Bondikilage

Recettes et trucs pratiques sur la cuisine congolaise.

Bondikilage

Message par Niaou » Mer 06 Sep, 06 12:04

Bondikilage
Ingrédients:
3 à 5 morceaux de sucre (selon qu'on est riche ou pas)
½ litre d'eau
Un morceau de pain à 50 frc CFA ou plus
Coût: mois de 100 francs cfa ou moins de 0.15 € environs

Préparation:
1 ) - Dissoudre les morceaux de sucre dans de l'eau froide (On économise sur le gaz ou le charbon);
2 ) - Plonger le pain dans l'eau froide et le consommer

Astuce:
Celui qui peut étaler une couche de pâte d'arachide dans le pain, peut toujours le faire!

Bon appétit, en attendant que la nouvelle désespérance soit chassée du pouvoir pour le bien du peuple congolais!
Niaou
 

Message par Loumo » Mer 06 Sep, 06 2:54

Blague à part (l'heure n'étant plus au jeu) la recette du bondikilage est celle qui avait cours sous la France occupée, ce qui suppose que si on peut admettre que lorsque la disette bat son plein les populations se gavent uniquement de pain noir ou de croûte de pain trempée dans une solution sucrée d'eau bouillante ou froide, ça devient impensable lorsqu'il s'agit du plat de base d'une population en temps de paix ; or c'est ce qui est le cas au Congo-Brazzaville où non seulement les foyers ne consomment qu'un seul repas par jour mais ce repas n'est composé que de trois structures, le pain, le sucre et l'eau, situation qui classe le pays pétrolier de Sassou au rang des pays où populations sont les plus sous-alimentées de la planète et les plus démunies en calories et apports énergétiques, situation d'autant plus scandaleuse que ce n'est pas l'argent qui manque dans le Trésor Public, mais, manque de pot, cet argent est intégralement confisqué par les membres d'une seule et même ethnie et, dans cette ethnie, par les parents appartenant à un seul et même clan ; vraiment scandaleux si (oubli de Niaou) on ajoute comme autre recette ce qu'il est convenu d'appeler "AIMANT", recette consistant à capturer, au fur et à mesure, dans un bol, un ou trois grains d'arachide grillée avec un bout de manioc, le grain d'arachide colle au manioc comme la limaille de fer sur un aimant (d'où la métaphore) , en fait le bondikilage est appelé EVIAN dans une terminologie de la galère alimentaire, notamment dans le langage très imagé de Poto-Poto ; donc EVIAN et AIMANT constituent le seul résultat culinaire où est arrivé le Congo de Sassou après les promesses tapageuses de "l'auto-suffsance alimentaire à l'horizon 2.000", promesses faites dans le milieu des années 1980 mais, comme on voit, jamais tenues deux décennies plus tard, ce au moment où on apprend qu'à Dolisie, durant les fêtes du 15 août 2006, il y a eu frénésie en matière de bouffe et de vin, les officiels et certains officieux y ont expérimenté, à s'en crever la panse, la maxime inventée à Oyo, à savoir : lé dza, lé noua (ce qui se traduit par : mangeons et buvons, après nous le déluge)
Bon appétit messieurs les Nérons des savanes africaines.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par Niaou » Mer 06 Sep, 06 12:28

Et si les dieux de la nature sont cléments, ils nous offrent en guise de protéines, une invasion de sauterelles, comme en 1978, lorque les hommes politiques congolais criaent à tue-tête
"Vivre durement aujourd'hui, pour vivre mieux demain"!

Recettes de Mougnégné (Sauterelles)
- Deux bonnes poignées de sauterelles, dont on aura pris le soin de sectionner les élytres (indigestes à la consommation) ;
- un filet d'eau;
- sel et piment de Cayenne;

Faire revenir tous les ingrédients dans un poêle chauffé à 350 degrés celsius pendant trois bonnes minutes.
Les sauterelles doivent dégorger et devenir croustillantes...
On sert chaud avec de nguri yaka ou Ndzenga...
Bon appétit...
Image Astuce: Se servir des pattes comme de broches à saisir les sauterelles lorqu'on les consomme .
Niaou
 

Message par Loumo » Mer 06 Sep, 06 3:29

- sel et piment de Cayenne;

En général, moi je mets du piment de Boko pour mes grillades de sauterelles.
En 1978, au plus fort du premier VDA de notre histoire, les sportifs sénégalais venus rencontrer l'Etoile du Congo pour les éliminatoires de la coupe des club furent émus par la nuée de criquets qui s'abattit sur Brazzaville, eux (les Ouest-Africains) d'habitude terrorisés par ces sales bestioles qui font des ravages dans leur pays, furent choqués de voir avec quelle fougue et détermination les Congolais (c'était sous Yhombi-Opango Mwana Bondo) ruaient sur les colonies de criquets migrateurs nocturnes fascinés par les lumières des lampadaires des grandes artères de la ville, l'émotion des gens des pays du Sahel redoubla lorsqu'on leur dit que ces coléoptères allaient rejoindre les casseroles pour être consommés le lendemain au déjeuner, renforçant ainsi les représentations déjà inquiétantes que les gens de l'ancienne Afrique Occidentale Française projetaient sur ceux de l'ex-Afrique Equatoriale Française, ne comprenant pas qu'un gouvernement puisse affamer ainsi ses populations au point de les ramener à l'époque diluvienne de la chasse et de la cueillette alors que dans la résidence privée du Chef de cet Etat on vivait comme à Versailles, en compagnie d'Okapi, d'impala, et de crocodiles dans leurs étangs artificiels, mangeant comme le Roi Soleil dans son château et baisant comme les habitants de Sodome avant la destruction de leur ville par Dieu en colère.
Depuis cette période, on passe en Afrique de l'Ouest pour des bouffeurs de criquets, c'est-à-dire pour des martiens, ce qui, en soi est une sévère injure, mais en réalité une bonne chose car les sauterelles sont des aliments qui regorgent de fer, aussi, j'attends avec impatience la prochaine migration de ces sales bêtes pour me régaler, surtout que, par les temps qui courent, la famine bat son plein à Brazzaville sous Sassou-Nguesso, c'est-à-dire sauf à Mpila et à Oyo.
Merci Nini pour cette recette que tu devrais également faire goûter à ton Wara pour qu'il n'ait plus une piètre opinion de toi, mais surtout truffe le plat de miniénié d'un peu de ton liquide vaginal selon les principes magiques du mosélébendé, rite de séduction de la femme congolaise et, bon appétit.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par Muleb' Kongo » Jeu 07 Sep, 06 5:02

