Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Débats sur le Congo, réflexions sur ce qui s'y passe, sur son avenir, la recherche de solutions.

Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par talangai4ever » Jeu 11 Fév, 10 11:19

http://www.sassou.net/


c'est peu ...mais c'est mieux que notre illustre prof' des ma science na ma technologie.
le pays change..de plus en plus d'étudiant rentre au pays. de plus en plus de congolais de la diaspora rentre au pays alors que dans les années 90 c'était l'inverse.

Le pays va mieux, n'en déplaise aux éternels insatisfait.
Avatar de l’utilisateur
talangai4ever
Doyen du forum
 
Message(s) : 193
Inscription : Mer 23 Août, 06 2:24

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Jeu 11 Fév, 10 11:23

Es-tu satisfait de ta grammaire? Ca c'est l'école du cobra, grammaire connait pas, seulement wo wo wo... avec des lokutas...
Pouah...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Loumo » Ven 12 Fév, 10 1:49

Vous n'avez même pas honte d'afficher ça sur internet, c'est-à-dire à la portée de toute la planète. Des rigolos : voilà ce que vous êtes. Continuez à faire votre cinéma avec des REALISATIONS à quatre sous. La séance va bientôt terminer.

Ba niama !
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Ven 12 Fév, 10 2:12

Une usine de ciment dans un région sablonneuse et sans calcaire!

Nos dirigeants sont trop stupides! Ils veulent implanter une usine de ciment à Pointe-Noire et faire venir du calcaire de la Bouenza pour alimenter ladite usine!
Mais vraiment, plus kon que ça, je meurs. Lisez-moi ceci:
Le Congo et l’Espagne concluent un accord pour l’implantation d’une unité de ciment à Pointe Noire
Publié le 11 février 2010 à 9h55

APA - Brazzaville (Congo ) Le gouvernement congolais a conclu un protocole d’accord avec une société espagnole, pour l’implantation à Pointe Noire (sud), d’une unité de production du ciment gris à base du clinker, a appris APA, mercredi de source officielle.

Avec une capacité de 500 mille tonnes par an cette unité sera la deuxième du genre au Congo après l’ex cimenterie de Loutété, devenue la Société nouvelle des ciments du Congo (SONOCC).

La mise en place de cette unité de fabrication du ciment gris s’inscrit dans le cadre du schéma du gouvernement congolais d’exploiter les ressources naturelles existantes, souligne t-on..

« L’accord que nous venons de signer avec la société Cementos vise à faire une étude globale sur la mise en place d’une grande cimenterie qui comprend deux parties dont la première concerne l’installation, dans les prochains jours, d’un broyeur de calcaire à Pointe Noire », a précisé le ministre Adada, signataire de cet accord.

Conformément aux clauses de l’accord, ce broyeur devra, dans un premier temps, importer du clinker (matière première) ailleurs pour la transformer en ciment à Pointe Noire ; ce en attendant l’exploitation du gisement de calcaire situé dans le district de Yamba (Bouenza) où l’on trouve d’importantes réserves capables de soutenir une production industrielle.

Le choix porté sur le Congo par l’investisseur s’explique, selon le représentant espagnol de Cementos La Union, Eugène Hubert Obba, par le fait que la situation géostratégique du pays présente des atouts indéniables.

« Nous visons le marché de la sous région en utilisant le Congo comme la plate forme de lancement de ce projet », a souligné Eugène Hubert Obba, sans préciser le coût d’investissement.

Il a par ailleurs précisé que l’installation du broyeur nécessite un investissement de plus de 9 milliards de FCFA, soit environ 15 mille euros.

Le projet d’une cimenterie à Pointe Noire est le deuxième du genre après celui ayant fait l’objet, en 2008, d’un accord avec la société sud coréenne, Conko Cement Co.Ltd qui elle aussi se fixait une production de 500 mille tonnes par an.

Mais vraiment ata vous-même ko??
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par talangai4ever » Ven 12 Fév, 10 10:37

Loumo a écrit :Vous n'avez même pas honte d'afficher ça sur internet, c'est-à-dire à la portée de toute la planète. Des rigolos : voilà ce que vous êtes. Continuez à faire votre cinéma avec des REALISATIONS à quatre sous. La séance va bientôt terminer.

