les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Débats sur le Congo, réflexions sur ce qui s'y passe, sur son avenir, la recherche de solutions.

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 02 Juin, 17 2:07

La nouvelle culture de la « défonce »
par Sébastien Tutenges

https://www.cairn.info/revue-societes-2 ... age-47.htm


Tu devras aller là où tu n’as pas pied. » Tel était le message du chanteur folk danois Hasse en 1967. Cette invitation fut entendue. Des hordes de hippies et de provos se défoncèrent, au hasch et au LSD, et dans le sillage, les punks suivirent gavés à bloc d’alcool et de neuroleptiques. Dans les communautés tribales naissantes, on y mit le paquet, mais la jeunesse en général était encore calme. Les temps ont changé.

Aujourd’hui, la majorité des jeunes Danois se saoulent fréquemment et environ la moitié d’entre eux ont consommé des substances illégales (Hibell et al., 2003 ; Balvig et al., 2005). Ce n’est pas dû au laxisme de l’autorité publique. La juridiction sur les narcotiques a été durcie à maintes reprises au cours des dernières décennies. La police a travaillé dur dans la lutte contre les narcotiques et des ressources importantes ont été investies en mesures préventives ; mais les résultats ne sont pas vraiment convaincants. Le fait est : une nouvelle culture de la « défonce » est née.

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 02 Juin, 17 2:10

La culpabilité dans les familles forteresse

http://pierrecocheteux.com/la-culpabili ... orteresse/

Les familles forteresse sont des groupes familiaux renfermés sur eux-mêmes et qui ne supportent pas la moindre remise en cause. Dans ce type de famille, l’extérieur, les autres sont perçus comme menaçants, dangereux, belliqueux… Il faut donc s’en protéger en restant bien unis (du moins en apparence). Dans ce type de systèmes familiaux, l’on est soit dedans c’est à dire « avec », soit dehors c’est à dire « contre », mais l’on ne peut pas être à la foi dedans, autrement dit « en lien » et dehors « être en désaccord ». Les sectes fonctionnent souvent comme des famille forteresse dont il est difficile de sortir.

Ainsi, pour les membres de ces familles, désobéir (à la loi familiale dysfonctionnelle) est immédiatement compris par le système, comme une trahison. Et la trahison est condamnée par la mise à mort symbolique de l’individu désobéissant : c’est à dire à son exclusion, son rejet, sa mise au ban de la famille.

Cette mise en œuvre du rejet est un passage à l’acte dont la conséquence est la rupture du lien familial. En terme d’A.T. l’on dirait qu’il s’agit de la mise en œuvre de l’issue dramatique du scénario familial. On ne coupe le lien avec les autres que lorsque l’on a tout tenté pour s’expliquer et qu’il ne reste plus aucune autre solution pour l’éviter. Couper le lien est donc la solution de l’ultime recours, lorsque toutes les autres ont échoué. Or, ici, elle est mise en œuvre en premier recours, ce qui est l’indice de la dysfonction.

Celui qui sort ainsi de la symbiose familiale est rejeté et ce rejet est vécu (par celui qui est rejeté) comme une sorte de mort sociale, équivalent psychologique de la mort physique.

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 02 Juin, 17 2:11

Grands-parents…mis à l’écart

11 octobre 2014 0 1,145 vue
Il arrive que des grands-parents vivent de grandes peines d’amour, car ils sont privés de la fréquentation de leurs petits-enfants à cause de conflits majeurs avec un de leurs enfants et souvent son conjoint. Généralement, ces ruptures de contacts surviennent après une longue histoire de relations pénibles.
http://laurierleweb.com/grands-parentsmis-lecart/
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 02 Juin, 17 2:12

"La mise à l'écart des élèves perturbateurs est inefficace"

Dans un chat sur Le Monde.fr, Maria Ines, éducatrice de la protection judiciaire de la jeunesse, prône la suspension des établissements de réinsertion scolaire, expérimentés depuis cette rentrée.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... D2FcHcX.99
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 07 Juin, 17 4:38

- La mise à mort symbolique de l’individu désobéissant : c’est à dire à son exclusion, son rejet, sa mise au ban .

