Le ciment

Libre d'accès et ouvert à tous sujets de discussion.

Message par Alain Rabault » Lun 10 Mars, 08 6:18

Miaou ?
Loumo ? Ou etes-vous ?


:lol:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Ossambe A'Gnama » Mar 11 Mars, 08 5:07

Alain Rabault
No entiendo nada de lo que escribes. Parece que eres un profesor. Por favor, ¿puedes dejar el criollo, el pidgin o no sé cual otra idioma usas?

Hola la Gata
Espero que no me vayas a molestar de nuevo. Estoy siguiendo mi camino poco a poco.
Dernière édition par Ossambe A'Gnama le Mer 12 Mars, 08 1:32, édité 1 fois.
Ossambe A'Gnama
Doyen du forum
 
Message(s) : 937
Inscription : Mar 07 Nov, 06 2:59

Message par Muleb' Kongo » Mar 11 Mars, 08 1:10

Ossambe A'Gnama a écrit :Hola la Gata
Espero que ...

Bonjour, cher ami Ossambe A'Gnama.
Vous gâtez peut-être notre Chatte, mais il se trouve que nous sommes nombreux sur ce site à ne comprendre ni le créole, ni le pidjin, ni même le très classique espagnol.
Per favor : la traduction !

Nous sommes quelques uns à nous rappeler du célèbre « homme petit, barbiche, chapeau, petites lunettes. Vous pas vu lui ? No Se. No Se, no Se ! Ils n’ont que ce mot à la bouche, ces bougres de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson. » Ce se passe au Pérou, et notre espagnol, en tout cas le mien, s'arrête à peu près là. Je répète donc : per favor : la traduction !
Muleb' Kongo
Doyen du forum
 
Message(s) : 907
Inscription : Lun 09 Mai, 05 12:16

Message par niaou » Mar 11 Mars, 08 3:03

Baisse des prix, l’éternelle bataille

Les ordonnances du chef de l’Etat signées vendredi dernier suspendent les droits de douanes de certains produits de première nécessité.

Depuis quelques mois, la tendance des prix dans les marchés est à la hausse. Les coûts de certaines denrées ont considérablement grimpé. Depuis décembre dernier, le poisson maquereau est devenu hors de portée pour certaines bourses. Dans les poissonneries et autres points de vente, cette variété de poisson se vend à 1200 Fcfa le kilogramme. Il en est de même qu poisson Corvina. Ces deux espèces, jadis considérés comme les poissons de classes pauvres de la société, sont quasiment devenus des produits de luxe.

Que dire des prix de la farine au marché ? Depuis quelques mois, les prix de ce produit ont considérablement haussé. Le sac de 50 kg est passé de 16.000 Fcfa à 22.000 Fcfa avec une incidence sur la qualité et le poids des produits de boulangerie. Certains ont prix une épaisseur au niveau du prix. Récemment, les meuniers ont voulu procédé à une hausse des prix, pour cause de suppression de la suspension des droits de douanes sur le blé depuis le 1er décembre dernier. Dans cette mouvance haussière, le riz, le savon, le sucre, les vivres frais…n’ont pas été épargnés.

Au marché, toutes les tentatives visant à ramener les prix à leur juste mesure n’ont pas eu des effets à long terme. Une ordonnance du chef de l’Etat signée le 26 septembre 2006 portait déjà défiscalisation de certains produits. L’enjeu majeur était la baisse des prix des produits de première nécessité. Mais après cette mesure, l’on a plutôt assisté à une hausse vertigineuse des prix dans les marchés. Toujours en 2006, le ministre du Commerce a signé un arrêté portant fixation des prix du poisson. Les coûts du kilogramme de maquereau ne devaient pas excéder 800 Fcfa pour la variété dite “ doré ”. Le kilogramme du corvina ne devait pas aller au-delà de 900 Fcfa. Au marché les ménagères font face à des prix défiant toute réglementation. Les multiples concertations entre le ministre du Commerce et les acteurs de la filière viande de bœuf n’ont jamais ramené le prix du kilogramme à un seuil raisonnable. La semaine dernière, il a été convenu que le kilogramme de viande sans os se vende à 2300 Fcfa au lieu de 2500 Fcfa. Mais dans les marchés, quelques jours seulement après, certains bouchers vendent toujours cette quantité de viande à 2500 Fcfa.