Ba niama !

j'ai jamais vu de maison construite sans fondation.
on dirait que tu voudrais que Sassou commence par la toiture(industrialisation du pays).
D'abord l'électrification du pays, la construction des routes comme fondation, ensuite l'industrialisation suivra.
ça fera rire mais le congo doit profité de la destruction des industrie dans les pays occidentaux(comme la france). d'ailleurs ELF(désolé pour ce petit H.S) cherche a raffiné dans des pays où le cout des impots est peu élevé..ils pensent au congo pays producteur de pétrole.
Si le président EL SAS continue dans cette modernisation du bled, eh ben les bakulaka(homme d'affaire) viendront.

Mais je ne suis pas dupe, deja que la PPTE a déplut à certains congolais(pourtant cette mesure est bénéfique pour notre pays, mais bon on a de drôle de patriotes au congo) je comprends qu'une route sibiti _zanaga déplaise !
Les nouvelles qui font jouir Congopage ce sont celle du genre: rébellion..fusillade..assassinat politique...etc j'en passe.
Avatar de l’utilisateur
talangai4ever
Doyen du forum
 
Message(s) : 193
Inscription : Mer 23 Août, 06 2:24

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par talangai4ever » Ven 12 Fév, 10 10:47

niaou a écrit :Une usine de ciment dans un région sablonneuse et sans calcaire!


Mais vraiment ata vous-même ko??

Sérieux , la femme là!!!! :puf
Es tu choqué quand la France raffine notre pétrole à Grand Quevilly en Normandie?
toute proportion gardé en comparaison avec mon exemple congolo-normand , il n'ya rien de choquant à construire une cimenterie à pointe noire.
Après tout les déplacements des matières et la main d'oeuvre profiterons à nos compatriotes transporteurs de la bouenza et du kouilou.
Mais cela s'explique sans doute par le peu d'électrification(en revient au même sujet) que connait cette Région. Et dire que les fils de cette région une fois au pouvoir n'ont rien fait pour sa modernisation . Profitons des dénier de l'état pour rouler en 4X4 et en laguna(à la mode à l'époque)...ou en se gavant de "ngulu mâ Nkô" dans les ngandas des brazza dolisie et ponton. :roll:
Avatar de l’utilisateur
talangai4ever
Doyen du forum
 
Message(s) : 193
Inscription : Mer 23 Août, 06 2:24

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Ven 12 Fév, 10 12:31

Pour revendre le ciment à 150.000 ou 200.000 FCA la tonne, alors qu'au Cameroun, la tonne de ciment est à 70.000 FCA.
Et ça se vante d'être des francs-maçons, bâtisseurs infatigables du Congo...
Si le cobra en chef avait au moins un Bac C, il aurait compris les maths et la stratégie économique..
Ah, ces talangai4ever, et autres piètres dirigeants du pays!
Bikeno bouzoba ko??
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Ven 12 Fév, 10 12:45

Le 5 juillet 2008, je reproduisais ceci:
La Corée du Sud va investir 51 milliards FCFA pour construire une cimenterie au Congo-Brazzaville

BRAZZAVILLE, 4 juillet (Xinhua) -- La société sud-coréenne Eco Cement va financer 51 milliards FCFA (environ 113 millions de dollars) pour construire une cimenterie à Madingou dans le département de la Bouenza du Congo, a-t-on appris vendredi de source officielle.

La convention d'établissement vient d'être signée entre le président-directeur général d'Eco Cement, Park Dong Yool, et le ministre congolais du Développement industriel et de la Promotion du secteur privé, Emile Mabondzot, en présence du Premier ministre congolais Isidore Mvouba en sa qualité du président du Comité de pilotage de ce projet.

Au terme de cette convention, Eco Cement devra attendre, peu avant son installation effective, la délivrance par les autorités congolaises compétentes, de l'autorisation expresse d'occuper le terrain actuellement remis à elle, et de l'autorisation définitive d'exploitation des carrières de calcaires et d'argile situées à Madingou.

La nouvelle cimenterie sera construite en mode B.O.O (Build, Operate and Own). Le début des travaux de construction de cette cimenterie est pour fin juillet.

Après la construction, la cimenterie produira différents types de ciment. Elle aura une production estimée à 500 tonnes jours.

Les travaux de construction devaient commencer depuis la fin du mois de juillet 2008.
On est en 2010, et rien, nada, ata dissou!
Pouah, bandes de niangalakata...
Bikeno bouzoba ko??
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Ven 12 Fév, 10 12:49

Le pays va mieux, n'en déplaise aux éternels insatisfait.

