Le ciment

Libre d'accès et ouvert à tous sujets de discussion.

Message par niaou » Ven 28 Mars, 08 11:37

Pénurie de ciment

Le Togo manque de ciment. Les deux usines implantées dans le pays, Wacem et Cimtogo n’arrivent plus à faire face à la demande. Conséquence, des chantiers sont contraints de s’arrêter ou d’importer à des prix prohibitifs et les revendeurs front grise mine. Situation inquiétante qui à conduit à organiser vendredi à la Primature une réunion regroupant le ministre du Commerce et une délégation des deux entreprises.

A sa sortie, Hervé Mensah, porte-parole de la délégation conjointe a indiqué que « la pénurie de ciment qui frappe le Togo est un phénomène régional. Des dispositions seront rapidement prises pour sécuriser les approvisionnements".

Phénomène régional assurément. Il y a quelques jours, le Bénin a annoncé qu’il devrait importer du ciment du Togo s’il voulait faire face à une demande toujours plus soutenue.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par Loumo » Sam 29 Mars, 08 11:14

C'est curieux, tout le monde se plaint : Congo, Cameroun, Sénégal, Togo, Bénin.
Tout le monde sauf la RDC qui continue à alimenter en ciment son pauvre voisin le Congo de Sassou.

Que dire ? Les Congolais de Kabila sont meilleurs que les Congolais de Sassou.
Quand la RDC s'éveillera l'Afrique tremblera. N'en déplaise aux nationalistes, la locomotive du continent noir c'est l'ex-Zaïre.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par niaou » Dim 30 Mars, 08 9:23

La firme portugaise Cimpor va investir 189 millions USD dans le ciment au Mozambique

APA-Maputo(Mozambique) Le géant portugais du ciment, Cimpor, a annoncé dimanche qu’il allait faire un nouvel investissement de l’ordre de 189 millions de dollars américains pour la création d’une ligne intégrée de production de clinker dans son usine de Dondo, une ville située au centre du Mozambique.

Selon un communiqué du Conseil d’administration de Cimpor, cette nouvelle ligne aura une capacité de production de 1.500 tonnes de clinker par jour et permettra de créer 100 nouveaux emplois directs.

“Il y aura également une nouvelle unité pour produire et ensacher le ciment, ce qui ferait passer la capacité de l’usine de Dondo de 240.000 à 500.000 tonnes de ciment par an”, ajoute le document dont APA a obtenu copie.

Cimpor a, par ailleurs, annoncé un investissement supplémentaire de 15 millions d’euros pour son usine de Matola, au sud du pays.

Un nouveau système de production et d’ensachage de ciment sera opérationnel à partir de la seconde moitié de 2009, qui ferait passer la capacité de l’usine du simple au double.

Selon le même document, les nouvelles installations seront prêtes en 2010, ce qui aidera à renforcer de manière significative le secteur et de se passer des importations de ciment.
http://www.apanews.net/
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par Loumo » Lun 31 Mars, 08 1:42

Le colonel Valentin Mongo a été porté à sa dernière demeure ce 26 mars 2008!

http://www.congo-site.com/pub/fr/v4x/ac ... p?num=7358

Que le Tout puissant lui accorde sa miséricorde, même si un certain jour de décembre 1997, il m'avait avouée "face à face" que c'était lui qui avait donné l'ordre aux Cobras de piller et saccager ma demeure!


Chère NINI
Maintenant je comprends pourquoi le sujet du ciment revient avec obsession dans ton discours. Les grands méchants loups de la Nouvelle Espérance avaient cassé ta maison.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par niaou » Lun 31 Mars, 08 2:22

Loumo a écrit :
Le colonel Valentin Mongo a été porté à sa dernière demeure ce 26 mars 2008!

http://www.congo-site.com/pub/fr/v4x/ac ... p?num=7358

Que le Tout puissant lui accorde sa miséricorde, même si un certain jour de décembre 1997, il m'avait avouée "face à face" que c'était lui qui avait donné l'ordre aux Cobras de piller et saccager ma demeure!


