Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Libre d'accès et ouvert à tous sujets de discussion.

Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par zinzon » Jeu 30 Sep, 10 10:01

Image
Avec ce roman «Demain j'aurai vingt ans » , Alain MABANCKOU s’affirme comme un des grands piliers de la littérature africaine. On en peut s'empêcher de se remémorer Allah n'est pas obligé, de son aîné ivoirien.

Dans ce roman, il essaie d’égratigner le régime dictatorial de Brazzaville, mais je trouve que la plume est hésitante

Je vous propose quelques morceaux choisis de la presse française sur le sujet.

...................................................................................................


Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Georges- BRASSENS 2010

Le Figaro - Mohammed Aïssaoui - 24 août 2010

Mabanckou, sujets, verve et compléments

ALAIN MABANCKOU a officiellement 44 ans, mais il est né en 2005. Le 6 janvier 2005, exactement. Ce jour-là paraissait un ovni littéraire, Verre cassé. Bernard Pivot fut séduit d’emblée par cette plume virevoltante, drôle et érudite. J. M. G. Le Clézio, Patrick Besson, Franz-Olivier Giesbert et beaucoup d’autres, découvrant le récit, furent enchantés: un écrivain était là. Fait rare: publié en janvier, Verre cassé – galerie de portraits de quelques losers qui viennent se confier dans un café nommé "Le crédit a voyagé" – tint en haleine critiques, libraires et lecteurs jusqu’à l’automne suivant, où il fut sélectionné pour le prix Femina et manqua d’une voix, au onzième tour de scrutin, le prix Renaudot (où siègent Besson, Le Clézio et Giesbert). Sans regrets: l’année suivante, il le décrocherait avec Mémoires de porc-épic.

Cette semaine, Alain Mabanckou revient en librairie avec Demain j’aurai vingt ans, publié aux Éditions Gallimard, maison qu’il vient de rejoindre. C’est l’un des livres les plus attendus de cette rentrée. Il faut dire qu’en moins de cinq ans Mabanckou s’est imposé dans le paysage éditorial. Il est désormais un auteur qui compte, sollicité par tous les salons du livre. Les grands journaux lui commandent des chroniques, ses textes sont joués par des comédiens en vue, comme Josiane Balasko. "J’ai publié mon premier roman en 1998, mais c’est vrai que le prix Renaudot m’a donné une visibilité extraordinaire", explique-t-il. Depuis, on connaît mieux le parcours de cet homme toujours vêtu avec élégance et reconnaissable à son béret et à son sourire. Il a vu le jour au Congo-Brazzaville, à Pointe-Noire. Ce fils unique décroche un bac options lettres et philosophie. Puis rejoint la France et entame à Paris des études de droit des affaires à l’université de Dauphine. Pendant une dizaine d’années, il travaille pour Suez (ex-Lyonnaise des eaux), mais c’est le virus de l’écriture qui le ronge: recueil de poèmes, romans, essais… Il s’installe tranquillement grâce à un style où se mêlent la truculence et l’autodérision. Il est repéré par l’Université du Michigan, puis la fameuse Ucla (Université de Californie Los Angeles) le recrute pour enseigner la littérature francophone et pour donner des cours de création littéraire.
Sa force ? Il fait de l’humour une arme d’analyse approfondie. Comme dans Demain j’aurai vingt ans, où il se met dans la peau de Michel, un gosse d’une dizaine d’années vivant les années 1970 dans un Congo à l’heure de la décolonisation. Ce récit au ton candide d’un enfant dépassé par les enjeux des adultes est une véritable réussite. À travers ce gamin, et toujours avec humour, Mabanckou explique ce que peu d’essais ont réussi à faire. C’est la première fois depuis bien longtemps que l’on voit comment un petit Africain percevait le monde. Rarement, on avait lu l’histoire – l’histoire de France et les remous internationaux – racontée de cette manière, avec cet angle. Qu’apprend-on finalement? Le bourrage de crâne dont firent l’objet de nombreux enfants africains baignés dans l’enseignement du communisme. Il faut lire les scènes où le meilleur élève de la classe récite par coeur le discours du dictateur.

