Rites et Coutumes de mariage au Congo

Libre d'accès et ouvert à tous sujets de discussion.

Message par Joey the Kong » Sam 30 Avr, 05 3:26

Mère Evé de Paris a écrit :Hello Joey ! tu es toujours chez toi ici !

:demoi:


Merci Mère,

C'est toujours bon à savoir après quelques années d'éloignement...

Bien à toi,

Joey
Joey the Kong
Doyen du forum
 
Message(s) : 171
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00

Message par Niaou » Dim 08 Oct, 06 2:42

bassouamina a écrit :Chose promise, chose due. Voici du lait culturel. A boire avec délectation et sans modération.

KIKUMBI, RITE PRE-NUPTIAL


MYTHOLOGIE

D’après un mythe vili, à l’époque où les dieux et les hommes vivaient encore ensemble, le roi du Loango voulut se marier. On lui présenta une très belle fille disposant de tous les atouts de la féminité mais à laquelle manquaient, malheureusement, toutes les qualités d’une bonne épouse. A compter de ce jour, les dieux consultés décrétèrent que dans le royaume un rite d’initiation devrait être le passage obligé de toute fille qui voulait devenir une épouse convenable. Ainsi naquit le kikumbi, rituel de préparation au mariage.

Kikumbi fait partie de ces structures ad hoc sans lesquelles le mariage traditionnel est voué au fiasco.

Le rite est la reproduction d'un mythe.

Kikumbi est observé chez les Vili de Pointe-Noire en souvenir de cette mythique misogynie royale. Les kongo/lari observent également kikumbi. Chez les Kongo/lari le rituel est en voie de disparition, vaincu sans doute par la chimie de la modernité. On n’en trouve plus les traces que dans la mémoire collective et, la plupart des cas, en termes douloureux. Les Vilis seuls continuent à le décréter aux environs de Pointe-Noire. En dépit de ce succès, kikumbi y est aussi en perte de vitesse.

CLASSIFICATION

Les théoriciens adorent classer. Si on suit la typologie de l’anthropologue Louis-Vincent Thomas, kikumbi fait partie des rites d'intégration. Si on s’en tient à celle de P. Bourdieu, kikumbi fait partie des rites de consécration ou d’institution. Pour Bourdieu (c’est ça un rite) il institue une ligne de démarcation, une frontière que doit franchir l’initié pour passer d’une classe d’âge à une autre. Mais le philosophe Bourdieu va plus loin dans l’analyse ritologique.
Aussi étrange que cela puisse paraître, un rite spécifie une tautologie. Par l’initiation rituelle, la société rappelle à ses membres ce qu’ils savent déjà mais qu’ils ont parfois tendance à oublier. Il stipule une évidence, comme, par exemple, celle de rappeler à qui veut (ou ne veut pas l’entendre) que cette fille est une fille, une vraie femme, c’est-à-dire une fille mariable car toutes (les filles) ne le sont pas et ne le seront jamais. Bourdieu dit que le rite est un superbe pléonasme. Il ne fait rien d’autre qu’énoncer des évidences, un peu à l’image de la formule latine qui disait « apprendre à nager aux poissons ». Quand, notamment une fille vili subit kikumbi, la société lui reconnaît enfin son droit à la différence sexuelle, son statut de femme, autrement dit de femme mariable. De même que l’âge ne fait pas l’adulte, le phallus ne fait pas l’homme ni le vagin la femme. Ceci rejoint, quelque part, la problématique freudienne qui pose que les petits enfants ne sont pas conscients de leur différence de sexe, de sorte que les garçons sont étonnés que les filles soient castrées (absence de verge) et les filles surprises que les garçons portent un phallus.

Cette règle ritologique redondante est valable pour tous les procès d’intégration sociale indépendants du canevas matrimonial : l’excision, la circoncision, oumba, mabonzo, lémba, mpémba,
.

En société vili, Kikumbi renvoie à un rite qui institue la frontière entre la classe des filles mariables et celle des autres, notamment les non-mariables. C'est donc bien un rite de consécration puisque celle qui aura subi cette épreuve devient « admissible » au regard du champ matrimonial. Ce rite est exclusif. Ainsi sont les rites ; ils ne concernent pas tout le monde. Entre plusieurs individus, la société distingue ceux qui en ont l'exclusivité et ceux qui en sont exclus. On comprendra aisément que toutes les jeunes filles vili en âge de se marier ne sont pas intégrées dans kikumbi.
Dans la société, toutes les filles sont d’autant moins des femmes mariables que toutes celles qui vivent en couple ne sont pas mariées (c’est le cas des unions libres, nombreuses en milieu urbain) et, toutes celles qui ont procréé n’ont pas été forcément présentées sur le marché matrimonial. Toutes celles qui vivent en ménage n’ont pas été mariées, c’est-à-dire n’ont pas été concernées par le réseau des rites liés au mariage traditionnel (devant le lignage) qui forme (au Congo) la trilogie avec le mariage civil (devant l’Etat) et le mariage religieux ( devant l’Eglise).

