Affaire des biens mal acquis

Débats sur le Congo, réflexions sur ce qui s'y passe, sur son avenir, la recherche de solutions.

Affaire des biens mal acquis

Message par 2010 » Jeu 11 Nov, 10 10:18

Affaire des biens mal acquis : L’étrange scénario de la justice française

Alors que la communauté internationale attendait, selon toute logique, que la cour de cassation de Paris juge définitivement irrecevable la plainte de Transparency International contre les présidents congolais Denis Sassou N’Guesso, équato-guinéen Théodoro Obiang Nguema et gabonais Omar Bongo Ondimba dans la fameuse affaire des bien mal acquis, la justice française a surpris en décidant d’autoriser l’ouverture d’une action judiciaire. Cette décision lourde de conséquences, en matière de droit international, puisqu’elle s’appuie sur des relents racistes et néocoloniaux évidents, me conduit, en ma qualité de citoyen d’Afrique de m’interroger sur le sens d’une procédure aussi sélective puisqu’elle n’est dirigée que contre des chefs d’Etats africains alors que, comme chacun le sait, les personnalités susceptibles d’être concernées par les chefs d’accusation de corruption et d’accumulation disproportionnée des biens sont ailleurs. Cette décision relance une campagne multiforme mettant en œuvre des méthodes nauséabondes s’appuyant sur une sorte de mafia économique, intellectuelle et politique. Elle mérite par conséquent une riposte appropriée que je formule en cinq points :

- Un acharnement indécent :
C’est une affaire qui, de toute évidence, a été conçue dans une officine de mise au point d’une stratégie de diffamation à grande échelle et de lynchage médiatique. Il faut en effet rappeler que le parquet de Paris avait classé sans suite, à deux reprises, en novembre 2007 et septembre 2008, des plaintes simples contre les trois chefs d’Etat africains. Le 29 octobre 2009, la cour d’appel de Paris avait infligé un retentissant camouflet à Transparency International et son avocat, Mr William Bourdon qui est également patron de Sherpa, une ONG française de défense des droits de l’homme. En mais 2009, après la décision de la doyenne de Paris, Françoise Desset, d’autoriser l’ouverture d’une information judiciaire sur les conditions d’acquisition en France d’un prétendu patrimoine immobilier et mobilier évalué à 160 millions d’euros pour les trois chefs d’Etat et leur entourage, le parquet de paris avait interjeté appel pour « irrecevabilité ».
La cour d’appel avait donc donné raison au parquet de Paris, en statuant positivement sur l’irrecevabilité de la plainte déposée par Transparency International qui n’a pas apporté la preuve qu’elle subit dans cette affaire « un préjudice personnel, économique, directement causé par les infractions qu’elle dénonce ». Malgré tous ces revers, Transparency Internation n’en démord pas et se pourvoit, toute honte bue, en cassation et même devant la cour européenne des Droits de l’Homme.

- Un dossier dépourvu de la moindre consistance :
Cet acharnement est d’autant plus diabolique qu’il ne s’appuie sur aucun fait matériel crédible. La plainte de Transparency International porte sur des « présomptions », des « soupçons » que sur des faits matériels avérés d’accumulation de bien immobiliers dans l’Hexagone. Pour le cas de Denis Sassou N’Guesso par exemple, il est établi que ce dernier est loin d ‘être un collectionneur de biens, quel qu’en soit la nature. L’exemple de sa résidence de Mpila, à Brazzaville, acquise à l’époque où il était encore simple officier des Forces Armées Congolaises et qui n’a, depuis, pas subi de modifications conséquentes est un exemple particulièrement parlant.
Les seules habitations dont il dispose à l’extérieur du pays demeurent un modeste pied-à-terre parisien et un pavillon ordinaire dans le Vésinet. Ces deux logements qui ne payaient pas de mine au moment de leur achat ont été réhabilités patiemment, à la sueur du front de leur nouvel acquéreur, et sont loin d’être, respectivement, un hôtel particulier et un château, comme le désignent pompeusement, avec une mauvaise foi manifeste, Bourdon et ses amis. Denis Sassou N’Guesso n’a jamais fait montre, dans sa vie, d’un goût immodéré pour le lucre et le luxe.