Éclats de rire
On apprend aussi le poids du fétichisme sur l’existence, le joug des traditions. On apprend surtout le rôle déterminant des femmes pour s’en sortir. «C’est vrai que c’estmon roman le plus féminin. J’ai voulu dire que la femme est le pilier de l’Afrique. » En fait, Demain j’aurai vingt ans est un décryptage du monde côté africain – la politique des dictateurs, les années 1970 en France et ailleurs, de Giscard d’Estaing à Mesrine en passant par Khomeyni, le chah d’Iran, l’avortement, le terrorisme…

Il y a de nombreux éclats de rire dans ce texte, des scènes d’anthologie – notamment celles consacrées à Idi Amin Dada, burlesques et instructives. Avant, on faisait de la politique avec de la littérature: c’était lourd. Mabanckou, lui, fait de la littérature avec un zeste de politique : c’est efficace.

........................................................................


Alain Mabanckou, lauréat du Prix Georges Brassens 2010


Marque de fabrique de l’auteur, il évoque des sujets politiques et sociaux

Demain j'aurai vingt ans

Gallimard, 2010


Pointe-Noire, capitale économique du Congo, dans les années 1970. Le narrateur, Michel, est un garçon d’une dizaine d’années qui fait l’apprentissage de la vie, de l’amitié et de l’amour, tandis que le Congo vit sa première décennie d’indépendance sous la houlette de « l’Immortel Marien Ngouabi », chef charismatique marxiste. Les épisodes d’une chronique familiale truculente et joyeuse se succèdent, avec ses situations burlesques, ses personnages hauts en couleurs : le père adoptif de Michel, réceptionniste au Victory Palace ; maman Pauline, qui a parfois du mal à éduquer son turbulent fils unique ; l’oncle René, fort en gueule, riche et néanmoins opportunément communiste ; l’ami Lounès, dont la sœur Caroline provoque chez Michel un furieux remue-ménage d’hormones ; bien d’autres encore. Mais voilà que Michel est soupçonné, peut-être à raison, de détenir certains sortilèges…

Au fil d’un récit enjoué, Alain Mabanckou nous offre une sorte de Vie devant soi à l’africaine. Les histoires d’amour tiennent la plus grande place, avec des personnages attachants de jeunes filles et de femmes. La langue que Mabanckou prête à son narrateur est réjouissante, pleine d’images cocasses, et sa fausse naïveté fait merveille.
………………………………………………………………………………

Nouvel Observateur - Grégoire Leménager - 19 août 2010
Il publie « Demain j’aurai vingt ans ».

Portrait Alain Mabanckou, l’enfant noir

Ses premières lectures, ce sont les « San-Antonio » défraîchis que son père adoptif collectait dans les poubelles des coopérants, en sa qualité de gardien d’hôtel à Pointe-Noire. Pour un Congolais d’une dizaine d’années, il y avait de quoi s’interroger : « Est-ce que San-Antonio c’est l’écrivain qui a le plus écrit au monde ? » Mais il n’y avait pas foule pour l’éclairer tandis qu’il découvrait la littérature française, « par effraction », à travers « Ma langue de Chah » et « Vol au-dessus d’un lit de cocu ». A l’école, où le maître maniait la chicotte, on apprenait d’abord à réciter « les commandements du Mouvement national des pionniers », Révolution rouge oblige. Alain Mabanckou s’en souvient encore.

