Il y a quelques mois, nous avons annoncé la sortie de notre livre « Un amour enfoui dans la haine », un télégramme envoyé à Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement National.

Cependant, une interview du Président français, Emmanuel Macron, nous a obligé à retarder la publication du livre afin d’y ajouter ce que nous avons lu dans les non-dits du message d’Emmanuel Macron. Le Président français parlait et voulait convaincre sur la prophétie de l’avènement inévitable de la bête.

Changement du titre du livre

Aussitôt, nous avons changé le titre de notre livre. Nous avons préféré celui de « France 2022 : Marine Le Pen présidente si et seulement si »... qui, pourtant, paraît être celui d’un livre de campagne électorale.

Nous avons voulu ce titre non pas parce que nous voulons être, nous aussi, prophète ou vaticinateur comme Emmanuel Macron mais parce que devant le déluge que préparent les « Mendialistes » qui veulent aligner toutes les Nations et tous les Peuples du monde les uns derrière les autres, pour les mettre sous leur domination, faire d’eux des sujets, et les pousser à la mendicité, au lieu de les intégrer dans la Mondialisation, seul l’Inter Nationalisme ou le Nationalisme International peut sauver l’humanité tout entière.

Mais, c’est la France, la patrie des droits de l’homme, qui, comme en 1789 lorsqu’elle avait accouché de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ; en 1948, de la Déclaration universelle des droits de l’homme ; abrité, en 1990, le Sommet de la Baule qui a imposé la démocratie dans toutes ses anciennes colonies ; et qui a comme principe républicain : Liberté, Égalité, Fraternité, qui doit redevenir la policière des droits de l’homme et de la démocratie dans le monde, en général, et dans toutes ses anciennes colonies, en particulier. Comme elle doit aussi être le matelot du bateau Inter Nationalisme. Marine Le Pen, elle, au cas où elle serait encore la candidate du Rassemblement National en 2022, devra être aux commandes du gouvernail de ce bateau.

Pourquoi Marine Le Pen ?

Parce qu’elle veut être nationaliste. Elle aspire à être nationaliste et a déjà confirmé sa vocation. En plus, elle a toutes les chances de gagner l’élection présidentielle française de 2022. Elle aura, cette fois-ci, toutes les voix qui lui ont toujours fait défaut pour gagner une élection présidentielle, en France.

Mais, à une condition sine qua non : prendre en compte nos critiques, adhérer à ce nouveau discours sur le Nationalisme et vite lancer l’Inter Nationalisme pour sauver l’humanité du déluge que préparent les « Mendialistes » qui sont loin d’être des Mondialistes.

Or, les Nations et les Peuples, eux, veulent une Mondialisation et non une « Mendialisation ».

Aussi, ne veulent-ils pas justifier les catastrophes naturelles et humaines qui s’abattent sur le monde rien qu’à partir de la prophétie biblique sur l’avènement de la bête. Une prophétie que d’aucuns appellent, d’ailleurs, « Mondiabolisation », nouveau concept qu’ils ont obtenu à partir de la fonte des mots monde et diabolisation et que d’aucuns ajoutent dans le lexique des « Mendialistes » qu’ils accusent déjà de vouloir mettre le monde sous la totale domination du diable ou de ses adeptes ici sur terre.

Cependant, si Marine Le Pen va être l’heureuse gagnante de la Mondialisation telle que nous l’avons définie dans notre ouvrage, les Africains, eux, seront les premières victimes de la « Mendialisation » s’ils ne prennent garde.

Car à la « Mendialisation », les « Mendialistes » ajouteront la « Mondiabolisation
 ».
Et, les Africains subiront, eux aussi, le sort des Amérindiens : les Indiens d’Amériques qui ont vécu dans ce continent, bien avant l’arrivée de tous les autres peuples.

La subordination des chefs d’Etat et celle des intellectuels africains ne suffisent plus pour s’accaparer des richesses du continent africain.

Il faudra carrément exterminer les peuples africains, par tous les moyens : vaccins, guerres politiques, terrorisme d’Etat avec la création et le soutien apporté aux groupes djihadistes dans l’autodestruction de l’Afrique.

