BEMBE - traduction de textes...

Lari, Téké, Vili, Mbochi, Bembe… le Congo se décline en de nombreuses langues ! N'oubliez pas de préciser dans votre titre à laquelle vous vous référez !

BEMBE - traduction de textes...

Message par CHARME » Mer 29 Juin, 05 4:10

bonjour,

quelqu'un est -il disponible ces jours ci ???
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Djess dia moungouansi » Mar 05 Juil, 05 3:24

Libre pour faire quoi?

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par CHARME » Mar 05 Juil, 05 7:16

bonjour jess !

En fait, je souhaiterais traduire un texte du français au bembé et profiter de cet exercice pour aborder différents points linguistiques propre à la langue bembé !

est ce que l'idée te tente ?
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Djess dia moungouansi » Ven 08 Juil, 05 6:38

Salut CHARME

L'exercice me tente. Dis-moi de quoi il s'agit.

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par CHARME » Sam 09 Juil, 05 4:02

Banco Djess dia moungouansi !
voilà de quoi il s'agit, j'ai un texte de base, une chanson anglaise, traduite en français et sur laquelle je prends appui pour faire mes ongles en Bembé !
avant de lancer le texte, que signifie ton pseudo ?
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par CHARME » Sam 09 Juil, 05 4:03

JE RESPIRE TOUJOURS

Pensais tu que ma vie s’arrêterait le jour
Où tu as fuis et brisé mon Coeur ?
Pensais tu que je ne m’en sortirais pas sans toi ?
Pensais tu que tu arrêterais mon monde avec un au revoir ? oh que non !
Pensais tu que je m’écroulerais à l’intérieur ?


Pas moi, je respire toujours
Et mon coeur bat toujours
Je ne ressens plus de peine
Non, pas moi, je respire toujours
Et mon vieux coeur bat toujours
Les larmes que j’ai versées ont séché
Tu es parti et j’ai survécu
Je respire toujours

Il y’a eu des moments ou cela me demandait toute mes forces
Pour simplement passer, oui passer une journée nouvelle
Il y’a eu des nuits ou j’ai bien cru mourir
Sans toi
Mais les larmes que j’ai versées d’une certaine manière m’ont rendu forte, plus forte
Pensais tu que je ne pourrais aller de l’avant ?

Tu as essayé de me détruire
Mais regarde qui est toujours là
Sans toi,
Pensais tu que je m’écroulerais, que je me briserais à l’intérieur ?
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par CHARME » Sam 09 Juil, 05 4:04

Alors voici le texte, dis moi comment tu vois les choses et de quelles manières tu souhaites procéder pour que grâce à lui nous explorions les différentes subtilités linguistiques du Bembé !
merci et bon week end !
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Djess dia moungouansi » Mer 13 Juil, 05 6:17

Salut CHARME

Je te présente mes excuses pour ce mutisme. J'étais absent pour quelques jours. Je viens de prendre connaissance du contenu de tes posts à l'instant même.
Pour tout commencer, tu me poses la question suivante:

Avant de lancer le texte, que signifie ton pseudo ?



Djess dia moungouansi veut dire simplement Djess de Moungouansi. dia dans la plupart des langues kongo , signifie de . Je te rappelle que le béembé est aussi une langue kongo.
Moungouansi est le pseudo d'un village légendaire du congo profond dont le Chef de terre avait acquis la notoriété pendant la colonisation par la dimension de sa fortune et par la justesse de ses jugements.
Humilité, sagesse et probité morale sont des valeurs cardinales du Moungouansisme. :lol:

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par Djess dia moungouansi » Mer 13 Juil, 05 8:25

Avant de démarrer la traduction, quelques règles : le u n’existe pas en béembé , comme dans la plupart des langues bantoues. Donc le u = ou

C’est une langue d’une richesse insoupçonnée, et ses subtilités sont à l’origine de sa beauté._
_____________________________________
__
JE RESPIRE TOUJOURS Mé nia kir’ mukuwumuna

Pensais tu que ma vie s’arrêterait le jour yé’ wa ba sim’ti mé tu’m mfua
Où tu as fuis et brisé mon Coeur ? Ngo wa ba yit’k na ku zus mu tim’ mè ?
Pensais tu que je ne m’en sortirais pas sans toi ? Ye wa ba sim’ti me nir’ vuk’ ko kur yè ndé pè
Pensais tu que tu arrêterais mon monde avec un au revoir ? oh que non ! ye wa ba sim’ ti tum telm’s ntsi me mu mboto ? Oh pelè !
Pensais tu que je m’écroulerais à l’intérieur ? Ye wa ba sim’ ti me mbè mbwiri mu nsa kati ?