Cette mise en œuvre du rejet est un passage à l’acte dont la conséquence est la rupture du lien avec un groupe d'appartenance :
il s’agit de la mise en œuvre de l’issue dramatique du scénario groupal.
On ne coupe le lien avec les autres que lorsque l’on a tout tenté pour s’expliquer et qu’il ne reste plus aucune autre solution pour l’éviter.
Couper le lien est donc la solution de l’ultime recours, lorsque toutes les autres ont échoué.
Or, ici, elle est mise en œuvre en premier recours, ce qui est l’indice de la dysfonction.

Celui qui sort ainsi de la symbiose groupale est rejeté et ce rejet est vécu (par celui qui est rejeté) comme une sorte de mort sociale, équivalent psychologique de la mort physique.



Suite :
Expérience de mort imminente : que dit la science ?
D'après une nouvelle étude menée pendant quatre ans sur 2 060 patients, le cerveau continue de fonctionner quelques minutes après la mort.


Cette augmentation de l'activité cérébrale, très organisée dans tout le cerveau, correspond à un état d'éveil élevé ;
trois minutes la période durant laquelle une activité consciente du cerveau humain existe après l'arrêt ... Le cerveau ne s'arrête pas quand le cœur s'arrête de battre... "un processus qui se produit en plusieurs étapes" :
- intervalle entre l'arrêt du cœur (suspension des sentiments) et l'arrêt du cerveau (suspension du jugement) :
- Une lumière blanche au bout d'un tunnel, des êtres lumineux, une extrême sensation de bien-être... ???

"Parfois, les témoins d'EMI affirment aussi avoir eu la sensation de quitter leur corps. Ils disent s'être observés de l'extérieur, en lévitation, avoir suivi les discussions et les actes qui se déroulaient autour d'eux."
- un phénomène physiologique qui existe et est bien réel... au bord de l'AVC !!! "pour la majorité des scientifiques, l'EMI est le produit d'un cerveau endommagé. Ils pensent, comme les chercheurs du Coma Science Group, que chaque élément d'une telle expérience (tunnel de lumière, bien-être, sortie hors du corps, etc.) est provoqué par l'atteinte d'une région cérébrale spécifique, en raison du manque d'oxygène qui survient lors de tout arrêt cardiaque."

"une réduction d'oxygène, ou d'oxygène et de glucose lors d'un arrêt cardiaque peut stimuler l'activité cérébrale caractéristique d'un état conscient"
"L'activité cérébrale liée à ces sensations corporelles était focalisée dans le cortex pariétal, une région du cerveau bien connue pour son rôle dans la formation de l'image du corps"

"Normalement, notre mémoire fonctionne comme une passoire. Nous n’enregistrons pas tout ce qui est perçu par notre système", explique le chercheur. Autrement dit, notre cerveau fait habituellement le tri entre ce qui est important et ce qui ne l'est pas.

Mais cela change radicalement lorsqu'un événement potentiellement fatal survient. "Si tout à coup une voiture surgit et file dans votre direction, votre mémoire ne va plus faire la distinction entre l'accessoire et l'essentiel", écrit Slate. En cause, l'activation de l'amygdale, une zone cérébrale capitale pour la mémorisation. Le cerveau enregistre alors un important volume d'informations sans les hiérarchiser. Résultat, "les événements stressants sont associés à des souvenirs plus riches et plus denses. Et plus vous avez de souvenirs sur un événement, plus vous avez l’impression qu’il a duré longtemps", expliquait déjà le chercheur en 2007, dans la revue Plos One (en anglais)."

"L'avancée viendra de la philosophie, avec de nouveaux concepts logiques. Il faut de toutes nouvelles structures de pensée, un nouvel angle de vue", avance dans La Libre Belgique l'Américain Raymond Moody, psychiatre et auteur du best-seller La Vie après la vie, qui compile des témoignages d'EMI.