Aujourd’hui, le petit Congolais est un écrivain de premier plan, récompensé par le prix Renaudot pour ses savoureux « Mémoires de porc-épic ». C’est lui qui répond aux questions des autres : journalistes, lecteurs, étudiants. Il est traduit dans une douzaine de langues. Avec « Demain j’aurai vingt ans », récit de son enfance à Pointe-Noire, il est le premier noir africain publié dans la prestigieuse collection blanche de Gallimard. Et après avoir enseigné à l’Université du Michigan, le voilà recruté par la fameuse UCLA de Los Angeles. Là-bas, l’auteur de « Black Bazar » apparaît comme « le professeur de littérature française le plus cool de Californie ». Pas étonnant quand on l’y a vu, devant cent cinquante personnes hilares, lire l’histoire de la femme qui pisse dix minutes d’affilée. Pour un peu, on l’appellerait Mabancool. C’est qu’il y a du show man dans ce garçon chaleureux parti habiter la ville du cinéma. Quand il sort sur Hollywood Boulevard, sous sa casquette, on le confond avec l’acteur Samuel L. Jackson, ce qui est à la fois flatteur et scandaleux : « Je suis beaucoup plus jeune ! ».

« Je l’ai rencontré au Salon du livre de Paris en 1999, raconte son grand ami, l’excellent romancier haïtien Dany Laferrière. Il était à son stand et sifflait en voyant les gens passer sans s’arrêter : "Ce sont mes lecteurs". Je l’ai trouvé si drôle qu’on ne s’est plus quittés. » Ne pas trop se fier, pourtant, à ce flegme rigolard :

« C’est un homme très secret, ajoute l’auteur de « l’Enigme du retour ». On a accès difficilement à lui. La mort de sa mère l’a détruit. Il n’a de cesse de lui redonner vie. C’est pourquoi il a dû être si heureux et si malheureux en écrivant ’’Demain j’aurai vingt ans’’. Je n’ose imaginer ce qu’il a dû traverser. Alain ne rit jamais dans son cœur. C’est un homme très triste, très seul. Son univers n’est pas surpeuplé. Il a une femme, un ami, une passion (l’écriture) et sa mère. Pour le reste, il joue. »

Aux Etats-Unis, Mabanckou joue donc à se sentir chez lui, mais la France reste son « pays d’adoption » : « Les Français doivent comprendre qu’il n’y a pas plus français que ceux qu’ils ont colonisés, puisqu’on a pris au pied de la lettre tout ce qu’ils nous ont appris. » Il était venu à Paris en 1989, comme étudiant en droit, avec l’idée de revenir au Congo-Brazzaville « comme professeur ou comme cadre de la fonction publique ». Deux guerres civiles ont éclaté dans son pays. Alors il est resté, dix-sept ans. Comme conseiller juridique à la Lyonnaise des Eaux dans un premier temps. Il n’a jamais revu sa mère.

« J’ai décidé que la géographie importait peu, qu’il faut s’efforcer de vivre bien là où l’on est », dit-il doucement. C’est là qu’il a lu Mongo Beti et Amos Tutuola : « Ils m’ont ouvert les yeux. C’est peut-être en France que je me suis senti le plus africain. Et aux Etats-Unis que je me sens européen. Que va-t-il se passer si je pars en Asie ? »

Ce « mic-mac identitaire tricontinental » lui convient assez. Et le débat sur l’identité nationale l’a plutôt « agacé » :

« Cette question très gauloise, lancée par des plaisantins qui voulaient faire leur numéro, a été perçue en Afrique comme une manière de faire la politique de Jean-Marie Le Pen. Invoquer les ’’valeurs républicaines’’, c’est du fascisme froid : restons-en à la Constitution, qui interdit toute forme de discrimination ! De toute façon, ceux qui ont parlé ne sont pas ceux qui défendent la culture française hors de ses frontières. »

Cet étonnant voyageur, détenteur d’un passeport français, sait de quoi il parle, lui qui participe à une vingtaine de festivals littéraires par an. « Tandis qu’à l’étranger, en Inde, en Algérie, en Angleterre ou au Nigéria, je suis présenté comme un écrivain français, on continue en France à me cataloguer ’’francophone’’, observe l’auteur des « Petits-fils nègres de Vercingétorix ». C’est une forme d’ostracisme. Mais c’est à nous, nés ailleurs, de rompre ces barrières sans nous contenter du périmètre carré où on nous confine. »