Le pays va mieux avec l'Université Marien Ngouabi en lambeaux et qui n'a ni de toilettes ni de chaises pour les profs???
Combien de nouveaux travailleurs la Fonction publique a embauchés en 2009, ou même en 2008 pour pouvoir penser que le Congo va mieux?
Le taux de chômage au Congo a baissé de quel pourcentage durant cette période?
Bikeno bouzoba ko???
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Ya Sanza » Ven 12 Fév, 10 2:00

Allons Talangaï4ever, il faut ôter vos oeillères.
En ce qui concerne la cimenterie de Pointe-Noire, ôtez le ci du mot, et ça fait menterie.
1- Pointe-Noire, même après la mise en service de CEC (centrale électrique du Congo) ne disposera pas de l'énergie suffisante pour faire tourner une telle usine. L'essentiel de la production de CEC devant être absorbée par ENI et MAG Industries.
2- On ne pourra pas compter sur le chemin de fer, toujours aussi aléatoire, pour transporter les matières premières.
3- Le prix de transport du calcaire par la route sera rédhibitoire.

Par contre, je m'élève contre une affirmation de Loumo qui ne voit le pays qu'à travers l'idée qu'il s'en fait et qui n'y est pas venu depuis au moins 15 ans, quand il parle de réalisations à 4 sous.
Rien qu'en ce qui concerne les départements du sud du pays.
La route Brazzaville-Matoumbou a été construite.
La route Pointe-Noire/Dolisie est en construction. Je crains qu'elle ne soit très dangereuse mais le fait est qu'elle se construit.
J'ai parcouru la Lekoumou, de grands travaux routiers de bonne qualité sont en cours : EMCICA (entreprise portugaise) construit la route Sibiti-Mapati-Komono pendant que SIPAM (entreprise congolaise dont le principal actionnaire serait Emile Ouosso, ministre des TP, tiens tiens... ne pourrait-on pas parler de délit d'initié ?) se charge de la route Mapati-Zanaga et travaille très bien. SIPAM doit ensuite poursuivre par Zanaga- Massassa-Bambama et aussi refaire les enrobés de Sibiti-Loudima.
Dans le même temps MPD, holding en phase d'études de la faisabilité de l'extraction du minerai de fer du gisement de Zanaga, doit refaire la section Massassa-Lisengué, à quelques kilomètres de Komono bouclant un circuit de près de 320km. MPD entretient aussi avec Man Fai Tai une route ayant son origine à environ 30km au sud de Massassa en direction de Lissengué et qui débouche à Mossendjo.
Il est difficile de prétendre que dans ce secteur rien ne se fait.
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Ven 12 Fév, 10 3:05

La route Brazzaville Matoumbou construite??
Alors que le tronçon pont du Djoué/Madibou vient à peine de voir la première pelletée???
Ya Sanza, d'où prends-tu tes infos?
Le tronçon pont du Djoué/Madibou de la route nationale n°1 enfin en travaux!
Le ministre d’Etat Isidore Mvouba, coordonateur du pôle des infrastructures de base, a conduit une délégation de son pôle à Madibou, lundi 8 février, dans la matinée, pour le lancement des travaux de réhabilitation du tronçon Pont du Djoué/Madibou de la route nationale n°1, au Sud de Brazzaville.

Toutes les parties prenantes concernées par ces travaux, notamment les sociétés S.n.d.e, S.n.e, Socofran, Miambanzila y étaient représentées. Histoire de s’accorder sur tous les aspects liés au dégagement de la voie, afin que les travaux soient lancés normalement.

Le ministre d’Etat Isidore Mvouba, accompagné des ministres Claude Alphonse N’Silou, Emile Ouosso, Jean Richard Bruno Itoua et Thierry Lezin Moungalla, a souhaité que les travaux soient livrés avant le 15 août prochain, date de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance nationale.

Ce qui va soulager les usagers de cette route. Pour l’instant, c’est le calvaire pour les habitants des quartiers de la banlieue Sud de la capitale, qui déboursent jusqu’à 500 francs Cfa, pour aller du marché Total à Nganga-Lingolo, et vice-versa, à cause de ce tronçon défectueux.
Lasemaineafricaine.com
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Loumo » Ven 12 Fév, 10 5:30

Ce qui va soulager les usagers de cette route. Pour l’instant, c’est le calvaire pour les habitants des quartiers de la banlieue Sud de la capitale, qui déboursent jusqu’à 500 francs Cfa, pour aller du marché Total à Nganga-Lingolo, et vice-versa, à cause de ce tronçon défectueux.


Non seulement la route est impraticable, en plus il faut payer un péage de 500 F cfa pour l'emprunter.

Bravo, Monsieur d'Oyo. Vous le payerez cher un jour.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par zinzon » Ven 12 Fév, 10 6:29

Après tout les déplacements des matières et la main d'oeuvre profiterons à nos compatriotes transporteurs de la bouenza et du kouilou.

