Le "Monguélé" contre le "Fabriqué"

Recettes et trucs pratiques sur la cuisine congolaise.

Le "Monguélé" contre le "Fabriqué"

Message par Blaise » Mar 07 Sep, 04 4:08

Le « mongouélé » contre le « fabriqué » : combat de manioc !

Pour les jeunes qui ne le sauraient pas, le « mongouélé » et le « fabriqué » se sont livrés une lutte sans merci dans les années 70 et qui s’est soldé par le triomphe total du Moungouélé dans les années 80 et la disparition presque complète du fabriqué. N’y voyez aucun signe politique, ni la symbole actuel du paysage politique congolais avec les kongo/laris par terre et les mbochis triomphants. Mais je voulais rendre hommage au Mounguele que l’on peut considérer comme la seule vraie réussi mbochi à l’échelon national.

Oui Chers amis, Brazzaville était divisé en deux, entre d’une part les adeptes et d’autres part les adeptes du fabriqué. Le Mongouélé était catégorisé comme le manioc des nordistes incarnés par les mbochi qui en étaient les fabricants et le fabriqué comme le manioc des sudistes incarnés par leurs fabricants lari.

A coté du « Mongouélé » et du « fabriqué » co-existaient aussi à Brazzaville le Ngudi Yaka (très prisé des Kongo et des bembés), puis le foufou sublimé par les batékés. Le très réputé et inconcurrençable foufou de Djambala. Le combat Mongouélé/fabriqué reléguait cependant très loin ces deux autres formes de consommation des tubercules de manioc.

Petit frères, petites sœurs, écoutez-moi bien. Dans les années 70, le Mongouélé n’était pas vendu à BACONGO qui était la chasse gardée du fabriqué. Même un fou, n’aurait jamais pris le risque de se promener avec un Mongouélé dans BACONGO. Il était mort. Pardon, à l’époque, on tuait pas. Il aurait été chassé, hué, on aurait craché sur lui. Il aurait pris des coups de pieds aux fesses. A l’inverse le « fabriqué », était vendu partout dans Brazzaville. Même à TALAS qui a de tout le temps eu la connotation de « quartier de nordistes ». ça montre aussi d’une part le coté tolérant des autres quartiers de Brazzaville et donc le coté intolérant de BACONGO.

La présence du fabriqué (manioc « sudiste ») à TALAS dit quartier « Nordiste », alors que le Mongouélé(manioc « nordiste ») était interdit à BACONGO quartier dit de « sudistes », se justifie en réalité par la nature multi-ethnique de TALAS déjà à l’époque, qui contrastait avec la nature presque mono-ethnique de BACONGO (je dis bien la nature).

En effet TALAS a longtemps souffert et souffre encore de cette étiquette de quartier de « Nordistes ». Dans le sens « originaire du Nord du Congo ». En réalité à TALAS, il y’avait énormément et il y a, énormément de Kongo, tékés, laris et de bembés. Mais il est vrai que par sa position géographique sûrement (la porte de la route du Nord à Brazzaville), TALAS a subi une forte influence « nordiste », voire même mbochi. On y parlait le lingala estampillé à l’époque langue véhiculaire des « gens du nord » du Congo, tandis qu’à BACONGO on y parlait le Kongo/lari au détriment même du Kituba estampillé langue véhiculaire des « gens du Sud » du Congo.

L’influence du Nord Congo sur TALAS a été également culturel. Je l’avais déjà expliqué avec notamment le phénomène des EBOUKA. Groupes musicaux d’inspiration folklorique crée par des jeunes de TALAS, et qui s’appuyait à l’origine sur le folklore mbochi bien que les phrases étaient rarement mbochi, mais plutôt lari ou lingala. Tout le monde se souvient de la chanson « Téla muana » (« dis-le à l’enfant ») qui fût probablement le plus gros tube d’EBOUKA suivi de la chanson « lé Kiéré » (« le cœur »). Pour ceux qui ne le sauraient pas, EBOUKA désignaient donc ces groupes musicaux des jeunes, inspirés des rythmes et danses folkloriques et qui animaient des veillées. C’est une création exclusivement Yankee, et qui remit au goût du jour le folklore congolais auprès des jeunes et grâce à cet immense succès inattendu, réconcilia les yankees avec le reste de la population congolaise. Gr^ce aux Ebouka, les yankees avaient retrouvés un visage humain, ils avaient redoré leur image auprès de la population Brazzavilloise, qui découvrait par ailleurs le yankee dans toute sa dimension : gentil, loyal, décoincé, solidaire, discipliné, respectueux. Ce qui n’enlevait pas le reste que tout le monde connaissait déjà (et malheureusement ne s’arrêtait qu’à cela) : fumeur de chanvre, voleur, violeur, bagarreur.