C’est dans ce contexte que le chef de l’Etat a signé deux ordonnances vendredi dernier. La première prévoit une suspension des droits et taxes de douanes sur : les poissons, le froment, la farine et le riz. La deuxième ordonnance fixe le tarif extérieur commun à 10% jusqu’au 31 août 2008 sur certains ciments, hormis le Cpj 35. Au-delà du clairon qui accompagne ces actes du chef de l’Etat, il faudrait que ces ordonnances aboutissent effectivement à la baisse des prix dans les marchés pour réellement contribuer au relèvement du niveau de vie des Camerounais.
Source: lemessager.net
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par Alain Rabault » Mar 11 Mars, 08 3:50

Ossambe A'Gnama a écrit :Alain Rabault
No entiendo nada de lo que escribes. Parece que eres un profesor. Por favor, ¿puedes dejar criollo, pijin o no sé cual otra idioma usas?

Hola la Gata
Espero que no me vayas a molestar de nuevo. Estoy siguiendo mi camino poco a poco.


Moi, j'ai la traduction avec qques notions anciennes de latin, et surtout, grâce à une amie, prof. d'Espagnol .

Alors, traduction, cher Ossambé ?
Faudras pas te gourer ... J'attends .

:roll:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Alain Rabault » Mar 11 Mars, 08 3:51

Muleb' Kongo a écrit :
Ossambe A'Gnama a écrit :Hola la Gata
Espero que ...

Bonjour, cher ami Ossambe A'Gnama.
Vous gâtez peut-être notre Chatte, mais il se trouve que nous sommes nombreux sur ce site à ne comprendre ni le créole, ni le pidjin, ni même le très classique espagnol.
Per favor : la traduction !

Nous sommes quelques uns à nous rappeler du célèbre « homme petit, barbiche, chapeau, petites lunettes. Vous pas vu lui ? No Se. No Se, no Se ! Ils n’ont que ce mot à la bouche, ces bougres de crème d’emplâtre à la graisse de hérisson. » Ce se passe au Pérou, et notre espagnol, en tout cas le mien, s'arrête à peu près là. Je répète donc : per favor : la traduction !
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Arc. Kani-I.Jefferson » Mar 11 Mars, 08 5:05

Alain Rabault, il faut comprendre Ossambe Agnama. Cette personne est tres forte en latin et le francais ecrit lui fait defaut. Merci Ossambe de nous faire passer le mot de cette facon-la. Et je te jette des fleurs roses rouges.
Arc. Kani-I.Jefferson
Veterran
 
Message(s) : 5550
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00

Message par Alain Rabault » Mar 11 Mars, 08 7:17

Arc. Kani-I.Jefferson a écrit :Alain Rabault, il faut comprendre Ossambe Agnama. Cette personne est tres forte en latin et le francais ecrit lui fait defaut. Merci Ossambe de nous faire passer le mot de cette facon-la. Et je te jette des fleurs roses rouges.


Toi, Kani, toi au moins,
tu me fais marrer,

A.R.974
:lol: :lol: :lol:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Ossambe A'Gnama » Mer 12 Mars, 08 1:31

Salut Alain

Voici ce qui est mentionné dans l’encyclopédie Wikipédia au sujet de la tour de Babel

La tour de Babel, dont la première mention fut faite par les Sumériens était, selon la Genèse, une tour que souhaitaient construire les hommes pour atteindre le ciel. Descendants de Noé, ils représentaient donc l'humanité entière et étaient censés tous parler la même et unique langue sur Terre, une et une seule langue adamique. Pour contrecarrer leur projet qu'il jugeait plein d'orgueil, Dieu multiplia les langues afin que les hommes ne se comprennent plus. Ainsi la construction ne put plus avancer, elle s'arrêta, et les hommes se dispersèrent sur la terre.


Une chose est sure, ce n’est pas avec CP que nous risquons d’aller au ciel. Il nous faudra pour cela vivre en conformité avec les lois divines. Or, il y a trop de haine, trop de violence et j’en passe les meilleures entre nous. Toutefois nous pourrons faire un bout de chemin ensemble et espérer déplacer les lignes de nos affrontements stupides. Pour cela, il nous faudrait au moins parler une même langue, malgré les fautes (on peut les corriger sans vexer).

