Qu’un chat soit noir rouge ou gris, qu’importe ! L’essentiel est qu’il nous débarrasse de la souris !

Après un périple de près de 200 Km, et sous un soleil radieux de printemps, la délégation du Congrès du peuple s’est rendue le samedi 04 mai 2013, à Blois, chef-lieu du département de Loir-et-Cher en région Centre en France.
Conduite par son président le Dr Marcel Guitoukoulou, la délégation est allée à la rencontre des congolais et citoyens habitants la ville de BLOIS et des environs (Orléans et autres). Ce déplacement a pour but d’expliquer le bien fondé du travail pédagogique mené depuis plusieurs années.

Devant un parterre de Congolais de la ville, et une population attentive, monsieur Gladys Toudissa, maître de cérémonie, présente ses salutations et remerciements à la délégation au nom des habitants de Blois. Puis dans une brève note introductive, présente le Dr Marcel Guitoukoulou (Médecin anesthésiste-réanimateur dans les hôpitaux de Marseille et d’Aix en Provence, ses actions dans l’humanitaire en faveur du Congo, son engagement pour la Paix au Congo lors des différents conflits qui ont lourdement endeuillé le Congo Brazzaville)

Après une séquence d’extraits vidéo retraçant le parcours du Dr, monsieur Gladys Toudissa a invité ce dernier à expliquer son projet devant les compatriotes de Blois venus écouter et échanger.

Prenant la parole, après les formalités d’usage auprès de ses hôtes, le Dr Marcel Guitoukoulou a aussitôt circonscrit les maux qui minent le Congo Brazzaville, notre pays.

« -Le Congo est malade, le pays est malade de sa classe politique  ;
-Le Congo est malade ; le pays est malade de sa majorité politique ;
- Le Congo est malade ; le pays est malade de son opposition politique ;
-Le Congo est malade ; le pays est malade de sa société civile »

Suivant une pertinente analyse sur ces différents maux, le Dr Marcel Guitoukoulou a esquissé des orientations pour sortir de ce cercle vicieux dans lequel majorité, opposition et une partie de la société civile sont complices, au nom des intérêts intrigants et personnels.

Pour ce faire, la première solution passe par une réconciliation véritable de tous les fils et filles du Congo. Le dialogue entre victimes et bourreaux et la Justice aideront au pardon. A cet effet, il faut aider les familles des victimes à faire leur deuil pour qu’elles puissent pardonner.

La seconde solution est le renouveau démocratique au travers la construction d’un Etat de Droit, dont le piler est une constitution juste et inviolable. La faiblesse de l’opposition actuelle constitue un handicap majeur pour relever ce défi. « Pourquoi l’opposition congolaise, malgré l’échec cuisant du pouvoir en place n’arrive-t-elle pas à reconstruire ? Il lui faut un leader charismatique, capable de rompre avec la classe dirigeante actuelle ; celle qui a signé un contrat à durée indéterminée dans la spoliation de notre pays, le Congo !  »

Il est toutefois regrettable que l’opposition congolaise soit trop vénale de par ses prétendus leaders ! C’est l’unique raison de sa désorganisation, et du trop-plein de candidats aux différentes élections.

Nous appelons de tous nos vœux l’opposition congolaise à plus d’union, de sagesse et d’humanité pour se choisir un seul véritable leader, A l’instar du président Macky Sall qui a ramené l’opposition sénégalaise au pouvoir lors de la dernière élection présidentielle. L’union étant le seul gage du succès ; POURQUOI au Congo sommes-nous incapables de parler un seul langage ? »
Le public très réservé au départ, s’est enthousiasmé quand le Président du Congrès du peuple, parlant de l’égo démesuré de ceux qui par des titres pompeux se targuent d’être les véritables leaders de l’opposition, a fait allusion à la couleur du chat qui doit attraper la souris !!!

Le chat et la souris

« On s’en fiche qu’un chat soit noir, rouge, blanc, où tigré !!! Du moment que ce dernier nous débarrasse de l’emmerdante souris, c’est l’essentiel  »

La troisième solution est orientée sur le développement économique, social et culturel du Congo. Les congolais libérés de leurs chaines vont pouvoir entreprendre, se mettre au travail. La répartition de la richesse nationale va se faire sur des bases saines et équitables. Pour plus d’informations, il a exhorté à visiter son site officiel « changerlecongo.com » pour une esquisse du programme d’actions

Le Dr Marcel Guitoukoulou a demandé à son ambassadeur itinérant, M. Cicéron Massamba, de prendre contact avec les différents mouvements de l’opposition en vue d’une convention des forces congolaises libres pour construire une alternance politique au Congo Brazzaville. Ainsi le Président du Congrès du Peuple a jeté un pavé dans la mare à l’endroit des opposants de tous bords.
A la fin de l’intervention, s’est enchainée une enrichissante séance de questions-réponses entre le Dr Marcel Guitoukoulou et les participants. La pertinence des questions et la franchise des réponses ont galvanisé le public venu l’écouter et finalement l’applaudir en définitive.

Sylvain DAROMA

JPEG - 392.2 ko
La couleur du félin ne doit pas faire illusion sur ses capacités de prédateur dans la société des rongeurs
JPEG - 343 ko
Qui est le chat, qui est la souris ?