LE RITE PROPREMENT DIT

En tradition vili, quand s’ouvre le rite kikumbi, il va sans dire qu’un mariage se prépare en secret. Un conjoint a pu être repéré ou alors la jeune fille a fait l’objet d’une démarche matrimoniale.
La fille est prise de cours, par surprise. Kikumbi ne s’annonce jamais à la future candidate, sauf à ceux qui ont décidé de lui faire subir l’épreuve. Elle n’est pas au courant. Kikumbi lui tombe dessus avec la rapidité de l’éclair, au cours d’un psychodrame qui prend les allures d’un rapt, d’un guet-apens ou simplement d’un kidnapping. Il s’agit d’un rapport de force. Quelle fille, en effet, accepterait d’être séquestrée durant un à deux mois et tenue en réclusion dans une case isolée sans mettre le nez dehors ? On l’aura compris, kikumbi est un emprisonnement symbolique et réel de la jeune fille.

Une fois la novice séquestrée, le groupe de femmes (les matrones) prennent la jeune fille en charge dans une case isolée : son couvent. Elle est alors âgée de 16 à 19 ans. Le rôle de matrone est assuré soit par un prêtre (nganga kikumbi), une prêtresse soit par les propres parents de la jeune initiée vili, parmi lesquels ses tantes maternelles ou paternelles, ses sœurs utérines.
Kikumbi a avoir avec d’autres psychodrames comme l’excision dans l’ouest africain ou en général la circoncision dans une grande partie de l’Afrique. La fille malinké subit l’excision comme une contravention faite à sa féminité. La société lui fait subir la coupure de son clitoris malgré elle. Le sang qui gicle, les cris atroces de la fille en train de se subir la chirurgie de son clitoris sont autant d’éléments dramatiques qui n’éveillent aucune compassion des femmes chargées de l’exciser.
Les associations féministes crient au scandale face à ce qui est pour eux sauvage barbarie d’un autre temps. Les anthropologues estiment, pour leur part, que la perspective pour une jeune malinké de ne pas subir cette opération chirurgicale rituelle est frustrante puisqu’elle l'empêche de ne pas entrer dans la norme. Aussi, celle qui n'est pas excisée réclame cette boucherie rituelle sur son vagin de toute son âme. D’ailleurs, au Congo, un garçon qui n’a pas subi la circoncision ressent la même frustration assimilable à un sentiment de marginalisation par rapport à ses collègues garçons, eux circoncis. Lui aussi ne souffrirait pas de ne pas subir la souffrance de la rupture du prépuce qui va le précipiter dans le monde des garçons, des hommes, des vrais.
« As-tu subi kikumbi ? » est une question que doit probablement redouter une femme vili de la part de ses amies. On imagine que de ne pas l'avoir subi suscitera un terrible complexe d'infériorité vis à vis des autres femmes de la société.

EDUCATION SENTIMENTALE

Séquestrée, la jeune fille est gardée en réclusion dans une maison. Que se passe-t-il pendant cette période d’incarcération collective de la jeune fille et des prêtresses du kikumbi ? La jeune fille y subit une éducation sentimentale que se chargent de lui transmettre celles qui l’initient à sa future vie conjugale. Il se peut aussi que les prêtresses se transforment en professeurs en sexologie et en initiation érotique en lui faisant prendre conscience des zones érogènes de son propre corps. Je crois même que kikumbi s’emploie à donner à la future mariée un cours d’anatomie du corps masculin. L'épouse qui maîtrise le corps de son conjoint se dote d'une sérieuse garantie contre les tourmentes.

La réclusion dure un à deux mois, une éternité pour la candidate mais une durée temporelle indispensable à l’efficacité du rituel. Le système n’est pas strictement carcéral. Certains soirs, au crépuscule, on opère une sortie. On fait danser la fille, peut-être pour « lui dégourdir les jambes ».
Par hypothèse, nous considérons que la virginité est de règle dans le système kikumbi. Il est de bon temps que la fille entre vierge au mariage (dans tous les sens du terme). A supposer que la jeune fille a perdu sa virginité avant kikumbi, ses chances d’accéder à l’étape suivante (le mariage) sera à la discrétion de son futur conjoint, autant dire de sa future belle famille. Généralement il y a une fin de non recevoir. On a vu que les bémbé pallient cette lacune en sacrifiant un coq afin de simuler la rupture saignante de l’hymen de la supposée vierge.
Durant kikumbi, les matrones (ses tantes maternelles et paternelles, ses sœurs) lui délivrent une éducation afin d'acquérir un certificat sur le plan sexuel dans le cadre de sa future matrimonialité.