Mais cela s'explique sans doute par le peu d'électrification(en revient au même sujet) que connait cette Région. Et dire que les fils de cette région une fois au pouvoir n'ont rien fait pour sa modernisation . Profitons des dénier de l'état pour rouler en 4X4 et en laguna(à la mode à l'époque)...ou en se gavant de "ngulu mâ Nkô" dans les ngandas des brazza dolisie et ponton.


Cher talangai4ever , de deux choses l’une : ou tu es subjugué par la campagne de boukoutage que le clan de Mpila a mis en œuvre à travers « le chemin d’avenir », ou bien tu brilles par une ignorance pour ne pas savoir que le barrage de Moukoukoulou est dans la Bouenza.

Pour ton information, les grandes localités de cette région sont électrifiées et ne souffrent pas de délestages qui sont la règle à brazza et Pointe-noire.
Et puis, le gaspillage du clan d’oyo, avec les recettes pétrolières insprerées est sans commune mesure avec l’amusement de l’époque Lissouba.
Vous n’avez vraiment pas honte pour nous exhiber les insignifiantes réalisations pendant ce règne sans légitimité .
zinzon
Doyen du forum
 
Message(s) : 363
Inscription : Mar 17 Nov, 09 10:30

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Sam 13 Fév, 10 9:20

talangai4ever a écrit :Le pays va mieux, n'en déplaise aux éternels insatisfait.

Le pays va mieux quand la séléction du Congo se fait battre par l'Algérie 31 à 13 au hand ball au Caire?
Les Verts poursuivre leur entrée remarquable le vendredi avec une victoire écrasante 31-13 sur le Congo dans la 19e édition la coupe d’Afrique des nations de handball en Égypte can 2010 de 10 au 20 février
Aucun obstacle devant l’équipe Algérienne sur le chemin de surmonter le Congo et en plus les verts sont innovants dans la façon de jeu qui les met parmi les candidats sérieux pour remporter le titre.
Avec cette perte sévère le Congo quitte la compétition après avoir reçu sa deuxième défaite devant du Maroc 24-27 dans le premier match

C'est ça le pays qui va mieux?
Ah, talangai4ever, tu te moques de qui ko??
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Dim 14 Fév, 10 1:32

Brazzaville : Lieux de recueillement ou de rencontres ?

Ces derniers temps, à la morgue et dans des veillées mortuaires de Brazzaville, des femmes en tenues légères troublent le recueillement des familles éprouvées. Certaines vendent ainsi leurs corps, d'autres cherchent un mari. Des associations militent pour trouver des solutions en amont à ce phénomène lié à la pauvreté, l'ignorance et l'isolement de ces femmes.

(Syfia) - 8 h 30 du matin. Les gens arrivent en masse à la morgue municipale de Brazzaville pour les cérémonies de recueillement. Dans un groupe, deux femmes, très légèrement vêtues, sont stoppées à l’entrée du portail principal par des agents de sécurité. Depuis août dernier, la direction leur a confié pour mission de refouler toutes celles qui portent des tenues qu'ils jugent indécentes. Jasmine, venue soutenir sa camarade de classe qui vient de perdre son père, n'y trouve rien à redire : ’C’est normal de chasser les femmes qui ornent leurs corps de bijoux, mettent des dos nus ou sont 'en bras cassés' (manches coupées à la limite des aisselles, Ndlr). Nous ne venons pas ici pour nous faire voir, mais pour partager la douleur de celui qui est éprouvé.’
‘Quand je suis habillée ainsi, mon corps respire bien et je me trouve à l’aise. Maintenant, s’il y a des gens qui pensent qu'être en sexy signifie attirer des hommes, ça n’engage qu’eux. Ceux qui tombent dans le piège n’ont peut-être pas la maîtrise de leur instinct sexuel…’, répond une universitaire. Après six mois de strict contrôle vestimentaire, le nombre de femmes qui se présentent en tenue sexy à la morgue a, d'après la direction, diminué. Toutefois, de temps à autre, même des mamans y exposent leur corps pour attirer les regards.

Pour certaines célibataires ou veuves, les veillées mortuaires sont aussi une occasion pour trouver l'âme sœur. ‘Elles y vont pour trouver un mari ou se faire de l’argent, en portant des habits qui ne les honorent pas. Puis, elles vont s’asseoir dans les bars pour prendre de l'alcool. C’est là qu'elles marchandent leur corps contre de l’argent’, raconte Patrick Ngoma, diplômé sans emploi.