Pas moi, je respire toujours Kar mè ko, mé nia kir’ mukuwumuna
Et mon coeur bat toujours Mu tim’ mè wa kir mu ku wumuna
Je ne ressens plus de peine Me niek’ mpassi zek’ zo pè
Non, pas moi, je respire toujours Pelè, kar mè ko, mé nia kir’ mukuwumuna
Et mon vieux coeur bat toujours Ngo ki nun’ kia mutim’ mè wa kir’ mukuwumuna
Les larmes que j’ai versées ont séché Mantsangassa ma na losso ma wa yuma.
Tu es parti et j’ai survécu yé wa yendè , mè ni kir’ mu kuwumuna
Je respire toujours mé nia kir’ mukuwumuna
Il y’a eu des moments ou cela me demandait toute mes forces Nko ba na tang’ yir missam mimo mi nko lomba makwa momanso

Pour simplement passer, oui passer une journée nouvelle mun mukulut’ kin kilumb’ kia mono
Il y’a eu des nuits ou j’ai bien cru mourir nia ba na busuk’ bur lo niek bun na fua
Sans toi yè lo ndè pè
Mais les larmes que j’ai versées d’une certaine manière m’ont rendu forte, plus forte mantsang’ ma na bâ palsa ma mpè ma kua makala malaka
Pensais tu que je ne pourrais aller de l’avant ? Yè wa ba sim’ ti mè nir’ niendlk’ ku mu tu ko,

Tu as essayé de me détruire yè wa bâ sinsl’k ku vuk mè
Mais regarde qui est toujours là Lo wu mona na ko ban ahana ho
Sans toi, yè lo ndè pè
Pensais tu que je m’écroulerais, que je me briserais à l’intérieur ? Ye wa ba sim’ ti me mbè mbwiri mu nsa kati , mè mbé mburikiri mu nsa kati ?
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par CHARME » Jeu 14 Juil, 05 3:21

Merci honorable Djess dia moungouansi,

Je suis bluffée par la célérité...

maximum respect, tu appartiens à la bien nommée catégorie des JDJF : "je dis et je fais..."

Je vais imprimer le texte et le découvrir à tête reposée.
Tu n'as certainement pas eu le temps de répondre au message qui suit le texte que je proposais à la traduction. Donc je ne sais pas comment tu vois la suite de notre étude.


Que dirais tu ?

- de commencer par voir les auxiliaires être et avoir ?
- de m'affranchir sur des mots tout simples que je pourrais déjà utiliser pour me familiariser avec cette langue ?

par exemple

Bonjour,
comment vas tu ?
merci,
le bonjour chez toi
à plus tard,
à bientôt,
à demain,
bonne nuit,
aurevoir,

cette liste n'est pas exhaustive bien entendu !!!

qu'en dis tu ???
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Djess dia moungouansi » Jeu 14 Juil, 05 3:39

Salut CHARME

J’ai d’abord commencé par la traduction du texte que tu m’avais proposé pour que nous ayons une idée de cette langue.
On procèdera de la manière qui te conviendrait. Pour appréhender une langue, je pense qu’il serait souhaitable de commencer par les mots les plus courants qui facilitent le contact dans le nouvel environnement. Je peux te garantir que je solliciterai de temps en temps l’aide d’un des plus grands spécialistes de cette langue au monde qui est le Professeur Ngoie N GALLA que je connais très bien. D’ailleurs, il m’a toujours dit que l’orthographe exacte était béembé et non bembé comme il est écrit sur ce site. :D

Je te fais une confidence, Muleb’kongo qui est un habitué de Congopage, est aussi bien placé pour nous filer un coup de main. Sa maîtrise de la langue béembé est incontestable .
Muleb’kongo = « les funérailles du Kongo » . Une façon de dire que le Congo est mort , il ne nous reste plus que les yeux pour pleurer.
D’ailleurs en bas de page, Muleb’kongo écrit la chose suivante :


Ba ngaa mpia ba dzusir' Nsi,
Hemsey me nsa
Muleb' Kongo.