Pour ceux qui ne le sauraient toujours pas. Le tout premier groupe d’EBOUKA qui vit le jour à TALAS s’appelait EZITO (du nom de son Yankee créateur), puis naquit BANA MODJA d’une scission avec EZITO. D’où la chanson « mokolo nga nakufa bobenga EZITO, botika kobenga BANA MODJA ba pesa soni na ba veillee, na ba EBUKA ».

(traduction : Pour mes funérailles, je vous prie de faire appel au groupe EZITO et non pas à au groupe BANA MODJA, qui n’honore pas EBUKA dans les veillées qu’il anime »

Finalement EZITO et BANA MODJA refusionneront pour donner naissance à KANGONIA qui fit définitivement rentrer EBUKA dans la culture congolaise. Désormais ce sont les familles qui venaient chercher les yankees d’EBUKA en les payant afin qu’ils viennent animer leurs veillées mortuaires. Fini le temps où l’on chassait les Yankees des veillées lorsqu’on les voyait s’avancer avec leur Moboyar (le Djembé des yankees). A la veillée, tout le monde tolérait désormais la consommation cannabissienne des yankees. Plus personne n’avaient plus peur que les Yankees lui fassent « les poches » à 04h du matin lorsqu’il serait profondément endormi.

Restait néanmoins le problème du café à boire durant la veillée. Les yankees proposaient gracieusement leur service pour la préparation du café. Mais les familles s’y refusaient toujours. Ayant compris que les yankees adoraient verser des graines de cannabis dans la casserole où l’on faisait cuir le café à la turc. Pas étonnant que tout le monde était gai à la veillée quand c’est les yankee qui faisaient le café.

Qui as dit qu’il n’a jamais consommé du cannabis ?

Revenons à notre duel Mongouélé contre fabriqué.

Dans le milieu Yankees, le Mongouélé était autant consommé que le fabriqué car il y avait presque autant de yankee mbochi, que de yankee lari, téké, bembés, etc…. raison pour laquelle chez les Yankees, on ne connaissait pas le tribalisme. On reconnaissait à chacun son appartenance ethnique et respectait ses pratiques coutumières. Mais on était tous UN. Le groupe. Cette notion de BANDE chez les yankees, que j’ai déjà eu à développé dans le passé. J’avais dit, la première chose qui caractérisait le yankee, n’est pas la consommation du cannabis comme l’aurait cru tous les congolais, mais plutôt la notion de l’appartenance à une BANDE. Et cette appartenance se gagnait. Il y a de gros consommateur de cannabis à TALAS qui n’ont jamais été reconnu en tant que Yankee car n’appartenant à aucun Groupe Yankee.

Le multiculturalisme dans la Société Yankee, ne peut se comprendre qu’au regard de la société américaine dont elle s’inspirait. Ainsi, dans un même groupe yankee, les yankees mbochis mangeaient le Moungouélé, les Yankees laris mangeaient le « Fabriqué ». Mais c’est vrai que quand on avait pas le choix, on mangeait le premier qui se présentait (Monguélé ou « fabriqué »). Alors que dans ces années 70, un lari de BACONGO préférerait mourir de faim plutôt que de manger le Monguélé.