Chère NINI
Maintenant je comprends pourquoi le sujet du ciment revient avec obsession dans ton discours. Les grands méchants loups de la Nouvelle Espérance avaient cassé ta maison.


Les grands méchants loups de la nouvelle espérance avaient cassé toute une vie en béton!
C'etait une vie cimentée, plus solide que du roc...
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par niaou » Mar 01 Avr, 08 11:13

Lu pour vous:

Les membres du gouvernement s'expliquent devant les députés
(Les depeches de Brazzaville 31/03/2008)


Image
Le ministre du Commerce, de la consommation et des approvisionnements, Jeanne Dambenzet, a indiqué qu'elle a entrepris de démanteler lentement mais sûrement les circuits des nombreux intermédiaires commerciaux impliqués dans la vente du ciment. Ces intermédiaires, a-t-elle déclaré, sont à l'origine de la spéculation sur ce matériau de construction de première nécessité.

La langue de bois a la vie dure au Congo!! :roll:
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Ven 04 Avr, 08 12:14

Le ciment, à la fois invisible et hors de prix à Yaoundé

APA-Yaoundé (Cameroun) Le ciment de grande consommation est devenu invisible depuis une semaine dans les quincailleries de la capitale camerounaise, Yaoundé, a constaté APA sur place.

A l’entrée sud de la ville, des revendeurs en pick-up se postent dès les premières heures de la journée, attendant d’intercepter d’éventuels camions de marchandise en provenance de l’usine des Cimenteries du Cameroun (CIMENCAM), située à quelque 250 kilomètres de la métropole économique, Douala.

Les rares gros porteurs entrant dans la ville sont aussitôt pris en chasse, jusqu’aux lieux de déchargement où la cargaison s’envole aussitôt.

Ce ciment est alors revendu au prix fort, dépassant parfois les 10.000 FCFA le sac, contre 5500 FCFA (4900 FCFA précédemment), selon les nouveaux tarifs entrés en vigueur depuis le 28 mars dernier.

Cette pénurie intervient alors que CIMENCAM, filière du groupe français Lafarge, a engagé un bras de fer avec le gouvernement à la suite desdites augmentations de prix qui, en réalité, avaient été différées à la suite des émeutes contre la vie chère de février dernier.

Dans une correspondance adressée le 26 mai dernier au directeur général de CIMENCAM, qui détient le monopole de ce matériau au Cameroun et dans la sous-région, le secrétaire général des services du Premier ministre, Jules Doret Ndongo, jugeait «cette décision inopportune et incompréhensible».

Il estimait cette mesure «en contradiction avec les récentes mesures prises par le Chef de l’Etat dans le sens de la baisse des prix des produits de première nécessité et de l’amélioration substantielle du pouvoir d’achat des ménages».

A l’appui de son argumentaire M. Ndongo invoque l’ordonnance du 7 mars dernier du chef de l’Etat, Paul Biya, qui entre autre baisse de 10 à 5 pour cent les droits de douane sur l’importation du clinker, composant réactif du ciment.

Nullement démontés, les responsables de CIMENCAM justifient la hausse des prix du ciment par l’«inflation du prix du pétrole, l’augmentation des coûts des matières et la croissance vertigineuse des prix du fret à des niveaux jamais atteints, depuis plus de 24 mois, mais aussi un renchérissement accéléré des principaux coûts de production».

De plus, l’opérateur annonce des besoins financiers de l’ordre de 26 milliards FCFA, en terme de nouveaux investissements destinés à satisfaire la demande en forte croissance.

FCEB/mn/APA
03-04-2008
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Sam 05 Avr, 08 12:10

L’augmentation du prix du ciment trouble les consommateurs

Le coût de la tonne du ciment connaît une nouvelle hausse depuis vendredi (28 mars).Il est passé de 85.000 à 96.000 F CFA. Une pilule que peine à avaler les consommateurs désormais contraints de débourser jusqu’à 8.000 F CFA dans certaines métropoles au Cameroun pour s’offrir le sac de 50 kilogrammes. Soit près de 4.800 F CFA de prix unitaire à la sortie de l’usine CIMENCAM à l’autre rive du fleuve Wouri à Douala.