Traduction:

Ba ngaa mpia ba dzusir' Nsi, Les menteurs ont tué le pays
Hemsey me nsa laisse-moi organiser
Muleb’kongo les funérailles du Congo



Passons à la traduction .

Les auxiliaires avoir = ku baka
Et être = ku ba sont évidemment beaucoup usités dans cette langue.
Commençons par la traduction du texte ci-dessous qui reprend les expressions les plus courantes.


Bonjour, mboto (Il est différent du Mboté du lingala et kikongo)
comment vas tu ? hà lel’ busiina (Comment va ta santé ?)
merci, matoondo
le bonjour chez toi mbot’ku nzo
à plus tard, tu’m tu monon’n kilokl kikim
à bientôt, bè tu bwes kumôn’n
à demain, buè pari
bonne nuit, mandos mâmabwè
aurevoirMboto ou kilumb’ kikimi

Ces différences de syntaxes que l’on trouve entre le français et les langues congolaises en général s’observent également dans la langue béembé. C’est pourquoi, quand Sassou était réveillé le 5 juin 1997, il déclencha la guerre civile la plus meurtrière du Congo , il lança au passage la phrase tristement célèbre : JE DORMAIS POUR MOI . En béembé, on dira à peu près la même chose : Mè bée nia neng’nwami . :lol:

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par CHARME » Lun 18 Juil, 05 8:43

mboto Djess dia moungouansi,

matoondo !!!
tu es remarquable !
chaque reflexion qui peut me faire progresser est la bienvenue. Je suis une adepte de la synergie et j'espère pouvoir à mon tour t'être utile un jour.
Ceci étant dit, je suis un peu charette en ce moment !
es tu encore disponible pour un moment ou tout cela va s'arrêter parce que tu ne pourras plus te connecter ?

buè pari mon cher

NB : pari en lari c'est le matin,
est ce que cette expression signifierait à demain matin en substance ???
Dernière édition par CHARME le Mar 19 Juil, 05 3:53, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Muleb' Kongo » Lun 18 Juil, 05 10:05

DERNIERE MISE A JOUR : MARDI 19/07/2005 à 15 H 15

Djess dia ku Munguansi, mboto !
Mua Charme, ye se mboto.

L’invitation de Djess est tellement insistante que nous ne pouvons nous soustraire à l’exercice honorable qui se déroule sur ce forum.

Il est vrai que la quête d’organisation de Charme est tout à fait pertinente. Un apprentissage progressif et structuré serait certainement le bienvenu, mais nous sommes ici sur un forum qui est d’essence empirique, et empirique sera aussi la méthode, les questions des uns suscitant les réponses de ceux qui en ont, et de temps en temps, des érudits nous gratifieront de véritables perles dont nous pourrons tous bénéficier au fur et à mesure qu’ils nous les mettront à disposition.

Les éléments de grammaire et de linguistique cohabiteront parfois dans un corpus non différencié, les règles syntaxiques et la sémantique seront mis en exergue au fur et à mesure de la progression.

Ngond’ Mawung’ crée un précédent du reste agréable en essayant de commencer par des fondamentaux. Nous l’invitons à revenir plus à la base : les conventions de notation, quelques notes de tonologie, et bien sûr les allongements vocaliques, les élisions, les réductions vocaliques, les omissions dont il parle ainsi que des les liaisons.

Il est bon de dire que le parler du beembe est constamment soumis à un parcours interprétatif qui s’il n’est pas sommaire, a un domaine de complexité délimité par un corpus idiomatique incluant les « évidences », dont certains proverbes ou certaines devinettes.

Sauf si les besoins d’une traduction comme celle demandée par Charme ou celle de Mayombe82 nous y force, beauté de la langue oblige, nous nous efforcerons de rester à un niveau de langue qui ne requiert pas cette approche interprétative.

Avant d’entrer dans la danse, nous allons commencer par donner les conventions de notation que nous allons utiliser à chacune de nos interventions, ainsi que des conventions pour l’expression du son, du ton et de la tonalité.

DE CERTAINES EXPRESSIONS SONIQUES ET DE TONOLOGIE

On ne peut parler de l’alphabet adopté pour la notation du beembe sans évoquer certaines caractéristiques soniques ou tonologiques dont certaines sont d’ailleurs communes avec d’autres langues kongo, bantu ou plus généralement niger-kordofan.