- L’action insolite d’un étrange défenseur des droits de l’Homme :
William Bourdon, qui est le catalyseur si ce n’est le cerveau de cette surprenante cabale, n’est pas aussi tolérant qu’il veut paraitre. Dès qu’un journal égratigne ses manières d’agir, il se drape aussitôt dans sa dignité outragée pour crier à la diffamation puis poursuivre les journaux qui auront osé s’en prendre à lui. C’est ainsi qu’il a trainé successivement devant les juridictions française les médias Congolais Brazza info et les Dépêches de Brazzaville. Curieusement, malgré ses outrances verbales contre des Chefs d’Etat, propos complaisamment relayés par certains organes de presse français comme RFI et France24, Me Bourdon n’a jamais été inquiété au titre de la diffamation. Il n’est pas étonnant que William Bourdon ait déclaré en décembre 2008 « que la criminalisation des atteintes à la liberté d’expression n’a plus sa place dans une démocratie moderne » et que selon lui, « il n’est que temps de dépénaliser la diffamation ».
A l’opinion de juger de quel coté penche la balance de la tolérance entre un pseudo-activiste des droits de l’homme et ses victimes médiatiques.

- Une entreprise savamment orchestrée de lynchage médiatique et de déstabilisation :
Transparency International tente de remettre au goût du jour le principe du « droit d’ingérence humanitaire » dont l’actuel ministre français des Affaires Etrangères, Bernard Kouchner fut non seulement le héraut mais également un triste héros. Dans quel but ? Il n’y a pas de doute que Bourdon et ceux qui le suivent cherchent à contrecarrer par tous les moyens le bel aplomb du Congo, du Gabon et de la Guinée Equatoriale qui ont pris une option décisive pour accéder à l’émergence. Le choix de ces trois pays du Golfe de Guinée dotés d’importantes richesses n’est pas fortuit. Les puissances occidentales veulent y mener une guerre pour le contrôle de l’Afrique et de ses ressources. Cette vision criminelle renvoie à certains faits de l’histoire africaine. A titre d’exemple, lorsqu’on a voulu assassiner le patriote nationaliste Lumumba, on l’a traité de communiste. Même schéma pour Kwamé Nkrumah et Nasser. Nous sommes victimes d’une connexion entre certains pays occidentaux, certains lobbies politiques, économiques et financiers et ces ONG dites des Droits de l’Homme qui exercent également dans nos pays.
Ce qu’il faut comprendre c’est que certaines puissances ne sont pas prêtes à supporter la présence en Afrique de patriotes ayant fait de l’indépendance économique et financière du Continent leur crédo. Surtout dans un environnement où l’Afrique et le bassin du Congo vont être au centre d’une bataille économique qui promet d’être ardue.

- Denis Sassou N’Guesso n’a rien à cacher :
Le chef de l’Etat Congolais peut défier toute personne mal intentionnée d’apporter la moindre preuve d’un enrichissement personnel au-delà de ce que peut lui permettre son traitement de numéro un du pays et quelques avantages connexes en rapport avec sa situation actuelle. Comme tout être humain, il a le droit de faire quelques économies sur ses émoluments et ses frais de mission afin de léguer un patrimoine, si modeste soit-il, à sa progéniture. Je pense également qu’il serait malsain de faire l’amalgame entre ses biens propres et ceux des autres membres de sa famille.
Denis Sassou N’Guesso est un bâtisseur, mais au service de la nation entière. Son art consommé de la prospective l’a conduit à privilégier un certain nombre de choses, dont les divers plans visant la modernisation économique et la démocratie politique. L’amélioration de la gouvernance et la transparence dans la gestion des ressources pétrolières, la lutte contre la pauvreté et ses intuitions positives sur l’évolution de la société sont autant d’atouts qui ont joué en sa faveur dans la course à l’adhésion populaire.
Constamment à l’écoute du peuple, Denis Sassou N’Guesso dispose de tous les ressorts lui permettant d’être en phase avec les aspirations légitimes du Congo profond. L’incroyable tintamarre autour des biens mal acquis n’est que la partie émergée d’un vaste complot visant la destruction d’une icône de la politique, dune personnalité de cœur devenue par une sorte de décret du destin, le symbole de la liberté, de la tolérance, de la réconciliation nationale et du développement économique et social. Une initiative inadmissible, aux yeux de l’histoire qui mesure nos actions et aux yeux de Dieu qui juge nos cœurs.