La conquête du territoire Brazzavillois, puis congolais, puis international du Monguélé s’est faite de façon très progressive à partir de ces années 70. Personne ne lui aurait prédit l’insolente réussite mondiale qu’elle a aujourd’hui. Terrassant même malgré lui et malgré tout le respect qu’il lui devait et lui doit, la mère des mères des manioc : le fameux Ngoudi yaka, qui pour survivre aujourd’hui est vendu nu, les jambes et les bras écartés. Chacun venant prendre ce qu’il veut pour quelques pièces. Ha ! ya ka dia mama !!!!!!!!!!!!! nsoni, nsoni, nsoni.

Outre TALAS, le Mongouélé était déjà parfaitement implanté à POTO-POTO aussi, où l’on trouve une forte communauté mbochi. La présence du Mongouélé à OUENZE était aussi très remarquée ; OUENZE étant situé sur le chemin entre TALAS et POTO-POTO. Dans le quartier populaire de MOUNGALI le Mongouélé était rare comme à BACONGO et ne parlant pas de Makélékélé. Dans ces quartiers régnaient plutôt le fabriqué.

Le Mongouélé a fait sa timide apparition à BACONGO que vers les années 80. Ce sont des femmes mbochis qui quittaient TALAS ou POTO-POTO pour aller les vendre au marché de BACONGO ou plus précisément devant le marché de BACONGO parfois au niveau des abris bus. Le fabriqué aussi se vendait de la même façon. Mais à l’époque la vénérée Ngudi Yaka ne se vendait que dans un marché, et parfaitement habillé s’il vous plait de cette robe en feuilles. Personne ne devait voir en public la nudité du Ngudi yaka qu’on ne découvrait que dans l’intimité de la table.

Si mes souvenirs sont bons, la montée en puissance du Mongouélé s’est fait d’abord sur une question de prix. Le Mongouélé coûtait moins cher que le fabriqué. Il était plus petit aussi (sa taille actuelle). Il coûtait à l’époque 50 CFA (un peu moins de 1 euros) contre 125 CFA pour le « fabriqué » (environ 2 euros). Sa taille était en effet le double du Mongouélé.

En période de crise économique, il était donc plus facile d’acheter le Mongouélé plutôt que le « fabriqué ». Je crois que c’est cela qui a joué en faveur du Monguélé. Je corrige donc ma phrase dite plus haut. Si j’ai dit que le Kongo/lari préférerait mourir de faim plutôt que de manger le Monguélé, ça c’était au début et au milieu des années 70. vers la fin des années 70 le Congo a connu de graves crises économiques et des pénuries alimentaires pour des produits de base tel que le manioc. Et dans pareil cas, comme dit le blanc, « ventre affamé n’a point d’oreilles ». Et le Kongo/lari l’avaient compris. Notamment pendant la politique du VDA (Vivre Durement Aujourd’hui), « pour vivre mieux demain », de notre très cher ex Président Jacques-Joachim YHOMBY OPANGO, alias « Muana Bondo ».

« Demain » c’est quand mon Général ?

Pardon, qui a chanté : « lébara YHOMBY » ?

Respect Mon Général !

Laissons ces choses là pour ceux qui font de la politique. Parlons pour nous de la bataille fratricide entre le Monguélé et le « fabriqué ». La crise a été donc à mon avis, le moyen qui a permis au Monguélé de faire une percée spectaculaire dans le milieu sudiste jusqu’à BACONGO grâce à son prix moins élevé que celui du fabriqué.

(la suite et fin, page suivante)

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Message par Blaise » Mar 07 Sep, 04 4:14

Le "Mongouélé contre le "fabriqué" : Combat de Manioc !


(suite et fin)


Le fabriqué assiste impuissant à l’arrivée du Monguélé sur ses terres. Mais personne ne pense à le rétrécir et de le mettre à la taille du Mongouélé pour le vendre au même prix. Si les fabricants de fabriqué y pensent mais ce serait un sacrilège. Le « fabriqué » est une marque déposée. Il a une dimension standard et une forme spéciale. Il a l’allure d’un fuseau. Les extrémités sont effilés et il est ventru au milieu. La descente était progressif et régulière.