Digrammes et trigrammes.
Certaines formes soniques et tonologiques du beembe obligent à l’utilisation de combinaisons de lettres.

Il peut s’agir de consonnes : une, deux ou trois consonnes (en notation latine post-classique) traduisent un seul et unique phonème. Exemples : « tsina », « ndzuungu ».

Il peut s’agir de voyelles : la notation adoptée pour prolonger une voyelle, ce qui permet l’allongement de la syllabe, est le redoublement de la voyelle ; c’est donc bien la même voyelle qui est répétée. Exemples : « ndzuungu », « mubiimbi ».

Le « h » et le « supra-h » diacritiques.
Gérard Philippson et Philippe Boungou (INaLCO Paris) disent que « le beembe a également la particularité d’opposer un registre H à un registre supra-H ce qui rend la perception des tons particulièrement délicate. » Nous compléterons en disant que cette difficulté de perception concerne essentiellement les nouveaux locuteurs ou les locuteurs « étrangers ». Nous-nous bornerons à noter cette particularité tonologique par un h ou un H en exposant (en petits caractères soulignés sur le forum). Exemples : « ndzuung yha yhnéné » : la marmite est grosse ; « sakhe ndzuunghuu » : cherchez une marmite.



La pré-nasalisation des consonnes.
En dehors des consonnes proprement nasales qui sont le « M » et le « N », la langue française qui nous est familière ne réserve aucune place à la nasalisation des autres consonnes, forme très usitée dans la langue beembe.

Le mot français « embompoint » qui donne dans sa langue d’origine « en-bon-point » rendra tout à fait autre chose en beembe : « en-mbon-mpoint ». Le « mb » et le « mp » sont les formes nasales du « b » et du « p ». Nous trouverons ainsi mb, nd, mf, ng, nk, mp, ms, nt, nv, nz.

Les digrammes de consonnes pouvant être pré-nasalisées, nous avons donc aussi des trigrammes qui correspondent à cette typologie. Exemples : ndz, nts.

Sonorité du E e
Le « e » muet n’existe pas en beembe. Il serait donc recommandé d’user d’accents, mais nous choisissons de ne pas les noter car le contexte est en général suffisamment contraignant pour déterminer le bon ton.


DE L’APHABET (LUFABE)

De tradition séculaire mais orale, le beembe ne possède pas un alphabet propre. Aussi, c’est l’alphabet latin que nous allons utiliser, dans une graphie bicamérale post-classique. Cela permet d’écrire les mots proprement beembe, mais aussi des emprunts irréductibles comme « rue » ou « général » ou « adjudant », ce qui nous ramène à l’alphabet français. Il existe bien sûr un « alphabet africain de référence » reconnu par l’UNESCO, mais d’une part les lettres additionnelles offrent une difficulté à cause des polices disponibles et sur ce forum et sur l’ordinateur de chacun d’entre nous, et d’autre part, celui qui commet cet article ne peut se prévaloir d’une quelconque aisance dans l’utilisation de cet « alphabet africain de référence ». Nous utiliserons donc la convention suivante (la prononciation de la lettre seule est notée en français, sauf pour W et Y, entre crochets) :

A, a [a] comme dans papa : « ba » (un palmier)
B, b [bé] comme dans bon : « ba » (un palmier)
C, c [cé] utilisé dans les mots d’emprunt : « cabine », ce mot étant transcrit « kabiin » (même prononciation avec allongement du « i »), quand on veut l’écrire en beembe.
D, d [dé] comme dans dur : « dia » (mange)
E, e [é] comme dans bébé : « mpeembe » (la craie, l’argile blanche) ou dans mère : « mbeesi » (le couteau)
F, f [éffé] comme dans fou : « lufufu », « lufofo » (un safou [fruit du safoutier, dont la chair savoureuse consonnée cuite contient une huile du type de celle extraite de l’olive, mais hélas non exploitée])
G, g [ghé] comme dans garde : « ngaanduu » (le crocodile, le caïman [nous ferons la différence plus tard])
H, h [hé] ou [aach] aspiré ou pas selon le cas
I, i comme dans île : « [i]kitiiti » une feuille
J, j [zi] utilisé dans les mots d’emprunt
K, k [ka] comme dans kilo : « kitiiti » une feuille
L, l [èèl] comme dans livre : « lufufu », « lufofo » (un safou)
M, m [èèm] comme dans masse : « maasi » (l’huile)
N, n [èèn] comme dans nid : « niosi » (l’abeille, le miel)
O, o [o] comme dans or : « lufofo » (un safou)
P, p [pé] comme dans papa : « kipaaku » (une hache de boucher)
Q, q [ki] utilisé dans les mots d’emprunt
R, r [éré] comme dans rare : « mpari » (un écureuil), « tari » (un pierre)
S, s [éssé] comme dans signe : « saangu » (un grain de maïs)
T, t [té] comme dans tête : « tari » (un pierre)
U, u [ou] prononcé ou omme dans toux, choux : « lufufu » (un safou)
V, v [vé] comme dans vie : « ku vanksina » (emboîter)
W, w [ou dia ma vé mool] comme dans l’anglais « wolf » : « ku wunaa » (tromper)
X, x [ikiss] utilisé dans les mots d’emprunt
Y, y [I dia kihangu] utilisé dans les mots d’emprunt
Z, z [zèdè] comme dans : « zaandu » (le marché)