Christophe Pambou


Source : http://congoplus.info/tribune-libre/opi ... caise.html
2010
 
Message(s) : 4
Inscription : Mar 06 Juil, 10 2:39

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Ya Sanza » Jeu 11 Nov, 10 12:41

Pourquoi les chefs d'Etat cités s'inquiètent-ils ?
Puisque les accusations sont infondées ce sera mis en évidence par l'enquête et les plaignants seront déboutés.
Les chefs d'Etat en sortiront grandis.
Qu'ils laissent faire la justice.
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Ya Sanza » Jeu 11 Nov, 10 1:11

Etrange, les stratégies congolaise et gabonaise sont aux antipodes, le Gabon menace sans discuter sur les faits et refuse la compétence de la justice française, le Congo lui conteste les chefs d'accusation.

Qui est engagé sur la meilleure voie ?

In JA :
Biens mal acquis : la décision de la justice française contestée par le parti au pouvoir

Selon le parti du président gabonais Ali Bongo Ondimba, la Cour de cassation a commis une erreur en autorisant l’enquête sur l’affaire dite des « biens mal acquis ». Il met en garde contre le risque « tensions diplomatiques ».

Le Parti démocratique gabonais (PDG) du président Ali Bongo a estimé mercredi que la Cour de cassation française s'est « ridiculisée » en autorisant l'enquête sur le patrimoine en France de présidents africains et de leurs proches dans l'affaire des « biens mal acquis ». « La Cour de cassation s'est totalement ridiculisée en se fondant sur des arguments [...] saugrenus », affirme un texte diffusé mercredi 10 novembre par la présidence gabonaise et signé du PDG.

Le PDG a été fondé par feu Omar Bongo Ondimba, le père de l’actuel président et lui-même ancien président du pays. Omar Bongo Ondimba, Denis Sassou Nguesso du Congo et Teodoro Obiang Nguema de Guinée équatoriale sont tous trois accusés par l’ONG Transparency International (TI) d’avoir acquis en France des biens immobiliers et mobiliers de manière opaque, portant plainte pour « recel de détournement de fonds publics, blanchiment, abus de biens sociaux, abus de confiance ».

La question de la légitimité

« En s'arrogeant au nom d'une prétendue compétence universelle [...], le droit d'engager des poursuites pour des faits relevant d'autres États, les juges français ont cédé à un penchant courant chez tous ceux qui en Occident n'ont rien appris de l'Histoire », affirme le PDG. Le parti du chef de l'État gabonais se « réserve le droit de lancer toute action visant à assurer l'échec » de la procédure.

« Les décisions de justice sont rendues en France au nom du peuple français. Au nom de quoi le peuple français serait-il légitime pour juger des faits qui ne le concernent en rien ? », demande le PDG.

« En décidant que les activistes français de TI, dont les desseins cachés et donneurs d'ordre sont connus, avaient un intérêt à agir [...] la Cour de cassation s'est d'abord ridiculisée aux yeux de ceux qui y voyaient un temple du droit », estime encore le PDG. Le parti a qualifié les magistrats français d’ « arrière-garde nostalgique d'un temps révolu ».

Selon le PDG la Cour a « créé un précédent extrêmement fâcheux, source de tensions diplomatiques en s'inscrivant contre toutes les règles établies du droit international ». (avec AFP)
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Loumo » Jeu 11 Nov, 10 1:46

Ces deux logements qui ne payaient pas de mine au moment de leur achat ont été réhabilités patiemment, à la sueur du front de leur nouvel acquéreur,...


"Christophe Pambou" : C'est tout ce que Mpila a trouvé comme intello pour le défendre ? Cet anti-Emile Zola de Sassou, au lieu de dédouaner le soldat Sassou, l'accuse de plus bel.

Bien sûr que Sassou a le droit d'acheter autant de biens immobiliers qu'il veut en France ou en Pantagonie comme les Emirs moyen-orientaux, à la sueur de son front ou sur le sang des Congolais déchirés dans leur chair.

La différence avec les riches pétroliers Arabes du Koweit, c'est que chez eux, dans leur pays, il y a des routes, des hôpitaux, des écoles, de l'électricité, de l'eau potable (pourtant ce sont des déserts).

