Dans la constance de l’engagement politique de son parti, Unirr (Union pour la refondation républicaine), situé au centre, Roger Ndokolo a salué, « avec détermination », la candidature à l’élection présidentielle du Président Denis Sassou-Nguesso, annoncée samedi 23 janvier dernier, à Kibangou, modeste localité située à 93 km du chef-lieu Dolisie, dans le Département du Niari.

Pour Roger Ndokolo, président du parti du centre, Unirr, l’horizon s’est éclairci avec l’annonce de la candidature du Président Denis Sassou-Nguesso. Car, il est, jusqu’à preuve du contraire, celui qui peut garantir à notre pays, la stabilité institutionnelle et la sécurité nécessaire à son développement, alors que les difficultés liées à la crise économique et à la crise sanitaire demeurent de grands défis à relever.

Pour lui, au-delà de toutes considérations politiques, le Congo a besoin d’un homme d’expérience, pour poursuivre le formidable chemin de développement amorcé depuis les années 2000. L’alternance démocratique, si elle est souhaitable, ne doit pas être la panacée systématique pour consolider les bases du développement. En 1992, le pays a bien pu vivre une alternance démocratique et pacifique au pouvoir, mais après, tout le monde sait les désillusions vécues, à cause d’un régime qui avait exacerbé les tensions ethniques et le fanatisme politique.

Ainsi, tirant les leçons de notre histoire, l’Unirr fait le choix d’appuyer le leader de l’actuelle majorité présidentielle, en raison de la pertinence et de la sagesse qui entourent ce choix. Fidèle à sa parole, le Chef de l’Etat, dans son message sur l’état de la Nation devant le parlement réuni en congrès, a assuré qu’il n’y aura pas « d’inconstitutionnalité ». L’élection présidentielle se déroulera « dans la transparence et la paix », a-t-il promis. C’est là un engagement à soutenir, pour mieux assoir la démocratie congolaise.

Deux semaines après que le Parti congolais du travail ait investi le Président Denis Sassou-Nguesso comme candidat à l’élection présidentielle et que la majorité présidentielle ait consacré ce choix, l’Unirr, par la voix de son président, Roger Ndokolo, a emboîté le pas, pour y apporter son modeste concours. L’officialisation de la candidature du Président Sassou-Nguesso garantit un leadership qui permettra de rassembler les Congolais de tous les horizons et les rassurer, devant les marchands d’illusions qui ne manquent d’ingéniosité à faire rêver leurs compatriotes. « Le centre demeure le centre, c’est le compromis comme aimait dire un éminent professeur aujourd’hui disparue. Il est stable ; alors qu’au gré de l’alternance politique, la majorité actuelle peut devenir l’opposition demain. Nous avons le droit de choisir un candidat dans un camp ou dans l’autre », pense le président de l’Unirr.

Ce choix n’est donc pas un choix de trop. « Nous disons que le choix de Denis Sassou-Nguesso est un choix inéluctable. C’est un choix de concorde et le choix de la sérénité. Face à notre avenir commun pour l’édification de la Nation, nous sommes pour la candidature du meilleur d’entre nous, celui qui a été investi à l’issue du choix populaire des partis de la majorité, garant de la stabilité et de la paix civile dans notre pays, porteur d’un projet, avec des propositions phares, entre autres la bonne gestion de la pandémie de covid-19 », soutient-il.

Et, en ce début d’année nouvelle, le président de l’Unirr formule ses vœux en ces termes : « Regardons l’avenir ensemble : mes meilleurs vœux de santé et de bonheur à tous nos compatriotes, afin que l’année 2021 contribue à la réalisation de nos projets ».

Source : L’HORIZON AFRICAIN N°88 DU 28 JANVIER 2021