J’ai dans un premier temps voulu exprimer la même chose que je t’ai dite dans le mél précédent en ces termes. “Ye wola no yingui, nga idi obonda ka. No mbi baré odi olasi. Mokula creole, pidgin, wa ngoli ono osisi mo wola no mungu” J’ai aussitôt réalisé que je ne t’embarrasserais pas outre mesure car cette langue n’est, d’après ce que j’ai compris de tes échanges avec Kani, pas très étrangère à ta chère et tendre. Elle n’aurait pas rechigné à t’en faire la traduction, alors que de nombreux congopagiens actifs n’auraient peut être rien compris.. J’ai préféré une langue internationale plus accessible pour beaucoup (héritage colonial oblige). De t’avoir obligé d’aller trouver une collègue d’espagnol pour comprendre le fin mot de l’histoire me procure une petite satisfaction. Je voulais tu comprennes la peine que tu m’infliges chaque fois que tu alignes des phrases en créole. Sachant que Niaou ne manquerait pas d'y trouver une source d'inspiration goguenarde, car elle en est nourrie en espagnol, j'ai sollicité sa compréhension. En plus elle pourrait m'en vouloir de digresser sur un sujet aussi important que le ciment. Te voila servi, n'est-ce pas?
Bien à toi
Ossambe A'Gnama
Doyen du forum
 
Message(s) : 937
Inscription : Mar 07 Nov, 06 2:59

Message par Alain Rabault » Mer 12 Mars, 08 5:23

Ossambe A'Gnama a écrit :Salut Alain

Voici ce qui est mentionné dans l’encyclopédie Wikipédia au sujet de la tour de Babel

La tour de Babel, dont la première mention fut faite par les Sumériens était, selon la Genèse, une tour que souhaitaient construire les hommes pour atteindre le ciel. Descendants de Noé, ils représentaient donc l'humanité entière et étaient censés tous parler la même et unique langue sur Terre, une et une seule langue adamique. Pour contrecarrer leur projet qu'il jugeait plein d'orgueil, Dieu multiplia les langues afin que les hommes ne se comprennent plus. Ainsi la construction ne put plus avancer, elle s'arrêta, et les hommes se dispersèrent sur la terre.


Une chose est sure, ce n’est pas avec CP que nous risquons d’aller au ciel. Il nous faudra pour cela vivre en conformité avec les lois divines. Or, il y a trop de haine, trop de violence et j’en passe les meilleures entre nous. Toutefois nous pourrons faire un bout de chemin ensemble et espérer déplacer les lignes de nos affrontements stupides. Pour cela, il nous faudrait au moins parler une même langue, malgré les fautes (on peut les corriger sans vexer).

J’ai dans un premier temps voulu exprimer la même chose que je t’ai dite dans le mél précédent en ces termes. “Ye wola no yingui, nga idi obonda ka. No mbi baré odi olasi. Mokula creole, pidgin, wa ngoli ono osisi mo wola no mungu” J’ai aussitôt réalisé que je ne t’embarrasserais pas outre mesure car cette langue n’est, d’après ce que j’ai compris de tes échanges avec Kani, pas très étrangère à ta chère et tendre. Elle n’aurait pas rechigné à t’en faire la traduction, alors que de nombreux congopagiens actifs n’auraient peut être rien compris.. J’ai préféré une langue internationale plus accessible pour beaucoup (héritage colonial oblige). De t’avoir obligé d’aller trouver une collègue d’espagnol pour comprendre le fin mot de l’histoire me procure une petite satisfaction. Je voulais tu comprennes la peine que tu m’infliges chaque fois que tu alignes des phrases en créole. Sachant que Niaou ne manquerait pas d'y trouver une source d'inspiration goguenarde, car elle en est nourrie en espagnol, j'ai sollicité sa compréhension. En plus elle pourrait m'en vouloir de digresser sur un sujet aussi important que le ciment. Te voila servi, n'est-ce pas?
Bien à toi


:lol: :lol: :lol:
Merci, chef ! (blague)

Tu commences à comprendre ce que j'ai écrit sur ce Forum = mon passé et mon "futur"(?) congolais...

Quant à ma "chére et tendre", elle parle couramment le lingala, le Ma....a
(ancien), le MOunukutaba en dépit de nos longs séjours en France, DOM compris .
Moi, le lingala, je le comprends à peine, je n'ai jamais d'efforts sérieux (rajouté=) pour ....
Quant au MOUNUKUTUBA, (Corrigé par moi-même) ..... je comprends à peu près tout, parler, c'est autre chose . Pourquoi ?
Long séjour à Dolisie... souvent à la Cité, très peu chez "La Mère Denis" (Rajouté par moi-même).....
et habitude de l'entendre, souvent même ici à La Réunion.
Le Ma..., un peu ! Because...