‘Ce racolage a pris de l’ampleur au lendemain des guerres récurrentes que le Congo a connues, comme si les mauvaises mœurs en sommeil s'étaient réveillées. Ces derrières années, la situation a empiré, car la femme est de plus en plus pauvre. Beaucoup de veuves ont des enfants à charge’, analyse Jeanne Ngouma. Cette veuve, ingénieur en développement rural et coordonnatrice de projets d'Ong féminines, poursuit : ‘Ces femmes ne parviennent pas à vivre et à s’assumer seules parce qu’elles sont ignorantes de leur rôle dans la société. Des associations les appuient, mais certains hommes préfèrent qu'elles restent dans la précarité pour continuer à les exploiter’, analyse-t-elle.

Plutôt que de les exclure encore plus ou de les sanctionner, les Ong militent pour différentes solutions de fond. Martial Edouard Yoka, membre de l’Association Mibeko, une Osc congolaise œuvrant pour la défense des droits des femmes, suggère : ‘L’Etat et la société civile devraient procéder à des campagnes de sensibilisation, afin de ramener la femme aux bonnes mœurs et à la conscience’. Jeanne Ngouma, appelle également à traiter le problème en amont : ‘Pour éviter que des femmes pauvres et oisives ne se livrent au racolage, il faut leur proposer de vraies activités qui leur permettent de se prendre en charge.’

Jean Thibaut NGOYI
Source: cliquez ici:
Et le pays va mieux, qu'il en plaise à Talangai4ever...
Bikeno bouzoba ko??
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Loumo » Dim 14 Fév, 10 2:23

Voilà qui prouve, une fois de plus, notre constat : le Congo est un pays mort dirigé par un zombi. La seule industrie qui marche est celle de la mort. Ailleurs, les femmes vont tapiner à la sortie des bureaux ou des usines. Au Congo, elle racolent aux abords de la morgue, lieu de deuil. Société de minuit, race maudite. Inimaginable. La présidence de Mpila et la Morgue de Brazzaville sont les seules institutions dans lesquelles Sassou investit sans compter. Alors que l'Hôpial manque d'ascenseurs, de scanners et de bloc opératoire, la morgue a été aménagé avec un luxe insolent. Décor de marbre, Musique en fond sonore dans la salle des pas perdus, ambiance feutrée, corbillards rutilants : tout est fait pour donner "les meilleures conditions de vie aux défunts" (avait cyniquement dit un proche de Sassou, un certain Emouéngué).
Aujourd'hui Hugue Ngolondélé, maire autoproclamé de Brazzaville, se fait des couilles en or sur le dos des morts. Il a fait du reposoir de l'Hôpital général de Brazzaville sa chasse gardée.
Tandis qu'il regarde avec morgue les familles éprouvées, monsieur le maire, non élu, a fait de ce lugubre endroit une unitié de production qui génère des sommes tellement immenses qu'il est prêt à tuer père et mère pour en être le PDG.

Pourquoi s'étonner que le prolétariat féminin, attiré par l'odeur de l'argent, fonce vers ces lieux sinistres comme des charognards sur des...cadavres.

Laissez les femmes en paix. Croyez-moi, tout cela prendra fin quand on aura enterré le régime morbide de Sassou.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Loumo » Lun 15 Fév, 10 9:39

Parfois Ya Sanza, ingénieur en Ponts et Chaussées qui en a vu d'autres me surprend par sa condescendance intellectuelle. Il écrit ceci au sujet des réalisations routières de Sassou :
La route Brazzaville-Matoumbou a été construite.
La route Pointe-Noire/Dolisie est en construction. Je crains qu'elle ne soit très dangereuse mais le fait est qu'elle se construit.
J'ai parcouru la Lekoumou, de grands travaux routiers de bonne qualité sont en cours : EMCICA (entreprise portugaise) construit la route Sibiti-Mapati-Komono pendant que SIPAM (entreprise congolaise dont le principal actionnaire serait Emile Ouosso, ministre des TP, tiens tiens... ne pourrait-on pas parler de délit d'initié ?) se charge de la route Mapati-Zanaga et travaille très bien. SIPAM doit ensuite poursuivre par Zanaga- Massassa-Bambama et aussi refaire les enrobés de Sibiti-Loudima.
Dans le même temps MPD, holding en phase d'études de la faisabilité de l'extraction du minerai de fer du gisement de Zanaga, doit refaire la section Massassa-Lisengué, à quelques kilomètres de Komono bouclant un circuit de près de 320km. MPD entretient aussi avec Man Fai Tai une route ayant son origine à environ 30km au sud de Massassa en direction de Lissengué et qui débouche à Mossendjo.
Il est difficile de prétendre que dans ce secteur rien ne se fait.