Ce qui fâche les consommateurs rencontrés, c’est que cette nouvelle augmentation intervient au lendemain d’une mesure gouvernementale du 7 mars 2008 portant réduction de 10 à 20% la fiscalité de certains produits qui entrent dans la fabrication du ciment, et la suppression des droits de douane sur la principale matière première .Logiquement, on devrait s’attendre à une baisse de prix.

Non ! rétorque le Directeur Général de CIMENCAM. « Cette décision d’augmentation du prix du ciment est une question de vie ou de mort… » Affirme Jean Pierre LE BOULICAUT qui emprunte dans une démonstration axée sur la fluctuation des coûts des matières premières sur le marché mondial.

La suite à lire ici:
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Sam 12 Avr, 08 12:33

Togo: le gouvernement et les manufacturiers réglementent l'exportation du ciment

LOME, 9 avril (Xinhua) -- Le ministère du Commerce et de l'Industrie du Togo et les deux producteurs de ciment dans ce pays ont annoncé mardi l'interdiction formelle de l'exportation du ciment en dehors de son circuit traditionnel, a appris mercredi l'Agence Xinhua.

Cette interdiction est contenue dans un communiqué conjoint qui avertit également de "sanctions sévères" contre tout contrevenant à cette disposition. "Il est formellement interdit l'exportation du ciment en dehors du circuit traditionnel d'exportation des produits Cimtogo et Fortia", dit le communiqué.

Le communiqué relève qu'il a été donné de constater que le ciment livré aux distributeurs agrées pour les différentes régions du pays "n'arrivent pas toujours" à destination. Il souligne que cela crée des pénuries dans les régions et a donc demandé aux distributeurs agréés de "veiller" à ce que les commandes arrivent "effectivement" dans leur magasins.

Dans un autre communiqué, le ministère du Commerce et de l'Industrie et les deux manufacturiers de ciment ont appelé les distributeurs et les vendeurs à pratiquer les prix homologués décidés à l'issue de l'augmentation anarchique du prix du ciment dans le pays.

Selon ces prix, la tonne du ciment Fortia est vendue à 66.000 francs CFA alors que celle de Cimtogo est vendue à 69.600 francs CFA. Déjà, sur la pénurie prononcée de ciment constatée au Togo, surtout dans le nord, les autorités togolaises avaient eu à discuter avec les deux opérateurs producteurs du ciment dans ce pays.

La situation avait été perçue "très préoccupante" par les associations de consommateurs qui craignaient sa détérioration, étant donné que des pays de la sous-région s'approvisionnent à partir du Togo.

En ce même moment, le gouvernement béninois avait annoncé d'importer quelques 18.000 tonnes de ciment par mois des sociétés togolaises, face à une pénurie dans ce pays.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Lun 14 Avr, 08 11:08

Yaoundé : Des militaires bloquent un dépôt de ciment

"Des militaires, gendarmes et policiers sont entrés de force dans les bureaux et ont dit qu'ils n'en sortiront pas tant qu'on ne leur aura pas donné le ciment ", raconte Marie Robert Wamba, un des témoins des événements qui se sont déroulés vendredi 11 avril dernier au dépôt des Cimenteries du Cameroun (Cimencam) au lieu dit Dakar en bas à Yaoundé.

Selon divers témoignages recueillis sur les lieux, l'incident se serait produit dans la matinée, aux alentours de 11h. Des hommes en tenue, "en majorité des militaires", seraient entrés dans une colère froide, voyant qu'ils n'étaient pas servis. "Ils ont poussé la porte avec brutalité et sont entrés dans les bureaux, bloquant tous les couloirs d'accès", relate un autre témoin ayant requis l'anonymat.

