Décor

Deux pavloviens du débat (Cyr Makosso dans le rôle de celui qui stimule, Bedel Baouna dans le rôle de celui qui répond au stimuli), décryptent l’actualité dans un studio à Aulnay sous Bois à l’aide d’une technologie sobre qui contraste avec la profondeur des débats. Nous sommes dans les coulisses de l’émission. On s’active. Cyr et Bedel préparent les grandes lignes sur lesquelles se broderont les commentaires. Rien de tel pour accorder les violons, éviter les digressions (qui pourtant donnent la saveur...). En tout cas la méthode de travail tient du professionnalisme. Bravo. Nous sommes samedi 7 janvier 2017. Le numéro de cette semaine promet d’être rude. Comme c’est la fin de l’année, Ziana TV va faire d’une pierre de deux coups. « Après le Décryptage, suivra la synthèse de l’année 2016 » assure Cyr Makosso le chef d’orchestre.

Entreront plus tard en scène Arsène Poaty ( L’éditorialiste) qui s’active encore dans les bureaux et Alexis Passy (L’économiste) qui attend sur un divan dans la salle d’enregistrement. Les locaux sont gracieusement prêtés par une dame de bonne volonté, une mécène.
JPEG
A un jet de flèche de l’Hôtel de ville, le tempo de l’émission est lancé vers 17 h. D’entrée de jeu les deux rhétoriciens évoquent ironiquement le fiasco de Sassou aux USA. Puis ils taclent le délire juridique de la condamnation de l’opposant Paulin Makaya par le procureur André Oko Ngakala. Le stupéfiant silence des intellectuels congolais est passé au crible. Mais au fond qu’est-ce qu’un intellectuel, qu’est-ce qu’un écrivain ? « Il n’existe que trois intellectuels au Congo. Ecrire un livre ne fait pas de soi un intellectuel » décrypte Bedel Baouna : « Alain Mabanckou, Emmanuel Dongala, Charles Zacharie Bowao sont des intellectuels. » Les autres, Aka Lévy, Grégoire Léfouoba notamment, loin d’être des intellos, se sont accaparés le débat politique mais sont muets comme des carpes alors que le Congo est tiré vers le bas. (Ce silence sera encore plus assourdissant maintenant qu’on a arrêté André Okombi Salissan ce mardi 10 janvier 2017 - NDLR)

Coup de pied au cul

Le scalpel des décrypteurs perce par la suite l’abcès de la triche et de la corruption mis en place par Sassou. Anecdote - Le monarque apprit qu’en pleine action de corruption, Tchibambéléla du MCDDI (parti allié au PCT) puisa dans le nguiri destiné à acheter les votes dans le Pool aux présidentielles. Fou de rage, voleur volé, Sassou asséna un coup de pied au cul de Bernard Tchibambéléla. Bernard Tchibambéléla roula par terre. « Avec sa bedaine, la jambe lourde, je ne vois pas Sassou lever le pied pour une frappe physique » fait judicieusement remarquer Cyr Makosso.

Décryptage manie le sarcasme sur fond d’humour. C’est ce qui fait le charme de l’émission. L’intertextualité par le jeu des congolismes (phrases en lingala ou en lari dans le discours français) ajoute des effets comiques à l’analyse.

Masochisme et risques

Décryptage serait, semble-t-il, l’émission la plus attendue de ceux qui sont violemment critiqués par elle : Thierry Moungalla, Brice Parfait Kolélas etc. C’est le paradoxe du masochisme. Mieux, les ministres qui sont éreintés par les décrypteurs, sont la risée de leurs compères du gouvernement. Ce sont des rires jaunes. Au lieu de s’amender, ces messieurs de la classe politique congolaise persévèrent dans leurs erreurs.

Cependant, qu’on ne s’y trompe pas. L’audience la plus élevée de Ziana Tv se mesure chez les anti-Sassou, c’est-à-dire chez la majorité des Congolais qui ne peuvent pas souffrir la tête de Monsieur 8%, pas même en portrait.

Si les journalistes de Ziana TV et des autres sites de l’opposition sont sur une liste noire, cela ne serait pas pour nous surprendre. Aucune tyrannie ne supporte la critique, surtout quand celle-ci est fondée.

Bouffée d’oxygène

En effet, dans le monolithisme asphyxiant de Télé Congo , la chaîne numérique Ziana TV passe pour une immense bouffée d’oxygène. Ce site (c’est le cas de le dire) incarne rupture et vérité quant à la façon classique de traiter l’information.