En cette période de crise donc, les fabricants kongo/laris respectent scrupuleusement le cahier de charges en ce qui concernent le « fabriqué », les mbochis aussi avec le « Monguélé ». Mais la matière première (les tubercules de Manioc qui servent à fabriquer les Monguélé et les « fabriqués ») devient de plus en plus rare. En effet, un malheur n’arrivant jamais seule, les années précédentes la plante appelée manioc et dont les racines sont les fameuses tubercules dites de manioc et les feuilles le succulent saka-saka ; a été victime d’une maladie appelée APOLLO qui a eu des conséquences très désastreuses sur la production des tubercules donc des Mongouélé et « fabriqués ».

Compte tenu de la pénurie des tubercules et de la concurrence de plus en plus forte du Mongouélé, les fabricants des « fabriqués » au lieu que de de réduire officiellement la taille du fabriqué se mettent à tricher. Cette malhonnêteté leur sera fatale ! En effet les fabricants laris du « fabriqué » se mettent à fabriquer des touts petits « fabriqués » de la taille du Mongouélé, mais qu’ils enveloppent dans une épaisse couverture de feuille pour lui donner vu de l’extérieur la taille et la morphologie du cahier de charge. Et continuent bien sûr à le vendre plus cher que le Monguélé. La clientèle qui découvre la supercherie et se tourne presque définitivement vers le Monguélé, d’autant plus que tout le monde découvre que le Mongouélé est plutôt excellent. Tous ceux qui découvrent le Mongouélé (le bon) le trouve plus bon que le meilleur des fabriqué.

C’est le moment choisit alors par les femmes mbochis (car les fabricants de Monguélé tout comme du fabriqué sont des femmes), pour lancer l’estocade finale. Vu le succès du produit sur le marché. Des vieilles mamans sont appelées depuis leurs villages de la région de la Cuvette, afin qu’elle apporte leur savoir faire. On voit ainsi des femmes bien âgées débouler à Brazzaville en fabricante de Monguélé (pour une fois, une immigration mbochi TRES POSITIVE). On commence à voir de ces monguélés à Brazzaville sorti d’un autre monde.

Je me souviendrais longtemps encore d’une vielle dame qui habitait dans la rue Bordeaux sur l’Avenue de l’Intendance, juste un peu après le bar KARAGANDZA. On disait que ces Moungouélé a elle c’était de la sorcellerie. Car aucune autre personne même parmi les plus mbochi des mbochis n’étaient capable d’en fabriquer du même goût, de la même blancheur, et de cette élasticité dosée au millimètres près. De plus, la robe de ces Monguélé à elle, c’était jamais 10 feuilles. Deux feuilles seulement. Donc du Monguélé, tu en avais pour ton prix au gramme près.

La réputation de cette vielle dame fit le tour de tout Brazza. Désormais elle ne se déplaçait plus pour aller vendre ses Monguélés au marché. Ce sont les clients qui venaient à elle. Des Ministres qui envoyaient leur chauffeur acheter les monguélé chez elle. Plus tard, elle deviendra la fournisseuse exclusive de la Présidence en Monguélé avec interdiction de travailler pour d’autres clients.

Voici voilà, l’histoire de la longue conquête du Monguélé et qui lui fait aujourd’hui traverser des fleuves et des mers, jusqu’à se retrouver dans nos assiettes en banlieue parisienne.

Le Mongouélé, LA SEULE ET LA PLUS BELLE REUSSITE MBOCHI.
Il en fallait au moins une. Je l’ai trouvée.

Bravo les mbochis. C’est comme ça qu’il faut travailler.
Là, je suis fier de vous.

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Message par Alain Rabault » Mar 07 Sep, 04 4:53

:o
Put... !
Tu nous fatigues avec tes témoignages de ... 10 ème zone !
:evil:
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Alain Rabault » Mar 07 Sep, 04 4:57

"Bravo les mbochis. C’est comme ça qu’il faut travailler.
Là, je suis fier de vous. "


(cité de B.K) ...............