Ya Sanza, toi qui connais bien la région Rhône-Alpes. Peux-tu compter avec les doigts d'une seule main le nombre d'autoroutes, de nationales, de départementales et de cantonales qui constituent son réseau routier ?
Or cinquante ans après l'accession à l'Indépendance du Congo-Brazzaville, tu as réussi à dénombrer en un clin d'oeil les routes goudronnées sur toute l'étendue du territoire.
Et, malgré le peu d'infrastructures routières souvent impraticables, ces filous ont instauré des péages, signe supplémentaire d'arbitraire d'un régime qui ne rate aucune occasion pour en faire voir de toutes couleurs aux malheureux qu'il gouverne de main de fer.
Si ce n'est pas de sorcellerie, comment qualifier l'attitude du franc-maçon Sassou qui, malgré les milliards que rapporte notre pétrole n'arrive pas à électrifier tout le Congo ? Et dire que nous sommes au 21è siècle.

Que gagnes-tu, Ya Sanza, à encourager un pouvoir totalement à la dérive ?
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par Ya Sanza » Lun 15 Fév, 10 9:57

Il n'est en rien question d'exonérer le pouvoir de ses nombreuses carences, et de lui décerner un quelconque satisfecit, mais seulement de constater que le pays bouge un peu plus aujourd'hui qu'hier.
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Lun 15 Fév, 10 12:46

Ya Sanza a écrit :Il n'est en rien question d'exonérer le pouvoir de ses nombreuses carences, et de lui décerner un quelconque satisfecit, mais seulement de constater que le pays bouge un peu plus aujourd'hui qu'hier.

En effet, le pays bouge, il tourne en rond et sur place... comme l'avait déjà constaté le shah de Mpila en 1977, tout fraîchement arrivé à la tête du CMP à cette époque...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Barrage d'IMBOULOU + démarage des travaux SIBITI ZANAGA..

Message par niaou » Lun 15 Fév, 10 12:57

La Problématique Actuelle de l’Urbanisme de Brazzaville
Faut-il Construire une Nouvelle Ville ?

Par Jean-Claude BERI

Depuis sa création en 1880, Brazzaville qui à l’origine n’était qu’un village de pécheurs, se construit de façon désordonnée, sans un plan local d’urbanisme et sans architecture imposante (c’est aussi le cas de le cas de la ville de Pointe-Noire).

Les différents Maires qui se sont succédés à la tête de la ville n’ont pu y remédier.

Cette absence de cohérence d’urbanisme ou de plan local d’urbanisme n’a affecté ni les différents Maires, ni le Gouvernement de la République.

Ces maux, plus l’impotence et l’incompétence avérée de l’actuel Maire Hugues NGOUELONDELE se traduisent présentement par l’absence d’assainissement, d’insalubrité publique, la non-maîtrise du foncier.

Actuellement l’environnement de Brazzaville est impropre (http://berijc.over-blog.com/article-bra ... 53244.html). Depuis 2003, L’actuel Maire est le fossoyeur principal de la ville et le Conseil Municipal est coresponsable pour son silence abject.

Pourquoi SASSOU NGUESSO continue t-il à admettre ce déversoir d’incompétence ? Avec un budget annuel de plus de 6 milliards F CFA, la ville n’a pas de société publique de transport en commun pour soulager les citadins qui sont pénalisés par "les demi-terrains".

Absence de Plan Local d’Urbanisme (PLU)

La ville de Brazzaville doit-elle continuer à s’agrandir en horizontal ou en vertical ? Les offres de technicité d’urbanisme élaborée dans les années 1960, 1970, 1980 sont aujourd’hui tassées dans les placards du Maire de la ville. Et pourtant dans les années 1980, Brazzaville commençait à afficher un visage d’une ville vivante.

Les responsables municipaux doivent savoir que la beauté d’une ville ne s’apprécie pas seulement par le nombre des tours en construction. Certes, il y a eu quelques études de problématiques urbaines qui ont été faites. Mais quand il s’agissait de passer aux propositions, on retombait fatalement sur des projections spatiales et imagées d’un devenir urbain probable ou possible, mais presque jamais n’était faite la liaison avec, j’ose à peine dire un service après-vente, du moins l’équivalent de savoir qui serait réellement chargé de mettre en application un tel document d’urbanisme, avec quel calendrier et avec quels moyens.

