Dans leur déclaration du 10 mai 2018, les Evêques catholiques du Congo ont pointé du doigt ce qu’ils considèrent comme les origines du mal du Congo à savoir la révision de la Constitution en 2015, malgré leurs mises en garde à l’époque.

Ils ont également évoqué la crise dans le département du Pool qui ne pourrait être résolue que par une réconciliation véritable à travers la recherche de la vérité, de la justice, des réparations.

Ils n’ont trouvé aucune circonstance atténuante sur la manière dont les autorités politiques et administratives ont conduit le pays à la dérive en dépit de l’embellie financière sans précédent de ces dernières années. Ils ont notamment mis en exergue les préfinancements sur les contrats pétroliers, le niveau élevé de la dette, la corruption généralisée, l’enrichissement personnel inexpliqué.

Enfin, ils ont pointé l’irrespect des Droits de l’homme, les procès d’un autre âge, comme celui qui a condamné le Général Mokoko à vingt ans de réclusion.

Comme solution de sortie de crise, la Conférence épiscopale du Congo a préconisé le DIALOGUE NATIONAL qui devrait aboutir à un modèle politique et institutionnel consensuel.

Peuple congolais, Sauvons-nous en s’impliquant dans une Concertation inclusive.

Prenons nous-mêmes en charge les destinées de notre pays aujourd’hui délabré.

Nous demandons à tous ceux qui adhèrent au christianisme social de nos Evêques à préparer cette CONCERTATION INCLUSIVE, en signant la présente pétition.

Fait à Paris le 13 mai 2018

JPEG