les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Débats sur le Congo, réflexions sur ce qui s'y passe, sur son avenir, la recherche de solutions.

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 28 Juin, 17 5:46

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 28 Juin, 17 5:47

Né le 8 août 2016, notre « droit à la dé­connexion » n’apporte pas grand-chose sur le plan juridique : la subordination est suspendue pendant les temps de repos ou de congés. Mais il a provoqué d’utiles réflexions dans les entreprises très concernées (exemple : « disponibilité » comme critère d’évaluation), avec de réels progrès sur les moyens de lutter contre la surconnexion.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/emploi/article/20 ... PDfv8ks.99
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 28 Juin, 17 5:55

http://www.huffingtonpost.fr/2012/12/04 ... /438961/14

Quand les animaux se mettent au photobombing, l'art de gâcher une photo
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 28 Juin, 17 5:56

...les chrétiens, qui ont croisé le chemin de ces fanatiques, commencent à raconter leur histoire. Elle est terrifiante.

http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20 ... =obnetwork
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 28 Juin, 17 6:09

Mais moi, comme un agneau, [ou comme] un bœuf qui est mené pour être égorgé, je n'ai point su qu'ils eussent fait contre moi quelque machination, [en disant] : détruisons l'arbre avec son fruit, et l'exterminons de la terre des vivants, et qu'on ne se souvienne plus de son nom.


Alors qu'il va vous annoncer qu'il va se présenter en candidat du parti créé par le Président Marien NGOUABI, Sassou Nguesso a fait interner à l'hôpital Psychiatrique de Sainte Anne, justement le mal aimé des fils NGOUABI : NGOUABI YOKA Ghislain Césaré.

sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mer 05 Juil, 17 12:42

Mary J. Blige - Family Affair
https://www.youtube.com/watch?v=znlFu_lemsU
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:11

S'il faut commencer à vous obliger à lire entre les lignes, on ne s'en sortira pas....

Les voies du politique au Congo: essai de sociologie historique
Par Rémy Bazenguissa-Ganga

http://livre.fnac.com/a941905/R-Bazengu ... historique

Malgré les bouleversements qui ont caractérisé la vie politique de nombreux états africains depuis leur indépendance, certains acteurs n'ont pas cessé, durant plus de trois décennies, de tenir un rôle important. Rémy Bazenguissa s'appuie sur le cas congolais pour comprendre les significations d'une telle longévité politique. L'enquête s'ouvre en 1946 (année des premières élections législatives) et s'achève en 1991 par une analyse des luttes qui se déroulèrent durant la Conférence nationale. Cette sociologie historique restitue un demi-siècle de luttes entre des acteurs qui firent valoir des atouts différents selon leurs positions et leur trajectoires
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:14

Ici c'est encore mieux : 2005 : Le retour du politique
https://etudesafricaines.revues.org/5410

Les historiens semblent corriger leur faible implication dans l’analyse des conflits et de la violence, diagnostiquée dans le numéro sur « Histoire et politique » de Politique africaine publié il y a presque dix ans (Copans 1992). Rémy Bazenguissa-Ganga (1997) a ouvert la voie d’une étude historique de ces phénomènes à partir d’un essai très réussi de sociologie historique sur le politique au Congo. Ce dernier a tenté d’apprécier la naissance et la persistance des formes d’expression violentes des conflits politiques. Il restitue cette dynamique de l’État postcolonial en retraçant la militarisation progressive du champ politique. Pierre Boilley (1999) ouvre également des perspectives intéressantes dans son travail, déjà cité, sur les Touaregs du Nord-Mali.

14S’est également développée, en lien avec l’autocritique anthropologique, une histoire des représentations coloniales (Sibeud 2002) 6. Ancrée dans les textes coloniaux et leurs systèmes de production plus que dans le terrain africain, cette histoire des discours a amélioré l’analyse de l’entreprise impériale et propose des pistes pour l’analyse des identités en postcolonie, mais, ce faisant, elle a largement supprimé l’acteur africain.



La remise en cause de la centralité des institutions publiques dans les études sur le politique africain n’est donc pas nouvelle, mais, malgré le projet du « politique par le bas », elle n’a pas forcément suscité une description poussée de la complexité des logiques politiques au sein de différentes sphères sociales.
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:19

Nordstrom, Carolyn.