Les vigiles commis à la sécurité dans ce dépôt de ciment auraient tenté de maîtriser les éléments déchaînés, en vain. "Le chef de dépôt a été brutalisé ainsi qu'un des vigiles dont le pouce a été tordu par un militaire", soutiennent d'autres témoins tandis que le vigile en question nous montre son doigt légèrement enflé. Le "tapage" provoqué par les éléments de l'ordre - une quinzaine ou une trentaine, les avis divergent sur le nombre - va entraîner l'arrêt momentané du service, sous le regard impuissant des centaines de personnes agglutinées à l'extérieur et qui attendaient également être servies.
La situation va finalement être débloquée après plusieurs minutes de tension puisque "les hommes en tenue ont été servis, même si ce n'était pas la quantité voulue, chacun ayant eu droit à 5 ou 8 sacs de ciment", assure Marie Robert Wamba qui dit être le représentant des fabricants de parpaings. Une situation qui a ramené le calme dans le rang des forces de l'ordre, mais pas chez les autres qui crient à la discrimination.

"Ce n'est pas la première fois que cela se passe ainsi. Ils arrivent toujours, font du boucan et repartent servis alors que nous, nous attendons des heures, des semaines et on n'est même pas servi ! Et tout ça parce qu'on n'est pas des "Vip"", s'insurge un consommateur. A en croire cet homme, c'est en fonction des listes établies que le ciment est reparti. Ainsi, "les "Vip", les officiers et officiers supérieurs, les hommes d'Eglise et les recommandés ont droit à 130 tonnes sur les 200 tonnes de ciment disponible ; les fabricants ont 20 tonnes et le reste, c'est pour les particuliers, explique un autre consommateur, appartenant à cette catégorie de clients.

Une situation que beaucoup trouvent révoltante ce d'autant plus que "ce sont les mêmes qui sont servis", et qui ne va pas sans conséquence car "beaucoup de bagarres éclatent souvent ici au dépôt lorsqu'un tel est servi et pas un autre" apprend-on. Nombreux sont ceux là qui parlent aussi de "la mafia créée autour de la distribution du ciment", accusant les responsables de se faire de l'argent sur le dos des consommateurs, notamment des "particuliers".
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Sam 19 Avr, 08 11:33

Cameroun: Pénurie de ciment, de carburant et de gaz de cuisine

Le ciment, le carburant et le gaz de cuisine se font rares, induisant ainsi une hausse des prix. Le prix du sac de ciment de 50 kg est passé de 5200 à 5800 FCFA.

Au marché parallèle, il atteint 6800 FCFA. La rareté du carburant, attribuée au retard dans le processus de distribution, a conduit à la fermeture de certains dépôts d'essence.

Quant au gaz de cuisine, la raffinerie nationale en produit environ 3000 tonnes par mois, alors que la demande nationale est estimée à 4500 tonnes.

Total, le soumissionnaire retenu pour l'importation de 1500 tonnes de gaz, n'est toujours pas en mesure d'approvisionner le marché.
Dernière édition par niaou le Lun 21 Avr, 08 6:31, édité 2 fois.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Lun 21 Avr, 08 6:28

Togo: Mise en place d’un dispositif sécuritaire

Un dispositif sécuritaire vient d'être mis en place par le gouvernement en collaboration avec les producteurs locaux, pour faire face à la pénurie de ciment au Togo.
Les deux principaux producteurs, Fortia et Cimtogo, vont veiller scrupuleusement à alimenter le marché local. 23.000 tonnes ont été commercialisées cette semaine, dont près de 4000 pour la seule région septentrionale.


« Pas le moindre sac de ciment a été exporté », assure un responsable de Cimtogo.

Le dispositif mis en place a pour objectif de garantir la fourniture du marché local et d’éviter qu’une partie de la production prenne le chemin des pays voisins.

Et les grands moyens sont utilisés. Des policiers escortent les camions jusqu’aux lieux de livraison ; ils sont munis de la liste des grossistes et des lieux de livraison.

"Nous ne pouvons pas admettre que le ciment destiné au marché local soit exporté de façon illégale vers d'autres destinations", explique le ministre du Commerce, Yendja Yentchabré.
http://www.republicoftogo.com/
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Mar 22 Avr, 08 7:11

Pénurie du ciment gris à Kinshasa

Une nouvelle pénurie du ciment gris pointe bientôt à l'horizon à cause de la faible production et de la spéculation dudit produit observée actuellement au niveau de certains distributeurs sur le marché kinois. Contactés lundi par l'ACP, certains distributeurs sont affirmé que la livraison du ciment gris qui passe de 12 à 27 USD n'est plus régulière ainsi que la quantité a sensiblement baissé avec la fermeture provisoire de la cimenterie nationale (CINAT) pour des raisons techniques.