Lé normal, a li , kommens a reculé...
A li, lé été tro loin , Mr( ?) l'aprenti Milosevic !!!!
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

C'est toi qui nous fatigues AR

Message par Patrice » Mar 07 Sep, 04 4:58

C'est un site Congolais ici. Que veux-tu donc reprocher à Blaise dans sa description de faits Congolais ?
Patrice
Veterran
 
Message(s) : 1298
Inscription : Lun 22 Juil, 02 9:18

Message par Alain Rabault » Mar 07 Sep, 04 7:32

:o
Reprocher ?
Ton (vot) konri !
Ki te(a zot tout') ser a nul par !
:D
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Alain Rabault » Mar 07 Sep, 04 7:35

"C'est un site Congolais ici. Que veux-tu donc reprocher à Blaise dans sa description de faits Congolais ?
_________________
FMI-SNPC-BM-PCT-UPADS-CFCO-CNR...etc...
On voit le résultat."

(cité d'un parigot, "plus black que lui , tu meurs !____________________________________________________

Ferm' ton gueul, please !!!
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Rabault, crois-tu m'insulter avec tes expressions ?

Message par Patrice » Mar 07 Sep, 04 9:39

Franchement, "plus black que lui, tu meurs" a le don de bien m'amuser...
Patrice
Veterran
 
Message(s) : 1298
Inscription : Lun 22 Juil, 02 9:18

Message par Mbuta Muntu Zenga MAMBU » Mer 08 Sep, 04 2:39

Mon cher B.K.

Un petit conseil stp, des fois, évites de prendre tes imaginations pour des réalités. Saches le que tu n'es pas le seul à avoir habité Brazza. A en croire tes récits que tu fais passer pour des vérités vraies, tu donnes l'impression que tu es né avant ton père.
C'est vrai que tu as cette pathologie de toujours revendiquer la paternité de toute action à Brazza (depuis le collège en passant par le lycée et la fac des sciences) à Poitiers et maintenant à Paris ; mais de grâce apprends des fois à mettre un bémol dans tes propos. Sans le savoir, tu te fais passer pour un mythomane et tes réguliers dérapages t'attirent la foudre qui s'abat en ce moment sur toi.

Dans pas longtemps tu nous diras que tu as fait des cours à Albert EINSTEN :lol:

Enfin ceci n'a été qu'un petit conseil que tu n'es pas obligé de suivre, surtout que je ne suis pas du tout ton objecteur de conscience, toi qui est un génie, toi qui a suggérer à Charlemagnes de fonder l'école.

"QUI CHERCHE, TROUVE"

Bien à toi B.K.
Mbuta Muntu Zenga MAMBU
Veterran
 
Message(s) : 1504
Inscription : Mar 03 Sep, 02 12:40
Localisation : Cime des cocotiers dans un hamac "le Fantôme"

Message par Blaise » Mer 08 Sep, 04 7:31

Merci ZENGA MAMBU pour le conseil que j'accepte.

J'étais déjà sur le point de répondre à prédator61 sur ce point lorsqu'il m'a reproché de revendiquer la paternité des manifestations estudiantines à Paris que nous avions organisé tous ensemble.

Dis-moi honnêtement ZENGA MAMBU. Dans le texte ci-dessus que je n'ai pas relu (je le ferais pour les coquilles et autres fautes d'orthographe. Je rappelle qu'ici j'écris toujours en ligne et souvent de façon improvisée ou par inspiration), quel est le passage qui te fait dire ce que tu as dit ?

Il s'agit sûrement d'une remarque générale sur l'ensemble de mon parcours ici. Alors j'en tiens compte.

Ce qui compte pour moi, ZENGA MAMBU, c'est pas ce que les gens peuvent penser sur moi. Ce qui compte pour moi est que ça soit écrit. L'avantage pour l'histoire du Congo, c'est que mes récits n'ENGAGENT QUE MOI car je peux me tromper. Ce ne sont donc pas des VERITES ABSOLUES. Mais c'est comme cela que j'ai vu les choses et je les dis telles que je les ai vues ou ressenties.

Pour preuve l'histoire de "NGOUABI, petit congolais têtu". C'est bien toi qui m'a corrigé ici en donnant ta version de l'histoire. Faut-il d'ailleurs que je te crois ? C'est écrit nulle part au Congo. Au moins aujourd'hui il ya 2 avis sur l'identité du jeune éléève qui avait traité le Président NGOUABI de "Petit Congolais Têtu", parodiant en même temps le parti unique de ce même NGOUABI le PCT (Parti Congolais du Travail).