— Shadows of War. Violence, Power and International Profiteering in the Twenty-First Century

Berkeley, University of California Press, 2004, 293 p.
Vincent Foucher

https://etudesafricaines.revues.org/6090

À partir de ses terrains en Afrique (Mozambique, Angola) et ailleurs (Sri Lanka), Carolyn Nordstrom poursuit l’entreprise de relecture des conflits armés engagée avec A Different Kind of War Story et Fieldwork Under Fire. Dans les deux premières parties de l’ouvrage, elle souligne combien la mission est difficile, « parce qu’au plan militaire, la guerre violente les sensibilités ; parce qu’au plan logistique, les lignes de front sont difficiles à décrire de façon neutre ; parce qu’au plan économique, des fortunes s’y font et s’y défont par des méthodes peu éthiques ; parce qu’au plan politique, le pouvoir efface ses traces » (p. 9). Il faut donc comprendre les expériences locales de la guerre et les relier à des « systèmes de profit » internationaux — une conversation de bar dans une ville en guerre illustre la complexité des liens, le caractère multi-site, transfrontalier et informel de la guerre et les identités multiples des personnages qui y opèrent (pp. 19-23). Dans la guerre, les choses ne sont pas ce qu’elles paraissent : alors que les versions officielles insistent sur le rôle des jeunes hommes, et plus particulièrement des combattants, les violences mobilisent aussi les civils, les femmes, les vieux. Mais d’autres individus résistent à la violence, tentent de protéger leurs communautés. Sous le conflit politique « officiel » se déploie une variété de micro-conflits. Cela, personne ne veut l’« entendre », et pour chasser l’inconfort moral et cognitif, on recourt souvent à des mythes. « Qu’est-ce que nous sommes censés ignorer ? » (p. 32). Que les victimes des conflits sont avant tout civiles, que les militaires sont des brutes, que les élites profitent. L’État moderne, qui dépend de la guerre, a tout intérêt à masquer cette dépendance en insistant sur le besoin anthropologique de violence. C. Nordstrom procède ensuite à une critique de la vision clausewitzienne de la guerre. D’abord, la guerre touche, bien au-delà des champs de bataille, les sociétés dans leur ensemble, leur infligeant des traumatismes culturels et politiques. Ensuite, les combattants ont une marge d’action, des identités multiples et n’obéissent pas forcément aux stratèges, qui préfèrent souvent assumer les actes autonomes de leurs hommes plutôt que d’avouer la faiblesse de leur contrôle. Enfin, les lignes de front s’étendent jusqu’au cœur de l’Occident, par d’invisibles toiles planétaires — par exemple celle du marché illégal des armes, qui atteindrait 500 milliards de dollars par an.
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:23

Entracte :
Mary J. Blige - No More Drama

https://www.youtube.com/watch?v=em328ua_Lo8

Traduction :
Only God knows where the story is
Seul Dieu sait où est l'histoire
For me, but I know where the story begins
Pour moi, mais je sais pas où l'histoire a commencé
It's up to us to choose
C'est à nous de chosir
Whatever we win or loose
Si nous voulons gagner ou perdre
And I choose to win
Et j'ai choisi de gagner
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:29

Les délinquants pillards d'état et de population ne connaissent pas la sociologie ni la politique ; ils ne connaissent que la terreur que, l'idée de mort et de morts potentiels, inflige à leurs interlocuteurs pour obtenir d'eux une réponse urgente, sans appel, ni recours, et cette idée de mort plausible leur donne envie de posséder et de profiter de n'importe quelle opportunité au détriment justement de la vie d'autrui. Dans la tête de l'un comme de l'autre, c'est leur vie avant celle des autres, et surtout si les autres peuvent crever, ils ne s'en portent que mieux.

D'ailleurs, essayez donc de les moraliser et vous verrez comment ils deviennent immédiatement terroristes eux-mêmes !
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:46

Moralisation de la vie publique : ce que les députés ont adopté (ou écarté).... Les dessous de la Françafrique, de nouveaux Oradour !