Voilà l’un des codes, déchiffré de la version « mendialiste » de la « Mendialisation » et une interprétation de la prophétie biblique sur l’avènement de la bête par les « Mendialistes » qui ne sont pas mondialistes que nous percevons, depuis l’annonce de la pandémie du Covid 19, dans le discours politique d’Emmanuel Macron.

Mais, c’est dans ce long texte en prose que notre âme s’est exprimée. La poésie étant le moyen d’expression de l’âme.

Demain, l’Afrique

Première édition de la foire mondiale
Stand Afrique /continent pauvre

Sur ses étalages, l’Afrique avait exposé le bois, le fer, le pétrole, le cacao… Rien que ces matières premières que ses hommes ne savaient pas transformer en produits manufacturés et que la France et toutes les autres puissances européennes achetaient à un prix dérisoire. Sans argent, peut-on dire aussi. Elles avaient besoin de toutes ces matières premières pour faire tourner leurs industries manufacturières, pharmaceutiques, aéronautiques, nucléaires, militaires, automobiles, textiles, mécaniques, agroalimentaires… Elles avaient besoin de toutes ces matières premières pour créer des sociétés privées, des emplois et des richesses.

Stand Europe/continent riche

Sur leurs étalages, la France et toutes les puissances européennes avaient exposé des produits manufacturés. Rien que des produits manufacturés faits à partir des matières premières qu’elles avaient achetées à l’Afrique. Il n’y avait ni bois, ni fer, ni pétrole, ni cacao, ni uranium… Rien que des produits manufacturés ; mais qui coûtent cher, trop cher d’ailleurs.

L’Afrique ne pouvait payer ni au comptant ni instantanément. Même avec les achats à crédit dont le prix s’acquitte en versements périodiques. Elle ne pouvait pas faire tout cela, rien de tout cela malgré l’ouverture de ses comptes à la Banque centrale de France qui garde 50% de ses avoirs et qui peut servir de garantie. Alors qu’elle avait besoin de tous ces produits finis ou semi-finis pour remplir les besoins matériels, vitaux et utiles de sa population. Les Africains moururent de faim. Et, l’Afrique fut appelée continent pauvre. La misère était devenue l’identité de l’Afrique et des Africains que leur personnalité n’arrivait pas à changer. Leur histoire lointaine au cours de laquelle le continent avait abrité la première puissance mondiale, l’Egypte, ne comptait plus. Leur histoire douloureuse : exploration, esclavage, traite négrière, colonisation, au cours de laquelle le continent a subi le pillage de ses ressources naturelles et humaines, ne pouvait plus la défendre. L’humanité toute entière avait oublié que l’Afrique et les Africains étaient devenus pauvres, à partir du jour où les Européens et les Arabes avaient foulé leur sol. Puis, vinrent le Nationalisme et le Panafricanisme qui conscientisèrent ses hommes, et imposèrent la transformation sur place de toutes les matières premières. En plus, le Nationalisme et le Panafricanisme ne voulaient plus voir les Africains, leur bois, leur fer, leur pétrole, leur cacao, leur uranium… immigrer vers la France et toutes les autres puissances mondiales. Surtout que beaucoup de ses enfants n’arrivaient pas à destination. Ils se noyaient dans la Méditerranée

Deuxième édition de la foire mondiale

Stand Afrique /continent riche

Sur ses étalages, l’Afrique avait, cette fois-ci, exposé des produits manufacturés
Rien que des produits manufacturés faits à partir de ses matières premières, par ses hommes. Il n’y avait ni bois, ni fer, ni pétrole, ni cacao, ni uranium… Bref, aucune matière première n’était plus vendue à l’état brut. En plus, elle avait sa propre monnaie : symbole de sa souveraineté qui lui donnait le droit de fixer les prix de tous ses produits. L’Afrique devint riche et fut appelée continent développé. La misère, la malaria, les guerres n’étaient plus son identité.