Quand Sassou aura doté son pays de toutes ces infrastrutures basiques, il pourra alors, sans offusquer personne, s'acheter tout le 16 è arrondissement parisien ou même une portion de la lune pour y ériger un palais.

Améliorer les conditions de vie de ses compatriotes : c'est tout ce qu'on lui demande. C'est étonnant que ce soit un Blanc et pas toi, Christophe Pambou, qui le réclame. Et cesse d'évoquer la thèse du racisme. Ce ne sont pas seulement des étrangers Blancs qui demandent des comptes à Sassou, mais 99% de Noirs Congolais, dont moi, Loumo qui suis kongo et non Breton.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8264
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par niaou » Jeu 11 Nov, 10 4:36

Ils ont osé voler aux domiciles privés du chef de l’Etat et de son fils, à Oyo

Des bandits ont eu le culot et l’audace de s’infiltrer au domicile privé du chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, et de son fils, Denis Christel, à Oyo, à environ 400 Km au Nord de Brazzaville, dans le département de la Cuvette, pour y voler, entre autres, des panneaux solaires et plusieurs litres de gasoil, après avoir déjoué la vigilance des agents chargés d’assurer la sécurité des lieux.

Mais, la joie de certains d’entre eux n’a pas duré longtemps, car la brigade territoriale de la gendarmerie d’Oyo a pu mettre la main sur deux voleurs, les nommés Marc Makaya, 24 ans, résidant à Oyo, et Engambé Michel, 21 ans, habitant à Edou et élève de Terminale au lycée technique. Ils ont avoué leur acte et ont indiqué que d’autres complices seraient en fuite. Ils ont été incarcérés.
Lasemaineafricaine.com
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6882
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Loumo » Ven 12 Nov, 10 1:05

Les voleurs n'aiment pas être volés. Admirez la rapidité avec laquelle les deux voleurs de poule ont été arrêtés. Si toutes les enquêtes se faisaient avec autant de diligence, la qualité de vie des Congolais aurait fait un bon de géants.
Pour moi, toutes les personnes qui font mains basses sur la richesse des Sassous (ce ne sont que des biens mal acquis) sont des héros.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8264
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par niaou » Ven 12 Nov, 10 1:48

Voler le bureau du ministre Parfait Kolélas n'a pas la même finesse que voler le domicile privé de Otchombé, ni même voler les câbles électriques de Imboulou...
Mes parents disent toujours: Okou'ondé le dza!...
Personne n'a encore tiré les leçons du sort infligé au jardinier de Okandzi...
Mais bref, quand dans ta cour, ton chef s'appelle Ali baba et ses ministres sont au nombre de 40...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6882
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Ya Sanza » Ven 12 Nov, 10 11:58

Les voleurs ont été arrêtés !
Vous nos la baillez belle, des mecs pas 100% nets ou pas politiquement corrects ont été arrêtés, ils ont été soigneusement cuisinés à la mode bras attachés dans le dos au niveau des coudes avec du fil électrique. Ils ont pris des baffes et des coups de bâton. Quelques humiliations bien cinglantes plus tard, ils ont avoué tout ce que les flics voulaient et même l'assassinat d'Henri IV.
Les coupables ont avoué, les flics ont démontré leur compétence et le chef est vengé.
Que demande le peuple ? Du vin, des jeux et des coupables. On leur sert sur un plateau.

En tout cas, gonflés les voleurs et surtout pas terrible la sécurité des propriétés. Imaginez que les types soient venus poser une bombe destinée à exploser quand les propriétaires seraient présents... Par téléphone par exemple, comme dans les films d’espionnage.
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Loumo » Ven 12 Nov, 10 7:27

A voir et écouter sur Zenga-Mambu la riposte des agents de Sassou.
Il s'agit d'une "Déclaration lue par Mr Bienvenu OKIEMY, Ministre de la communication, chargé des relations avec le parlement."
Le malheureux ministre se bat comme un diable pour jusitifer les biens meubles et immeubles de Sassou en France.
Il s'agit d'un point de presse. La vidéo de Zenga ne donne pas la suite. On ne sait pas si les journalistes pr"sents dans la salle posent des questions à celui qui est chargé de communiquer de la part de Sassou.
La dernière séquence de lu document visuel montre monsieur Okyémi quittant le pupitre d'où il fait son point de presse. Autrement dit, la mise en scène prévoit qu'il n'y avait pas de suite. "Circulez il n'y a rien à voir" : voilà le message.
"Circulez, il n'y a rien à voir" : c'est la formule classique qu'on oppose quand justement il y a beaucoup de chose à voir.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8264
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Ya Sanza » Ven 12 Nov, 10 8:47