Je te serre la pogne, camarade : félicitations pour ton Espagnol parfait !
Un minuscule détail "pijin", ce serait plutôt en anglais ...

:lol: A.R. 974

Promis, juré, "mi koz pu kréol" avek toué ! (rajouté)

:zz :zz :zz :zz
Dernière édition par Alain Rabault le Ven 14 Mars, 08 5:26, édité 2 fois.
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par niaou » Mer 12 Mars, 08 12:01

Tunisie- Cimenterie: Gros investissements en vue

D'aprés "lapresse", Les cimentiers portugais "Cimpor", propriétaire depuis 1998, de la cimenterie Jebel Oust et "Sécil" propriétaire de la cimenterie de Gabès ont annoncé de gros investissements en Tunisie à des fins d’accroissement de la production.

"Cimpor" va agrandir sa cimenterie dans l’intention d’augmenter la production de 1,6 million de tonnes actuellement à 2,4 millions de t. "Sécil" va investir 142 millions de dinars pour financer, également, une extension de la cimenterie.

Objectif : accroître sa production de 800 mille tonnes par an pour atteindre 2,1 millions de t. La production des deux cimenteries portugaises est destinée à raison de 60% au marché tunisien et le reste à l’exportation.

Les pays voisins, la Libye et l’Algérie , qui ont programmé, tout autant que la Tunisie, des mégaprojets d’infrastructure (autoroutes, aéroports, ports …) sont de grands importateurs de ciment tunisien
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par Alain Rabault » Mer 12 Mars, 08 4:30

supprimé par l'auteur, because répétition..............
Dernière édition par Alain Rabault le Ven 14 Mars, 08 5:28, édité 1 fois.
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Alain Rabault » Ven 14 Mars, 08 12:29

supprimé par l'auteur, même cause que précédemment....!
Dernière édition par Alain Rabault le Ven 14 Mars, 08 5:30, édité 1 fois.
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par niaou » Ven 14 Mars, 08 2:13

Subite cherté des matériaux de construction à Azazga (Tizi Ouzou)
Des constructeurs renoncent à l’achèvement de leurs réalisations .

Par : Hacène AOUIDAD

Au moment où entrepreneurs, propriétaires d’unités de travaux du bâtiment et autres particuliers s’attendaient à une diminution des prix des matériaux de construction en cette période hivernale, qui, logiquement, génère l’interruption de travaux pendant des semaines et par conséquent une baisse de la demande des produits, c’est en revanche l’inverse qui se produisit tant ces prix sont excessifs et constituent un sujet de discussion et de préoccupation des citoyens dans la région d’Azazga et sa périphérie (wilaya de Tizi Ouzou).

Pour illustrer quelque peu ce paradoxe, le quintal de round à béton qui se vendait à 3 500 DA il y a quelques mois seulement, n’est pas cédé à moins de 7 000, voire 7 500 DA dans certains dépôts, soit un plus dépassant les 114%. Le même constat est relevé également pour le ciment industriel dont le sac de 50 kg, qui se vendait à 300 DA il y a quelques semaines à peine, se négociait actuellement à 480 DA, soit une augmentation de 60%, et encore il faut avoir la “chance” de le trouver disponible chez quelque revendeur du coin, tant la plupart des hangars de stockage affichent un “vide béant” en cette marchandise.

Le sable lavé et le gravier, deux matières premières essentielles dans la préparation du béton, sont livrés sur commande, et il faut à chaque fois attendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour que les commandes des propriétaires de camions d’approvisionnement puissent être satisfaites. S’agissant de leurs prix, ceux-ci ont pratiquement doublé en l’espace d’un temps record. En effet, la benne d’un camion, qui revenait à 9 000 DA, est passée à 18 000 DA, quand ce n’est pas plus, et celle d’un tracteur agricole est passée de 3 000 à 6 000 DA, sans compter les frais de livraison toujours additionnés à la charge de l’acheteur et négociés suivant la distance kilométrique parcourue par le transporteur.

Pour les autres produits utilisés dans les finitions, telles que les tablettes de dalles de sol, pierres taillées, boiseries et autres produits de décoration interne et externe des constructions (ciment blanc, faïence, marbre…), le constat est le même, du moment que les tarifs ont augmenté de façon vertigineuse, au point où de nombreux constructeurs renoncent carrément aux décorations externes de leurs futures maisons.

