Après avoir contribué directement ou indirectement à son déclin, Kolélas et Ntoumi tentent de faire du charme à la région du Pool. But de la manoeure : s’y faire élire à l’occasion des prochaines législatives. Dans ce travail de séduction, Sassou s’y emploie également par son épouse interposée, Antoinette Sassou, née Tchibota, dont la maîtrise du lari a laissé les paysans bouche bée durant le meeting de Kinkala.

Par Benjamin BILOMBOT BITADYS

Après la chape de plomb qui s’est abattue sur la région du pool, après le bruit des bottes, cette région retrouve aujourd’hui, soudain, ses lettres de noblesse. Le Pool est devenu la coqueluche des différents candidats à la députation. Les leaders politiques de tous horizons se bousculent au portillon de Kinkala, se rappelant au bon souvenir de la région décrétée jadis, « locomotive du Congo » par un célèbre homme d’Etat. Dorénavant c’est à qui aura le plus long cortège de véhicules 4x4 et à qui offrira le plus grand festin aux paysans.

Deux coqs dans un même « poolaillier »

Le « bal de Ndinga » a été ouvert par Bernard Kolélas qui a sillonné les localités du Pool en évitant soigneusement celles qui sont sous le contrôle direct du Pasteur Ntoumi (son "autre lui-même").

Malgré son rapprochement de Mpila, B. Kolélas a le mérite d’être le premier leader du Pool à partir à l’assaut d’une région abandonnée pendant près de dix ans par tout le monde. Avec quelle contrepartie politique ce coup politique a-t-il donc été monnayé ? On peut aussi se le demander.

Annoncée depuis plusieurs mois, la rencontre entre Ntoumi et Kolélas n’aura pas eu lieu alors que Ntoumi, confiné pendant plusieurs années dans son maquis, se référait toujours au Nkoumbi de Total ! N’avait-il pas laissé entendre qu’il se rallierait dès le retour du Vieux au pays ? D’où vient alors la pomme de discorde ? Quelles ont été les termes de la négociation entre l’Elysée et Mpila pour valider le retour de B. Kolélas à Brazzaville ? Le "Bernard Kolélas" rentré à Brazzaville ne correspondait-il plus au "Bernard Kolélas" attendu par Ntoumi ? Ntoumi, avec ses ambiguïtés, ne s’est-il pas décridibilisé auprès de Kolélas ? Autant dequestions qui viennent à l’esprit. Au bout du compte les deux hommes se sont mutuellement déconsidérés. A la grande satisfaction de Sassou.

On peut dire que la meilleure opération « financière » réalisée par Sassou c’est moins les 750 millions d’euros dérobés au Trésor Public congolais (cf. Le Canard enchaîné de la semaine du 4 avril 07) que le fait de s’être mis Bernard Kolélas et Frédérique Bitsangou alias Ntoumi dans sa poche.

Jugée importante, cette rencontre avortée (kolélas/Ntoumi ) aurait dû être le point de départ d’une véritable stabilité de la région. En apparence, les deux hommes ont chacun une stratégie politique diamétralement opposée mais, en réalité, cette ligne est convergente et se trouve être bénéfique pour Sassou (L’homme des actions secrètes). Bernard Kolélas, pendant longtemps opposé à l’homme fort de Mpila, a changé de fusil d’épaule ; il s’est rapproché de son vieil ennemi. Tant pis même s’il lui doit son long exil ivoirien puis malien. Les bons comptes font les bons amis. Et, en l’occurrence, Sassou ne compte pas quand il veut acheter une conscience.

Gavés comme des oies

Du coup, B. Kolélas le nouvel allié de Mpila s’attire les critiques et les foudres des habitants du Pool qui ne savent plus à quel saint se vouer. D’où l’accueil glacial réservé au Vieux. Le site Mwinda précise que les gens avaient préféré vaquer à leurs occupations qu’aller faire la haie d’honneur à son passage. Quant à la tournée de Ntoumi, selon notre confrère Kimpwanza, il y avait à boire et à manger. Cependant on peut se demander si mangeurs et buveurs étaient au rendez-vous.

La population sait que le Pasteur de Loukouo n’est pas un saint. Elle s’est rendu également compte que le "Moïse de Total" ne l’a pas conduite comme convenu vers la Terre Promise. En définitive, o peut dire que ceux qui ont fait le déplacement, lont fait par politesse ou sous le coup de la menace et du chantage des cadres locaux du PCT.

Au lieu de gaver les populations comme des oies, ces sommes faramineuses ne peuvent-elles pas servir à la réfection des routes, des écoles, des dispensaires ?

Depuis son retour, Bernard Kolélas œuvre pour la paix, criant à qui veut l’entendre que « la démocratie n’est pas un champ de bataille » Et pourtant la région qu’il vient de sillonner n’est que cendres et ruines alors que la guerre est supposée terminée depuis quelques années. Mais, de cette incohérence, le leader charismatique ne dit mot.

