email
Vivants sont les morts

Antoinette Sassou : chronique d’une mort annoncée

Langues d’aspic, les Congolais ont récemment enterré Marie-Antoinette Tchibota, l’épouse de Denis Sassou-Nguesso. C’était aller trop vite en besogne. Car il y a loin de la coupe aux lèvres. Plus vivante qu’Antoinette Sassou, on ne peut pas trouver.

Donnée pour morte depuis 2017, la première dame du Congo, comme le Phénix, renaît chaque fois de ses cendres.

Une vidéo a montré la rombière sur l’esplanade d’une église parisienne en train de descendre, certes avec nonchalance, les marches après avoir assisté à une messe d’action de grâce, vendredi 27 août 2021.

En vérité, Mme de Pompadour d’Oyo se porte comme un tank nazi. Elle se porte mieux que madame Mpamba, maman de Faye Monama, molestée par la police de Sassou.

Qui oserait douter que « là où le péché abonde, la grâce surabonde  » ? Dites encore que Dieu n’aime pas les pêcheresses !

Du coup, ceux qui ont échafaudé des plans funèbres sur son sort en ont pour leurs grades. Antoinette Sassou, est bel et bien vivante.

D’accord. Sur l’esplanade, le pas, à la fin de l’office, ce dimanche, est quelque peu clopinant. On est certes loin de la prestance physique de l’époque où elle célébrait ses soixante-dix balais à St-Tropez. Mais, tout va bien. Pas de quoi en faire un foin On a vu pire. Par exemple Justin Lékoundzou.

D’UNE VEUVE A L’AUTRE

Certains ont même utilisé la théorie du quiproquo. Une certaine veuve Milongo décédée à Pointe-Noire la semaine dernière a suscité des fantasmes funestes. L’époque, a-t-on conclu, était difficile pour les membres de la classe politique. Tous étaient en train de partir dans l’au-delà.

Or, il y a eu maldonne. La veuve Milongo (Laurentine alias la Laura) se porte comme un char allemand. La dame Milongo décédée dans la ville balnéaire est une homonyme.

Quant à l’hypothétique loi de série, il y avait de quoi flipper en effet. Jugez vous-même : d’abord Guy Brice Parfait Kolélas, ensuite le général Bokemba, Jean-Pierre Manou-Kouba ; puis le général Philippe Bikinkita ; puis encore Justin Koumba. Avouez qu’il y a de quoi se poser des questions.

Les parieurs du funèbre escomptaient ranger Antoinette Sassou dans la macabre loterie. Raté.

Tchibota a botté en touche. Les prévisions météorologiques annonçant le changement climatique fatal à Mpila ne se sont pas du tout vérifiées. Malgré sa mort annoncée, Mère Anto est toujours en vie et enviée.

La sortie de messe parisienne où, pimpante comme une rose, Antoinette Sassou alias Ngouli, est entourée de prêtres congolais est un formidable pied de nez aux croque-morts de tous bords.

EXIT cures thermales en Suisse et autre séjour en hôpitaux parisiens. Trèves d’allusions à des thalassothérapies helvétiques. Au diable des évocations présentielles thérapeutiques à Marbella en Espagne. De fausses rumeurs tout ça !

« Bo ko zéla trop » semble chanter Mère Anto en toisant la foule d’admirateurs et de détracteurs venue l’acclamer à la fin du culte parisien. Jamais l’Eglise du Congo ne se sera souciée comme Nianga-Mbouala de l’avenir du régime de Mpila qu’en observant l’activisme des prêtres noirs autour du salut de la Première Dame.

LA PRESSE

Parmi les badauds : l’inénarrable duo Aristide Mobébissi/Sadio Kanté, les Talibans des chaînes virtuelles congolaises qui affirment sans preuves. Nos deux chroniqueurs avaient envisagé le destin de Tchibota dans un fauteuil roulant. Sadio a même confié avoir aperçu Anto sur une chaise mobile.

Or Anto a fait mentir la prophétie. Elle marche sur ses deux pieds. « Nzoto kolongono. » Maintenant « Bo loba lisusu !  »

Les chroniqueurs de la nécrologie ne savent plus sur quel pied danser. Parmi eux aussi figurent les journalistes d’une chaîne kinoise. Ces derniers ne se sont pas embarrassés de déontologie dans les bulletins de la fin du mois d’aout 2021. Ces confrères avaient déjà apprêté leur oraison funèbre.

La mort de nombre de têtes couronnées a boosté de lugubres prophéties. Pierre Nkurunziza, le Président Burundais, Hamed Bakayoko, Premier ministre ivoirien, Idriss Déby, Président Tchadien, Jovenel Moïse Président Haïtien, Hissen Habré, ancien Président Tchadien, la grande faucheuse a eu raison d’eux.

On a pensé à Sassou en se posant l’éternelle question métaphysique : « A qui le tour ? »
Ils ont précipité l’épouse dans la tombe.

Mais là aussi, échec et mat. Sassou et sa chère et tendre épouse ne sont pas encore éligibles à la grande corvée de bois.

Balzac créa un personnage : Trompe-la-mort. Le couple présidentiel congolais est de la même filiation que ce héros de la Comédie Humaine. Le duo présidentiel est éternel. Il a la longévité de Jeanne Calment.

Simon Mavoula

Laissez un commentaire
Les commentaires sont ouverts à tous. Ils font l'objet d'une modération après publication. Ils seront publiés dans leur intégralité ou supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte.

Recevez nos alertes

Recevez chaque matin dans votre boite mail, un condensé de l’actualité pour ne rien manquer.