Cette situation, tout en profitant évidemment aux revendeurs de matériaux de construction, qui voient leurs recettes journalières doubler du jour au lendemain, met néanmoins dans un désarroi sans nom les malheureux citoyens aux faibles revenus et ayant entamé des constructions dont ils ne sont plus en mesure d’achever même les primes travaux. C’est dire que “le bonheur des uns fait le malheur des autres”, pour reprendre inversement le fameux adage.
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par Loumo » Ven 14 Mars, 08 4:26

Niaou

La prochaine fois, si tu ne commentes pas tes copier/coller je te coule dans du béton comme font les gens de la mafia pour punir les rebelles.

Zut, je me suis rendu compte qu'il n'y a même pas de ciment à Brazzaville pour faire le mortier dans lequel je vais ensevelir cette petite écervelée nommée NINI.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par Alain Rabault » Ven 14 Mars, 08 5:35

niaou a écrit :Subite cherté des matériaux de construction à Azazga (Tizi Ouzou)
Des constructeurs renoncent à l’achèvement de leurs réalisations .

Par : Hacène AOUIDAD

Au moment où entrepreneurs, propriétaires d’unités de travaux du bâtiment et autres particuliers s’attendaient à une diminution des prix des matériaux de construction en cette période hivernale, qui, logiquement, génère l’interruption de travaux pendant des semaines et par conséquent une baisse de la demande des produits, c’est en revanche l’inverse qui se produisit tant ces prix sont excessifs et constituent un sujet de discussion et de préoccupation des citoyens dans la région d’Azazga et sa périphérie (wilaya de Tizi Ouzou).

Pour illustrer quelque peu ce paradoxe, le quintal de round à béton qui se vendait à 3 500 DA il y a quelques mois seulement, n’est pas cédé à moins de 7 000, voire 7 500 DA dans certains dépôts, soit un plus dépassant les 114%. Le même constat est relevé également pour le ciment industriel dont le sac de 50 kg, qui se vendait à 300 DA il y a quelques semaines à peine, se négociait actuellement à 480 DA, soit une augmentation de 60%, et encore il faut avoir la “chance” de le trouver disponible chez quelque revendeur du coin, tant la plupart des hangars de stockage affichent un “vide béant” en cette marchandise.

Le sable lavé et le gravier, deux matières premières essentielles dans la préparation du béton, sont livrés sur commande, et il faut à chaque fois attendre plusieurs jours, voire plusieurs semaines, pour que les commandes des propriétaires de camions d’approvisionnement puissent être satisfaites. S’agissant de leurs prix, ceux-ci ont pratiquement doublé en l’espace d’un temps record. En effet, la benne d’un camion, qui revenait à 9 000 DA, est passée à 18 000 DA, quand ce n’est pas plus, et celle d’un tracteur agricole est passée de 3 000 à 6 000 DA, sans compter les frais de livraison toujours additionnés à la charge de l’acheteur et négociés suivant la distance kilométrique parcourue par le transporteur.

Pour les autres produits utilisés dans les finitions, telles que les tablettes de dalles de sol, pierres taillées, boiseries et autres produits de décoration interne et externe des constructions (ciment blanc, faïence, marbre…), le constat est le même, du moment que les tarifs ont augmenté de façon vertigineuse, au point où de nombreux constructeurs renoncent carrément aux décorations externes de leurs futures maisons.

Cette situation, tout en profitant évidemment aux revendeurs de matériaux de construction, qui voient leurs recettes journalières doubler du jour au lendemain, met néanmoins dans un désarroi sans nom les malheureux citoyens aux faibles revenus et ayant entamé des constructions dont ils ne sont plus en mesure d’achever même les primes travaux. C’est dire que “le bonheur des uns fait le malheur des autres”, pour reprendre inversement le fameux adage.


MIAOU, t'as pas fini de nous casser les cou.....
avec tes histoires de ciment ! avec des copiés-collés, venus,en plus d'on ne sait où !
Miaou ? Va miauler ailleurs ...