La construction de nouvelles usines de ce produit s'avère indispensable dans le cadre de reconstruction de la RDC pour lutter efficacement contre la spéculation .Car elle est tributaire, de la loi de l'offre et de la demande. La production de deux usines : CINAT et Cilu s'avère insignifiante pour couvrir tous les besoins de la RDC et du Congo-Brazzaville estime les observateurs. Il convient de rappeler que le prix du ciment fixé par le gouvernement à 10 USD n'a jamais été respecté par les dépositaires.

Ciment gris : la surenchère à Kinshasa

Le ciment gris est actuellement l'objet de surenchère et de spéculation auprès des distributeurs et des dépositaires à Kinshasa a observé lundi l'ACP. Un sac de ciment se négocie actuellement entre 16.000 FC et 18.000 FC dans les communes de Lemba et de Matete, indique-t-on. Les observateurs demandent sur ce sujet que le ministère de l'Economie fixe l'opinion sur les mesures qu'elle compte prendre pour arrêter cette enchère et cette spéculation dans la capitale. Aux mois de mars et d'avril à ses débuts, ce produit était vendu à 11.000 FC. Ils (observateurs) proposent également le contrôle de la part du gouvernement de tous les circuits de distribution pour voir le ciment gris être vendu à sa valeur réelle malgré l'augmentation du prix du carburant à la pompe. Abordé par l'ACP, des dépositaires suggèrent que le gouvernement prenne des mesures qui s'imposent en vue de satisfaire la demande du marché intérieur avant de songer à l'exportation de ce produit.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Mar 22 Avr, 08 7:15

Le gouvernement gabonais cherche des importateurs de ciment

Le gouvernement gabonais a, dans un communiqué officiel en fin de semaine, lancé un appel aux Gabonais pour qu’ils s’investissent dans l’importation du ciment afin d’enrayer la pénurie actuelle et baisser les prix de ce produit.

Le gouvernement “encourage les opérateurs économiques et notamment locaux à se lancer dans l’activité d’importation de ciment”, indique un communiqué du Conseil des ministres.

Au-delà de l’importation du ciment, le gouvernement a indiqué être à la recherche d’investisseurs désirant s’implanter au Gabon.

Depuis plusieurs années, le Gabon connaît des pénuries récurrentes de ciment. Ces pénuries s’accompagnent d’une forte hausse du prix de ce produit dont l’offre est inférieure à la demande.

L’année dernière, le Gabon a dû importer d’urgence le ciment pour achever d’importants chantiers immobiliers et d’assainissement des voiries urbaines dans la capitale. L’Etat avait investi 50 milliards de FCFA pour la modernisation de certains bidonvilles de la capitale. La pénurie de ciment a failli faire capoter ce projet.

Au lieu de 4.300 FCFA, le prix d’un sac de ciment oscille entre 6.000 et 6.500 FCFA à Libreville et un peu plus à l’intérieur du pays.

Cimgabon, l’opérateur chargé de produire le ciment dans le pays ne parvient plus à satisfaire la demande locale.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Mer 30 Avr, 08 6:14

Vente promotionnelle des sacs de ciment à Kinshasa

Kinshasa– (D.I.A.) – Le ministère de l’économie de la République Démocratique du Congo, RDC, a initié à Kinshasa la capitale la vente promotionnelle des sacs de ciment gris à 13 dollars américains pour remédier à la situation de pénuries de ce produit. Les autorités ont implanté 45 points de vente sur l’étendu de la première ville du pays. L’opération est prévue pour huit jours, du lundi 28 avril 2008 à mardi 6 mai 2008. Au cours de cette opération, le gouvernement n’a permis que l’achat de cinq sacs de ciments par consommateurs.

Depuis le lancement de cette initiative, des milliers de personnes sont présentes sur le site de la foire internationale de Kinshasa, Fikin, l’endroit qui a été plus médiatisé. Avant d’avoir droit à l’achet, les agents commis pour cette opération exigent aux consommateurs d’acheter un jeton. Ce jeton est vendu à 1.500 francs congolais, équivalent à 2,6 dollars américains, et donne le droit de cette opération à celui qui le possède.