Stand Europe/continent…

Les organisateurs de la foire mondiale ne trouvèrent pas, cette fois-ci, un adjectif pour qualifier le continent européen.
Ils avaient remplacé l’adjectif qualificatif par trois points de suspension.
Voulaient-ils laisser le libre choix à chaque visiteur de trouver un qualificatif ?
Ce qui est vrai, c’est que la France et toutes les puissances européennes n’avaient pas grand-chose à vendre.
Juste quelques bouteilles de vin rouge et blanc, et du camembert qui leur permettraient de vendre leur civilisation.
Il n’y avait plus de café moulu ou granulé.
Même pas du chocolat noir ni des œufs de Pâques.

Troisième édition de la foire mondiale

Stand Afrique /continent riche

L’Afrique y était revenue avec des nouveaux produits.
Elle avait sur ses étalages une variété des produits de ses industries manufacturières, pharmaceutiques, aéronautiques, nucléaires, militaires, automobiles, textiles, mécaniques, agroalimentaires…

Tous ces produits manufacturés étaient faits à partir de ses matières premières, par ses hommes. Il n’y avait ni bois, ni fer, ni pétrole, ni cacao, ni uranium… Bref, aucune matière première n’était plus vendue à l’état brut.

En plus, elle avait sa propre monnaie, Eco, dont le change était flottant ou flexible, et évoluait librement en fonction de l’offre et de la demande sur le marché des changes.
L’Afrique était devenue riche, et fut appelée continent d’avenir.
Elle enregistra plusieurs vagues d’immigration européenne, américaine, asiatique et océanienne.

La Mondialisation n’était plus vue comme étant tout simplement une « accélération, à l’échelle mondiale, des échanges de biens et de services, rendue possible grâce à la levée progressive des entraves au commerce dans le cadre de l’accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (GATT) puis de l’Organisation mondiale du commerce. »

Elle était une étape supérieure dans le processus d’intégration des Peuples et des Nations. La Mondialisation créa un grand espace de vie pour tous les habitants de la terre.

Tous les protocoles sur la libre circulation des personnes et des biens étaient révolus parce que insignifiants. Il fallait, désormais, parler du Grand Espace de Vie pour tous les humains. Le mot immigration fut vite effacé dans tous les dictionnaires français, russes, anglais, portugais, italiens, espagnols, chinois… Il fut remplacé dans tous les discours officiels par celui de Mondialisation. Il n’existait plus d’immigrés dans le monde. D’ailleurs, il n’y a pas d’immigrés blancs en Afrique. Les immigrés blancs sont appelés coopérants.

Néanmoins, les Africains ne s’agenouillèrent pas sur les cous des Blancs ou ceux de tous les autres peuples étrangers, pour les étrangler.
Comme aussi, ils ne menèrent pas des campagnes de rapatriements de tous les immigrés, lorsqu’ils étaient pauvres. Ils partagèrent leurs richesses avec tous les étrangers. Car, la terre est à nous tous. Soyons des citoyens du monde.

Stand Europe/continent ?

Les organisateurs de la foire mondiale ne trouvèrent toujours pas un adjectif pour qualifier le continent européen. Ils avaient, cette fois-ci, remplacé l’adjectif qualificatif par un point d’interrogation. C’est qu’ils ne comprenaient pas pourquoi la France et toutes les autres puissances européennes avaient exposé sur les étalages de leur stand des chars, des hélicoptères de combat, des avions de transport des troupes, des vaccins pucetés… Bref, tous les engins de la mort. Or la foire de la Mondialisation n’est pas un marché de l’armement militaire. Que voulaient faire la France et les autres puissances européennes ?

Voulaient-elles vendre les armes aux Africains pour qu’ils s’autodétruisent comme ils savent bien le faire ? Voulaient-elles annoncer une guerre qui aurait lieu dans les temps à venir contre l’Afrique et les Africains ?

Ce d’autant plus qu’une plaque métallique placée au fond du stand et qui tournait sur un pivot, portait les écriteaux suivants : « Une Amérique sans les Amérindiens, hier », sur le côté pile, et « Demain, une Afrique sans les Africains », sur le côté face.

Serge Armand Zanzala, journaliste et écrivain