Les dessous de la Françafrique,
Par Patrick PESNOT


http://livre.fnac.com/a6741313/Patrick- ... ancafrique

On ne touche pas à la Françafrique ! Aujourd'hui encore, alors que nos intérêts en Afrique sont de plus en plus menacés par la Chine, il ne fait pas bon critiquer les liens traditionnels qui unissent la France aux dirigeants de ses anciennes colonies. Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État à la Coopération, l'a appris à ses dépens : ayant osé mettre en cause la Françafrique, il a été remercié par Nicolas Sarkozy.
Il en fut de même en 1981 lorsque Jean-Pierre Cot voulut profiter de l'élection de François Mitterrand pour établir des rapports moins ambigus avec les États francophones d'Afrique...
Depuis l'indépendance de ces pays, Paris n'a jamais cessé d'imposer sa tutelle pour préserver ses intérêts économiques et politiques (uranium nigérien, pétrole gabonais, cacao ivoirien...). Pour réaliser cette ambition, les gouvernements français successifs ont employé les moyens les plus retors : putschs, envois de mercenaires, accords secrets autorisant Paris à s'immiscer dans les affaires intérieures, constitutions de réseaux barbouzards, pressions économiques...
Ces intrusions ont parfois donné lieu à des épisodes sanglants et à des massacres dans lesquels la responsabilité de la France est engagée.Qui est Monsieur X ? Personne ne le sait. Mais depuis plus de dix ans, semaine après semaine, il livre ses secrets sur France Inter. Une véritable moisson de révélations et surtout une lecture inédite et toujours surprenante des événements contemporains les plus brûlants.Cette collection rassemble pour la première fois en volumes thématiques ses meilleures enquêtes, constituant ainsi une véritable encyclopédie de notre histoire secrète.Écrivain, journaliste et homme de radio, Patrick Pesnot anime sur France Inter depuis 1997 Rendez-vous avec X.Extrait du livre :Madagascar : le piège et l'horreur, Cent mille morts ! Cent mille personnes tuées sur ce qui était encore le sol français et par des soldats français ! Mais ce massacre est tout juste évoqué dans les livres d'histoire. Quelques lignes à peine. Passé sous silence. Relégué dans les coulisses de l'Histoire. Oubliés tous ces morts qui ne peuvent que déranger au pays des droits de l'homme. Et pourtant c'était hier en 1947. Mais loin, très loin de la métropole. Dans une colonie où l'on pouvait tuer impunément, sous les ordres de généraux français et sans même encourir la moindre réprimande d'un gouvernement qui regroupait alors des démocrates-chrétiens, des socialistes et des communistes.
C'était donc à Madagascar, la Grande Ile ou encore l'Ile Rouge, comme on l'appelle. Paris y a envoyé des troupes coloniales pour mater une insurrection indépendantiste qui a commencé par des tueries d'Européens. Pendant de longs mois, les rebelles subissent une répression très dure, impitoyable. Pourchassés, affamés, les insurgés finissent par se rendre les uns après les autres. Plusieurs d'entre eux sont jugés et condamnés à mort. Mais bien d'autres sont sommairement exécutés. Et les rares témoins font état de nombreuses exactions : tortures, villages détruits, etc.
De nouveaux Oradour !
En 1948, l'affaire est entendue : les «événements de Madagascar», comme on dit pudiquement en métropole, ont vécu. C'est le haut-commissaire lui-même qui donne le chiffre de cent mille morts. Un Malgache sur quarante a donc été tué. Tandis que du côté des militaires et des colons, on recense cinq cent cinquante morts.Aucun soldat, aucun policier, aucun fonctionnaire ne sera sanctionné, alors que le gouvernement était parfaitement informé de la situation sur le terrain.
Mais le drame s'est déroulé dans la plus parfaite indifférence de la métropole. Le sort des Malgaches n'a guère ému une population mal informée et bien plus concernée par les restrictions de l'après-guerre et les nombreuses grèves suscitées par le parti communiste.


à lire....
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:46

Moralisation de la vie publique : ce que les députés ont adopté (ou écarté).... Les dessous de la Françafrique, de nouveaux Oradour !