Maître Wemba, un couturier de Kinshasa, est venu acheter des sacs pour la construction du pavement de sa maison. Il a affirmé au journaliste de l’agence Dia que cette initiative du gouvernement ne va réussir que pour des consommateurs moyens voulant faire de retouche sur leur construction. Héritier Bola, un autre consommateur, a stigmatisé le fait que les agents commis pour cette opération ne respect pas l’heure des opérations. Pour lui, 45 points de vente pour la ville de Kinshasa est insignifiants vu l’importance de la demande et de la population estimée à plus de sept millions d’habitat. Il a affirmé que le gouvernement a initié l’opération mais ne s’est pas appuyé sur le mécanisme de vente. Pour lui, il est plus facile d’acheter ces mêmes produits à 15 mille francs congolais (presque 30 dollars américains), l’accès est facile et libre aux acheteurs. Acheter à 7.450 francs congolais (13 dollars américains), au prix promotionnel, l’accès est difficile voir impossible compte tenu de l’engouement auquel les consommateurs. Des consommateurs sur place doutent de la quantité des sacs de ciment émissent pour cette opération. Certains affirment même qui aurait seulement 8.000 sacs de ciment. François Simba, qui s’est aussi confié au journaliste de Dia, s’alignent dans cette logique. Il a affirmé que le gouvernement n’a que huit mille cinq pour la vente promotionnelle. D’après lui, si cela se confirme, on aurait seulement 1.600 personnes qui pourront acheter ces ciments, à raison de cinq sacs par personnes. Suivant ce consommateur, le ministre de l’économie, André Philippe Futa aurait parlé de plusieurs site reparti à sur l’étendu de Kinshasa, mais jusque là on ne parle que de celui de la Fikin. Il conseil au gouvernement de libéraliser totalement le secteur de vente de ciments en vue de permettre l’abondance de ce produit sur le marché.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Mar 06 Mai, 08 12:00

La pénurie de ciment perdure au Cameroun

Afrique centrale - Cameroun
ECONOMIE - La pénurie de ciment qui s'est installée au Cameroun depuis la fin de l'année dernière persiste, en dépit des actions gouvernementales, la vente du précieux produit se faisant de nuit, en cachette, a constaté la PANA sur place.


Au cours des six derniers mois, des travaux de construction de bâtiments ont dû être arrêtés, alors que certaines quincailleries ne fonctionnent que la nuit et que d'autres ont tout simplement cessé de vendre du ciment.

De nombreux maçons ou tâcherons sont aujourd'hui contraints au chômage forcé, comme Sylvestre Owona, qui a dû se reconvertir dans le transport par moto-taxi.

Aujourd'hui, pour acheter du ciment, il faut être bien introduit dans le réseau des spéculateurs, qui, bien que disposant du produit, refusent de se conformer aux prix homologués par le gouvernement.

Le prix homologué par le ministère du Commerce est de 5.500 FCFA, le sac de 50 kg à Yaoundé, la capitale. Cependant, il est impossible de l'obtenir à moins de 7.500 FCFA.
La suite ici:
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Ven 09 Mai, 08 1:09

Vente de ciment, spéculations, trafic d’influence, commissions :Kinshasa est au bord de l’implosion !

La vente de ciment dans des dépôts témoins instaurés par le ministre Philippe Futa ne résoud pas le problème de la pénurie.

Un remède qui crée beaucoup plus de problèmes qu’il n’en résous n’en est pas un. C’est le cas de fameux dépôts de ciment surnommés « Futa ». Conçue au départ comme une réponse idoine à la spéculation, la formule gouvernementale d’encadrement de vente de ciments semble tourner déjà au vinaigre. Tant nombre des Congolais d’en bas ont tout le mal du monde à se procurer ne serait ce qu’un sac.