Dans « Demain j’aurai vingt ans », un demi-siècle après « l’Enfant noir » de Camara Laye, il réussit ce miracle : faire parler le gamin qu’il fut, pour évoquer le Congo-Brazzaville des années 1970-80, la radio qui portait les rumeurs du monde, les voyous qui « prenaient les surnoms d’Amin Dada ou Bokassa Ier », et surtout sa famille qui n’était « ni riche ni très pauvre », mais partagée entre sa « maman Pauline » et sa « maman Martine », l’autre femme de son père. C’est drôle, tendre et bouleversant comme du Pagnol. San-Antonio mène à tout.

G. L.
……………………………………………………………………………………………….
Marianne - Frédérique Briard - 28 août/03 septembre 2010
Alain Mabanckou, génial marabout des mots

Roman. La confirmation.

Et si Alain Mabanckou était en passe de devenir ce que fut Ahmadou Kourouma? Un pilier de la littérature africaine.

À lire son dernier roman, Demain j'aurai vingt ans, on ne peut s'empêcher de le penser, comme on ne peut s'empêcher de se remémorer Allah n'est pas obligé, de son aîné ivoirien.
Le narrateur, Michel, un enfant au bord de l'adolescence, vit à Pointe-Noire, capitale économique du Congo-Brazzaville, dans les années 70. Cette décennie draine encore les espoirs des indépendances, et déjà ses écueils: Lénine ou Marx ressemblent à Spiderman; le père, Papa Roger, décrypte ce nouvel ordre mondial complexe avec une assiduité pittoresque, l'oreille collée à la radio; Muhammad Ali affronte George Foreman à Kinshasa; et Michel s'intéresse aux femmes, comme il s'interroge déjà sensiblement sur le sens des mots.

Alain Mabanckou déroule le fil de sa jeunesse, chargée de tendresse, d'innocence, et relatée avec humour. On retrouve cette plume, au premier abord simple mais jamais futile, qui caractérise celle de Mabanckou; ce verbe imagé, cocasse et puissant
.
Avec ce huitième roman, il parfait une oeuvre qui traduit la société et l'histoire africaines comme aucune autre. Loin des clichés, au coeur de l'émoi.

Frédérique Briard


Voir son site : http://www.alainmabanckou.net/accueil.html
zinzon
Doyen du forum
 
Message(s) : 363
Inscription : Mar 17 Nov, 09 10:30

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par Aboualo » Dim 26 Déc, 10 6:15

j’emprunte à l’oiseau
l’incertitude du prochain buisson

je ne sais quel temps il fera
de l’autre côté de la migration
mais le monde s’ouvre à moi
riche de carrefours

que l’envol me porte
me porte encore loin de la clameur
loin de la basse-cour
loin des coqs dressés pour le combat

ne pas changer de nom
d’embranchement
rester homme jusqu’au bout
tant que les arbres s’enracineront
à la terre
A M
Aboualo
Veterran
 
Message(s) : 7285
Inscription : Ven 12 Déc, 08 1:37

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par niaou » Dim 17 Avr, 11 1:43

Alain Mabanckou: «J'aurais voulu écrire Le Petit Prince»

Pour rappel, Alain Mabanckou est professeur de littérature francophone à l'Université de Californie à Los Angeles.
En 2005, son roman Verre Cassé l'a révélé au grand public. L'année suivante, il obtenait le Prix Renaudot pour Mémoires de porc-épic. L'an dernier, il publiait Demain j'aurai vingt ans dans lequel il dépeignait le Congo de sa jeunesse. Ce livre s'est mérité le Prix littéraire Georges-Brassens.
Aujourd'hui, Alain Mabanckou est l'invité d'honneur du Salon international du livre de Québec.

