Message de nouvel an de l’association
Actions pour le Congo-Brazzaville avec
Jean Marie Michel MOKOKO-France
(ACB-J3M)
Par Thierry-Paul IFOUNDZA, Président.

Congolaises, Congolais, Chers Compatriotes,

Nous venons de tourner les pages de l’année 2019, marquées dans notre pays, le Congo-Brazzaville, par le désespoir. Celles de l’année 2020 qui s’ouvrent à nous, devraient nous offrir des opportunités visant à mettre un terme à la tyrannie. Votre quotidien est misérable. Vous êtes nombreux à vous interroger sur votre avenir et celui de vos familles. Ces questions qui relèvent du bon sens, demeurent pour la plupart sans réponse.

Comment sommes-nous arrivés là ?

Comme vous le savez, D. SASSOU NGUESSO règne en maitre absolu, depuis près de quatre décennies, avec comme mode de gouvernance la violence et la corruption. Cette gouvernance est non seulement en contradiction avec la Charte de l’Union Africaine sur la démocratie mais aussi elle est à l’origine de toutes les souffrances des congolais : la baisse de votre pouvoir d’achat par le non-versement délibéré des salaires des fonctionnaires, pensions de retraite et bourses des étudiants, écoles et hôpitaux en ruine, la fermeture de l’unique université, la pauvreté, l’injustice sociale, l’impunité pour les crimes économiques impliquant les hauts fonctionnaires de l’État et la famille présidentielle, les assassinats politiques, les coupures périodiques et délibérées de l’internet pour isoler le Congo du reste du monde. Le non-respect des fondamentaux de l’économie a même contraint le Fonds Monétaire International à interrompre son programme d’aide. Le pays est en faillite. Le spectacle désolant de l’effondrement du viaduc de la Corniche de Brazzaville vient corroborer ce que nous avons toujours dénoncé. En effet, dans un pays où la corruption gangrène les institutions de la République et/ou la part des commissions dans l’octroi des marchés publiques est plus importante que celle allouée à la réalisation des projets d’intérêt général, l’on ne peut s’étonner de la médiocrité des résultats. Ces infrastructures médiocres ne résistent pas aux premières vagues des inondations et des pluies.

L’ironie du sort c’est que toutes ces réalisations s’écroulent les unes après les autres devant D. SASSOU NGUESSO quelques mois seulement après leur mise en service. Il n’est même plus possible de circuler faute de routes adéquates. L’incompétence des autorités de fait est mise à nu. De l’avis de nombreux observateurs, cette catastrophe économique, environnementale et humanitaire est d’autant plus incompréhensible que le Congo dispose de nombreux atouts et est classé quatrième producteur de pétrole en Afrique.

Pendant ce temps, nos amis de l’Afrique anglophone, de l’Asie et de l’Amérique Latine qui autrefois étaient dans des situations socio-politiques similaires que nous, ont rompu avec les régimes totalitaires, instauré des vraies démocraties avec une alternance politique et créé des conditions favorables au développement.

Chers compatriotes,

La crise sévère que traverse notre pays est due à la modification illégale de la Constitution et au vol électoral ayant conduit le président autoproclamé, D. SASSOU NGUESSO, à emprisonner son principal rival politique, le Général Jean Marie Michel MOKOKO, pour l’avoir défié aux urnes. Voilà plus de trois ans que le Général MOKOKO, homme de conviction, vainqueur des élections présidentielles du 20 mars 2016, croupit toujours en prison. Ces pratiques d’un autre âge ont entrainé le pays dans l’impasse : les populations sont dans le désarroi face à l’injustice à l’égard de la majorité des congolais qui avait voté pour JMM MOKOKO. En parlant de l’injustice, je voudrais partager avec vous cette parole de l’ancien Chancelier Allemand Willy BRAND, Lauréat du Prix Nobel de la Paix, qui disait « N’oubliez jamais : celui qui laisse commettre une injustice, ouvre la voie à d’autres injustices ».

Pour l’association Actions pour le Congo-Brazzaville avec Jean Marie Michel MOKOKO-France (ACB-J3M), seule une solution politique pourra ramener la paix et la sérénité dans le pays. Le Congo a besoin d’une réconciliation nationale qui doit passer par une justice. Sans cette justice, la rancœur des Congolais envers ce régime tyrannique coopté par la françafrique, ne se dissipera pas. La libération du général MOKOKO tant souhaitée par la majorité des congolais et la communauté internationale, pourrait déjà constituer une première étape vers cette réconciliation.