:roll:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Alain Rabault » Ven 14 Mars, 08 5:39

Alain Rabault a écrit :
Ossambe A'Gnama a écrit :Salut Alain

Voici ce qui est mentionné dans l’encyclopédie Wikipédia au sujet de la tour de Babel

La tour de Babel, dont la première mention fut faite par les Sumériens était, selon la Genèse, une tour que souhaitaient construire les hommes pour atteindre le ciel. Descendants de Noé, ils représentaient donc l'humanité entière et étaient censés tous parler la même et unique langue sur Terre, une et une seule langue adamique. Pour contrecarrer leur projet qu'il jugeait plein d'orgueil, Dieu multiplia les langues afin que les hommes ne se comprennent plus. Ainsi la construction ne put plus avancer, elle s'arrêta, et les hommes se dispersèrent sur la terre.


Une chose est sure, ce n’est pas avec CP que nous risquons d’aller au ciel. Il nous faudra pour cela vivre en conformité avec les lois divines. Or, il y a trop de haine, trop de violence et j’en passe les meilleures entre nous. Toutefois nous pourrons faire un bout de chemin ensemble et espérer déplacer les lignes de nos affrontements stupides. Pour cela, il nous faudrait au moins parler une même langue, malgré les fautes (on peut les corriger sans vexer).

J’ai dans un premier temps voulu exprimer la même chose que je t’ai dite dans le mél précédent en ces termes. “Ye wola no yingui, nga idi obonda ka. No mbi baré odi olasi. Mokula creole, pidgin, wa ngoli ono osisi mo wola no mungu” J’ai aussitôt réalisé que je ne t’embarrasserais pas outre mesure car cette langue n’est, d’après ce que j’ai compris de tes échanges avec Kani, pas très étrangère à ta chère et tendre. Elle n’aurait pas rechigné à t’en faire la traduction, alors que de nombreux congopagiens actifs n’auraient peut être rien compris.. J’ai préféré une langue internationale plus accessible pour beaucoup (héritage colonial oblige). De t’avoir obligé d’aller trouver une collègue d’espagnol pour comprendre le fin mot de l’histoire me procure une petite satisfaction. Je voulais tu comprennes la peine que tu m’infliges chaque fois que tu alignes des phrases en créole. Sachant que Niaou ne manquerait pas d'y trouver une source d'inspiration goguenarde, car elle en est nourrie en espagnol, j'ai sollicité sa compréhension. En plus elle pourrait m'en vouloir de digresser sur un sujet aussi important que le ciment. Te voila servi, n'est-ce pas?
Bien à toi


:lol: :lol: :lol:
Merci, chef ! (blague)

Tu commences à comprendre ce que j'ai écrit sur ce Forum = mon passé et mon "futur"(?) congolais...

Quant à ma "chére et tendre", elle parle couramment le lingala, le Ma....a
(ancien), le MOunukutaba en dépit de nos longs séjours en France, DOM compris .
Moi, le lingala, je le comprends à peine, je n'ai jamais d'efforts sérieux (rajouté=) pour ....
Quant au MOUNUKUTUBA, (Corrigé par moi-même) ..... je comprends à peu près tout, parler, c'est autre chose . Pourquoi ?
Long séjour à Dolisie... souvent à la Cité, très peu chez "La Mère Denis" (Rajouté par moi-même).....
et habitude de l'entendre, souvent même ici à La Réunion.
Le Ma..., un peu ! Because...

Je te serre la pogne, camarade : félicitations pour ton Espagnol parfait !
Un minuscule détail "pijin", ce serait plutôt en anglais ...

:lol: A.R. 974

Promis, juré, "mi koz pu kréol" avek toué ! (rajouté)

:zz :zz :zz :zz


Voilà le TEXTE ORIGINAL, légèrement MODIFIE .

Salut à toutes et tous,

A.R. 97

:roll:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Arc. Kani-I.Jefferson » Ven 14 Mars, 08 9:15

Je vois et j'ai compris que t'es un grand voyageur. Ossambe' A'Gnama doit te connaitre aussi tres bien. Ma fois, c'est un monde retrouve'. Ossambe' patoise si bien qu'il ou qu'elle est trilingue.
Juste de passage...
Salut Alain Rabault...
Arc. Kani-I.Jefferson
Veterran
 
Message(s) : 5550
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00

Message par niaou » Lun 17 Mars, 08 11:32

Les Emirats suppriment les taxes à l'importation sur le ciment et l'acier

Pour aider le secteur immobilier, en plein essor, à faire face aux prix en forte hausse des matériaux de construction, les Emirats arabes unis ont annoncé dimanche la suppression des taxes à l'importation sur le ciment et l'acier

Le vice-président et Premier ministre, Mohammed ben Rached al-Maktoum, a ordonné la suppression de ces taxes pour garantir la "stabilité du marché de l'immobilier et la croissance du secteur du bâtiment", a rapporté l'agence officielle Wam.