Un point de vue avisé car les philosophes sont déjà au travail. L'un d'eux, Michel Bitbol, a accordé un entretien au journal du CNRS, en février, après la sortie d'un livre sur "l'expérience consciente".



Voilà, vous êtes vampirisés par des labos !!!


http://www.francetvinfo.fr/sciences/exp ... 15079.html
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 4:50

Hommage à ceux qui aiment et attendent encore les fantômes du passé :
https://www.youtube.com/watch?v=TSatRFUUS4Q

Unchained Melody
(Mélodie déchaînée)

(Chorus)
(Refrain)
Ho! My love, my darling,
Ho! Mon amour, ma chérie
I hunger for your touch,
J'ai faim de ton contact,
Alone. Lonely time.
Seul. Temps solitaire.
And time goes by, so slowly,
Et le temps passe, si lentement,
And time can do so much,
Et le temps peut faire tant de choses,
Are you still mine?
Es-tu encore à moi?
I need your love.
J'ai besoin de ton amour.
I need your love.
J'ai besoin de ton amour.
God speed your love to me.
Donne-moi ton amour.

Lonely rivers flow to the sea, to the sea,
Des rivières solitaires s'écoulent jusqu'à la mer, jusqu'à la mer,
To the open arms of the sea.
Jusqu'aux bras grands ouverts de la mer
Lonely rivers sigh, wait for me, wait for me,
Des rivières solitaires soupirent, attends-moi, attends-moi,
I'll be coming home, wait for me.
Je reviendrai à la maison, attends-moi.
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 4:51

Comme par hasard, il communique sa présence par une pièce de fric !... lol !
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 4:54

Faut aller chez le psy les gars !


Une évolution en quatre étapes

La connaissance des étapes du processus de deuil est indispensable pour ne pas se perdre dans les méandres de la douleur. Il est extrêmement rassurant de savoir que ce que l'on vit n'est pas "anormal" ou "morbide", comme le fait, par exemple, de couvrir de photos tous les murs de son appartement ou encore de continuer à payer, pendant des mois, un forfait téléphonique pour conserver la voix de la personne aimée sur sa messagerie.

Tant de besoins et de comportements qui sont parfois jugés "malsains" par un entourage ignorant la réalité du processus, alors que ces attitudes ne sont que l'expression normale et naturelle d'un deuil qui se déploie harmonieusement. Dans un tel cas, l'entourage pourtant désireux d'aider devient, dans sa maladresse, une paradoxale source de colère ou de frustration.
1- Le choc, la sidération

2- La phase de fuite et de recherche

3- La phase de déstructuration

4- La phase de restructuration

Enfin, très progressivement, après quelques années, d'imperceptibles changements se font sentir en soi. C'est le temps d'une lente reconstruction qui se décline sur trois axes:
Une redéfinition de notre relation au monde et à autrui: petit à petit, on apprend à trouver une autre place dans la relation à autrui. Certes, on se sent différent à tout jamais vis-à-vis des autres mais notre relation au monde devient plus paisible.
Une redéfinition de notre relation à la personne disparue: le lien intérieur avec l'être décédé s'est progressivement pacifié. Il devient profond et intime avec la certitude qu'il demeurera en nous à tout jamais.
Une redéfinition de notre relation à nous même : nous ne sommes plus la même personne après le vécu du deuil. Sommes nous aujourd'hui plus fermé, dans le repli ou l'amertume, ou plus ouvert et tourné vers ce qui compte vraiment, dans une quête d'authenticité et de vérité avec soi même? C'est tout l'enjeu de ce long chemin.

http://www.lexpress.fr/styles/psycho/le ... 03723.html
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 5:02

« La Vision Verte de Denis Sassou N’Guesso pour un monde en danger et aveugle, évangile du ménagement de l’environnement et du développement durable ». Un véritable instrument de marketing de la pensée écologique ou environnementale défendue par le président congolais.

Shut-up , your mouth !

Erling Kagge: "Pourquoi ne pas tenter de créer notre propre silence?"