L'expression consacrée est "entrer dans le kikumbi". En clair, en y entre célibataire, on en sort prête pour devenir mariée. J’ai dit que kikumbi est un rite de consécration ou d'institution matrimoniale. Autrement dit celles qui ne l'ont pas subi n'entrent pas dans la classe des filles mariables. Celles qui le subissent ont la garantie d'être mariées. Il est rare que kikumbi ne débouche pas sur une alliance matrimoniale (à moins qu'il y ait échec).
Peut-on échouer au kikumbi ? Je ne sais pas si la jeune fille peut s'évader. Si elle s'échappe de son couvent, la société arrête les frais et se borne à un constat d'échec. Mais cette terrible perspective est rare.



Kikumbi ou tsikumbi prépare la future épouse à l'éducation sentimentale. C’est une période probatoire par laquelle passe la jeune fille avant d'entamer l'aventure du mariage.
Dans ce monastère traditionnel est dispensé à la fille une éducation pré-matrimoniale. Kikumbi est confié à des femmes (des matrones) dont la mission consiste à préparer la future mariée en lui signifiant qu'elle n'est plus une fille comme les autres même si les autres filles sont comme elles (en apparence). Kikumbi est une leçon de chose où sont apprises à la jeune fille les fonctions naturelles de son corps. Il s'agit donc d'une école, d'un cours de sexualité, de sexologie, d'un discours sur le corps de la femme en vue de la préparer à recevoir le corps de l'homme, son futur conjoint
La matrone lui apprend certaines épopées. Le rite apprend d’autres mythes à ceux qui sont initiés, en l’occurrence ici l’initiés au kikumbi. C'est que la charge de la reproduction biologique du clan doit bientôt lui échoir. Selon Lévi-Strauss, certaines femmes au moment de l’accouchement entonnent des chansons mythiques pour en faciliter le déroulement : travail cabalistique.

GAVEE COMME UNE OIE

Kikumbi offre au mariage une fiancée bien en chair. Pour cela la candidate au kikumbi est adulée, gavée et soignée comme l'étaient les vierges dont les mythologies antiques nous disent qu'elle servaient d'objet sacrificiels pour plaire aux Dieux.

La case du kikumbi, ce salon de beauté, garde prisonnière la future mariable pendant au moins un mois.
Cette période de réclusion donne tout son caractère sacré à ce rite doublé d'un aspect théâtral. Le caractère théâtral est renforcé par les chants et des chorégraphies esquissés par tous les pensionnaires du kikumbi. Après tout kikumbi n’est-il pas une religion ?

TATOUAGE, SALON DE BEAUTE

Le corps de la jeune femme est enduit d'un talc rougeâtre appelé "toukoula" obtenu grâce à la macération de l'écorce du kaolin. On reconnaît à la poudre de kaolin (toukoula) les vertus d'alimenter l'épiderme et d'en clarifier la pigmentation. Le visage de la postulante recouvert de tatouages dessinés dans des couleurs très vives, prend des allures d'un masque effrayant.
kikumbi est un atelier de peinture et un laboratoire chimique où la future épouse subit les vertus de la cosmétique sur la peau. science de l'embellissement de la peau grâce à la connaissance ancestrale que le nganga-kikumbi possède des plantes cosmétiques.
Kikumbi est un salon de beauté où la femme devient une peinture vivante dessinée par l'artiste/prêtre le nganga-kikumbi ou la prêtresse assistée d'autres femmes.

L’enjeu esthétique s'inscrit dans la dialectique du beau et du laid. Le maquillage au toukoula enlaidit au départ la jeune fille, mais c'est pour la rendre plus désirable, donc plus belle au moment du rituel final, celui du bain qui a lieu dans une rivière, en général le samedi.

Le but de ce maquillage au kaolin est de rendre méconnaissable (à titre provisoire) la beauté du corps. Kikumbi enlaidit la jeune fille pour la restituer plus belle à la société. En fait on tue symboliquement la jeune célibataire pour la faire renaître publiquement en tant que femme mariée. Il s'agit de soustraire du regard public, un objet destiné à une vie privée : le mariage. Le futur mari fait partie du public puisque, de tous, l'interdiction formelle de voir la postulante avant la fin de la réclusion est la plus stricte à son endroit.
Le maître du kikumbi "séquestre" l'initiée durant une période d'au moins trente jours dans son monastère occasionnel. Comme il est interdit à ses propres parents de la voir, cela ne manque pas d'alimenter parfois les commérages, les sous-entendus. Selon notre informateur, des kikumbi ont parfois dérapé. Dans ce cas, le groupe de parenté du fiancé se retire discrètement non sans demander des dommages et intérêts à la belle-famille.