Egalement gouverneur de Dubaï, Mohammed ben Rached al-Maktoum avait récemment décidé de supprimer les taxes à l'importation sur le ciment et l'acier dans son émirat, l'un des sept constituant la fédération des Emirats arabes unis, un riche pays pétrolier du Golfe.

Plusieurs gros projets sont en cours de réalisation à Dubaï, dont la tour la plus haute du monde et une série d'îles artificielles géantes.

En plein effervescence, le marché de la construction dans le Golfe est confronté à une hausse des prix des matières premières en raison de la forte demande à travers le monde et du boom immobilier que connaissent des pays comme la Chine.

La frénésie immobilière dans le Golfe a été dopée ces dernières années par des prix de pétrole qui ont atteint des niveaux record à la hausse.
©AFP
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Message par niaou » Mar 18 Mars, 08 11:32

Du ciment togolais pour résorber la pénurie au Bénin

Cotonou, Bénin - Le gouvernement béninois envisage d’importer, à partir de ce lundi, 18.000 tonnes de ciment par mois des sociétés togolaises CIMTOGO et Fortia en vue de résorber la pénurie qui sévit dans le pays depuis quelques mois, indique un communiqué du Conseil des ministres publié à Cotonou.

Selon le communiqué, le gouvernement béninois s’engage également à disposer de 15.000 tonnes des stocks destinées à l’exportation de la SCB-LAFARGE (société bénino-nigériane installée dans le Sud-Est du Bénin).

En vue de l’acquisition et de la distribution de cette quantité additionnelle, les autorités ont opté pour le préfinancement, par l’Etat, de l’achat desdites quantités, la vente de la tonne de ce ciment à 69.000 francs CFA et la prise en charge, par l’Etat, à titre de subvention, du gap qui résulte de la différence entre ce prix de vente homologué d’une part et les prix de revient des importations toutes taxes comprises du Togo, ainsi que le prix consensuel du ciment de SCB LAFARGE désormais orienté vers le marché national.

La subvention de l’Etat pour accroître l’offre du ciment de 33.000 tonnes par mois s’élève à 415.986.000 FCFA, indique le communiqué, précisant que les 12.000 tonnes du ciment importé de la société CIMTOGO et les 15.000 tonnes de SCB-LAFARGE, seront exclusivement destinées aux chantiers de l’Etat pour permettre d’achever, dans les délais, les infrastructures entrant dans le cadre de la tenue du sommet des chefs d’Etat de la CEN-SAD à Cotonou.

Quant aux 6.000 tonnes de la société togolaise Fortia, elles seront vendues dans les communes du nord du pays par un opérateur privé qui sera agréé par le ministère de l'Industrie et du Commerce sur la base d’un cahier de charges garantissant l’efficacité de l’opération et la sécurité du recouvrement du préfinancement.

Ces mesures visent, indique–t-on, à remédier à la situation de pénurie chronique de ciment, préjudiciable aux populations et surtout aux chantiers de l’Etat en cours de réalisation dans le cadre du prochain sommet des chefs d’Etat de la CEN-SAD prévu à Cotonou au mois de juin 2008.

D’autres mesures sont envisagées en vue d’inciter les sociétés existantes à accroître leurs investissements et productions et les nouveaux promoteurs qui désirent s’installer au Bénin à investir dans le secteur cimentier, en créant des complexes de grande capacité afin d’atténuer à l’avenir le déséquilibre chronique entre l’offre de ciment par les trois sociétés cimentières qui ont actuellement une production annuelle de 1.350.000 tonnes dont 180.000 tonnes destinées au marché nigérian et une demande estimée à 2.300.000 tonnes par an avec une tendance haussière.

Depuis quelques mois, le marché béninois du ciment est caractérisé par une inadéquation entre l’offre nationale de ciment très insuffisante et une demande toujours en hausse, du fait de l’engouement des Béninois à investir dans le bâtiment et surtout des chantiers d’infrastructures initiés par le gouvernement.

Cotonou - 17/03/2008

Panapress
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

PrécédentSuivant

Retour vers Forum Public

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invité(s)