Okiémy n'est pas forcément aussi mauvais qu'il en a l'air, mais prendre le parti de l'indéfendable relève d'un challenge qu'il vaut mieux laisser à autrui.
Avatar de l’utilisateur
Ya Sanza
Veterran
 
Message(s) : 1448
Inscription : Lun 07 Juil, 03 9:43
Localisation : Pointe-Noire

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par niaou » Ven 12 Nov, 10 9:01

Ya Sanza a écrit :Okiémy n'est pas forcément aussi mauvais qu'il en a l'air, mais prendre le parti de l'indéfendable relève d'un challenge qu'il vaut mieux laisser à autrui.

Le cobra suprême a ses pompiers de service quand la population est cruellement en manque des services de ces soldats du feu...
Rappellons-nous le cas de Ossebi qui a brûlé à petit feu...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6882
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Hannibal » Sam 13 Nov, 10 12:06

Il me revient il y a quelques 2 ans déjà, le duo Okyemi et Moungalla, comme défenseurs acharnés de Sassou sur cette même affaire sur 3A Télésud et sur la place de Paris avaient valu à ces deux flagorneurs leur actuelle ascension politique au gouvernement du bon plaisir des oligarques congolais.

Sassou qui croyait qu'avec le recrutement de ces deux récipiendaires, ce dossier allait connaître une issue heureuse rapidement, il s'en mord les doigts aujourd'hui. Ca doit jaser chez les caciques du PCT, défavorisés au profit de ces jeunes frais émoulus.

Croire que la France va lâcher Sassou, c'est prendre ses rêves pour la réalité au moment où ce dernier brade plus que jamais les richesses naturelles aux parrains françafricains. Cette décision n'aboutira à rien. La France rappelle à son cuisinier congolais que sache que je t'ai à l'oeil, tu me sers et c'est bien, mais ne t'avise jamais à me tourner le dos. Et puis, cette décision, met la poudre aux yeux aux néophytes pour dire que les institutions judiciaires françaises dans ces domaines sont indépendantes. Sassou peut dormir tranquille tant qu'il fait la cuisine avec davantage d'enthousiasme pour ses maîtres.

Même si je me gausse de la contre-publicité sur Sassou, je ne suis pas naîf au point de penser que la France ira jusqu'au bout de sa démarche. Car un vrai procès de Sassou, c'est aussi le procès de ses maîtres. Bongo l'avait bien compris !
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Veterran
 
Message(s) : 3026
Inscription : Sam 29 Nov, 03 2:59

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par niaou » Sam 13 Nov, 10 1:04

La CRJ ou la Cour Révolutionnaire de Justice avec à sa tête Me Anselme Mandelo ferait certainement mieux que la Cour de Cassation de la Métropole...
Mais bon, on ne récolte que ce qu'on mérite...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6882
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Hannibal » Sam 13 Nov, 10 1:26

Sur ces questions, et non en matière de droit commun, la CJR et la Justice française, c'est blanc bonnet-bonnet blanc. Eva Joly en sait quelque chose, elle n'a pourtant rien avoir avec les Justices révolutionnaires. Les plaintes des centrafricains contre les biens mal acquis de Bokassa alors que ce dernier était dans "son" château sur le territoire français n'ont jamais connu de suite. Ne parlons pas des Duvallier et compagnie.

Ceux qui refusent de voir la réalité, seront les mêmes demain à traiter la France d'hypocrite.
Cette décision est une posture pour l'Etat français afin d'apaiser sa propre société civile locale La société civile française peut penser que dans ce domaine comme dans d'autres, leur pays est vraiment une démocratie.

