La mise en place de la haute autorité de lutte contre la corruption (HALC) a coïncidé avec l’ouverture du procès de l’ancien maire Christian Roger Okemba et du directeur général du budget Nicolas Okandzi. Emmanuel Olita Ondongo, 84 ans, nommé à la tête de cet organe devra batailler fort pour faire condamner les voyous en cols blancs tant les habitudes de piquer dans la caisse sont ancrées.

Chassez le naturel, il revient au galop. Le verdict du Tribunal de la Cour d’Appel est une montagne qui a accouché d’une souris. Sur la lutte contre la corruption, les détournements des fonds, les malversations financières, au Congo-Brazzaville, la parole de l’exécutif est pauvre, contradictoire et trompeuse. Pendant que le khalife d’Oyo, Denis Sassou Nguesso, serre la vis contre le général Jean-Marie Michel Mokoko, le fils de « Mama Mouébara » lâche du lest contre les voleurs de la République : Christian Roger Okemba et Nicolas Okandzi. La jurisprudence Elongo fait foi. Dans la partie septentrionale, le message de Sassou Nguesso est passé 5 sur 5. « Enrichissez-vous, ne touchez pas au pouvoir  ». Et, surtout, ne commettez pas l’erreur de suivre ce général de Makoua. Jean-Marie Michel Mokoko, c’est Icart qui s’est approché du soleil. Il s’est brûlé les ailes.

Jurisprudence Elongo

Les originaires de Makoua ne supportent pas l’incarcération de Christian Roger Okemba, des membres de sa famille et de Nicolas Okandzi, assassin du jardinier Bambélo. La jurisprudence Elongo doit s’appliquer à Christian Roger Okemba et à Nicolas Okandzi.

Jean Didier Elongo a volé 750 millions de francs CFA. Il a croupi quatre mois en prison, a été élargi et nommé au comité central du PCT. Pour plus que ce que l’on reproche à Christian Roger Okemba et à Nicolas Okandzi, des cadres « mbochis » trempés dans les malversations financières s’en sont tirés sans aucune poursuite judiciaire. Les exemples sont légion. Pour les ressortissants de Makoua, la jurisprudence Elongo doit bénéficier à l’ancien maire de Brazzaville et à l’ancien directeur général du budget.

Oba montre le « droit » à Oniangué

C’est désormais chose faite. Nicolas Okandzi a été lavé de tout soupçon. Il est blanc comme neige, libre comme le vent. Pour avoir détourné 1 250 000 000 de francs CFA, Christian Roger Okemba écope de cinq ans de prison et son épouse de trois ans avec sursis. Déclaré coupable des faits mis à sa charge, l’homme a été condamné à la peine de 5 ans de réclusion criminelle. Son épouse « Anastasie Eléonore Okemba est condamnée à trois ans de prison avec sursis », a déclaré le président de la Cour criminelle, Christian Oba, frère de Pierre Oba, ministre des Mines, énonçant le verdict.

Michel Oniangué, procureur de la République près la Cour d’Appel, représentant le ministère public n’a pas manifesté sa volonté de contester la peine ni de procéder à la saisie des biens mobiliers et immobiliers. Comment peut-on détourner une telle somme sans la complicité d’autres personnes sévissant dans les régies financières ?
Quand bien-même ce sont des voyous qui libèrent d’autres voyous, à quand l’application de la loi, rien que la loi ? Les populations du Congo-Brazzaville en ont marre d’une justice à la tête du client. Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Au Congo-Brazzaville, selon que vous serez originaire du septentrion…

Alors que les signaux d’alerte continuent de se multiplier sur le front de la gabegie financière et de la kleptomanie, lancés par le Fonds monétaire international (FMI) et les ONG qui luttent contre la corruption, il est temps d’en finir avec les illusions d’une gestion financière vertueuse dans un mode d’administration inchangé.

Benjamin BILOMBOT BITADYS