Cliquez ---> ici pour en savoir plus
niaou
Veterran
 
Message(s) : 6898
Inscription : Jeu 15 Fév, 07 12:10

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par Arc. Kani-I.Jefferson » Dim 17 Avr, 11 7:20

Desole' que je ne suis pas chanceux avec Alain Mabanckou. J'ai retrouve' ce nom sur Facebook et je crois l'avoir meme ercit mais il m' a pa repondu depuis la fin du mois passe'. C'est surs qu'il est trop occupe'.
Bon dimanche a tous et a toutes. :thup
J'ai aime' cet entretien: http://www.youtube.com/watch?v=ft1E_Aa8 ... ded#t=293s




Kani.
Arc. Kani-I.Jefferson
Veterran
 
Message(s) : 5551
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par Aboualo » Lun 18 Avr, 11 5:08

Desole' que je ne suis pas chanceux avec Alain Mabanckou.

Sacré kani !!!!!
Tu ne rêvais tout de même pas de kunyanza avec lui, sait-on jamais dans l'incertitude :bougies misato+ makasu misato pona ba chance ezonga na nzoto.
Mys_tiquement Aboualo.
Aboualo
Veterran
 
Message(s) : 7285
Inscription : Ven 12 Déc, 08 1:37

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par Arc. Kani-I.Jefferson » Lun 18 Avr, 11 8:41

Mais non Aboualo. C'est le parle' seulement. Un de perdu, deux de retrouve'.
Je me suis rendu compte que maintenant qu'Alain a le verbe dans la litterature francaise. :thup


Kani.
Arc. Kani-I.Jefferson
Veterran
 
Message(s) : 5551
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par Aboualo » Lun 18 Avr, 11 11:37

Moi aussi je n'ai que parlé .
1 de perdu ,2 de retrouvés
, bien sûr il en faut deux pour "faire la guerre"
Je me suis rendu compte que maintenant qu'Alain a le verbe dans la litterature francaise.

moi, je me suis rappelé "que maintenant" que depuis quelques semaines déjà, j'ai rdv avec l'écrivain tous les jours et ce, près de chez moi et je te montrerai comment .... :puf
Aboualo
Veterran
 
Message(s) : 7285
Inscription : Ven 12 Déc, 08 1:37

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par mouyabito » Lun 14 Juil, 14 5:57

Tu es un blaireau Mabanckou tu finiras comme un chien.

https://www.youtube.com/watch?v=jl1PK2G-JGo
mouyabito
Doyen du forum
 
Message(s) : 203
Inscription : Ven 28 Fév, 03 8:45

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par sycie l'impérative » Mar 17 Mai, 16 5:45

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par sycie l'impérative » Mer 18 Mai, 16 3:49

https://www.youtube.com/watch?v=Ow3w7LlNUJo
Le Renard, le Loup et le Cheval - Les Fables de Jean de la Fontaine

Le Renard, le Loup, et le Cheval

Jean de La Fontaine Vous avez aimé cette fable? Oui, non ?

Un renard, jeune encor, quoique des plus madrés,
Vit le premier Cheval qu’il eût vu de sa vie.
Il dit à certain Loup, franc novice : Accourez :
Un animal paît dans nos prés,
Beau, grand ; j’en ai la vue encor toute ravie.
– Est-il plus fort que nous ? dit le Loup en riant.
Fais-moi son Portrait, je te prie.
– Si j’étais quelque Peintre ou quelque Etudiant,
Repartit le Renard, j’avancerais la joie
Que vous aurez en le voyant.
Mais venez. Que sait-on ? peut-être est-ce une proie
Que la Fortune nous envoie.
Ils vont ; et le cheval, qu’à l’herbe on avait mis,
Assez peu curieux de semblables amis,
Fut presque sur le point d’enfiler la venelle.
Seigneur, dit le Renard, vos humbles serviteurs
Apprendraient volontiers comment on vous appelle.
Le Cheval, qui n’était dépourvu de cervelle,
Leur dit : Lisez mon nom, vous le pouvez, Messieurs :
Mon Cordonnier l’a mis autour de ma semelle.
Le Renard s’excusa sur son peu de savoir.
Mes parents, reprit-il, ne m’ont point fait instruire ;
Ils sont pauvres et n’ont qu’un trou pour tout avoir.
Ceux du Loup, gros Messieurs, l’ont fait apprendre à lire.
Le Loup, par ce discours flatté,
S’approcha ; mais sa vanité
Lui coûta quatre dents : le Cheval lui desserre
Un coup ; et haut le pied. Voilà mon Loup par terre
Mal en point, sanglant et gâté.
Frère, dit le Renard, ceci nous justifie
Ce que m’ont dit des gens d’esprit :
Cet animal vous a sur la mâchoire écrit
Que de tout inconnu le Sage se méfie..
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: Alain MABANCKOU, Laureat du Prix Beorges BRASSENS 2010