Viggo Mortensen. Explorateur de l'extrême, avocat, égérie Rolex, homme politique, éditeur, collectionneur d'art..., dire qu'Erling Kagge a eu plusieurs vies est un euphémisme. Dans son nouvel essai, aussi court et incisif qu'un pamphlet, intitulé Quelques grammes de silence. Résistez aux bruits du monde! (éd. Flammarion), il prêche le retour au calme, ou plutôt la prise de recul.

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 5:04

Ils n'ont plus rien....

Elle chantait pour eux aussi ;
https://www.youtube.com/watch?v=FxYw0XPEoKE

Whitney Houston - I Have Nothing (Official Video)

... if I don't have the peace !
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 5:06

https://www.youtube.com/watch?v=QNJL6nfu__Q

Michael Jackson - They Don’t Care About Us (Brazil Version) (Official Video)
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 5:08

Je rêv ou Makolo jakson nous a fait une épaulée à la Dieudo ?
1mn53... voyons ça au ralenti ....
https://www.youtube.com/watch?v=QNJL6nfu__Q
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 10 Juin, 17 5:17

https://www.youtube.com/watch?v=kf-NOH4 ... e=youtu.be

La Momie


A cause de ce que vous avez fait, cette force ancestrale s'est réveillée !... BbbbrrrRRrrr !!!!
/ Bande-annonce officielle 2 VF
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 23 Juin, 17 1:23

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14472

31 mai 1854 : abolition de la mort civile
(D’après « Dissertation sur la mort civile » (par Pierre-Charles Schaub) paru en 1831 et « Cours alphabétique et méthodique de droit canon
dans ses rapports avec le droit civil ecclésiastique » (Tome 4) édition de 1859)
Publié / Mis à jour le lundi 1er mai 2017, par LA RÉDACTION

Consistant en la « cessation de toute participation aux droits civils », la mort se traduisait par l’extinction légalement prononcée de la personnalité juridique d’un individu, ce qui impliquait une privation générale des droits de ce dernier

On distinguait jadis en droit deux sortes de mort : la mort naturelle et la mort civile. Celle-ci consistait dans la privation que souffrait un homme vivant des effets civils, et produisait à cet égard le même effet que la mort naturelle. La mort civile était en effet l’état d’un individu privé, par l’effet d’une peine, de toute participation aux droits civils d’une nation. La mort civile n’était pas une peine par elle-même, mais l’effet d’une peine. Les condamnations qui l’entraînaient furent : 1° La condamnation à la mort naturelle ; 2° La condamnation aux galères à perpétuité ou à la prison perpétuelle ; 3° Le bannissement à perpétuité du royaume. L’exil, par lettres de cachet, n’entraînait pas la mort civile.

Dans la plupart des provinces qui suivaient le droit coutumier, telles que la Bourgogne, la Champagne, le ressort du Parlement de Paris, etc., la confiscation des biens était encourue par la condamnation à une peine emportant mort civile ; il fallait, pour se servir d’une expression ancienne, que le corps fût confisqué, pour qu’il y eût confiscation des biens Les successions échues à l’accusé avant sa condamnation entraient dans la confiscation au préjudice de ceux qui auraient succédé à son défaut.



Je pense qu'il va y avoir une guerre atroce une nouvelle fois !
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 23 Juin, 17 1:25

Mort civile (Page 10:727)

Mort civile, (Jurisprud.) est l'etat de celui qui est privé de tous les effets civils, c'est - à - dire de tous les droits de citoyen, comme de faire des contrats qui produisent des effets civils, d'ester en jugement, de succéder, de disposer par testament: la jouissance de ces différens droits compose ce que l'on appelle la vie civile; de maniere que celui qui en est privé est reputé mort selon les lois, quant à la vie civile; & cet état opposé à la vie civile, est ce que l'on appelle mort civile.

Chez les Romains la mort civile provenoit de trois causes différentes; ou de la servitude, ou de la condamnation à quelque peine qui faisoit perdre les droits de cité, ou de la fuite en pays étranger.

Elle étoit conséquemment encourue par tous ceux qui souffroient l'un des deux changemens d'état appellés en Droit maxima & minor, seu media capits diminutio.