Cette énonciation basique du « lufabe » ne fait pas ressortir les caractéristiques liées aux règles qui précèdent.

Merci pour vos remarques au sujet du « lufabe ».

NOTATION CLASSIQUE – NOTATION VOCALISEE

Il n’existe pas à notre connaissance un système de notation qui ait fait l’unanimité, l’absence d’une « académie beembe » étant certainement la cause de ce manque. Les écrits existants relèvent plus d’une notation phonétique ou d’une notation phonologique.

Nous considérerons cependant
• comme notation beembe classique (NBCL) la notation phonétique avec les mots complets, difficile à lire, mais moins sensible à multiples interprétations
• comme notation vocalisée la notation phonologique.

Exemples :

NBCL : « ndzuungu ya yi-néné » : la marmite est grosse ;
NBV : « ndzuung yha yhnéné » : la marmite est grosse ;

NBCL : « sakenu ndzuunguu » : cherchez une marmite
NBV : « sakhe ndzuunghuu » : cherchez une marmite


LA QUERELLE DES FINALES

C’est un fait qu’en beembe les consonnes finales des mots sont souvent omises ou élidées, pour le plus grand bien de la communication entre différentes variantes de la même langue, n’ont pas fait le choix de la même voyelle finale.

Des querelles pourraient donc naître en notation classique car sur plusieurs mots, quand l’un marque une finale en u, un autre l’aura en i et il pourrait s’en trouver un autre qui pour le même mot aurait une finale en a. exemple : « ngubah » se retrouve aussi sous la forme « ngubuh ».

Nous essayerons de faire ressortir ces mots, et s’il nous arrivait de l’oublier, nous remercions d’avance tous ceux qui pourront nous en faire la remarque, en précisant « prononciation de Mwandi », « prononciation de Luboto », « prononciation de Madinga (vers Nkayi) », « prononciation de Mutele », etc …


NBCL : Ba mbaasi, heki dia nkooyi. Ma mboto meenu ma mwini na ma butsuku ! Nzambi ka lu kebe.

NBV : Ba mbaahsi, hekh dia nkooyi. Ma mboth meehn ma mwinh na ma butsuku ! Nzambh ka lu kebe.


Je reviens demain avec ma traduction du texte de CHARME
Dernière édition par Muleb' Kongo le Ven 05 Jan, 07 1:13, édité 2 fois.
Muleb' Kongo
Doyen du forum
 
Message(s) : 907
Inscription : Lun 09 Mai, 05 12:16

Message par CHARME » Mar 19 Juil, 05 4:01

Matoondo Muleb’kongo,

Tout vient à point à qui sait attendre...
Ce que je viens de lire est meilleur que du petit lait.
La cour des grands a toujours exercé un formidable attrait sur moi, alors je dis RESPECT...
Dernière édition par CHARME le Mar 19 Juil, 05 4:08, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par CHARME » Mar 19 Juil, 05 4:04

Muleb' Kongo a écrit :L’invitation de Djess est tellement insistante que nous ne pouvons nous soustraire à l’exercice honorable qui se déroule sur ce forum.


L'opiniâtreté est une qualité qui se perd et Djess dia moungouansi semble ne pas avoir usurpé son pseudo !
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par CHARME » Mar 19 Juil, 05 4:08

Muleb' Kongo a écrit :Djess dia ku Munguansi[/b]



Je souhaiterais avoir quelques précisions sur l'adjonction du "ku"


Pour Munguansi et moungouansi : je suppose qu'il s'agit d'une question de phonétique, djess parlait du "u" qui se prononce "ou" !
les deux orthographes seraient donc valables ???
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par CHARME » Mar 19 Juil, 05 4:10

Muleb' Kongo a écrit : Je reviens demain avec ma traduction du texte de CHARME

L'élève CHARME est tout ouie !
bè tu bwes kumôn’n
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Message par Djess dia moungouansi » Mar 19 Juil, 05 2:39

Mboto yâ laka (grand bonjour)CHARME !

CHARME a écrit :


es tu encore disponible pour un moment ou tout cela va s'arrêter parce que tu ne pourras plus te connecter ?

buè pari mon cher

NB : pari en lari c'est le matin,
est ce que cette expression signifierait à demain matin en substance ???



Le problème ne se pose pas au niveau de la connexion car je peux me connecter à volonté aussi bien à mon lieu de travail que chez moi. C’est plutôt le temps qui fait défaut de temps en temps ( Excusez la totologie !!).

Passons à l’apprentissage. Evidemment, le lari et le béembé étant des langues Koongo, on retrouvera beaucoup de concordances.
En fait demain matin en béembé se dit : bwè pari , et pour plus de précision, demain se dit bwè ménè. Comme cette dernière expression semble un peu plus lourde, les gens préfèrent utiliser le terme bwè pari pour désigner les deux.

Si c’est pour désigner uniquement le matin, par exemple dans le cadre d’un RDV, on peut simplement dire mu kipari

Plus loin CHARME A écrit :
Je souhaiterais avoir quelques précisions sur l'adjonction du "ku"


Pour Munguansi et moungouansi : je suppose qu'il s'agit d'une question de phonétique, djess parlait du "u" qui se prononce "ou" !
les deux orthographes seraient donc valables ???


C’est bien çà les subtilités de la langue béembé. D’abord, je tiens à te rassurer que MUNGUANSI et MOUNGOUANSI se valent pour des raisons que tu maîtrises désormais. Ensuite, quand Muleb’kongo ajoute dia ku , c’est pour souligner quelque chose d’important : On peut être de Brazzaville sans être originaire de Brazzaville. Or là , il souligne le fait que Djess est non seulement de Moungouansi, mais il en est également originaire. On peut donc s’imprégner du moungouansisme sans être originaire de Moungouansi

Pour terminer je te dis :
tu’m tu bwès ku yôlo qui veut dire :nos échanges ne font que commencer

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Message par Muleb' Kongo » Mar 19 Juil, 05 3:41

Ma Mboto ma laka kuri benu banso !
Ma Mboth ma lakH kurh benh banso !

Me voici de retour comme promis.

1 - Merci à Djess pour les précisions qu'il a apportées : je ne m'adresse pas à un Djess ayant adopté Munguansi; je m'adresse au Djess de Munguansi, fils de Munguansi (cela relève peut-être du jeu, mais de telles subtilités, c'est aussi cela, le beembe).

2 - J'ai mis à jour mon précédent message, corrigeant au passage quelques coquilles. Vous pouvez le relire.

3 - Ma promesse d'hier concernait la traduction :

Je vous propose ici une autre traduction du texte de Charme.

De prime abord, je ne souhaitais pas traduire ce texte qui est la violente expression d’une sortie de tunnel après une rupture amoureuse. J’eus préféré « kiminu muH ku kweelh », mais pour l’effort fourni par Charme à le produire, j’y vais quand-même.

La traduction de ce texte requiert quelques explications liminaires, bien utiles pour le parcours interprétatif nécessaire au passage intégral du contenu sémantique du français au beembe.

« Toujours » : la notion de continuité est traduite par « nhya kiri kwe ». On se rappellera de « nhyiri kwe looko » et autres expressions du même type.

« Penser » : est employé ici au sens non pas de la pensée réflexive, la pensée pensante qui donnerait « ku tsima », mais au sens d’une représentation dans l’esprit ou dans l’imaginaire du sujet. Nous choisissons donc « ku mono », « voir», qui convient mieux pour exprimer cette notion de représentation.

« S’en sortir » : a été rendu par « sauver sa vie », « ku bvuuka ».

« Un au revoir » : il n’y a pas d’équivalent unique exact. Nous employons donc « ku peepe kooko » par référence au geste habituel qui chez les beembe accompagne toute expression servant à dire « au revoir ».

Toutes les notions abstraites de brisure, d’écroulement intérieur, sont reportées sur le cœur, « mutima ».

« Oh que non ! » : pourrait trouver plusieurs traductions ou plutôt plusieurs rendus. Nous avons retenu « mba ti maamh pele » en souvenir de l’impression que cette expression fit sur le traducteur la première fois qu’il l’entendit. Ce choix est donc parfaitement subjectif.

Pour la lecture :
• Le h est un « soupçon de h » à peine perceptible. Les locuteurs habituels du beembe sauront le rendre à l’oral, tandis que je recommande aux autres de simplement l’ignorer.
• Le H est différent du h par le fait qu’il établit entre la syllabe qui le porte et la suivante une liaison typique du beembe : la consonne qui suit le H n’est plus prononcée.
• Le h et le H sont normalement notés en exposant, mais je ne peux pas le faire sur ce forum.
• J’ai mis une ligne PRO qui est en fait une ligne de « lecture simplifiée » ou « lecture approximative ».


Voici la traduction, en notation beembe vocalisée (NBV).

JE RESPIRE TOUJOURS
NhYA KIRH KWE WUUMhNA
PRO : NIA KIRUE WUUMNA

Pensais tu que ma vie s’arrêterait le jour
Ye bu wa ba monh ti me kidziingu kia ketH ku tabhkH kiluumbh
PRO : YE BU WA BA MON TI ME KIDZIINGU KIA KETU TABHKILUUMB

Où tu as fuis et brisé mon Coeur ?
Ki wa ba yitikH kurh me na mutimh heembhkiri ?
PRO : KI WA BA YITIKUR ME NA MUTIM HEMBKIRI ?

Pensais tu que je ne m’en sortirais pas sans toi ?
Ye bu wa ba monh ti me nhyirh mbvukilH kwa helh ye ko ?
PRO : YE BU WA BA MON TI ME NYIR MVUKILWA HEL YE KO ?

Pensais tu que tu arrêterais mon monde avec un au revoir ? oh que non !
Ye bu wa ba monh ti wu peepa kookh me nsi yi fiiri ? Mba ti maamh pele !
PRO : YE BU WA BA MON TI WU PEEPA KOOK ME NSI YI FIIRI ? MBA TI MAAM PELE !

Pensais tu que je m’écroulerais à l’intérieur ?
Ye bu wa ba monh ti me mutimh bwee suthkiri ?
PRO : YE BU WA BA MON TI ME MUTIM BWEE SUTKIRI ?

Pas moi, je respire toujours
Ngo ka me ko, me nhya kirH kwe wuumhna
PRO : NGO KA ME KO, ME NIA KIRUE WUUMNA

Et mon coeur bat toujours
MutimH wa kirH kwe wuumhna
PRO : MUTIM WA KIRUE WUUMNA

Je ne ressens plus de peine
MpasH zidzo dza yekh dza wa
PRO : MPASIDZO DZA YEK DZA WA

Non, pas moi, je respire toujours
PelH ka me ko : nhya kirH kwe wuumhna
PRO : PELAME KO : NIA KIRUE WUUMNA

Et mon vieux coeur bat toujours
Mubeerh mutimh se wa kirH kwe wuumhna
PRO : MUBEER MUTIM SE WA KIRUE WUUMNA

Les larmes que j’ai versées ont séché
Mantsangsh ma nhya palsiri : ma yekh ma kana.
PRO : MANTSANGS MA NIA PALSIR MA YEK MA KANA

Tu es parti et j’ai survécu
Ye wa yekh wa yendH kwaaku, ngo me nhya kirH kwe wuumhna
PRO : YE WA YEK WA YENDWAKU, NGO ME NIA KIRUE WUUMNA

Je respire toujours
Nhya kirH kwe wuumhna
PRO : NIA KIRUE WUUMNA

Il y’a eu des moments ou cela me demandait toute mes forces
Mbeh na ma ntaangh marh ti bwaH ku lelilh pe
PRO : MBEE NA MA NTANG MAR TI BWAHALELIL PE

Pour simplement passer, oui passer une journée nouvelle
Mu mpish bu kia, mu mpish bu kia !
PRO : MU MPIS BU KIA, MU MPIS BU KIA

Il y’a eu des nuits ou j’ai bien cru mourir
Kwa ba na biri, bu yilana, lo bunh me nyekh fua.
PRO : KWA BA NA BIRI, BU YILANA, LO BUN ME NYEK FUA

Sans toi
Kwa helh ye!
PRO : KWA HEL YE

Mais les larmes que j’ai versées d’une certaine manière m’ont rendu forte, plus forte
Ngo mantsangsh ma nhya palsiri, ma mpeeh makwa ma lakh ma laka
PRO :NGO MANTSANGS MA NYA PALDIRI, MA MPEE MAKWA MA LAK MA LAKA

Pensais tu que je ne pourrais aller de l’avant ?
Ye bu wa ba monh ti me mbwesh kwe dia lunkulH ko ?
PRO : YE BU WA BA MON TI ME MBWES KWE DIA LUNKULO ?

Tu as essayé de me détruire
Tsishreh na ku bvukh me
PRO :TSISREH NA KU BVUK ME

Mais regarde qui est toujours là
Ngo mono, wu na wa telhmh ha
PRO : NGO MONO, WU NA WA TELM HA

Sans toi,
Kwa helh ye!
PRO : KWA HEL YE

Pensais tu que je m’écroulerais, que je me briserais à l’intérieur ?
Ye bu wa ba monh ti me mutimh ka burkana, sonhkini ?
PRO : YE BU WA BA MON TI ME MUTIM KA BURKANA, SONKINI ?


Et voici la traduction, en notation beembe classique (NBCL), plus proche des autres langues Koongo.
NYA KIRI KWE WUUMINA

Ye bu wa ba mono ti me kidziingu kia keti ku tabuka kiluumbu
Ki wa ba yitika kuri me na mutima heembikiri ?
Ye bu wa ba mono ti me nyiri mbvukila kwa hele ye ko ?
Ye bu wa ba mono ti wu peepa kooko me nsi yi fiiri ? Mba ti maama pele !
Ye bu wa ba mono ti me mutima bwee sutukiri ?
Ngo ka me ko, me nya kiri kwe wuumina
Mutima wa kiri kwe wuumina
Mpasi zidzo dza yeki dza wa
Pele ka me ko : nya kiri kwe wuumina
Mubeeru mutima se wa kiri kwe wuumina
Mantsangsa ma nya palsiri : ma yeki ma kana.
Ye wa yeki wa yende kwaaku, ngo me nya kiri kwe wuumina
Nya kiri kwe wuumina
Mberi na ma ntaangu mari ti bwa ku lelile pe
Mu mpisi bu kia, mu mpisi bu kia !
Kwa ba na biri, bu yilana, lo buni me nyeki fua.
Kwa hele ye!
Ngo mantsangsa ma nya palsiri, ma mpeeri makwa ma laka ma laka
Ye bu wa ba mono ti me mbwese kwe dia lunkula ko ?
Tsisirenu na ku bvuka me
Ngo mono, wu na wa teleme ha
Kwa hel ye!
Ye bu wa ba mono ti me mutima ka burkana, sonikini ?


Djess dia ku Munguansi et vous CHARME, voilà donc la traduction que je vous avais promise. Elle peut encore donner lieu à des discussions, et je reste évidemment ouvert aux différents apports et critiques.

Je me permettrai avec la permission de CHARME de conserver son texte dans mon thésaurus : ba ntsusu ba mwe mu misiinga.
Dernière édition par Muleb' Kongo le Ven 22 Juil, 05 6:35, édité 1 fois.
Muleb' Kongo
Doyen du forum
 
Message(s) : 907
Inscription : Lun 09 Mai, 05 12:16

Message par CHARME » Jeu 21 Juil, 05 9:08

Ma mboth meenu,
Honorables,
Djess dia moungouansi et
Muleb' Kongo

J'ai de quoi faire. Il me faudra quelques lectures soutenues pour prendre la mesure de l'ensemble des données...
Dernière édition par CHARME le Jeu 21 Juil, 05 10:14, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
CHARME
Doyen du forum
 
Message(s) : 774
Inscription : Jeu 01 Jan, 70 2:00
Localisation : mu nsi ya paladiso

Suivant

Retour vers Autres langues congolaises

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : tstuartollie et 0 invité(s)