FIN DE RITE

Après l'ablution sabatique qui marque la fin du kikumbi, La jeune fille est prête pour le mariage. Il n’est pas dit que kikumbi pare contre le divorce. Chez les kongo/lari, un autre rite tout aussi éclatant en couleurs, mpémba, consacre le divorce ou mort du mariage. Mpémba est davantage confirmation que la veuve est libre de contracter un autre mariage, que la veuve n'est plus veuve.

---


Sébastien Madzou est au Burkina Faso, jusqu’au 2 octobre, pour revoir les femmes dont il a « reconstruit » le clitoris excisé. Une technique que le gynécologue-obstétricien congolais a apprise aux côtés de l’urologue français Pierre Foldes, créateur de la méthode. Celui qui a formé en février une vingtaine de gynécologues burkinabès dresse pour Afrik un bilan de son aventure humanitaire.

A lire: Cliquez ici
Niaou
 

Message par Estelle23 » Lun 09 Oct, 06 10:25

Niou,

le sujet est très interessant, il faut interdire l'excision sur les femmes Africaines, tout comme le repassage des seins, une pratique au Cameroun. :x

bien à toi,
Estelle.
Estelle23
Doyen du forum
 
Message(s) : 406
Inscription : Mar 03 Oct, 06 7:59

Re: Rites et Coutumes de mariage au Congo

Message par tressy » Dim 07 Mars, 10 12:55

Bonjour à tous

je vois que le sujet date de 2005 et je suis navré de vous relancer. Voilà j'ai 22ans et je suis étudiante en droit. Dans mon cours de droit de la famille, on nous demande de faire un papier sur une pratique traditionnelle existante ou disparue d'un pays autre que la france. Je me rappelle avoir entendue parler du "mpémba". Malheureusement, mes parents ne sont pas calés en matière de traditions ou rites congolaise, la seule chose qu'ils ont pu me dire c'est qu'il s'agissait d'une cérémonie permettant à une femme veuve de reprendre sa liberté et donc de pouvoir se marier à nouveau. ce qui m'interesserait serait d'en connaitre les origines et la pratique de nos jours.

Merci de vos réponses

Ps: en passant, pensez à apprendre à vos enfants ttes ces choses dont vous avez parlé, c'est très intéressant et malheureusement ma génération perd le sens de tous ces rites, faute de connaissance...
tressy
 
Message(s) : 3
Inscription : Dim 07 Mars, 10 12:32

Re: Rites et Coutumes de mariage au Congo

Message par K.N » Lun 08 Mars, 10 12:34

Bonjour Tressy,

Mpémba, je connais un peu. J'ai assisté il y a longtemps à une cérémonie de ce qu'on appelle "Mutélo mpémba" j'étais bien jeune, je vais te dire le peu que j'en sais. A ma connaissance, il s'agit d'une cérémonie de divorce permettant aux époux de se quitter en bon termes et de se souhaiter mutuellement bonne chance dans leur vie future, je n'ai jamais entendu parler de Mpémba chez les veuves.

Cette cerominie est pratiquée chez les Kongo. comme lors de la présentation de dot, "Mpémba" réunit les ex epoux ainsi que leurs familles respectives. A tour de rôle, chacun dessine un cercle autour de l'autre avec de l'argile blanche ( le fameux mpémba) en prononçant des paroles rituelles, lui souhaitant d'être heureux dans sa nouvelle vie, de se remarier et d'avoir de nombreux autres enfants etc. A la fin, une petite fête est donnée à laquelle tout le monde est convié. Voilà. Je ne saurai te conseiller de consulter des ouvrages traitant spécifiquement de rites matrimoniaux chez les Kongo, tu trouveras peut être des éléments supplémentaires sur Mpémba.


Bien à toi.


K.N.
K.N
Doyen du forum
 
Message(s) : 226
Inscription : Sam 26 Avr, 08 11:32

Re: Rites et Coutumes de mariage au Congo

Message par Forever » Lun 08 Mars, 10 1:10

Interessant tes sources Maman Niaou et merci pour les precisions KN;
je vais appeler ma maman au pays pour tenter de t avoir des infos tressy :-)))
Forever
 
Message(s) : 80
Inscription : Dim 24 Jan, 10 8:13
Localisation : Tres loin

Re: Rites et Coutumes de mariage au Congo

Message par tressy » Lun 08 Mars, 10 1:30

Merci de ta réponse K.N et forever, je ne pourrais que t'en etre reconnaissant si ta mère pouvait m'aider!
tressy
 
Message(s) : 3
Inscription : Dim 07 Mars, 10 12:32

Précédent

Retour vers Forum Public

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 2 invité(s)
cron