Le mot caput étoit pris en cette occasion pour la personne, ou plûtôt pour son état civil pour les droits de cité; & diminatio signifioit le changement, l'altération qui survenoit dans son état.

Le plus considérable de ces changemens, celui que l'on appelloit maxima capitis diminutio; étoit lorsque - quelqu'un perdoit tout à - la - tois les droits de cité & la liberte, ce qui arrivoit en différentes manieres. 1°. Par la condamnation au dernier supplice; car dans l'intervale de la condamnation à l'exécution, le condamné étoit more civilement. 2°. Lorsque pour punition de quelque crime on étoit déclaré esclave de peine, servus pana: on appelloit ainsi ceux qui étoient damnati ad bestias, c'est - à - dire condamnés à combatre contre les bêtes. Il en étoit de même de tous ceux qui étoient condamnés à servir de spectacle au peuple. Le czar Pierre l. condamnoit des gens à être fous, en leur disant je te fais fou. Ils étoient obligés de porter une marote, des grelots & autres signes, & d'amuser la cour. Il condamnoit quelquefois à cette peine, les plus grands seigneurs; ce que l'on pourroit regarder commé un retranchement de la société civile. Ceux qui étoient condamnés in metallum, c'est - à - dire à tirer les métaux des mines; ou in opus metalli, c'est - à - dire à travailler aux métaux tirés des mines. La condàmnation à travailler aux salines, à la chaux, au soufre, emportoit aussi la privation des droits de cité, lorsqu'elle étoit prononcée à perpétuité. Les affranchis qui s'étoient montrés ingrats envers leurs patrons, étoient aussi déclarés esclaves de peine. 3° Les hommes libres qui avoient eu la lâ heté de le vendre eux - mêmes, pour toucher le prix de leur liber<pb-> [p. 728] té, en la perdant étoient aussi déchus des droits de cité.

La novelle XXII. chap. viij. abrogea la servitude de peine; mais en laissant la liberté à ceux qui subissoient les condamnations dont on vient de parler, elle ne leur rendit pas la vie civile.

L'autre changement d'état qui étoit moindre, appellé minor, seu media capitis diminutio, étoit lorsque quelqu'un perdoit seulement les droits de cité, sans perdre en même tems sa liberté; c'est ce qui arrivoit à ceux qui étoient interdits de l'eau & du feu, interdicti aquâ & igne. On regardoit comme retranchés de la société ceux qu'il étoit défendu d'assister de l'usage de deux choses si nécessaires à la vie naturelle. Ils se trouvoient par - là obligés de sortir des terres de la domination des Romains. Auguste abolit cette peine à laquelle on substitua celle appellée deportatio in insulam. C'étoit la peine du bannissement perpétuel hors du continent de l'Italie, ce qui emportoit mort civile, à la différence du simple exil, appellé relegatio, lequel soit qu'il fùt à tems, ou seulement perpétuel, ne privoit point des droits de cité.

Il y avoit donc deux sortes de mort civile chez les Romains; l'une qui emportoit tout à la fois la perte de la liberté & des droits de cité; l'autre qui emportoit la perte des droits de cité feulement. Du reste, la mort civile opéroit toûjours les mêmes effets quant à la privation des droits de cité. Celui qui étoit mort civilement, soit qu'il restât libre ou non, n'avoit plus ses enfans sous sa puissance: il ne pouvoit plus affranchir ses esclaves: il ne pouvoit ne succéder, ni recevoir un legs, ni laisser sa succession, soit ab intestat, ou par testament: tous ses biens étoient confisqués: en un mot, il perdoit tous les privileges du Droit civil, & conservoit seulement ceux qui sont du Droit des gens.

En France, il n'y a aucun esclave de peine, ni autres ; les serfs & mortaillables, quoique sujets à certains devoirs personnels & réels envers leur seigneur, conservent cependant en général la liberté & les droits de cité.