Echanges de coups de poings, menaces, insultes, bousculades en permanence ... voilà qui résume le spectacle auquel la population de N’Djili assiste sur la route menant vers Cecomaf, plus précisément au quartier 8 entre les avenues Maluku et Mongafula. Généralement, la foule amassée sur la route ne s’en tire qu’avec une journée sous une chaleur ardente sans acheter le moindre sac de ciment, le privilège étant réservé à une certaine catégorie de compatriotes.

Un tour dans les différents dépôts de ciments encadrés par le ministère de l’Economie et commerce extérieur suffit pour se faire une religion. Accéder au sac de ciment relève d’un parcours de combattant. Que d’intermédiaires ? Et donc que de bakchichs à verser à chaque étape qui conduit au dépôt de ciments. Fixé officiellement à 13,5 USD soit environ 7.560 FC, le ciment revient en réalité, pour celui qui veut l’avoir sans passer toute une journée et sans bousculades; à 20 USD, voire 25 USD.

Une mafia organisée

Au fond, tous les témoignages se recoupent sur un fait. Une mafia s’organise autour de l’opération vente des ciments dans des dépôts contrôlés par le ministère de l’Economie et commerce extérieur. Comme on pouvait le craindre, le trafic d’influence bat son plein dans ces dépôts témoins. Alors qu’officiellement chaque acheteur n’a droit à un maximum de 5 sacs, le petit peuple assiste impuissant et médusé à l’embarquement de 50 à 100 sacs de ciment ! Des personnalités haut placées, certains hauts gradés et certains proches des membres du cabinet de l’Economie font de véritables razzias dans les points de vente.

Et pourtant, des milliers de personnes quittent leurs domiciles aux premières heures de la matinée pour espérer obtenir ne fût-ce qu’un sac de ciment. L’énorme sacrifice consenti se solde par un échec d’autant que des agents de l’ordre commis à la Fikin pour assurer la tranquillité de l’opération de vente des ciments ne tiennent pas compte des longs fils exigés pour l’organisation. C’est plutôt les clients sous escorte ou recommandés qui sont les premiers servis au grand dam de la population pourtant épuisée de suite de la chaleur suffocante que connaît ces jours la ville de Kihshasa.

Autant dire que les 13,5 USD, prix d’un sac fixé par le ministère de l’Economie et commerce extérieur, ne suffit pas pour la majorité des clients pour s’approvisionner. Voilà qui
pousse certaines personnes désireuses d’avoir le ciment à trouver d’autres astuces pour contourner l’obstacle érigé par certains agents dudit ministère. C’est ici que la population recoure tantôt à la corruption des agents de l’ordre ou carrément acheter le produit à un prix très élevé auprès des « plus forts » (ceux qui ont réussi à avoir quelques sacs de ciment avec le concours de certaines personnalités).

Une nouvelle race des distributeurs

Ce n’est pas tout. Une nouvelle race de distributeurs est en train de voir le jour. Moyennant recommandation, ou une forte somme d’argent, on peut devenir distributeur, apprend-t-on dans les différents points de vente retenus par le ministère de l’Economie et commerce extérieur.

Autre signe de trafic d’influence, dans une ville cosmopolite comme Kinshasa, c’est une de nos langues nationales autre que le lingala qui est en vogue chez les nouveaux distributeurs. D’autres langues avancent même que les quantités de ciment achetés prennent la direction de certaines provinces où le sac se négocie à 40 USD.

Désemparés, les pauvres acheteurs ne savent pas à quel saint se vouer. Beaucoup en viennent à regretter le statu quo! Car, disent-ils, avec les vendeurs traditionnels, si le ciment tombait à compte-gouttes, son prix était raisonnable. Ce qui n’est plus le cas avec les dépôts dits « Futa ».

Saisis par les « petits » acheteurs qui se recrutent dans le Congo d’en bas, les députés de Kinshasa entendent descendre dans les différents points de vente. Car, on ne peut comprendre que la population, qui devait tirer son compte dans l’opération gouvernementale, se retrouve le dindon de la farce. Les dépôts dits « Futa » semblent profiter à une nouvelle oligarchie plutôt qu’au peuple. Tout se passe comme Si les impairs qu’on reprocherait au cabinet de l’Economie sortant se reproduisent avec la confusion qui règne dans les points de vente de ciment.