Décryptage est au débat congolais ce que l’agora était à la société grecque antique : un champ où la parole circule avec insolence et désinvolture. En dialecticiens de la connaissance, Cyr Makosso et Bedel Baouna se livrent à une maïeutique qui éclairent sous un autre angle la réalité congolaise. Pour ceux qui s’en souviennent, Décryptage tient de l’ancienne émission Droit de réponse de Michel Polac, pour sa liberté de ton, de l’émission de France Culture Réplique d’Alain Finkenkault pour l’intransigeance à l’égard de la médiocrité. Bref, l’intégrisme médiatique du Congo de Sassou sait désormais à quoi s’en tenir. Rira bien qui rira le dernier. A la langue de bois de Télé-Congo, Ziana TV riposte avec la langue verte de ceux qu’aucune franc-maçonnerie ne lie au pouvoir dominant.

Duo de choc

Le duo, Cyr Makosso et Bedel Baouna, campe au cœur de Décryptage comme dans un ring de l’indignation, envoyant systématiquement une volée de bois vert aux ministres et au népotisme vénal de Mr 8%. A ce binôme s’ajoute Koumou Ngakosso, preneur de son et d’images, pilier de l’intrépide entreprise. Une fois la semaine, ces mousquetaires de l’information croquent avec une rare violence l’actualité politique congolaise et africaine.
JPEG

Synthèse

Comme dans une salle d’opération, Ziana TV dissèque les pathologies politiques de ceux qui dirigent le Congo avec un arbitraire incroyable, comme la récente arrestation d’André Okombi Salissa. Le bistouri des concepts cisaille alors les abcès qui gangrènent la société. La Justice congolaise est rongée par un mal qui, curieusement, laisse indifférente nos intellectuels/maison et la communauté internationale.

Eglise anathème

La corruption de l’Eglise congolaise (car en effet nos prêtres sont tous ou presque pourris) est soumise au scalpel de la critique pendant, qu’à l’inverse, une crème adoucissante est appliquée sur le corps de l’Eglise de la RDC qui a réussi à arracher la fin du mandat de Kabila en 2017 sans que ce dernier ait recours à un référendum comme le fit Sassou. L’Eglise du Congo est anathème, bonne pour la géhenne. Si Félix Tshisékédi, fils d’Etienne Tshisékédi a reçu l’onction des décrypteurs, en revanche Kiki Nguesso, fils de l’autre, ne bénéficie d’aucune grâce à leurs yeux. Figurez-vous que ce rejeton kleptomane s’est arrogé tous les contrats signés par le Congo tandis que, le boulimique Jean-Jacques Bouya s’est accaparé la signature de tous les contrats signés avec La Chine. L’anathème est jeté sur le procureur André Oko Ngakala auteur d’un immense déni de justice doublé d’un acharnement judiciaire sur la personne de l’opposant Paulin Makaya.

Cette semaine du 8 janvier 2017 André Oko Ngakala, psychopathe du Palais de Justice de Brazzaville, a été la tête de turc de Décryptage, volant même la vedette à l’inénarrable Président auto-proclamé Denis Sassou Nguesso tant, depuis le procès de Jésus par Ponce Pilate, voici 2000 ans, aucun individu n’a osé bafoué les droits d’un innocent dans l’indifférence totale de la Communauté Internationale. Pis, Sassou a consacré la forfaiture sur le plan planétaire sans qu’aucun grand prêtre de l’Eglise des Droits de l’Homme ne trouve quelque chose à redire. Au Congo le monde extérieur perçoit l’impunité comme un sacre, voire un sacrement. D’ailleurs au moment où Décryptage procédait à une chirurgie éthique et esthétique du Congo, un séminariste de l’ignominie, Jean-Louis Borlo était signalé à Brazzaville où probablement il donnait l’onction au couple Sassou/Oko Ngakala.

Mise en abyme

Ce samedi 7 janvier 2017, la chaine Ziana TV est contente de recevoir Congopage dans ses locaux. Cyr Makosso veut interviewer un média dans un média : mise en abyme. On remet l’entretien à plus tard.

Aulnay sous Bois, est l’arbre qui cache la forêt. Derrière nos brillants gladiateurs de la critique s’active une foule de plumes incisives avec laquelle devrait compter Ziana TV. Ce réseau finira-t-il par avoir raison du tyran de Mpila ? Là est la question.

Thierry Oko

ccr