Il y a néanmoins dans les colonies françoises des esclaves, lesquels ne jouissent point de la liberté, ni des droits de cité;

mais lorsqu'ils viennent en France, ils deviennent libres, à moins que leurs maîtres ne fassent leur déclaration à l'amirauté, que leur intention est de les remmener aux iles.


Voyez Esclaves.

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14472
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 23 Juin, 17 1:29

France et colonies :

Loi du 31 mai 1854 portant abolition de la mort civile.
Version consolidée au 24 février 2009
Article 1 Créé par Loi 1854-05-31 Bulletin des lois 11e S., B. 180, n° 1534

La mort civile est abolie.

Article 5 Créé par Loi 1854-05-31 Bulletin des lois 11e S., B. 180, n° 1534

Les effets de la mort civile cessent, pour l'avenir, à l'égard des condamnés actuellement morts civilement, sauf les droits acquis aux tiers.

L'état de ces condamnés est régi par les dispositions qui précèdent.
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 23 Juin, 17 1:30

Toute u ne vie :
https://youtu.be/aXA5ZJF9My8

La Video Qui a fait pleurer tout Le monde
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Ven 23 Juin, 17 1:38

Les peines qui operent en France la mort civile sont: 1° toutes celles qui doivent emporter la mort naturelle: 2° les galeres perpétuelles: 3° le bannissement perpétuel hors du royaume: la condamnation à une prison perpétuelle.

Dans tous ces cas la mort civile n'est encourue que par un jugement contradictoire, ou par contumace.

Quand la condamnation est par contumace, & que l'accusé est décédé après les cinq ans sans s'être représenté, ou avoir été constitué prisonnier, il est réputé mort civilement du jour de l'exécution du jugement de contumace.

Il y a pourtant une exception pour certains crimes énormes, tels que celui de lésé - majesté divine ou humaine, le duel, le parricide, &c. dans ces cas la mort civile est encourue du jour du délit; mais elle ne l'est pas ipso facto, & ce n'est toujours qu'après un jugement comme il vient d'être dit: tout ce que l'on a ajouté de plus à l'égard de ces crimes, c'est que la mort civile qui résulte des peines prononcées par le jugement, a un effet rétroactif au jour du délit.

Hors ces cas, celui qui est in reatu n'est pas reputé mort civilement; cependant si les dispositions qu'il a faites sont en fraude, on les déclare nulles.

Celui qui est mort civilement demeure capable de tous les contrats du Droit des gens; mais il est incapable de tous les contrats qui tirent leur origine du Droit civil: il est incapable de succéder soit ab intestat, ou par testament, ni de recevoir aucun legs: il ne peut pareillement tester, ni faire aucune donation entre - vifs, ni recevoir lui - même par donation, fi ce n'est des aliments.

Le mariage contracté par une personne morte civilement est valable, quant au sacrement; mais il ne produit point d'effets civils.

Enfin celui qui est mort civilement ne peut ni ester en jugement, ni porter témoignage; il perd les droits de puissance paternelle; il est déchu du titre & des privilèges de noblesse, & la condamnation qui emporte mort civile, fait vaquer tous les bénéfices & offices dont le condamné étoit pourvu.

La mort civile, de quelque cause qu'elle procede, donne ouverture à la succession de celui qui est ainsi réputé mort.

Lorsqu'elle procède de quelque condamnation, elle emporte la confiscation dans les pays où la confiscation a lieu, & au profit de ceux auxquels la confiscation appartient. Voyez Confiscation.

Les biens acquis par le condamné depuis sa mort civile, appartiennent après sa mort naturelle, par droit de déshérence, au seigneur du lieu où ils se trouvent situés.



C'est qui le prince du lieu ex-nihilo ? Sassou !!!
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mar 27 Juin, 17 5:30

https://www.challenges.fr/elections-leg ... obinsource

Les loosers amis de Sassou en goguette !
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mar 27 Juin, 17 5:31

Comment une reine a sauvé la vie de Paul Kagame

http://www.jeuneafrique.com/mag/446543/ ... ul-kagame/

Qui va envoyer une voiture au cobra pour le faire fuir ?
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

PrécédentSuivant

Retour vers Les Grands Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)