Aux yeux de la CDI (Convention des Démocrates Indépendants) l’ONU est non seulement un machin comme dirait De Gaulle, mais surtout une machine à provoquer misère et ruines. D’autres avant la CDI avaient déjà fait ce constat nuisible du Machin.
 
« L’ONU n’a pas les moyens de sa politique dans le monde et va faire la mendicité au Congo  » souligne avec sévérité Adrien Houabaloukou, Président de la CDI. Il y a lieu de « mener une diplomatie très active auprès de l’Union Européenne et en France » préconise-t-il avec, en arrière-plan, la proposition d’une annulation pure et simple de ce que tout le monde appelle mascarade électorale du 16 juillet 2017 (législatives qui donnent la majorité absolue au PCT de Sassou).

Le double langage est une spécificité de l’ ONU, superstructure qui n’a jamais tiré les enseignements de la SDN ( Société des Nations) à laquelle elle succéda : « Comment expliquer, que l’on vient de chasser à peine les soldats congolais sous la bannière de l’ONU en Centrafrique » et que dans le même temps la même ONU s’emploie de confier « la réunion annuelle de la crise des Grands Lacs et la pacification totale de l’Est de la RDC à un hors-la-loi comme Denis Sassou Nguesso.  » ! C’est comme si dans un incendie on donne la lance à eau au pyromane. La deuxième guerre mondiale éclata parce la SDN cafouilla. Avec des Poutine et autres Trump qui jouent avec le feu, l’ONU risque de jeter le monde dans une nouvelle Apocalypse.

Aucune suite dans les idées de cette organisation mondiale. C’est la même logique qui plaça à sa tête Kurt Waldheim, ancien nazi autrichien qui réussit à se refaire une virginité.

Pour la CDI, « Pendant que les congolais sont sur le front de l’annulation des élections politiques poubelles au Congo. (...) l’on valide des élections privées et publiques. »
Un député PCT kidnappa un bureau de vote à son domicile. Résultat, le bougre a obtenu 100 %. Et il n’a pas été le seul à réaliser ce score nord-coréen.

Le sanglot de l’homme noir continue sans que cela n’émeuve les fonctionnaires de l’ONU. Quant à l’Union Africaine ex OUA, elle est entièrement d’accord que Sassou organise des élections sans les perdre. Ce syndicat ne compte aucun chef d’Etat élu en toute transparence. Ce n’est pas sous l’ère Macron que ça va changer.

Désinformation de RFI

Dans un article de Patrice Aimé Césaire Miékassissa (Congo-Liberty.com du 5 août 2017) le black-out de RFI sur les tricheries aux dernières législatives est analysé à juste tire comme une conspiration du silence sur le Congo de Sassou. RFI = Radio France Internationale ou Radio fausses Informations ? Toute l’information est focalisée sur les trois rejetons de Sassou élus à la nouvelle assemblée. Rien n’est dit sur les manipulations des votes ; rien sur le député de Boko, vainqueur des élections mais poursuivi dans la brousse à coups de kalachnikovs par la milice de Sassou. Aucun mot sur le retrait d’un candidat à Ouénzé après que les militaires soient venus voter dans sa circonscription sans montrer une seule pièce d’identité. Motus sur la garde à vue de Christel Sassou en France dans l’affaire des Biens Mal Acquis alors que toute la presse, y compris, RFI avait fait un tintamarre quand le fils du dictateur équato-guinéen fut gardé à vue par la même police française. Deux poids, deux mesures.

Le silence de la presse a été si assourdissant qu’une partie de l’opinion congolaise en est encore à douter que la police ait pu mettre la main au collet de Christel Mapapa Nguesso. « Intox ! le bonhomme passe ses vacances en Chine » peut-on lire sur les réseaux sociaux. Et pourtant, de sources sûres, il a goûté au violon. Dans cette affaire Coluche aurait dit : « biens mal acquis profitent à certains profils. »

Dans le même article de Congo-Liberty.com l’auteur analyse en effet que la Françafrique prépare l’opinion à recevoir l’idée que Denis Sassou-Nguesso prépare son fils à lui succéder. Christel Nguesso est pourtant surnommé par les méchantes langues « Angwalima » (du nom d’un mythique voleur des années 1960 à Léopoldville). Sauf que Angwalima fut une sorte d’Arsène Lupin doublé d’un Robin des bois, volant aux riches pour donner aux pauvres. Ce qui est loin d’être le cas de Denis Christel Nguesso qui a davantage le profil d’un Bernard Madoff que d’un Rouletabille.

L’ONU serait-elle toujours «  cette institution internationale à vocation les droits de l’homme » ? C’est Niet. Elle laisse faire les massacres dans le Pool en se bornant de condamner le dictateur sur le bout des lèvres.

Diversion

 RFI nous a abreuvés à satiété des 120 % de la dette du Congo. « Ne nous laissons pas divertir par l’abondance de l’actualité et il nous faut rester vigilant » analyse la CDI. En bons prestidigitateurs, RFI, FMI pointent du doigt vers une direction alors que l’essentiel se passe ailleurs. Un bon tour de magie est avant tout un détournement de l’esprit du spectateur. Le tour de passe-passe consiste, in fine, de nous sortir Christel dans un chapeau.

Le métèque Angwalima, futur Président du Congo, au nom du père et du fils et des mauvais esprits de la Françafrique. Ce serait le lot des Congolais. Amen.
 
Thierry Oko