Cher ami Loumo, arrêtez donc de vous plaindre de l'entomophagie dans laquelle le P.C.T. et l'U.PA.D.S., les généraux et le professeur des professeurs, unis dans leur origine communiste commune et dans leur course commune à l'enrichissement nous ont engouffrés ! Lisez-donc ceci :

Phénomène de mode, engouement pour une alimentation sortant de l'ordinaire ou simple retour aux sources privilégiant nos instincts primaires endormis au plus profond de notre inconscient collectif ? L'émergence de nouveaux aliments entre dans nos habitudes alimentaires.

% Lipides
Criquet Pèlerin male 9,80%
Criquet Pèlerin femelle 9,80%
Sauterelles - 50 - 70 %
Grillon 62%
Mouche domestique 15,50%
Termite 16,40%

% Protéines
Criquet Pèlerin male 54,50%
Criquet Pèlerin femelle 86,60%
Sauterelles 50 - 70 %
Grillon -
Mouche domestique 63,10%
Termite 46%

Valeur énergétique KCAL/100 G
Criquet Pèlerin male -
Criquet Pèlerin femelle -
Sauterelles -
Grillon 700
Mouche domestique -
Termite 560

La valeur en protéines varie selon les insectes entre 10 % et 86 %. Celles-ci sont assimilables par l'organisme humain jusqu'à concurrence de 99 %.

D'évidence l'entomophagie sort de l'ordinaire alimentaire et si de nombreuses personnes se laissent tenter par une alimentation essentiellement constituée d'insectes ou incluant des insectes dans différents mets, il est toutefois regrettable de constater qu'aucun restaurant ne propose encre de telles recettes au menu.


article de Christian Lange : http://www.comby.org/insect/ZarticleLangeInsectes.htm

De quoi nous plaindrions-nous ? Ces humanistes nous ont introduits dans le monde du manger scientifiquement correct dans lequel nous avons fait figure de précurseurs. Et leur seule contrepartie est le sac du pays. Je noterai seulement que les coffres de ces bandits n'a jamais été saccagé !
Muleb' Kongo
Doyen du forum
 
Message(s) : 907
Inscription : Lun 09 Mai, 05 12:16

Message par Loumo » Jeu 07 Sep, 06 8:51

Mouche domestique 15,50%


Entièrement d'accord. D'ailleurs Jean-Paul Sartre avouait que ce qu'il adorait chez le boucher quand il allait chercher sa viande, c'était la mouche, la belle mouche bleue, aux pattes velues.

Depuis, il n'en manque jamais une dans ma soupe.
Loumo
Veterran
 
Message(s) : 8261
Inscription : Mar 16 Sep, 03 10:30

Message par Muleb' Kongo » Mar 12 Sep, 06 11:44

Jean-Paul Sartre a dû lire ce livre qui est mis aux enchères sur http://cgi.ebay.fr/ZOOLOGIE-BOTANIQUE-Pin-Prele-Fucus-Abeilles-Ecrevisses_W0QQitemZ280021271547QQihZ018QQcategoryZ27165QQcmdZViewItem :

Livre de sciences naturelles ZOOLOGIE BOTANIQUE aux éditions de l'école 1947. 280 pages au format 21 cm x 13,5 cm.
Nombreuses illustrations en noir et blanc dans le texte, très belle et très bien détaillée.

TABLE DES MATIERES:

Le hanneton,les abeilles mellifiques,la guêpe,la fourmi,la piéride du chou,le bombix du murier,la mouche domestique,le moustique commun,le fourmillion,la sauterelle verte,la cigale commune,la libellule,l'epeire diadème,le scorpion languedocien,la scolopendre,l'ecrevisse,l'escargot de bourgogne,la mouche comestible,la seiche,le lombric,le ténia armé,l'ascaride des enfants,l'oursin violet,l'étoile de mer,l'hydre d'eau douce,la méduse aurelie,l'anémone de mer,l'éponge de toilette,la paramécie.

Le pin sylvestre,le polypode,la prêle des champs,le polytric,le fucus vésiculeux,le psalliote champêtre,la moisissure blanche,le levure de bière,la parmélie;comment faire un herbier?.

Le livre est en état correct de conservation,complet et les pages sont bien attachées.Frais de port 2,76€ en lettre.


Pourquoi le nkori ya nkwata (nous prononçons tous nkoriankwata, mais il paraît qu'il faudrait l'écrire ainsi) serait-il commestible et pas la mouche ? Hein ?
Muleb' Kongo
Doyen du forum
 
Message(s) : 907
Inscription : Lun 09 Mai, 05 12:16


Retour vers Cuisine

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invité(s)
cron