Message par sycie l'impérative » Mer 18 Mai, 16 3:51

Que de tout inconnu le Sage se méfie..
Autre version:

La Lionne, le Loup, et le Mulet par de Mathurin Régnier

Analyses de Chamfort – 1796.

V. 1. Un renard jeune encore. . . .
Même défaut dans cet Apologue que dans le précédent. C’est presque la même chose que celui du loup et du cheval ( livre V, fable 8). Il est vrai qu’il a une leçon de plus, celle de la vanité punie.
V. 15..Le loup , par ce discours flatté ,
S’approcha. Mais sa vanité
Lui coula quatre dents , etc. . .
L’avantage aussi que La Fontaine a trouvé en introduisant ici un acteur de pins qu’en l’autre , c’est de faire débiter la morale par le renard , au lieu que, dans l’autre fable , le loup se la débite à lui-même , malgré le mauvais état de sa mâchoire. (Le Renard, le Loup, et le Cheval)
Commentaires de MNS Guillon – 1803.
Le Renard, le Loup, et le Cheval
Le Renard, le Loup, et le Cheval

Le sujet de celte fable est par lui-même très-sérieux ; trop de précision et d’élégance l’auraient rendue triste et froide : mais égayée par une sorte de familiarité naïve, elle est agréable et riante.
Pas un détail qui ne soit assaisonné d’un enjouement naturel qui n’est pas une finesse, mais est sans affectation ; qui ne tient point an bel esprit, et qui fait naître sans cesse le sourire sur les lèvres.
C’est le langage d’un homme simple, d’un bonhomme, si l’on veut, qui s’élève rarement au-dessus du style ordinaire, sans tomber dans le style trivial, et dont la simplicité est toujours piquante. Les expressions les plus communes deviennent les plus plaisantes, par la manière dont elles sont placées, telles que Mon Cordonnier l’a mis autour de ma semelle.
Les vieilles locutions , les tours anciens sont si bien fondus avec les nouveaux, qu’ils ne fout point disparate, et qu’ils forment ensemble ce style dont la naïveté est le principal caractère ». ( M. Clément, Journal littér. n°. 10. Octobre, 1796.)
1) Enfiler la venelle. Proverbe populaire, prendre la fuite. Venelle, petite rue dérobée.
2) Mal en point. Il faut éclaircir cette expression , quoiqn’elle
s’explique d’elle-même par ses conséquents, Sanglant et gâté.
Ce vieux mot est l’inverse de lien en point, qui se trouve pour triomphant dans les anciens auteurs, tels qu’Olivier de la Marche ( poème du Parement et Triomphe des Dames d’Honneur), et Louise Labé (Débats de Folie et l’Amour, p. 45 ).
Dans la fable de Régnier, une Lionne fait le rôle du Loup, et le Loup celui du Renard. On y rencontre quelques traits de cette bonhomie, de cette malice enjouée, qui composait le caractère original de l’ancienne naïveté française. Son plus grand même est d’avoir offert à La Fontaine un modèle qu’il ne lui a pas été difficile de surpasser.
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08


Retour vers Forum Public

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot], MSN [Bot] et 3 invité(s)