En effet, après sa tournée hautement médiatisée dans le pool, B. kolélas s’est muré dans un silence assourdissant. Cette stratégie du laisser-faire et laisser-aller produira-t-elle des fruits ?

La métamorphose de Ntoumi

On se souvient que le Pasteur Ntoumi avait décidé de croiser le fer avec les troupes de Sassou Nguesso lancées à ses trousses dans la région du pool, jurant, la main sur le cœur et sans rire, qu’il avait reçu une mission divine, il a lui aussi changé de stratégie. Désormais il se présente comme un leader civil voire laïc, et dans la foulée il a mis sur pied un parti politique qui présentera des candidats aux différents scrutins. L’ancien CNR s’est transformé. Mais qu’on ne s’y trompe pas. Il s’agit d’une métamorphose opportuniste et intéressée. L’époque n’est pas encore révolue où le Révérend/rebelle mettait en branle son incroyable capacité de nuisance dans la région. Entre le culte de l’Agneau Pascal et celui du Veau d’Or, le Pasteur du Pool a fait son choix.

Le CNR du nouveau Ntoumi peut-il ratisser au-delà de la région du Pool ? Par exemple dans la Cuvette où Sassou est le maître des lieux ? Cette course à l’échalote peut-elle être profitable à la région du Pool ?

De toute façon, Sassou reste intraitable sur la question d’une commission électorale indépendante. Aussi, on se demande à quoi rime cette campagne dont on sait les résultats truqués d’avance ? Nous naviguons en pleine farce politique ; une comédie humaine à laquelle se prêtent deux fils du Pool. A ce duo imprévisible on peut ajouter malheureusement d’autres jeunes loups, actuellement très actifs, sillonnant également la région, en quête de voix pour des futures élections sur la transparence desquelles aucun vrai démocrate n’est dupe.

La main invisible

Est-il besoin, au bout du compte, de se demander d’où proviennent les financements qui garnissent les poches de Kolélas et Ntoumi pour battre campagne ? Face à cette concurrence du couple infernal dans sa région natale, l’homme de Mpila doit se frotter les mains. Ca fait toujours plaisir quand deux loups se mangent. Mais pourquoi diable Sassou n’y est-il pas allé lui-même, préférant envoyer son épouse ? Toujours cette obession de la manipulation ?

Le développement de la région est le cadet de ses soucis même s’il s’agit de la "locomotive du Congo". Après avoir défait militairement le Pool, la Nouvelle Espérance entreprend de l’humilier. C’est dans cette optique que la première dame, Antoinette Sassou Tchibota, a effectué une tournée dans la région du Pool. Jouant avec les symboles, cette femme qui ne s’est jamais exprimée dans la langue du coin a tenu un discours en lari avec un grand talent oratoire ; invitant les populations locales à oublier le passé et, comble de cynisme, recommandant à ceux qui sont malades du VIH de confier leur sort à Dieu. Le bon sens aurait été de mettre à leur disposition des moyens médicaux pour maîtriser l’épidémie. Mais le bon sens n’est pas la chose la mieux partagée dans l’univers sassouiste.

Selon Kimpwaza, des dons ont été faits par Congo Assistance pour séduire les paysans. « En marge du meeting, l’épouse du chef de l’Etat a remis des dons aux personnes vulnérables, aux ONG et associations de développement. Un purificateur d’eau a été remis à l’hôpital de Kinkala et un moulin de foufou au comité de gestion et de développement de l’école Ntari Ngouari. »

Malgré toutes ces opérations de charme (grossières) le Pool est-il prêt à oublier ? Pardonner, peut-être mais oublier, sûrement pas. Comme les Juifs de la Shoa, le Pool doit effectuer son travail de mémoire. Mais compte-t-on rallier à soi toute une région avec des cadeaux de pacotille ?

On pourrait croire que ces opérations de séduction de Sassou envers le Pool visent à compenser les défections dans son propre entourage. Or jamais la solidarité ethnique et régionale autour de Sassou n’a été aussi intacte. Selon Kimpwaza, la défection du général Emmanuel Ngoulondélé ne serait pas sincère. Ngouolondélé aurait depuis belle lurette négocié son come-back dans le clan Nguesso en catimini. Sassou a fait d’une pierre deux coups. Il s’est octroyé des alliés dans le Sud sans pour autant saliéner ses propres frères du Nord. Son secret ? Mouiller la barbe. En somme, ennemis et amis, Sassou les tient tous par la bourse

La résurrection de l’Eglise

Une réunion est bientôt prévue, à l’initiative des Eglises congolaises à Kinkala, afin de trouver une solution à la question du Pool. Que va donner cette rencontre à laquelle participeront toutes les sensibilités politiques et la société civile ? On se le demande. Espérons que la montagne n’accouchera pas d’une souris et que Dieu le Père entendra la prière d’Antoinette qui a exhorté les populations à se confier à Lui.