Pour le reste, la vraie justice sera celle qui sera faite par les congolais eux-mêmes.
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Veterran
 
Message(s) : 3026
Inscription : Sam 29 Nov, 03 2:59

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par niaou » Sam 13 Nov, 10 1:46

J'aime t'entendre parler de la sorte,
Te souviens- tu du débat ici mème à propos du Tribunal Pénal Africain qui devait juger les dirigeants Européens?
J'avais repliqué en disant que l'on ne sciait pas la branche sur laquelle on était assis...
Enfin bref...
Plus on vieillit, plus on prend de la graine...
Je dirais même sans arrière-pensée...
Panafricainement...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6882
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Loumo » Sam 13 Nov, 10 4:40

Okiémy n'est pas forcément aussi mauvais qu'il en a l'air, mais prendre le parti de l'indéfendable relève d'un challenge qu'il vaut mieux laisser à autrui.


Ôtez-moi d'un doute. Ce gars est-il réellement politologue et chargé de cours dans une Université française (Reims) ? Le capital intellectuel que requiert ce statut académique lui interdit pourtant de reprendre la grossière et actuelle vulgate qui fait le lien entre le prétendu passage des indices économiques du Congo au vert et l'exhumation de la plainte pour biens mal acquis qui vise Sassou et Cie. En fait pour le professeur Okiémy, il s'agit simplement de "jalousie" envers Sassou. Il ne nous dit pas qui serait jaloux et pourquoi ? C'est léger comme argumentaire. L'autre "thèse" brandie par notre homo academicus est celle du racisme et du colonialisme dont serait l'objet le nègre Sassou. Rien que ça.
A-t-on besoin d'être vice-doyen d'une Université française si c'est pour nous pondre de telles platitudes ?
Le mot juste est dit par Hyacinthe Sanou, éditorialiste du quotidien burkinabé L’Observateur Paalga. : " Il ne faut pas que la couleur de notre peau soit un refuge, trop facile, pour cacher toutes sortes de malversations "
J'ajoute : il ne faut pas que la notion de "pays souverain" soit un alibi pour se permettre des dérives qui heurtent les règles universelles admises par l'homo sapiens. Revendiquer la souveraineté nationale ne donne pas caution pour valider la barbarie.

Et puis, un pays, le Congo, où chaque ménage moyen vit avec moins de 0,1$ par jour, un pays où sévit la malnutrition infantile et où on déplore une épidémie de polio, un pays sans électricité, sans eau potable alors que la production journalière de pétrole est de 300.000 barils (sans qu'on n'en voit les effets dans le niveau de vie et le povoir d'achat des Congolais) en quoi les indicateurs sont-ils passés au vert ?
J'espère que ses collègues de Fac en France et ses anciens étudiants ne suivent pas Télé Congo. C'est à l'unanimité qu'ils diraient en l'écoutant : "Quel désert culturel !"
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8264
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Hannibal » Sam 13 Nov, 10 9:48

Je me gausse toujours quand j'entends ces anti-africains, se passer pour des nationalistes de circonstance.

Quels sont ces nationalistes qui pratiquent le tribalisme comme moyen de conserver le pouvoir, en divisant au passage leur propre compatriote ?

Quels sont ces nationalistes qui appliquent avec servilité, moyennant bien sûr corruption, le consensus de Washington qui dépossède l'Etat du contrôle des domaines stratégiques, exposant ainsi leur propre compatriote à la pauvreté ?

Quels sont ces nationalistes qui ont renoncé, dans un pays pauvre, à assurer aux populations les besoins primaires : santé, éducation... pour être accepté dans le club de la communauté internationale ?

Quels sont ces anti-racistes qui bradent, complaisamment et sous corruption, les richesses naturelles de leur pays à ceux là mêmes qu'ils accusent de visée néo-coloniale ?

Quels sont ces anti-racistes dont les compatriotes jetés sur les routes de l'immigration du fait de leur politique anti-nationaliste justement (subissant pour le coup le vrai racisme en Occident) et dont on entend jamais les simples réprobations, accompagnées de politiques favorisant un véritable développement et de nature à arrêter cette immigration humiliante ?