Implication de l’état

C’est ici le lieu de relever que l’interventionnisme de l’Etat dans l’économie, pour souhaitable qu’elle soit, a quand même des limites. Surtout pour un secteur où l’offre s’avère inférieure à la demande très souvent, l’implication de l’Etat donne lieu à un autre type de spéculation du fait de la tendance bien de chez nous des représentants des pouvoirs publics à favoriser leurs proches.

Face à ce qui s’apparente à une dérive, les acheteurs anonymes comptent sur les élus de la capitale pour rectifier le tir.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Mar 13 Mai, 08 1:46

CAMEROUN: Des restrictions de CIMENCAM pour décourager la spéculation

Yaoundé, 12/05 - Les Cimenteries du Cameroun (CIMENCAM) en charge de la production et de la distribution du ciment ont fixé le prix du sac de 50 kg à 4.960 Fcfa, pour la période de mai à août 2008 et confié la distribution à Yaoundé à cinq groupes, a appris la PANA à l`issue du conseil d`administration de cette entreprise.

Selon le Président du conseil d`administration de cette entreprise, la mesure vise à mettre fin aux tracasseries causées aux consommateurs par des commerçants véreux, en attendant de trouver une solution définitive à cette situation préjudiciable aux travaux de construction.

Il a indiqué que la pénurie qui secoue le pays depuis plus de trois mois est le fait des grosssistes qui, en réalité, détiennent 91% du marché de la distribution du ciment, la CIMENCAM ne vendant directement que 9% de sa production.

Les responsables de cette entreprise ont invité les consommateurs à rester vigilants et à ne pas accepter une hausse du prix, même de quelques francs. L`opération va se dérouler dans 10 dépôts appartenant aux cinq groupes retenus. Aucun consommateur ne sera autorisé à acheter plus de 20 sacs par jour.

Les dépôts vont recevoir chacun 28 à 32 tonnes de ciment par jour, livrées par la CIMENCAMi.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Jeu 22 Mai, 08 8:28

Le gouvernement empêche Cimencam d’augmenter le prix du ciment

L’augmentation des prix du ciment que s’apprêtait à annoncer les Cimenteries du Cameroun (Cimencam) a été empêchée par le gouvernement.

Ce dernier a ordonné à la compagnie de maintenir inchangés ses prix, soit 85 000 FCFA la tonne de ciment aux distributeurs, et 4700 FCFA le sac de 50 kg.

Cimencam estime que ses pertes se chiffreront à près de 3 milliards FCFA pour l’exercice 2008 si les prix du ciment sont maintenus tels quels.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Le ciment

Message par niaou » Dim 08 Juin, 08 3:08

Matadi : le ciment Cilu du Bas Congo interdit de vente à l’extérieur de la province

C’est l’une des décisions prises samedi, lors de la réunion tripartite entre le gouverneur de province, l’administrateur directeur général de la cimenterie de Lukala, et le ministre provincial de l’économie. Le quota du ciment pour cette province à la cimenterie de Lukula passera de 5.000 à 7.000 tonnes en juillet prochain, rapporte radiooapi.net

Selon le ministre provincial de l’Economie, Finances et Commerce, ces décisions permettront à la province de satisfaire la demande intérieure. David Kuku Di Mayeye explique les autres mesures arrêtées lors de cette réunion : « Le relèvement du quota de la province de 5.000 tonnes à 7.000 tonnes, à partir du mois de juillet 2008. Aussi, l'interdiction du gouverneur faite à la Cilu de vendre le produit aux non répertoriés, c'est-à-dire que ceux qui ne bénéficient pas du quota auprès de la Cilu. 3e mesure, il y a une instruction qui a été faite à l’Ofida, à l’OCC et à la division du commerce extérieur pour empêcher l’exportation de notre ciment ailleurs. Et cela, en vue de satisfaire la demande intérieure. L’interdiction est faite aux distributeurs du Bas Congo de vendre leur ciment en dehors de la province, notamment à Kinshasa. »
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

PrécédentSuivant

Retour vers Forum Public

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 7 invité(s)