Il a été notre Yann PALLAF. Mais personne ne connait son nom. Et pourtant tout congolais se souvient de ce gamin exposé sur un char au stade de la révolution (actuellement MASSAMBA-DEBAT) avec la foule criant : "Au poteau !".

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Message par Mbuta Muntu Zenga MAMBU » Mer 08 Sep, 04 3:09

Dis-moi honnêtement ZENGA MAMBU. Dans le texte ci-dessus que je n'ai pas relu (je le ferais pour les coquilles et autres fautes d'orthographe. Je rappelle qu'ici j'écris toujours en ligne et souvent de façon improvisée ou par inspiration), quel est le passage qui te fait dire ce que tu as dit ? Il s'agit sûrement d'une remarque générale sur l'ensemble de mon parcours ici. Alors j'en tiens compte.


Je t'en suis reconnaissant.



Pour preuve l'histoire de "NGOUABI, petit congolais têtu". C'est bien toi qui m'a corrigé ici en donnant ta version de l'histoire. Faut-il d'ailleurs que je te crois ? C'est écrit nulle part au Congo. Au moins aujourd'hui il ya 2 avis sur l'identité du jeune éléève qui avait traité le Président NGOUABI de "Petit Congolais Têtu", parodiant en même temps le parti unique de ce même NGOUABI le PCT (Parti Congolais du Travail).


C'est dommage que tu ne sois pas en contact avec ton ancien collègue "Bouvard" ITOUA APOYOLO Clovis, je t'ai donné cette fois-ci son prénom (chose que je m'étais promis de ne pas faire) ; il allait te le confirmer parce que le "petit bonhomme" habitait une rue avant celle de la "feue" maman de Clovis : ya Hortense (en allant bien sûr vers la case de Gaulle). Et ce même petit bonhomme jouait dans l'équipe mwana foot : "Espoir de Dahomey" dont Clovis était parmi les grands supporters. C'est vraiment dommage. Enfin c'est juste d'autres précisions [contestables aussi par d'autres (sic)] que j'ai voulu t'apporter sur le "petit bonhomme" et sur Clovis. Le moment venu si tu as l'opportunité de le rencontrer, tu as de quoi faire tes recoupements.

En un mot, je t'apprécie bien mon B.K., c'est pour cela que je t'ai prodigué ce conseil en mettant bien l'accent sur ton "MOI". Le fait aussi d'être trop imbu de toi-même, te cause un grand tort. Essaies d'être humble et continues d'agir par tes actes comme tu sais très bien le faire. Tu n'as nullement besoin d'une tribune pour te faire un nom dans la société civile à moins que tu prennes cette toile pour un tremplin pour ta prochaine vie politique. Et SPLASH! tu deviens la cible de tout le monde. Bernard TAPIE ne te dis rien? Mais lui au moins avait émergé avant qu'on lui fasse ce que tu sais.

Je me suis permis de m'adresser à toi en public, parce que je me rappelle que tu avais refusé les mails en privé (sinon je l'aurai fait). N'étant pas un de tes amis, non plus une de tes connaissances bien qu'ayant une grande estime pour toi, je me suis autorisé à te parler du fond du mon coeur à travers ce net.

Malgré tout ce qu'on peut te reprocher, TU ES UN HOMME DE COEUR ET DE CONVICTION.

Bonne continuation mon B.K.
Mbuta Muntu Zenga MAMBU
Veterran
 
Message(s) : 1504
Inscription : Mar 03 Sep, 02 12:40
Localisation : Cime des cocotiers dans un hamac "le Fantôme"

Message par victimedupool » Ven 10 Sep, 04 1:43

Le Mongouélé, LA SEULE ET LA PLUS BELLE REUSSITE MBOCHI.
Il en fallait au moins une. Je l’ai trouvée.

Bravo les mbochis. C’est comme ça qu’il faut travailler.
Là, je suis fier de vous.


:lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol: :lol:


Quel ***propos injurieux, censuré***
victimedupool
 
Message(s) : 21
Inscription : Dim 09 Mai, 04 1:31

Message par Bibola » Sam 11 Sep, 04 11:34

Dis nous quel est ton secret monsieur Blaise Kibonzi pour passer tout ce temps devant un clavier? ne travailles-tu pas? N'as-tu pas de famille?

Ou bien c'est ta femme qui ne veut plus de toi pour que matin, midi, soir, tu sois toujours là à pondre des idioteries haineuses contre tes compatriotes chez qui tu boukoutais hier. Il n'y a qu'une seule chose qui puisse faire perdre sa tête à un homme comme ça: c'est l'abandon par sa femme!

Affaire à suivre....

Bibola
 
Message(s) : 43
Inscription : Jeu 26 Août, 04 10:38

Message par Alain Rabault » Dim 12 Sep, 04 9:38

Bibola a écrit :Dis nous quel est ton secret monsieur Blaise Kibonzi pour passer tout ce temps devant un clavier? ne travailles-tu pas? N'as-tu pas de famille?

Ou bien c'est ta femme qui ne veut plus de toi pour que matin, midi, soir, tu sois toujours là à pondre des ***propos injurieux, censuré***eries haineuses contre tes compatriotes chez qui tu boukoutais hier. Il n'y a qu'une seule chose qui puisse faire perdre sa tête à un homme comme ça: c'est l'abandon par sa femme!

Affaire à suivre....



:o :o :o
Au fait, pourquoi pas ?
Alain Rabault
Veterran
 
Message(s) : 1487
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : 97419 La Possession, La Réunion

Message par Blaise » Lun 13 Sep, 04 1:08

BIBOLA, voilà ce que ça donne quand on jalouse quelqu'un. Tu rentres dans sa vie privée. Tu n'as plus que ça. TU DEVIENS RIDICULE. Personne te suis ici, ceux que tu es allé chercher en dehors, tu leur as mis dans des problèmes avec la justice.

BIBOLA, tu sais très bien qu'aucune femme ne m'a jamais abandonné ....et que je suis "le plus gentil de tous les papas" comme me disent mes filles. Je suis très disponibles envers mes filles. Tu te demandes comment je fais n'est ce pas ? (secret personnel).

Ah ! Ah ! Ah ! Ah !

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Message par Blaise » Mar 14 Sep, 04 9:25

Bibola a écrit :[/b]Ou bien c'est ta femme qui ne veut plus de toi pour que matin, midi, soir, tu sois toujours là à pondre des ***propos injurieux, censuré***eries haineuses contre tes compatriotes chez qui tu boukoutais hier.




BIBOLA, il faut être [b]très précis dans les termes.

Je n'ai jamais de ma vie boukouter chez un seul congolais mis à part ceux de ma famille proche au sens bembé du terme. Père, mère, frères et soeurs directs de la mère. Chez nous ça s'arrête là.

Si j'avais une seule fois de ma vie boukouter chez quelqu'un d'autre, avec tout ce que vous avez inventé ici, c'est simplement ma peau que vous auriez déjà exposée ici.

J'avais aussi déjà attiré l'attention de prédator61 (et qui avait corrigé) sur son expression "ex-allié" qui pouvait prêter à confusion.

Je lui avais dis que je n'ai jamais été allié de mbochis. J'étais simplement à l'époque solidaire de tous les congolais. Si j'avais été votre allié, ou une "taupe" comme certains "sudistes" m'accusaient à l'époque. C'est tout mon dossier de chargé de renseignement auprès de vous qui aurait été exposé ici. Or comme vous le savez, personne d'entre vous, ne peut rapporter le moindre propos que je lui aurais rapporté sur un tel ou un tel.

De ce coté là, si vous êtiez des gens honnêtes vous auriez dit "Blaise to longolaka yo". Ce que fait chacun dans sa vie, ne m'a jamais interessé puis, je n'ai jamais livré personne ET VOUS LE SAVEZ !

Bandes de lâches et de con_nards !

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne


Retour vers Cuisine

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité