Marien Ngouabi et éthique

Débats sur le Congo, réflexions sur ce qui s'y passe, sur son avenir, la recherche de solutions.

Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mar 13 Mai, 08 11:35

Il est sans doute trop tôt de faire l'histoire objective du Congo moderne sans buter sur les partis pris, tant est-il que les bénéficiaires et les victimes se côtoient encore. Je le sais. Mais je ne peux m'empêcher de m'inquiéter de la surenchère sur le personnage de Marien N'Gouabi que beaucoup essaient de nous vendre.
En 1972, le fils unique de maman Mboualé alors président de la république, autoproclamé bien sûr, fait une visite dans la Chine de Mao d'où (comme Mobutu, Sékou Touré, Eyadema et la plupart de ses congénères la même année) il reviendra avec la manuel du parfait dictateur. Et en chapitre premier figure le culte de la personnalité. Avec l'aide de certains collaborateurs fraichement rentrés de Moscou et pour qui la propagande n'avait plus de secret, le natif d'Ombélé va enclencher une redoutable machine de louanges, masquant un régime aux aboies: tribalisation (c'est l'arrivée des Ebaka, Ondoko, Okongo, Mouambenga, Tsomambé, Ibata, Yhombi, Okabé... tous Koyo/Makoua agrémentés de quelques mbochis, aux firmaments de la république) élevant l'incompétence et le népotisme comme rigueur morale, le crime comme constitution, le discours fleuves à la place de l'évaluation des politiques publiques.

Ce qui est encore plus terrible dans l'affaire, c'est que des gamins de l'époque ayant bu jusqu'à la lie cette propagande à deux balles, n'ont jamais réussi à s'en dessoûler, malgré la maturité qu'ils ont acquis par l'âge et l'école (problème de l'école de Marien aussi, qui forme des diplômés sans intelligence). Ce sont encore des bouteilles de jus offerts à la victoire des diables rouges à la CAN, des récits d'un homme discutant avec des paysannes ou raccompagnant des malafoutiers dans sa propre voiture qui font un bilan politique de 9 ans, ou encore un président qui va assister à des cours de physiques donnés par un cousin comme preuve de son intelligence de gestion du pays, et non, comme il se doit, un regard analytique sur les finances publiques, l'éducation, la santé, la cohésion nationale etc... Et sur ce plan, le bilan de Marien Ngouabi est horriblement catastrophique.
Finalement évincé du pouvoir par un moyen que lui même avait inventé, il laissera un pays plus que jamais appauvri, divisé, aux mains d'une classe d'incapables qu'il s'était attelé à mettre en place. Mais surtout une philosophie politique qui consiste en des arrestations arbitraires, la police politique (sécurité d'Etat) en place de justice, et l'exposition des opposants dans des stades avant ou après leurs assassinats. Exactement ce dont se plaignent les membres du club "Marien Ngouabi et éthique". Il faut savoir ce que l'on veut. Quand on se dit stalinien, on est pour les goulags, quand on se veut hitlérien on est pour la suprématie de la race blanche. Quand on se veut ngouabiste, il faut accepter d'être enlevé chez soi vers la sécurité d'Etat pour une suite non maîtrisée si non que par les maîtres du pays dont la volontés et les caprices deviennent lois. Mais on ne peut pas se dire démocrate et adepte de l'Etat de droit, en ayant pour repère un Ngouabi qui n'en a jamais eu la moindre considération. Car en effet, Marien Ngouabi et éthique, ça fait deux!
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Hannibal » Mar 13 Mai, 08 12:10

kamit a écrit : Car en effet, Marien Ngouabi et éthique, ça fait deux!


Oh, mon Frère,

Peut-être, sans jeu de mots, que le bloc des démocrates circonstanciels sous la houlette de Lekoundzou, parlent eux, d'éthique révolutionnaire , qui sait ?

De toutes les manières, pendant le mono, il suffisait de d'accoler l'épithète "révolutionnaire" à tout concept pour faire sens. Ne confondent-ils pas les époques ?

Regardez à ce lien comment Sassou à transformer ses ministres en musiciens en grioo, piètres flagorneurs politiciens à sa gloire, avec Médard Milandou en chef de cérémonie pour égayer le dictateur. C'est pathétique !

Lien : http://www.youtube.com/watch?v=0hInTfkzMp4
C'est même pire qu'au temps des pères fondateurs...
Avatar de l’utilisateur
Hannibal
Veterran
 
Message(s) : 3026
Inscription : Sam 29 Nov, 03 2:59

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Djess dia moungouansi » Mar 13 Mai, 08 2:59

Salut Kamit,

Relativisons les choses. M.Ngouabi n’est peut être pas le meilleur Président que le Congo ait connu depuis l’indépendance, mais on peut reconnaître une chose, cet homme aimait son pays.

Rappelez- vous, d’après la commission « assassinats » de la CNS dirigée par Massenat, les assassins du Commandant avaient décidé de le liquider parce qu’il avait décidé de se rapprocher de l’ancien Président Massambat Débat pour sa sagesse et qu’il envisageait même de le nommer Premier Ministre.

http://www.congovision.com/forum/enigme_brazza.html

Pour moi, aimer son pays, c’est reconnaître à un moment donné l’étendue du désastre et de mesurer le nombre de problèmes qui s’imposent à son pays. Mais surtout de chercher au sein même du pays les leviers et les ressources nécessaires pour sortir le pays du mauvais pas. On n’a pas toujours besoin de l’expertise étrangère qui connaît mal le pays et qui peut mal évaluer la situation. Des prédateurs comme Pigasse et autres troubadours ne sont là que pour s’enrichir sur le dos du contribuable congolais.

Quant à la propagande qu’il semblait apprécier, je ne pense pas que çà l’aurait empêché à développer son pays. Bien évidemment elle est incompatible aux principes élémentaires de la démocratie, mais le contexte international était de nature à lui faire bénéficier certaines circonstances atténuantes.

Le Congo était certes moins riche que maintenant, mais le pillage des ressources qui est devenu le sport préféré des Sassou, était moins à la mode. A travers les campagnes « d’épuration » et « de radicalisation », ceux qui détournaient les deniers publics se retrouvaient souvent en prison, alors que sous Sassou, ils sont récompensés et nommés à des postes de responsabilités. Et les vertueux sont tout bonnement mis à la porte.


Kamit a écrit
Quand on se veut ngouabiste, il faut accepter d'être enlevé chez soi vers la sécurité d'Etat pour une suite non maîtrisée si non que par les maîtres du pays dont la volontés et les caprices deviennent lois. Mais on ne peut pas se dire démocrate et adepte de l'Etat de droit, en ayant pour repère un Ngouabi qui n'en a jamais eu la moindre considération.


C’est vrai, son règne n’était pas une promenade de santé, mais soyons indulgents car il y a pire.

Djess
Djess dia moungouansi
Veterran
 
Message(s) : 1396
Inscription : Sam 29 Mars, 03 10:08
Localisation : Levallois-Perret

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Blaise » Mar 13 Mai, 08 3:50

Kamit,

Peux-tu me dire quel âge tu avais et où tu résidais pendant le règne de Marien NGOUABI ?

Pour nous qui avions vécu cette époque à Brazzaville, je peux te dire que jamais le citoyen congolais de base n'a été aussi libre au Congo que sous Marien NGOUABI si j'exclus l'époque de YOULOU que j'ai pas connue personnellement (j'avais 3 ans quand YOULOU est tombé).

Parlons des choses que nous connaissons.


Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mar 13 Mai, 08 4:18

Cher Djess,

Je ne me ferai pas (plus?) avoir par les conjonctures du moment qui nous aveuglent trop souvent.
"Aimer son pays" (comme allez suivre des cours de physique d'ailleurs) n'est pas une unité de mesure de l'action politique. Tout le monde aime son pays. Sassou Nguesso, Bongo, Staline, Pol Pot, ils aim(ai)ent tous leur pays. Je ne vois vaiment pas ce que ce genre de considérations impossible à mesurer viennent faire dans une analyse politique ou historique.
Vouloir nommer Massamba Debat (et ce qui n'est resté qu'une rumeur d'ailleurs) qui n'était pas un saint, si non du même acabit en terme de mépris de l'Etat de droit, ne constitue pas non plus la preuve d'un génie politique. Si non Sassou qui a fait de Ndalla qu'il avait jadis condamné à mort, son conseiller spécial, est une douceur épris de bonté, de capacité à privilégier l'intérêt supérieur de la nation etc... Mitterand aurait du nommer l'abbé Pierre 1er ministre pour être vrai socialiste alors... Soyons sérieux. Un bilan n'est pas un sentiment ou l'intention de nomination d'un individu.
Ce que je dis est que justement, lorsqu'on parle de Ngouabi, la raison semble nous échapper. On demande: Ngouabi a fait quoi de bon? Réponse: Il se promenait seul dans la voiture! Vraiment n'importe quoi.
Qui, à propos, est allé en prison parce qu'il volait sous Ngouabi? La seule fois que c'est arrivé dans l'histoire du Congo, c'est Youlou qui le fit emprisonné un ministre pour détournement de fonds, puis Milongo, un ancien ministre: Lékoundzou justement. En 1972 durant la conférence nationale du PCT lorsque Ngouabi se plaint lui même de l'enrichissement illicite des cadres de son parti, qui est allé en prison? Qui a rendu quoi que ce soit? Tu connais l'affaire des 23 milliards du premier Boom pétrolier, qui a vu Lopès être récompensé en passant premier ministre? Avec quels deniers, Ngouabi qui n'avait pas de maison avant d'être chef de l'Etat, a t-il acquis la résidence en face de l'UCB (surnommée "Pékin), et l'immeuble près de l'ex-trésor, juste en face de celui de Youlou? Que dire de l'appartement en France dont il fallait détourner les frais d'acquisition dans l'aide au développement (dixit Foccart)? Le sergent Ngolo Damase, qui est passé officier et chef de la direction politique à l'armée pour avoir simplement opposé résistance à Kinganga à la radio, c'était sous qui? Quelle entreprise Auxence Ikonga n'a t-il pas mis à terre, avant que Ngouabi ne lui en confit une autre? Et le marmiton Ngakala élevé officier. Aujourd'hui il a un magasin privé qui vend des tenus militaires. C'est lui Marien qui a rendu l'armée mercantile, politique, lui retirant tout son rôle et son prestige.

Au contraire de toi, je dirai que Sassou Nguesso bénéficie de circonstances atténuantes, puisqu'il peut prétexter ne pas simplement arriver à redresser un système qu'il a trouvé pourri. Mais pas Ngouabi qui justement l'a pourri, systématiquement avec une hargne combative. Presque aucune construction d'école sous Marien Ngouabi alors que la démographie allait galopante. La solution qu'il a trouvé est de créer deux vagues. Il a mis fin à l'industrialisation du pays, dès qu'il a vu le pétrole: il n'y avait qu'à puiser. Sassou encore laisse les Kignoumbi vivant, Marien tuait jusqu'aux musiciens (Boukaka). Il n'y a pas d'époque qui l'exigeait. Il faut savoir condamner les choses avec raison et intransigeance universelles. N'essaie pas de te convaincre qu'au temps de Ngouabi on trouvait normal qu'il n'y ait pas d'élection, que la justice soit aux ordres de l'armée, ou que les écoliers ailleurs chanter les louanges du président. Ce n'était pas normal à l'époque: y'avait des opposants, des résistants, dont le discours était point pour point celui d'aujourd'hui.
Ne vient pas me sortir que Ngouabi a developpé. Il a développé quoi? Allons y concrètement: quel secteur il a trouvé moribond qu'il aurait développé? Sauf la propagande.

Mais ce qui est encore plus risible et qui a justifié mon intervention, c'est que l'on nous sorte un mouvement qui en fait le maitre à penser et qui combat pour le ngouabisme. Je suis d'ailleurs certain que le sieur arrêté, sortira de là vivant et que même s'il était torturé, ça ne se verra pas sur son corps. Que fut-il advenu de lui au temps de Marien? Ca serait déjà la veillée.
Quand eux ils disent "Marien Ngouabi et ethique", en fait ils pensent à quoi comme éthique?

Non, franchement, je suis un démocrate, et j'accepte que chacun vive avec ses idées, et les défende. Alors, que ce type arrêté soit torturé, massacré, zigouillé sans procès ni rien, je respecte son choix de vivre et de mourir selon les préceptes enseignés par Marien Ngouabi son maitre à penser. Qu'on aille même trainer son corps au stade Massamba Débat (si bien nommé) et vous verrez que son cadavre va jouir de tant de ngouabisme.

N'importe quoi. Un parti ngouabiste. En attendant le pinochisme...
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mar 13 Mai, 08 4:38

Malheureusement mon cher grand frère Blaise, ce n'est ni ton expérience ni la mienne qui font foi dans l'analyse politique. On te dit que le pouvoir d'achat a perdu 3% en 1 an et tu dis que tu n'as jamais eu un si grand salaire depuis que Sarkozy est là. Non, ca ne se passe pas comme ça yaya. Ce sont les chiffres contre les chiffres, analyses contre analyses. En outre, l'histoire est un héritage commun. Pas la mémoire vive de ceux qui était là. Il faut lire, vieux. L'argument de "tu avais quel âge" est celui de ceux qui n'ouvrent jamais un bouquin. Donc Sarkozy est trop mal placé pour parler des réformes de la 5è république, ou encore Montebourg des risques de retomber dans la 4è (alors qu'il n'était pas né pour la connaitre).
Toutefois, s'il faut faire appel à cette mémoire, je te rappelle que pour quitter Brazzaville il fallait présenter une carte d'identité (notamment au pont du Djoué ou c'était systématique) et se faire fouiller. On ne pouvait pas sortir la nuit sans rencontrer une cohorte de miliciens dont les coups de fouets (ceinturon) sont restés légendaires pour qui aurait eut la mauvaise idée d'oublier ses papiers. C'est d'ailleurs sous Sassou que ça s'est transformé en unité de contrôle des mineurs. Les nombreux couvre-feux, les déclarations enflammées menaçant chaque jour les ennemis invisibles de la révolution, donc tout le monde. Alors tu peux parler du tocard de base, mais celui là il sera toujours libre même en taule, pas du citoyen de base. Le Congo a connu deux période de liberté (civile, presse, démocratie, affaires... tout) c'est sous Milongo et sous Youlou. 50 mois au total. C'est tout.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Blaise » Mar 13 Mai, 08 6:45

Kamit,
Tu sais très bien que je n'aime pas trop cet espace. Mais quand il s'agit de défendre Ngouabi, je peux faire une exception.

Vous parlez des choses que vous ne connaissez pas.

C'est vrai que les contrôles de milice (une milice d'Etat) étaient incessants lorsqu'on se promenait le soir. Mais quand tu étais majeur et que tu avais une pièce d'identité on te laissait poursuivre ton chemin sans aucun souci. Le système servait surtout à traquer les mineurs. Et quand tu étais avec une petite copine mineure elle était embarquée au poste de police. Cela est parfaitement normal mon gars. La journée et jusqu'à 22heures ta petite mineure ne craignait rien. Mais au dela de 22 heures un ou une mineure n'avait rien à faire dans la rue sauf lorsqu'il (elle) était accompagné d'un parent.

Laisse moi aussi te dire que la présentation d'une simple carte scolaire suffisait pour que les miliciens te foutent la paix. A l'époque de NGOUABI les élèves et les étudiants étaient respectés pour ne pas dire craints par les miliciens. D'ailleurs un milicien ne pouvait pas mettre les pieds dans un campus universitaire. Même pas un policier ou un militaire ! L'accès leur était formellement interdit.

A l'époque de NGOUABI, l'étudiant était sacré. L'élève respecté tout comme le citoyen ordinaire. C'est pour cela qu'il y faisait bon vivre. Mais c'est vrai aussi que le système était impitoyable avec les voyous. Je sais de quoi je parle pour avoir séjourné plusieurs fois au PSP (Poste de Sécurité public) de la rue mbochis, au PSP de poto-Poto et à celui de OUENZE aux cotés de mes amis yankees.

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Cne Ngatse » Mar 13 Mai, 08 9:06

Messieurs,
Il y a des extrémismes souvent refoulés qui rejaillissent lorsque l'on lâche un tant soit peu la vigilance pour canaliser ses propres instincts. Veuillez noter tant que vous êtes dans les comparaisons, qu'un certain Jacques Chirac a eu des adeptes d'une certaine idéologie chiraquiste; qu'un Jean Marie Lepen a ses idéologues lépénistes que le mittérandisme existe. Ne suffit-il pas, pour développer un courant de pensée, de présenter ses idées de façons cohérentes et d'avoir des adhérents? Les élèves peuvent reprendre les idées des maîtres vivants ou morts. Le problème n'est pas de faire un autre procès à Marien Ngouabi qui, qu'on le veuille ou pas, n'a pas fait pire que TOUS ceux qui l'on succédé. Le moins que l'on aurait pu attendre de l'association Marien Ngouabi et Ethique, est une présentation, ne serait-ce que des grandes lignes de cette éthique. Profiter d'un questionnement somme toute légitime pour bondir sur l'occasion pour étaler ses atavismes refoulés ou enfouis sous des couches d'un vernis aux relents panafricanistes ne mènent qu'à la mise à nue de ce que l'on s'évertuait tant à dissimuler.
Les vrais ngouabistes ne se reconnaissent pas dans des associations qui utilisent le nom de Marien de façon péremptoire. Les vrais ngouabistes s'élèvent contre la banalisation du nom de Marien.
Cne Ngatse
 
Message(s) : 66
Inscription : Dim 13 Nov, 05 12:49
Localisation : New Orleans

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mar 13 Mai, 08 10:37

Mr Ngatsé, je suis effectivement un extrémiste contre l'incompétence et les fondateurs de républiques bananières comme Ngouabi. Du reste, je n'ai que foutre de vos attaques aux gros mots mal maîtrisés qui n'ont pour rôle que de masquer une pauvreté argumentaire si non votre propre bouillonnement tribal parce qu'on aurait touché à un des vôtres. Vous devez être un de ces vrais ngouabistes dont l'idéoligie est tenue secrète (sic! des anzimba ou quoi?) car comme lui, l'art de la rhétorique vous est étranger: quand on ne saisit pas, on tue. Pourtant la question posée dans ce thread est simple: "quelle éthique prête t-on à Marien Ngouabi?". Vous avez des arguments, ou vous n'en avez pas. C'est tout. Seul un extrémiste d'ailleurs adhère sans être capable d'expliquer.

Blaise,
Sous Staline les paysans étaient choyés. Les homos dans la première période d'Hitler. Les marins chez Pinochet etc... Ce n'est pas cela le débat, mais qu'est ce que le ngouabisme? Ce type de l'association M.NG et Ethique, arrêté par des méthodes ... hein, n'était pas un étudiant mais un homme politique. Donc ce qu'il recherchait n'est pas l'amour et respect envers les étudiants, mais le traitement dont Ngouabi se serait rendu digne selon sa philosophe. On ne peut se mettre à choisir de dire que Ngouabi aimait sa mère, qu'il jouait bien au basket... bref, ce n'est pas cela un bilan politique dont on peut se targuer pour héritage. En tout cas ce n'est pas mon sujet. On ne parle que de bilan politique, d'héritage socio-financier, et d'idéologie. Je n'attends les arguments que là.
Puis, on ne devient pas bon parce que les autres sont aussi mauvais. Finalement ce débat rejoint le dernier que j'ai eu ici, à savoir que le peuple dans sa grande majorité, lorsqu'il baigne dans tant de médiocrité, finit par la trouver normale. Et c'est ce qui tue notre pays: le nivèlement vers le bas.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Blaise » Mer 14 Mai, 08 4:02

Kamit,

Je n'avais pas compris que dans ton sujet, il y avait une allusion à l'association Marien NGOUABI.

Je ne suis point membre de cette association dont j'ai appris l'existence depuis peu de temps.

Je ne me reconnais pas non plus dans les idées de Marien NGOUABI mais j'appréciais l'homme. Et je crois très sincèrement que Marien NGOUABI a été très mal compris des congolais. Tout comme le musicien Franco LUAMBO MAKIADI a été incompris des congolais. Alors, j'ai souvent usé de l'internet pour tenter d'expliquer aux Congolais qui étaient réllement ces deux personnes au dela des clichés qu'on leur colle à la peau jusqu'à la carricature parfois.

NGOUABI est de très loin le meilleur Président que le Congo a eu jusqu'à présent.

Tu veux un bilan ? NGOUABI a donné au Congo le meilleur bilan qui soit. C'est lui qui a hissé le Congo au rang de pays le plus scolarisé d'Afrique noire (et peut être même de l'Afrique tout simplement). C'est sous NGOUABI que le taux de scolarisation au Congo a dépassé les 80%. Et avec quelle qualité d'enseignement ! Le tout gratuitement.

Je rappelle souvent aux congolais que élève, NGOUABI (fils unique) traversait le fleuve kouyou à la nage pour se rendre à l'école. Devenu Président, il n'a certes construit aucun pont au Congo (ce que les congolais lui reprochent). Il a cependant construit des écoles dans tous les villages du Congo. Nous sommes la génération NGOUABI que vous le vouliez ou pas. Mon père ouvrier n'aurait jamais pu envoyer 14 enfants à l'Ecole et en sortir 3 docteurs (dont une fille). C'est le système NGOUABI qui l'a permis. Et ma famille n'est pas une exception au Congo. Chaque parcelle de Talangaï (un des quartiers les plus pauvres du Congo) a sorti un BAC+5 ! C'est grace au système NGOUABI qui donnait accès à une éducation de qualité à n'importe quel congolais. Il y a très peu de président de pays du tiers monde qui peuvent se targuer d'un tel bilan.

A nous devenus ingénieurs en pont et chaussées de construire les ponts. Si on ne le fait pas, c'est pas par la faute de NGOUABI. Les diplômes nous les avons, les connaissances nous les avons. NGOUABI est l'un des rares chefs d'Etats du tiers monde à avoir su attaquer le sous développement par le bon bout c'est à dire l'EDUCATION.

Ce que SASSOU est entrain de démolir complètement aujourd'hui. Je sais, vous allez me dire que c'est NGOUABI qui a fabriqué SASSOU. Mais je ne rentre point dans ce type d'agumentaire typiquement congolais.

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mer 14 Mai, 08 5:51

Comment fais tu pour ne pas aimer les idées chez un homme, mais la pratique?
Si Ngouabi avait pris le bon bout, on y serait arrivé aujourd'hui. Lis un peu ce que je que dis sur les demi mesures (sujet hôpital d'Oyo). On ne peut pas former les gens, en fermant les usines et en empêchant le développement du capitalisme. Ca ne sert à rien! Aujourd'hui encore le congolais est incapable d'entreprendre attendant tout du pétrole et de l'Etat, parce que Ngouabi lui a appris comme ça. L'accès aux études pour tous est acquis depuis la fin de la colonisation (1954, loi cadre). NGouabi n'y est pour rien. L'université qui porte son nom a été instituée par décret en 1961, c'est d'ailleurs pour cette seule raison que Pascal Lissouba accepte de rentrer au pays (Lire "Pascal Lissouba in "Congo : les fruits de la passion partagée", Ed. Odilon-Media Paris 1997). Tout ce que Ngouabi a apporté au système éducatif c'est "l'école agréable", les chants patriotiques, son nom comme héros national, un échec au bac de plus en plus croissant, l'émulation par la discipline politique (MNP et UJSC sont devenus plus que des examens). Tu ne vas pas comparer un CEPE de l'époque coloniale ou immédiatement poste colonial, à un autre de l'époque de Ngouabi. Mal formés, c'était du bourrage de classe. Lui qui formait tant et si bien selon toi, en 1975 il vire les coopérants sans aucun plan de substitution, et se voit contraint de prendre des étudiants et de les nommer professeurs de lycée de catégorie A. Il n'y avait que 6 ou 7 lycées au Congo pourtant. Nzila, l'ancien ministre de l'enseignement supérieur aujourd'hui député est de cette caste de professeurs à la sauce Ngouabi. Des dizaines de greffiers, policiers, anciens gendarmes sont nommés magistrats l'année d'après sans aucune formation complémentaire. Le seul président au Congo qui a tenu à nommer à chaque poste un homme diplômé correspondant, c'est Pascal Lissouba. La fraude scolaire s'était répandue à un point si ahurissant que Yhombi dès son arrivée dû annuler l'épreuve du BEMG suivant.
Tu connais très mal Marien Ngouabi toi. Son slogan pour ce qui concerne les études était "Rouge d'abord, expert ensuite!"
C'est toujours à lui qu'on doit le fameux "ebonga ebonga te, toujours meilleurs".
Ngouabi et éthique. N'importe quoi. C'était un fou furieux qui pour démolir le Congo, un bulldozer ne l'atteint pas à la cheville.

Dès fois, j'ai vraiment honte d'être de ce pays.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Blaise » Mer 14 Mai, 08 6:10

Kamit,

J'ai fait mes études au Congo sous NGOUABI (du CP à la classe de 4ème).

Je suis très mauvais en grammaire française, ça c'est sûr. Mais pour le reste je n'ai eu aucune difficulté à faire un DEA (mention BIEN) puis un Doctorat (mention très honorable avec félicitations du Jury) en France.

Comme pratiquement 70% des congolais de ma génération qui ont poursuivi comme moi leurs études en France. C'est la preuve que notre niveau de base était TRES BON ! On était même meilleur que les français.

Je suis de la génération des ASSOUNGA au Congo. As-tu entendu parler d'ASSOUNGA. On disait de lui que c'était un génie. Quelqu'un m'a dit qu'il serait à présent installé au ETATS UNIS. Et pourtant, il a fait l'INSA à Brazzaville cette réputée Sciences de médécine initiée au Congo par NGOUABI.

Et Alain MABANCKOU qui écrit le français comme RABELAIS. Il a 3 ans de moins que moi. Cela signifie qu'il a fait toute son école primaire sous NGOUABI !!!!

C'est quoi alors ton école de NGOUABI qui nous aurait appris que des slogans révolutionnaires ?

Tu vois ? Encore des idées reçues. Rien que des idées reçues, pour ne pas dire erreur flagrante d'analyse.

C'est ça la génération NGOUABI. Nous sommes la génération NGOUABI. La meilleure que le Congo n'ait jamais eue. On brille pas au Congo certes mais on brille à l'étranger (qui peut le plus peut le moins). Tant pis si le Congo n'est pas capable d'utiliser toutes ses ressources que NGOUABI a formé. En tout cas, nous on va là où on nous appelle et sans aucun regret. Crois tu qu'Alain MABANCKOU regrette d'être à Los ANGELES ? Il a été formé au Congo Alain MABANCKOU et il y en a des milliers comme ça.

C'est la preuve de la qualité de l'enseignement que nous avons reçu au Congo et durant NGOUABI s'il te plait (en ce qui concerne l'Ecole élémentaire qui est la base de tout) !

Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mer 14 Mai, 08 6:34

Y'en a combien des Mabankou, comme jadis il eut un foisonnement de U'Tamsi, Jean Malonga, Sony, Pindi, Menga, Bounzéki etc... faisant du Congo le pays ayant le plus d'écrivains au monde par tête d'habitants? Combien de ces docteurs qui ont leurs bases sous Ngouabi (l'école agréable) savent se défendre dans la vie, comme le furent les Pascal Lissouba, Obenga, Lopès et bien d'autres réussissant à l'étranger? Tu e vois pas qu'il y'a un trou? Il sont là avec des doctorats depuis 20 ans à trainer dans boulots subalternes en Europe. La base fut ratée. C'ets cette génératin qui devrait être au pouvoir aujourd'hui au pays. Mais elle est incapable de faire quoi que ce soit. c'est la plus maudite des générations. On va sans doute passer des nés avant 1955 au nés après 1975 pour reprendre le rennes du pays. Au milieu il n'y a rien. Des têtes vides. Les faits marquants d'un écoliers sous Ngouabi ne sont pas les expériences scientifiques en plein air avec le prof, comme me le raconte mon père de son temps, mais aller accueillir le président à l'aéroport, l'accueillir à l'hotel de ville pour un discours, l'accompagner ici ou là, avec champs et je ne sais quoi. Pas étonnant que ta génération constitue le gros lots des griots de la nouvelle espérance: ils ont été élevé à ça. Tu croyais que c'est par hasard?
Mais enfin, ouvre les yeux!
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Blaise » Mer 14 Mai, 08 7:18

Kamit,

Avec ce genre de comparaison, je peux aussi te demander combien de congolais enseignaient en France dans les années 70 ? Vu qu'aujourd'hui 50% des diplômés congolais de France sont profs dans des Collèges, Lycées et universités français. Est ce dire que le niveau intellectuels des congolais est supérieur aujourd'hui ?

J'ai plein de potes congolais qui sont profs dans des Universités françaises. D'ailleurs mon beau frère Blaise TCHIKAYA a même publié le QUE SAIS-JE ? sur le Droit des communications (pub !!!!!!!!!!!!!!!!).

Alors tu vois ? Note aussi pour ta gouverne que les Jean MALONGA, les Tchikaya U'TAMSI ont été formés par l'école coloniale !!!!!!!

Ce sont les blancs qui les ont formés (tu croyais peut être que c'était YOULOU ou MLASSAMBA DEBAT ? )

Or les MABANCKOU, les ASSOUNGA, les Blaise TCHIKAYA (plus jeune que moi) ont été formés à une école 100% congolaise. Et nous arrivons à rivaliser néanmoins avec ceux sortis de la SORBONNE ou de HAWARD !!!

Blaise TCHIKAYA prof d'Université venait de rentrer également au barreau de Paris.

C'est là que vous vous trompés dans le jugement de NGOUABI. NGOUABI a véritablement formé en mettant au Congo un système éducatif performant et en même temps populaire et gratuit. Certes NGOUABI a dû faire appel aux volontaires de l'enseignement. Mais c'était pour faire face à l'urgence. Les écoles naissaient vite mais il n'y avait pas d'enseignant formés. D'où la création de L'ENI (Ecole Nationale des Instituteurs) puis de la très performante INSSED (Institut National des Sciences de l'Education).

Dès la 4ème, j'ai commencé a être enseigné par des profs congolais qui sortaient de l'INSSED. Et au Lycée beaucoup de mes profs étaient congolais. Ils sortaient de l'INSSED. Il fallait 4 ans (après le BAC) pour les profs de Lycée et 2 ans (après le BAC) pour les profs de Collège.

Avant NGOUABI 60% des profs de collège et Lycées au Congo étaient blancs !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mais ça personne ne vous le dit. Surtout pas les fameux supporters des MASSAMBA DEBAT et de YOULOU. Voila LE GRAND DEFI que NGOUABI a réussi brillamment au Congo. Il faut être congolais pour lui cracher à la figure.

Le congolais ne comprendra jamais rien !

Comment voulez vous vous en sortir un jour, si vous n'êtes pas capables de comprendre ça ?


Blaise
Blaise
Veterran
 
Message(s) : 5933
Inscription : Dim 07 Avr, 02 10:46
Localisation : Val-de-Marne

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par LOUPEPA » Mer 14 Mai, 08 8:35

Bonjour à tous ! Congopage s'est refait une beauté. Bravo Richard !

Slt Blaise , Gnoka , Zenga Mambu , Hannibal et cie , ma dernière intervention sur ce forum remonte à plus d'une année. Je suis entrain de me remettre dans le bain tout doucement en lisant les derniers messages des uns et des des autres.
Blaise , est-il vrai que nous les soixantards ( nés dans les années 60 ) passions notre temps à Maya-Maya pour accueillir les hôtes de Ngouabi au lieu d'être en cours dans nos bahuts respectifs? Quelle insinuation ! Défends -nous , Blaise ! Je te fais confiance.

Loupepa revient après plusieurs mois d'éclipse !
LOUPEPA
 
Message(s) : 43
Inscription : Mer 14 Mai, 08 7:51

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Mer 14 Mai, 08 10:12

Blaise,
Fais un peu attention quand tu lis, ça évite les mal entendus. J'ai parlé de l'école coloniale et immédiatement post-coloniale. Donc les Jean Malonga y ont leur place. Je ne suis pas supporter de Youlou ou Massamba. La ça devient bas de me prêter des intentions pareils (pourquoi ces deux là?) Je ne me sens pas obligé comme certains, de choisir entre la peste et le choléras. Je suis un perfectionniste et c'est le meilleur des meilleurs que je veux, pas le moins mauvais.

Les fruits d'un bon système éducatif ne peuvent se cacher puisque les preuves sont la façon dont ses ressortissants brillent. Dans les années 60 et 70 le Congo (parmis les adultes) c'était quelque chose, avant d'être lâché par le Sénégal. Aujourd'hui Mabankou apparait comme le seul habitant du Congo. Depuis les années 80 le Cameroun a pris la tête. Dans ton pays c'est avec le bac camerounais qu'on s'entraîne. Si tu as 8 sur 20 au bac blanc (copie du camerounais de l'année antérieure), tu peux être rassuré de décrocher ton rouge! Il y'a un rapport de l'association de Doggad Dogoui à ce sujet qui est passionnant. Il cite les diplomes par pays en France depuis 1970, les postes prestigieux, médiatiques, les publications littéraires (en nombre et en quantité de livres vendus), art, sciences (surtout là, laisse seulement) etc... Je te le mets en ligne si te le retrouve. Que de pitié pour le pays de Marien, alors que le nombre d'immigrés est supérieur au Cameroun qui est en tête.

J'ai beaucoup de respect (et je l'ai déjà dit) pour Antoine Nzinga Oba, le meilleur ministre de l'enseignement que le Congo ait connu, car le seul à avoir conçu un système éducatif nationalisé, du primaire au lycée. Personne depuis n'y a changé un iota tellement son travail fut titanesque. Certes il a débuté au temps de Ngouabi à l'INRAP, mais "la lecture au CP1" sort en 1977, je n'attribuerai jamais cela à Ngouabi. Puisque je sais comment ce derbier avait forcé Nzinga Oba pour qu'il y insère un enseignement "révolutionnaire". La première lecture devait être "manou salut le drapeau rouge" ou quelque chose comme ça. Encore une fois Merci Antoine.
L'ENI fut créé il y'a très longtemps Blaise. Mon grand père en est sorti bien avant la naissance de Ngouabi. Quant à l'INSSED il a été créé (sous Ngouabi certes) comme école inter-état pour former les enseignants de toute l'Afrique centrale, un rôle dévolu au Congo depuis l'AEF.

Ce que je ne comprends pas, c'est que dans toute l'Europe de l'Est où Ngouabi a copié son modèle d'enfants pionniers, on critique l'école politique et caporalisée du communisme. Partout, de Russie jusqu'en Croatie. Et, parce qu'ils savent se remettre en cause, l'Europe de l'Est est entrain de réussir sa transition sur tous les plans. Ce sont des économies libérales aujourd'hui, de plus en plus fortes et concurrentielles. Au Congo tu vénères Ngouabi qui t'a formé, et bien tu es toujours parmi les plus pauvres du monde. Pourtant tu discutes et tu dis que ça va, c'était bien. A ne rien comprendre de ce que vous voulez. La propagande ou leur transformation concrète de la vie de tous les jours?

Quand Ngouabi a touché les sous du premier boom pétrolier (23 milliards et immédiatement 2 ont été distribué entre potes) il a tenu un discours (c'était en 1971) pour jurer que le Congo n'aura plus de chômeurs en 5 ans. Non seulement le chiffre du chômage avaient grimpé (évidemment, en dehors de la Coraf, don d'Elf, il n'avait rien créé comme emploi), mais de 1974 à 1975, le budget est passé de 24 milliards à 48 milliards. Marien à l'hotel de ville justifie son retard par sa phrase fétiche: "la crise qui nous cisaille"! Voleur éhonté ou mauvais gestionnaire patenté?
En même temps, à l'Est chez ses maitres à penser, le chômage avait disparu depuis longtemps et sans pétrole. Quand à l'éducation, il n'y a même pas photo avec le Congo: en nombre, qualité, efficacité (résultats de leurs chercheurs par exemple). Mais là bas, personne n'est assez fou pour essayer de vous vendre Staline, Ceaucescu ou même Brejnev.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par LOUPEPA » Mer 14 Mai, 08 10:23

Kamit a écrit:
Du reste, je n'ai que foutre de vos attaques aux gros mots mal maîtrisés qui n'ont pour rôle que de masquer une pauvreté argumentaire si non votre propre bouillonnement tribal parce qu'on aurait touché à un des vôtres.

après avoir écrit::
Il est sans doute trop tôt de faire l'histoire objective du Congo moderne sans buter sur les partis pris, tant est-il que les bénéficiaires et les victimes se côtoient encore.
.
D'abord ,je remplacerais victimes par déficitaires ( le contraire de bénéficiaires ) ou bénéficiaires par bourreaux ( le contraire de victimes ).
Ensuite ,une question : votre Congo moderne commence à partir de quelle période?
Enfin, on peut et on doit faire l'histoire du Congo sans partis pris : l'histoire c'est l'étude des faits , des événements passés. Ce sont des méthodes. Certes l'historien a sa subjectivité, mais cette subjectivité ne doit pas dénaturer les faits ,elle doit être à la hauteur de l'objectivité qui convient à l'histoire sinon c'est de l'idéologie.

LOUPEPA is come back
LOUPEPA
 
Message(s) : 43
Inscription : Mer 14 Mai, 08 7:51

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par Denzello » Mer 14 Mai, 08 11:22

kamit a écrit :c'est la plus maudite des générations. On va sans doute passer des nés avant 1955 au nés après 1975 pour reprendre le rennes du pays. Au milieu il n'y a rien. Des têtes vides.


Aie, mon cher Kamit quelle arrogance, insulter toute une generation? Nous qui sommes nes avant 1975, nous sommes maudits et nous sommes des tetes vides? Vas-y mon cher Kamit avec cette arrogance, et elle te perdra un jour! Nous qui avons des Ph.D. (de moins de 5ans, svp), nous qui travaillons dans de grandes compagnies pharmaceutiques aux USA, nous qui avons des amis de la meme generation ici et en Europe, avec des Ph.D., occupant de grands postes, nous sommes des tetes vides, wow, Thank you Kamit, what a great compliment, just keep ringing, you're about to get the nobel prize! Juste parce que Mr Kamit vient de creer une page sur l'histoire du Congo, il commence a manquer de consideration, se croyant le plus intelligent avec sa generation des "nes apres 1975"... As-tu fait une etude la dessus, as-tu des "data and statistics" de recherche pour nous prouver que vous les nes apres 1975, etes plus intelligents que nous les nes avant 1975?

Hein, quand nous lisons le Francais que vous ecrivez-ici, nous avons des cauchemars, et vous etes les plus quoi...?

What are you talking about man? Listen up, when you go to a conference, don't take a high seat as you walk in, but let others place you, otherwise you may be confused and ashamed when they show you a lower seat...

Denzello (tres decu de Kamit et de ses mots gratuits)...
Denzello
 
Message(s) : 82
Inscription : Lun 14 Août, 06 7:00

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Jeu 15 Mai, 08 1:00

Choquer, j'adore. Du choc jaillit la lumière (ou se révèle le vide). C'est ma devise.
T'inquiète Denzello. Je suis né bien avant 1975. Tu vois, l'objectivité dont parle Loupepa c'est cela. Savoir se remettre en cause et se juger aussi sévèrement qu'on juge un autre. Mais si c'est dès qu'on critique Ngouabi => on est tribaliste du sud; dès qu'on trouve du mal à ceux éduqués par Ngouabi, c'est qu'on a forcément été éduqué avant ou après ...etc, c'est une bassesse. Les cas individuels ne peuvent donner lecture d'une sociologie. Toi, moi, Blaise, Mabankou... non. Une génération bien armée brille collectivement, s'impose, s'affiche, comme les générations qui réussissent les tournants économiques, politiques etc... tout au long de l'histoire humaine. Quelque chose explique ce réveil. C'est loin d'être notre cas. Les nés après 1955 on été effacé à la conférence nationale, pourtant ils étaient bien là. A leur âge, ceux qu'ils combattaient avaient pu s'imposer au pouvoir. Aujourd'hui le mot jeune s'applique jusqu'à... 55ans. Soit l'age de la retraite il y'a encore un an. C'est vraiment triste. Des docteurs en doctorats, je crois que c'est un des plus grands drames des congolais en exil. Il y'en a plus qui sont vigiles ou sous employés qu'intégrés à leur valeur nominale. La plupart ont fait ces doctorats sans savoir pourquoi. Une fois eu, ils se demandent toujours pourquoi. C'est cela une tête vide.
Shakespeare disait vaut mieux une tête bien faite plutôt qu'une tête bien pleine. Tu vois un peu ta réaction et ce manque de jugeote dès que tu es face à une analyse critique? Merci de dire C'est ça les docteurs en doctorats du Congo. Et c'est difficile de construire quoi que ce soit avec des gens qui n'ont pas cette hauteur, cette capacité de se surpasser et de se juger. Ce qui rejoint d'ailleurs un autre de mes propos, quand je disais que le Congo a besoin d'une dictature éclairée. Il n'ira nul part avec des générations d'auto-satisfaits, imperméables à la critique, incapable d'entrer dans le fond d'un sujet malgré les doctorats affihés, mais qui ne réagissent que parce que la sacro-sainte considération qu'ils ont d'eux mêmes a été égratigné, incapable de voir des évidences comme "tant de diplômes et le pays va mal, c'est que forcément, l'éducation est mauvaise". Non. Comme des cochons endiablés, on se vautrent, s'enfoncent dans sa propre merde.
Ah la la!

Mon opinion sur le Congo est vraiment noire et tu viens d'en rajouter une couche. Est-ce que je crois plus aux jeunes nés après 1975? Pas tant que cela. C'est la génération de la guerre, rappelons nous. Même si la première partie de leur vie ne fut pas si mal, ils ont raté la fac. Aujourd'hui ils sont aussi à la recherche du plus offrant, corruptible, sans ambition, remerciant le ciel chaque matin de vivre simplement. Je ne les ai pas mis sur le même niveau que ceux d'avant, simplement parce que les raisons de l'échec de ceux-ci sont différents.

Loupepa, le Congo (ou l'Afrique) moderne c'est à partir de 1880 pour l'ensemble des historiens. Les bénéficiaires ne sont pas forcément des bourreaux. "L'appelé volontaire" doux nom donné aux sous formés de Ngouabi, ne sont en rien bourreau, ni corrompus ni corrupteurs, mais simplement des bénéficiaires d'un système.

Ps: Ma dyslexie n'est plus un secret pour personne ici. Pardon de ce défaut que je n'ai jamais vraiment entrepris à soigner puisque l'école de Marien ne décelait même pas cet handicap.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Re: Marien Ngouabi et éthique

Message par kamit » Jeu 15 Mai, 08 2:03

Ya Blaise,
Tu as parlé de l'INSSA dont tu vantes ton pote.
Un jour je me suis inquiété d'un fait face à des médecins sortis de l'INSSA. En effet, il est curieux de constater que le grade de professeur s'acquière par plus de personnes dans le domaine médical au Congo que dans tout autre domaine. Nous n'avons pas de professeur en droit et en économie par exemple, alors que ces matières engrangent 60% de nos étudiants. Tandis qu'en médecine on ne les compte même plus. Y'en a deux fois plus que les généraux de l'armée. Et je reste modeste. Si bien que les recteurs de l'université sont souvent des médecins puisque le grade universitaire suprême est exigé pour exercer cette fonction. Serait-ce l'avancement le plus facile, leur demandais-je?
Mama na ngai é: "Tu es un jaloux! tu as dû raté le concours ou quoi? nous sommes les plus intelligents du Congo. Tu te prends pour qui pour nous juger? Moi j'ai fait ma spécialité en France, j'ai fini non? Y'a quoi même". Aaaaah ba mpangi ya Vincent. Même aux Etats-Unis, 37% d'universitaires (champion du monde donc face aux 28% dans l'U.E., et 34% au Japon), on remet le système en cause pour mieux l'améliorer. Au Congo non. Tout va bien. C'est dieu qui veut qu'on ne soit pas développé. C'est à cause des machines. Si non nos médecins sont tous des génies.

En réalité, la faculté de médecine forme des charlatans. Rien que l'impossibilité de faire un certain nombre d'examens aurait dû faire fermer cette école. Il n'en est rien. On applique des méthodes antédiluviennes qui ont prouvé leur inefficacité ailleurs. Il n'ont pas comment le savoir puisque l'école n'est abonnée à aucune revue scientifique mondiale pour savoir ce qui se passe ailleurs. Il n'y a pas de protocoles cliniques. Dans les pays sérieux en effet, chaque manière d'approcher un cas est le résultat d'un protocole, d'un avis d'un collège. Tu n'as pas le droit de faire autrement, sauf à être professeur, pour tenter de nouvelles approches. Dans ce cas on prévient de sa méthode, on obtient de ses pair un accord d'essai (excusez moi de ne pas avoir les termes exacts) et si les analyses sont concluantes selon les articles produits et approuvés par la communauté du corps (souvent nationale), on accorde ce protocole de soin. Au Congo rien! Chacun est dieu devant son patient. Vous dites que les ministres ne sont jamais jamais poursuivis? Les médecins c'est pire. Ils seraient tous enfermés.
Attendez, même le féticheur demande à son collègues de temps en temps, avec quelle incantation il chasse les démons venant de l'est, et cela devient règlementaire!!! On improvise pas un soin, putain! Pire, lorsque l'individu décède, on passe au suivant sans jamais tenir de réunion sur le cas, pour relevé ce qui n'a pas marché et... aboutir à un protocole pour que cela ne se produise plus. Il y'a des cahiers précis que l'on tient pour cela. Au CHU, rien. Donc les médecins se disent bons, rien que par auto-satisfaction. En réalité, ils tuent des gens à la chaine et ceux qui s'en sortent doivent effectivement louer le ciel. Comment imaginer qu'un médecin de garde soit tenu de recevoir des patients et de leur indiquer ce dont ils souffrent sur simple auscultation sans rien examiner? Nous ne sommes pas au moyen âge tout de même! Alors pour passer professeur, on rédige des articles que l'on présente comme des observations, alors qu'en réalité, il n'y a justement aucun outil d'observation! C'est sidérant!

Un pays où les femmes meurent encore en couche, à l'hôpital devant des gynéco-obsté formés surplace! alors que dans certains pays européens, on encourage d'accoucher à domicile avec l'aide d'un accoucheur, l'ambulance attendant en bas en cas de difficulté, si le suivi de la grossesse n'avait présenté aucun risque. Ma propre fille est née comme ça, dans notre lit. Tout n'est donc pas questions de matériel (bien qu'utile), mais de formation aussi. Mais allez donc écouter ces gynécos congolais dans l'orgueil qu'ils ont: y'a qu'eux! :lol:
Le Congo est gravement malade.
kamit
Doyen du forum
 
Message(s) : 680
Inscription : Ven 19 Jan, 07 2:47
Localisation : Kama, Brazza

Suivant

Retour vers Les Grands Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bing [Bot] et 3 invité(s)