Dans beaucoup de cas, des études, au demeurant fort coûteuses, sont dans les placards, les magnifiques plans ornant les murs du bureau du Maire ou du directeur des grands travaux. C’est par exemple, le plan d’urbanisme et de construction de nouvelles villas dans l’arrondissement 3 Poto-Poto. Un plan local d’urbanisme, même bien élaboré, s’il n’est pas appliqué devient caduc après dix ans.

Aujourd’hui, Brazzaville n’affiche qu’un visage celui d’un foyer de pauvreté de masses alors qu’une ville moderne doit inéluctablement avoir des milieux participant profondément au développement en dégageant des surplus économiques et financiers.

L’actuel Maire Hugues NGOUELONDELE n’a aucune vision sinon que sectorielle (cas des services de la morgue municipale) en s’enfermant dans une administration centrale alors que le développement urbain doit être transversal et multisectoriel.

Parallèlement à sa mission de définition de plans d’urbanisme, le Maire doit assumer la mission de maîtrise d’ouvrages, voire en maîtrise d’œuvre. Sur ce point, il existerait un véritable conflit avec la Direction des grands travaux de Jean Jacques BOUYA.

De ce point de vue, il serait anormal pour tout Maire de ne pas gérer la politique urbaine après l’avoir définie. Les autres obstacles majeurs à la gestion d’un plan local d’urbanisme est le domaine du foncier. Tout Congolais sait que le domaine du foncier est l’un des principaux verrous. Les municipalités n’ont pratiquement pas de ressources propres. Elles ont le recours de faire payer les permis d’occuper et elles en délivrent des milliers ; source de conflit.

Ces permis constituent un premier stade vers la légalisation de l’occupation de terrains dont le lotissement s’est effectué selon des procédures extra-légales (les chefs de terre ou leurs ayants droit jouant le rôle de promoteurs fonciers et lotissant à tour de bras dans les périphéries urbaines.

Cette pratique conduit à une non-maîtrise de l’urbanisation. La Mairie n’ayant aucune comptabilité et maîtrise du foncier, les propriétaires fonciers profitent de cette faiblesse pour vendre aux Congolais des parcelles dans des zones fragiles.

C’est le cas à Kingouari et Kinsoundi à Makélékélé, MFilou, Kombo, Talangaï, Kintélé (secteur Itatolo). C’est ainsi qu’on observe des inondations et le développement des ravins dans les quartiers ; les inondations, à Ouenzé, Moungali et Poto-Poto dues aux dernières pluies est une illustration.

Si la Mairie avait la maîtrise du foncier, les Congolais ne devaient pas construire dans ces zones fragiles. Comment comprendre que depuis 30 ans, le Maire n’a pas fait construire des égouts et pire, les collecteurs naturels ne sont plus curés ?

Dans le quartier 52 à Ouenzé, les populations vident les matières fécales et autres immondices dans les eaux de pluie qui par la suite inondent et se déversent dans toutes les parcelles ; étant donné qu'il n'existe pas d'égouts et les caniveaux existants sont bouchés depuis des lustres.

Comme palliatif, le Maire de Ouenzé, Marcel GANONGO demande aux policiers de verbaliser les populations vivant dans des parcelles démunies de latrines.

Je me demande si ce maire connaît les réalités de ce quartier puisqu'il est impossible aux populations de creuser des latrines du fait que le sous-sol de ce quartier proche du collecteur de Madoukou est très perméable.

La solution viable que les populations du quartier 52 doivent exiger du Maire est la construction des latrines modernes qui déverseraient dans des égouts. Les égouts auront comme point d'aboutissement une usine de traitement des eaux usées. L’absence d'égouts et d'une usine de traitement des eaux usées à Brazzaville conduirait à court terme à de sérieux problèmes de santé publique et d'environnement. Et même, Madoukou doit être curé et couvert. http://www.dailymotion.com/widget/jukebox?list[]=%2Fgroup%2FCCN-Reporters%3Fupload%3Aweb%3D1%26upload%3Awebcam%3D1&skin=default.

L’absence des égouts et des latrines modernes contribue à la prévalence du paludisme et des maladies hydriques (choléra, amibiases, typhoïdes, paratyphoïdes, vers intestinaux, etc.).

Comment peut-on admettre que le nouveau boulevard urbain Kombo-Moukondo ait été inauguré sans éclairage public ? Ceci n’émeut pas le Maire de Brazzaville.