Le régime congolais, nationaliste et anti-raciste ?
Les bras m'en tombent !
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Veterran
 
Message(s) : 3026
Inscription : Sam 29 Nov, 03 2:59

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par P. Gnoka » Sam 13 Nov, 10 7:02

Hannibal,
Je ne connais pas Bienvenu OKIEMY. En revanche, je connais Thierry MOUNGALLA. Le 1er n’a jamais été un militant politique. Je le qualifierais plutôt d’opportuniste qui a pris la balle au rebond. Copté par les services de Mpila, l’homme n’est pas rentré au gouvernement en récompense de ce que tu prétends. C’est archi faux.
Quant à Thierry MOUNGALLA, habitué de ces débats virtuels, nous connaissons tous son parcours politique. Il était déjà conseiller à Mpila lorsque cette affaire « des biens mal acquis » éclata sur la place publique.
En plus, Hannibal tu n’es pas sans ignorer que le PCT au gouvernement n’existe plus depuis longtemps. Le conflit des rénovateurs et conservateurs est passé par là. De nombreux caciques du PCT ne sont même plus députés ou sénateurs. Quant aux ministres, laisse tomber…
Pour le reste de ton analyse, je suis à 100% OK avec toi. C’est beaucoup de bruit pour rien. Ce n’est pas une justice étrangère qui exportera la probité au Congo.
Pouâh
GNOKA
P. Gnoka
Doyen du forum
 
Message(s) : 454
Inscription : Ven 23 Avr, 10 5:42

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par P. Gnoka » Sam 13 Nov, 10 7:27

Loumo a écrit :J'espère que ses collègues de Fac en France et ses anciens étudiants ne suivent pas Télé Congo. C'est à l'unanimité qu'ils diraient en l'écoutant : "Quel désert culturel !"

Mon gars, tu perds ton temps.
Qu'entends-tu par désert culturel ??? :-?
Ce ne sont pas les français qui vont exporter les normes de probité au Congo.
Bienvenu OKIEMY n’est pas le 1er transfuge sur le navire Mpila. Ossébi, Bakabadio et cie sont tous passés sur les mêmes sentiers de l’hexagone n'est ce pas !
Moi je comprends rien... :o

Quant à mon frère mwana mbocka, assurément je ne comprendrai jamais sa problématique tribalique accolée au gouvernement de Mpila. Mais bon, peut-être qu’un jour j’y verrai plus clair…

Hannibal va donc réjoindre la horde des tribalistes laris réunis sur MwindaPress. Là-bas sans complexe les mecs crient leurs voeux de la suprématie Kongo sur les autres peuples du Congo. Va donc joindre ta voix aux leurs en prenant le soin de leur rappeler que TOI t'es comme EKONDI AKALLA et gnangnan.

Sassou-Nguesso utilise ses moyens pour garder le pouvoir tout en laissant le pays dans la merde. Mais delà à insinuer que les Ngalas ont des enfants qui vont dans les bonnes écoles et dans les hôpitaux équipés à OYO, BOUNDJI, OWANDO, EWO, OUESSO, SEMBE, etc... Hannibal t'es tout aussi dangeureux que les autres salopards réunis là-bas dans l'antre de la haine ethnique.
Pouâh :evil:
P. Gnoka
Doyen du forum
 
Message(s) : 454
Inscription : Ven 23 Avr, 10 5:42

Re: Affaire des biens mal acquis

Message par Hannibal » Sam 13 Nov, 10 11:21

Gnoka,

Hannibal,
Je ne connais pas Bienvenu OKIEMY. En revanche, je connais Thierry MOUNGALLA. Le 1er n’a jamais été un militant politique. Je le qualifierais plutôt d’opportuniste qui a pris la balle au rebond. Copté par les services de Mpila, l’homme n’est pas rentré au gouvernement en récompense de ce que tu prétends. C’est archi faux.
Quant à Thierry MOUNGALLA, habitué de ces débats virtuels, nous connaissons tous son parcours politique. Il était déjà conseiller à Mpila lorsque cette affaire « des biens mal acquis » éclata sur la place publique.

Tu sais, je n'ai pas voulu me passer pour le biographe de ces deux cerbères de Sassou. Il m'a semblé que leur monté au créneau pour défendre Sassou dans ce dossier a été décisive dans leur ascension politique.

