comme les autorisations de mise sur le marché des produits et les autorisations délivrées aux fabricants et aux distributeurs :
1. LES AUTORISATIONS DE MISE SUR LE MARCHE DES PRODUITS stipulent la composition et la formation détaillées du produit, l’identification de ses principes actifs d’après la pharmacopée ou toute autre spécification officiellement reconnue, l’interchangeabilité clinique (dans le cas des produits génériques), le conditionnement, la durée de conservation et l’étiquetage.
2. Autorisations délivrées aux fabricants aux distributeurs sont délivrées suite à l’inspection de la pharmacie qui est chargée de veiller que les produits pharmaceutiques répondent aux conditions énoncées dans l’autorisation de mise sur le marché jusqu’au moment où ils sont délivrer à l’usager.

Est-ce que l’inspection nationale de la Pharmacie du Congo a-t-elle veillé que les produits pharmaceutiques distribués par l’association « Perspectives et Réalités » de Christel Sassou Nguesso, répondent aux conditions énoncées dans l’autorisation de mise sur le marché jusqu’au moment où ils sont délivrés aux populations du Pool ?
Ces inspections se sont-elles faites périodiquement avec des contrôles ponctuels en vérifiant ou procédant à l’analyse d’échantillons choisis, pour s’assurer que les produits ne subissent pas de dégradation inacceptable au cours du transport ou du stockage à la périphérie.

Méthodes nazies

Les responsables de l’entreprise fantôme EDS PHARMA, et Christel Denis Sassou Nguesso sont-ils devenu les docteurs Josef MENGELE, Carl CLAUBERG ou des responsables des camps de concentration Nazis de triste mémoire où étaient traités un grand nombre d’enfants juifs souffrant du NOMA en leur administrant des vitamines et des sulfamides comme le mentionne l’un des produits EDS présenté en sirop, il s’agit de HEDIT provenant du laboratoire fantôme EDS PHARMA domicilié au 35 Avenue des trois Martyrs.

Nous attirons donc l’attention de la communauté nationale et internationale que Kinkala est bien devenu un camp de concentration de triste mémoire comme ceux à la fois de BUCHENWAL, de DACHAU et de RAVENSBRUCK.

Avertissement

C’est pourquoi nous disons à la communauté congolaise de dissuader les sœurs et les frères du Pool d’accepter ces médicaments dangereux introduits par Sassou Nguesso par l’intermédiaire de son fils dans le but inavoué d’anéantir en provoquant de nombreuses maladies. Retournez aux médicaments traditionnels à base de plantes de chez nous pour soigner certains maux. N’acceptez plus ces médicaments qui ne sont pas des produits homologués et fiables. Suite à notre enquête nous confirmons que ces produits sont nocifs pour votre santé.

Enfin nous demandons à l’OMS en particulier et au Secrétariat général de l’ONU de s’impliquer d’assurer une protection médicale et sanitaire aux populations rescapées des bombardements dans le Pool.
C’est pourquoi nous demandons l’implication de :
1 . – Monsieur TEDROS ADHANON GHEBREYESUS, Directeur Général de l’OMS dans le Pool en tant qu’institution qui a pour objectif d’amener tous les peuples du monde au niveau de santé le plus élevé possible. Nous considérons que le bureau régional de l’OMS est inopérant, sourd, aveugle et silencieux aux souffrances du peuple qui est à des dizaines de kilomètres de leur siège de Brazzaville.
2– Monsieur Antonio Guterres, secrétaire Général des Nations Unies, dans sa fonction initiale consistant à stopper les atrocités de masse, avant qu’elles n’arrivent et montrer au monde ce dont l’ONU est capable, conformément au Chapitre 15 de la Charte des Nations Unies.

Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU, sur la base de tous les dossiers en votre possession et de la situation présente concernant l’administration des médicaments non autorisés, qui vise à soumettre intentionnelle une population à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle, nous vous demandons de prendre vos responsabilités.
Monsieur le Secrétaire Général de l’ONU mettez fin aux souffrances des Congolais en vous impliquant par l’organisation d’une Conférence internationale sur la crise sociale, politique et économique du Congo. L’aide du FMI n’apportera rien aux souffrances des Congolais.

Monsieur le Secrétaire Général vous avez pris l’engagement de parler pour ceux qui n’ont personne pour protéger leurs droits.
Les familles recherchent leurs parents disparus, les prisonniers sont dans les mauvaises conditions de détention c’est le cas d’une part de Jacques Bananganzala, Jean Ngouabi, Paulin Makaya, Anatole Libongo Ngoka de l’ancien Ministre Okombi Salissa candidat aux présidentielles de mars 2016 toujours détenu dans les locaux de la DGST, jamais jugés depuis 18 mois et d’autre part du général Mokoko détenu abusivement, jugé et condamné à 20 ans de prison ferme et depuis plus d’un mois les conditions de son emprisonnement sont devenues insupportables. Il ne voit la lumière qu’une demie heure par jour le temps de recevoir la nourriture que lui apporte sa famille.

Voilà pour vous, Monsieur le Secrétaire Général une occasion d’agir pour que demain vous ne comparaissez pas au tribunal de l’histoire.

Maurice MASSENGO-TIASSE