SASSOU NGUESSO veut transformer l’aéroport de Maya – Maya en Hub (actuellement les travaux de construction et de réhabilitation sont en cours). Certes l’œuvre est louable mais dans cinq ans, on se rendra compte de sa saturation et étant situé en pleine ville, il n’y aura aucune possibilité d’extension (c’est d’ailleurs déjà le cas de l’aéroport dite international de Pointe-Noire).

Le gouvernement a-t-il informé les Brazzavillois concernant les problèmes de nuisance et de pollution aérienne ? Sachant qu’au décollage ou à l’atterrissage, les avions volent entre 1000 et 3000 m, a-t-on informé les populations riveraines sur les nuisances du trafic aérien sur la santé et des polluants atmosphériques ? Le bruit est néfaste pour la santé. Les méfaits sur la santé de l’exposition au bruit sont connus : troubles du sommeil, anxiété, hypertension artérielle.

Les polluants atmosphériques engendrent les maladies respiratoires, l’asthme…Le gouvernement a-t-il déjà fait une étude épidémiologique mesurant l’exposition des populations riveraines aux polluants atmosphériques liés à l’activité aéroportuaire ? A-t-on quantifié la pollution ?

Toutes ces interrogations méritent que l’on y prête une attention toute particulière étant donné l’importance des populations exposées à ces nuisances. Tout investissement doit prendre en compte, en amont, les effets pervers inhérents aux travaux à effectuer, sur la santé publique des populations.

Des idées à promouvoir

Compte tenu des contraintes du PPTE, SASSOU NGUESSO et son gouvernement ont les mains liées et ne peuvent pas s’offrir le luxe de la construction d’une nouvelle ville capitale.

Ainsi donc ,Brazzaville doit se doter d’un plan local d’urbanisme moderne

- Les Congolais détenteurs de titre foncier, permis d’occuper ou permis de construire puissent individuellement ou en association (class action) se constituer partie civile et porter plainte contre le Maire de Brazzaville, Hugues NGOUELONDELE.

- Le Conseil Municipal doit édicter et rendre obligatoire de nouvelles architectures pour toute construction.

- Le Conseil Municipal doit encourager le Gouvernement de construire et transférer certains ministères dans les quartiers périphériques. Ceci conduirait à un aménagement moderne de ces quartiers et décongestionnerait la circulation des populations et des véhicules.

- Le Maire doit achever et prolonger le boulevard de la corniche jusqu’à la hauteur de l’hôpital de Talangaï et procéder à l’aménagement des berges du fleuve Congo.

- Construction des infrastructures routières, marchés modernes, des gymnases, piscines ou autres infrastructures de sport.

- Construction des jardins publics et espaces verts (au moins deux dans chaque arrondissement).

- Brazzaville doit se doter d’une société de transport en commun.

- Le Conseil Municipal doit constater l’état de délabrement avancé de nombreux taudis situés dans la ville. Après sommation, si les propriétaires ne réalisent pas les travaux, le Maire doit initier des procédures d’expropriation.

- Le Maire doit réapproprier le foncier de la ville en rendant obligatoire :

1 – Tout Brazzavillois qui vend une parcelle lotie ou tout bien immobilier doit préalablement proposer cette vente à la Mairie pour en faire un bien d’utilité publique. La Mairie doit donner une suite à cette vente sous 30 jours.

2 – En l’absence d’une préemption de la Mairie sous 30 jours, le vendeur du bien immobilier rendra la proposition publique.

3 – construction des habitations modernes à loyers modérés.

- Le remplacement ou la réhabilitation des latrines privées normalisées, accompagnées de puisards destinés à l’évacuation des eaux usées permettra d’améliorer de manière significative l’hygiène corporelle tout en contribuant à assainir le cadre de vie familiale.

- La construction des égouts permettra d’éviter :

- la majorité des épandages d’eaux usées et d’excréments sur les sols des parcelles et des voiries publiques ;

- La pollution des sols et des eaux souterraines ;

- La dissémination des germes responsables du paludisme, du choléra, de la fièvre typhoïde, des amibiases et autres maladies.

La municipalisation n’ayant rien apporté de satisfaisant, ce n’est que dans un plan local d’urbanisme bien élaboré que Brazzaville affichera un visage attrayant, neuf, sécurisant et touristique.

Ainsi nous demandons ici à tous citoyens congolais ou étrangers aimant notre belle ville, aux investisseurs, aux donateurs et personnes sensibles à la tragédie que vivent les citoyens dans nos quartiers de nous contacter pour qu’ensemble nous mettions en marche le PURUB : PLAN D’URGENCE POUR LE RENOUVELLEMENT URBAIN DE BRAZZAVILLE.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Suivant

Retour vers Les Grands Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invité(s)
cron