Les dessous de la Françafrique,
Par Patrick PESNOT


http://livre.fnac.com/a6741313/Patrick- ... ancafrique

On ne touche pas à la Françafrique ! Aujourd'hui encore, alors que nos intérêts en Afrique sont de plus en plus menacés par la Chine, il ne fait pas bon critiquer les liens traditionnels qui unissent la France aux dirigeants de ses anciennes colonies. Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État à la Coopération, l'a appris à ses dépens : ayant osé mettre en cause la Françafrique, il a été remercié par Nicolas Sarkozy.
Il en fut de même en 1981 lorsque Jean-Pierre Cot voulut profiter de l'élection de François Mitterrand pour établir des rapports moins ambigus avec les États francophones d'Afrique...
Depuis l'indépendance de ces pays, Paris n'a jamais cessé d'imposer sa tutelle pour préserver ses intérêts économiques et politiques (uranium nigérien, pétrole gabonais, cacao ivoirien...). Pour réaliser cette ambition, les gouvernements français successifs ont employé les moyens les plus retors : putschs, envois de mercenaires, accords secrets autorisant Paris à s'immiscer dans les affaires intérieures, constitutions de réseaux barbouzards, pressions économiques...
Ces intrusions ont parfois donné lieu à des épisodes sanglants et à des massacres dans lesquels la responsabilité de la France est engagée.Qui est Monsieur X ? Personne ne le sait. Mais depuis plus de dix ans, semaine après semaine, il livre ses secrets sur France Inter. Une véritable moisson de révélations et surtout une lecture inédite et toujours surprenante des événements contemporains les plus brûlants.Cette collection rassemble pour la première fois en volumes thématiques ses meilleures enquêtes, constituant ainsi une véritable encyclopédie de notre histoire secrète.Écrivain, journaliste et homme de radio, Patrick Pesnot anime sur France Inter depuis 1997 Rendez-vous avec X.Extrait du livre :Madagascar : le piège et l'horreur, Cent mille morts ! Cent mille personnes tuées sur ce qui était encore le sol français et par des soldats français ! Mais ce massacre est tout juste évoqué dans les livres d'histoire. Quelques lignes à peine. Passé sous silence. Relégué dans les coulisses de l'Histoire. Oubliés tous ces morts qui ne peuvent que déranger au pays des droits de l'homme. Et pourtant c'était hier en 1947. Mais loin, très loin de la métropole. Dans une colonie où l'on pouvait tuer impunément, sous les ordres de généraux français et sans même encourir la moindre réprimande d'un gouvernement qui regroupait alors des démocrates-chrétiens, des socialistes et des communistes.
C'était donc à Madagascar, la Grande Ile ou encore l'Ile Rouge, comme on l'appelle. Paris y a envoyé des troupes coloniales pour mater une insurrection indépendantiste qui a commencé par des tueries d'Européens. Pendant de longs mois, les rebelles subissent une répression très dure, impitoyable. Pourchassés, affamés, les insurgés finissent par se rendre les uns après les autres. Plusieurs d'entre eux sont jugés et condamnés à mort. Mais bien d'autres sont sommairement exécutés. Et les rares témoins font état de nombreuses exactions : tortures, villages détruits, etc.
De nouveaux Oradour !
En 1948, l'affaire est entendue : les «événements de Madagascar», comme on dit pudiquement en métropole, ont vécu. C'est le haut-commissaire lui-même qui donne le chiffre de cent mille morts. Un Malgache sur quarante a donc été tué. Tandis que du côté des militaires et des colons, on recense cinq cent cinquante morts.Aucun soldat, aucun policier, aucun fonctionnaire ne sera sanctionné, alors que le gouvernement était parfaitement informé de la situation sur le terrain.
Mais le drame s'est déroulé dans la plus parfaite indifférence de la métropole. Le sort des Malgaches n'a guère ému une population mal informée et bien plus concernée par les restrictions de l'après-guerre et les nombreuses grèves suscitées par le parti communiste.


à lire....
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 3:47

Finalement, les députés enterrent la condition d'un casier vierge pour être éligible

Par lefigaro.fr Mis à jour le 25/07/2017 à 13:15 Publié le 25/07/2017 à 12:53

http://www.lefigaro.fr/politique/le-sca ... ection.php
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Sam 29 Juil, 17 4:22

Le travail des champs, sauve la vie de l'animal qui n'est pas abattu parce qu'il sait tirer une charrue.
.....
des formes moins visibles de délibération au sein des cercles de la rumeur ou des sociétés secrètes

https://etudesafricaines.revues.org/5410#tocto1n3
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Re: les enfants du PCT de Marien Ngouabi

Message par sycie l'impérative » Mar 26 Déc, 17 7:38

à Oradour sur l'Alima :
"Convié à dîner par le FMI, prévôt des marchands de Paris et leader du tiers état, le Balafré évoqua la misère du roi, El Sass l’Insatiable, les besoins d'argent nécessaires pour entreprendre la guerre contre les miséreux du Sud."


« Faiblesses dans la gouvernance »

Le FMI souhaite continuer de travailler avec Brazzaville sur « le rétablissement de la viabilité de la dette » et « le renforcement de la gouvernance ». « Une fois ce travail achevé, un arrangement financier visant à soutenir le programme économique du Congo sera discuté au niveau du personnel du FMI avant d’être proposé à l’examen du conseil d’administration », selon le communiqué final de la mission.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 ... bpOxsXT.99
sycie l'impérative
Veterran
 
Message(s) : 4181
Inscription : Jeu 20 Mai, 10 9:08

Précédent

Retour vers Les Grands Débats

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invité(s)