Congolaises, Congolais,

Ce régime politique cause un grand préjudice aux jeunes qui représentent l’avenir de notre pays. Ils en sont les principales victimes. C’est pour cette raison que j’aimerais m’adresser à eux en ces termes : D. SASSOU NGUESSO a toujours été indifférent à vos aspirations. Il ne soucie pas de vos droits aux libertés fondamentales, notamment vos droits à une éducation, un travail décent, un environnement sain, une alimentation équilibrée, etc. De plus, il a expressément détruit les systèmes éducatif et médico-social en place pour continuer à vous maltraiter. En réalité, la stratégie de D. SASSOU NGUESSO est simple : moins vous êtes instruits, moins vous êtes éduqués, plus il va continuer à vous utiliser comme ses chiffons, à volonté. Vous êtes donc livrés à vous-mêmes dans l’oisiveté. Pendant ce temps, sa famille vit dans le luxe. En un mot, il vous a appauvris. Il nous a appauvris. Ce qui m’emmène à Nelson MANDELA qui déclarait « La pauvreté comme l’esclavage ou l’apartheid, n’est pas naturelle. Ce sont les hommes qui la créent et la tolèrent, et ce sont les hommes qui la vaincront ».

Dans ce sens, je vous invite, vous jeunes congolais, à user à votre avantage, cette misère dans laquelle SASSOU NGUESSO vous a entrainé. J’en appelle donc à votre imagination pour vous désolidariser du système SASSOU NGUESSO et à combattre ce mal à la racine.

Chers compatriotes, vous avez certainement remarqué que le parti politique de SASSOU NGUESSO, le Parti Congolais du Travail (PCT), a tenu en décembre dernier à Brazzaville, 2019, son 5ème congrès. Pour l’association ACB-J3M, cet évènement ressemblait plus à la cour du roi Pétaud qu’à une véritable assemblée d’hommes soucieux du sort de leurs pays. Il ne fait aucun doute que les décisions issues de ce congrès n’affecteront pas positivement votre quotidien, bien au contraire.

Quant à D. SASSOU NGUESSO qui s’est récemment exprimé sur les réseaux sociaux pour rejeter l’idée selon laquelle il n’est pas un dictateur. Je lui répondrai ainsi : vous dirigez le Congo par l’arbitraire depuis quarante ans. Il n’y pas de séparation des pouvoirs. Vous avez confisqué tous les pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif. Vous entretenez avec la justice des relations incestueuses. Vous détenez dans vos prisons des opposants politiques dont le plus connu n’est autre que votre rival, le général MOKOKO. Vous avez également désarmé l’armée régulière et créé une armée parallèle ou irrégulière composée essentiellement de mercenaires qui terrorisent les populations. Il n’y a pas de liberté d’opinion et de presse. La police politique est omniprésente. Les enlèvements nocturnes et les tortures sont monnaie courante. Le simple fait d’évoquer votre nom pour quelque sujet que ce soit, où que l’on se trouve, déclenche de la frayeur. Si cela n’est pas du totalitarisme, alors je m’interroge ! Pour être honnête avec vous, le Congo est sous la dictature la plus féroce au monde.

D’autre part, en fustigeant la diaspora à travers les réseaux sociaux et en faisant volteface à vos faux opposants de Brazzaville, vous D. SASSOU NGUESSO venez implicitement de reconnaître la diaspora comme une force d’opposition crédible à votre pouvoir. Par ailleurs, l’association ACB-J3M regrette qu’en dépit de nombreuses occasions qui vont ont été offertes, vous n’ayez pas emprunter le chemin de la chasteté !

Chers compatriotes, nous nous sommes engagés dans un combat difficile, très difficile, pour la libération de notre pays de la tyrannie. A cet effet, je félicite l’équipe de coordination ACB-J3M-USA et les cellules de résistance contre la dictature évoluant en Amérique du Nord, en Europe et en Afrique pour leur travail remarquable et efficace.

Chers amis de la résistance, sachez que vous avez l’estime du président de l’association du Général MOKOKO. Mais je vous prie de ne pas oublier nos camarades qui n’ont pas eu de chance, qui nous ont quittés prématurément, victimes de la barbarie. C’est pourquoi, à l’aube de cette nouvelle année, mes pensées vont à : Augustin KALA-KALA, journaliste et opposant politique, Gérard BOUKAMBOU, ami et fidèle compagnon du Général MOKOKO, aux dizaines d’adolescents assassinés dans des commissariats de police à Brazzaville par la police politique par gazage, pour ne citer que ceux-là.

Enfin, chers compatriotes, notre Congo est en lambeaux économiquement et socialement. Parallèlement l’achat des consciences occidentales par D. SASSOU NGUESSO a atteint son paroxysme. Mais nous ne pourrons vaincre toutes ces cruautés dont le maître d’œuvre n’est autre que ce président autoproclamé, que si vous êtes proactifs. Je vous invite donc, à être proactifs.

Chers compatriotes, au nom de l’association ACB-J3M-France, je souhaite que l’année 2020 soit une année de combativité et d’espérance.

Vive le Congo-Brazzaville !

Je vous remercie.

Thierry-Paul IFOUNDZA – Président de l’association ACB-J3M
Paris, le 19 Janvier 2020

Message de nouvel an de l’association Actions pour le Congo-Brazzaville

MESSAGE DE NOUVEL AN DE L'ASSOCIATION ACTIONS POUR LE CONGO-BRAZZAVILLE AVEC JEAN MARIE MICHEL MOKOKO-France (ACB-J3M) Par Thierry-Paul IFOUNDZA – Président. Paris, le 19 Janvier 2020

Publiée par Acbj3m sur Dimanche 19 janvier 2020