Tu ne peux commencer par dire que tu ne connais pas OKIEMY, et juste après, affirmer qu'il n'a jamais été un militant politique. OKIEMY a bien milité pour le compte du régime Sassou sous le couvert de statut d'expert, intervenant régulièrement sur RFI à l'émission "Le Débat Africain". Par ailleurs, résident à Reims, où il officiait dans une fonction administrative à l'université, on sait que cette promotion "administrative" avait un lien avec son appartenance particulièrement active à l'UMP. Mais ce qui l' a probablement fait quitter la France, c'est sans doute son appui à un parachuté au nom de Renaud Dutreil aux dernières municipales contre une candidate locale de la même famille politique au nom de Catherine VAUTRIN. Cette situation de division a permis à la gauche de gagner la Mairie. A partir de là, OKIEMY s'est retrouvé en difficulté à l'université d'où son choix de retour dans son autre pays. Je continue à penser que c'est au moment où ses interventions publiques usant du statut d'expert s'étaient transformées en soutien du régime que son ascension politique est arrivée....

Thierry Brigand ne doit sa promotion actuelle à son statut de conseiller à la présidence, ni à sa collaboration au cabinet d’Augustin Poignet sous Lissouba ou bien tout récemment, comme directeur de campagne de feu Milongo. Son militantisme sur ce dossier y est pour quelque chose. Sassou a pléthore de conseillers, mais tous ne sont montés au créneau avec la même vigueur que Brigand pour défendre le Chef. A mon avis, il y a bien un lien.

Crois-moi, leur parcours politique ou professionnel ne m’intéressent pas. Le plus important, c’est le positionnement politique actuel en un moment où les congolais ont envie d’avoir de l’espoir dans leur élite, tant leur quotidien est difficile.

Quant à mon frère mwana mbocka, assurément je ne comprendrai jamais sa problématique tribalique accolée au gouvernement de Mpila. Mais bon, peut-être qu’un jour j’y verrai plus clair…

Hannibal va donc réjoindre la horde des tribalistes laris réunis sur MwindaPress. Là-bas sans complexe les mecs crient leurs voeux de la suprématie Kongo sur les autres peuples du Congo. Va donc joindre ta voix aux leurs en prenant le soin de leur rappeler que TOI t'es comme EKONDI AKALLA et gnangnan.

Sassou-Nguesso utilise ses moyens pour garder le pouvoir tout en laissant le pays dans la merde. Mais delà à insinuer que les Ngalas ont des enfants qui vont dans les bonnes écoles et dans les hôpitaux équipés à OYO, BOUNDJI, OWANDO, EWO, OUESSO, SEMBE, etc... Hannibal t'es tout aussi dangeureux que les autres salopards réunis là-bas dans l'antre de la haine ethnique.
Pouâh :evil:



Gnoka, décidément, tu dois être guéri de ce réflexe où à chaque fois que l’on indexe le tribalisme réel et non supposé du régime actuel, tu te sens obligé de faire l’amalgame.

Aussi, cela fait des années que l’on se lit ici, je n’ai besoin de personne pour donner mes opinions. Dire que le régime Lissouba était ethno-régionaliste, cela ne veut pas dire que tous les ressortissants des 3 régions, la majorité bien entendu, furent complices et privilégiés. Et je suis sûr, tu ne lèveras le petit doigt pour t’en inquiéter comme tu le fais systématiquement sur les « Nordistes ».

Une injustice, reste une injustice. Qu’il y ait tribalisme chez Mwinda, cela ne m’interdit en rien de le dénoncer. Le premier acte tribaliste comme toute injustice d’ailleurs, c’est de le nier. Qu’il y ait des personnalités issues des autres coins du pays au gouvernement, personne ne le nie, mais cela ne doit pas nous faire oublier que dans la litanie des souffrances infligées au congolais, il y a bien et en bonne place, le tribalisme.

Et puis, ce n’est pas parce que des imbé-ciles me soupçonneront de manquer d’objectivité parce que mon père fut de la Likouala, que je vais adopter la même posture. En un mot, je suis tribaliste parce qu’en face il y a du tribalisme.

Non, Gnoka, les tribalistes du Sud comme ceux du Nord se valent. Et les deux existent bel et bien. Je n’ai pas besoin d’eux pour analyser ma société selon les critères justes.

Tu me traites de dangereux, je n’ose pas te qualifier. Mais tu es dans le camp des tribalistes du Nord qui refusent de dénoncer le tribalisme des siens, mais prompt à le voir chez les autres. Je ne sais pas quel qualificatif donner à ces « gentils » compatriotes.

Hannibal
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Veterran
 
Message(s) : 3026
Inscription : Sam 29 Nov, 03 2:59

Suivant

Retour vers Les Grands Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)