email
Etatolo

Pourquoi tant de haine envers Sassou ?

Selon Freud, chaque nuit, les enfants tuent leurs parents en rêve, faute de les zigouiller dans la réalité. Depuis sa violente arrivée au pouvoir, Sassou a été déclaré macchabée plus d’un millier de fois. Question : Sassou est-il toujours de ce monde ou a-t-il déjà rejoint l’autre monde ? Les complotistes se régalent.

« Fais semblant de mourir, tu sauras qui t’aime, qui te hait. » Une sale rumeur (une de plus) s’est répandue cette semaine donnant Sassou pour mort ou agonisant sur un lit d’hôpital à l’étranger.

Les langues d’aspic en ont profité pour déverser leur venin. « Il a envoyé des milliers de Congolais dans l’au-delà. Il était temps qu’il les y rejoigne. » disent ceux qui se réjouissent de sa disparition présumée. Les faits sont clairs : à quasiment 99,99%, Sassou n’est pas aimé. Mieux : il est détesté à mort. C’est le moins que l’on puisse constater à propos de celui qu’on a surnommé Papa Bonheur. Peu avant les dernières élections, des fans en sont arrivés à jurer mordicus « Sassou ou rien ». Délirant.

« Que vous-a-t-il fait ? Mérite-il cet océan de haine déversée sur sa personne ? » gémissent ex abrupto sa famille politique et ses militants qui représentent, soit dit en passant, 8% de la population à en croire les avant-dernières élections de 2015. (88% aux dernières de 2020 face à un mort : Guy Brice Parfait Kolélas.)

Complotisme

« Ils veulent nous faire le coup d’Houphouët Boigny et de Bernard Omar Bongo : retarder l’annonce du décès, le temps de préparer la succession » grinchent les ennemis de Sassou, adeptes indiscutables de la théorie du complot.

Ses fans sont devenus tellement nerveux que certains (ministres de leur état) ne se contrôlent plus. Ils font, comme Nick Fyla, le coup de poing sur la voie publique à Paris. Pour un oui, pour un non. Nick a manu militari rossé le Pasteur Noumazalaye avec une rage inouïe. Ils font comme Arlette Nonault Soudan et Jean-Claude Ngakosso qui se sont fracassés dans le bureau de Florent Ntsiba.

De préférence mort que vif

Récemment, un Pasteur Rdécéen a salivé que Sassou était entre la vie et la mort au Maroc. Le prophète kinois prêcha qu’Otchombé n’en avait plus pour longtemps et que (selon ce bishop ) ses partisans devraient se dépêcher de lui trouver un successeur (probablement son fils).

Paradoxalement, on dit que ceux dont on souhaite la mort ont une longue vie.

D’autres langues de vipère ont craché que Lékufé serait même déjà mort et que le comédien qui continue de jouer le rôle de Chef de l’Etat est un mannequin cubain, un sosie. Les têtes de crotale disent que cette doublure castriste a toujours été là pendant les moments les plus ténébreux de la vie politique congolaise, par exemple en 1977, le 18 mars, quand la bande à Sassou occis Marien Ngouabi par égorgement à l’Hôtel Le Mistral. « Kia ngui ého. »

Sassou bouc émissaire de Boukadia

Parmi ceux qui se sont réjouis de la désincarnation de Sassou, figure Modeste Boukadia, radical opposant. Modeste, après avoir consulté les textes, a sommé les héritiers de Sassou de prendre leurs responsabilités en remettant le pouvoir en jeu, dans une élection enfin libre et transparente puisque Sassou n’est plus de ce monde en dépit des apparences.

Volée de bois vert des sassouistes envers Boukadia accusé de colporter de fausses nouvelles. Des Fake News. Des fuck news. Non Sassou n’est pas mort puisqu’il continue à vaquer à ses occupations. Il voyage. CQFD.

« Vous l’enterrez trop vite ! » a ironisé le saltimbanque Armand Mandziono saisissant cette opportunité dans une vidéo pour décocher un coup de griffe au peuple Lari, coutumier de fantasmagories, prenant facilement ses désirs pour la réalité. Rictus sur la commissure des lèvres, Mandziono a poussé la critique anti-lari en invitant les doux rêveurs du Pool de jubiler davantage puisque Sassou serait déjà inhumé au cimetière d’Oyo appelé Kokona.

Vérité polélé

Sadio Kanté Morel et Aristide Mobébissi ajoutent dans Brazza Info leur vérité polélé polélé. Leur haine anti-Sassou ne fait pas de doute. Antoinette Sassou, selon Sadio Kanté, serait dans un hôpital parisien, clouée dans un fauteuil roulant. « D’ailleurs Sassou lui-même ne tarderait pas à rejoindre un fauteuil roulant » se pique de nous préciser Sadio. Si on l’a vu aux obsèques de Serge Loembé à Pointe-Noire, c’est grâce à la cortisone qui l’a toujours aidé de tenir debout. « Mais on l’a pourtant vu debout aux obsèques du Cardinal Mosengwé à Kinshasa » ont tenté de plaider les supporters de l’infatigable homme du 5 février 1979. « C’est la drogue ! C’est grâce aux amphétamines et autres anabolisants ! » argumentent les détracteurs.

D’après le prédicateur kinois de tout à l’heure, Sassou serait, cette année, retiré de la terre des hommes. En revanche, Antoinette, son épouse, sera épargnée de la foudre divine à cause de son bon cœur. « Congo-Assistance » vous vous souvenez ? Cette Institution de charité a fait pâlir d’envie Mère Thérèsa en personne. Dans sa magnanimité, Jéhovah a résolu de ne pas toucher à la vie d’Antoinette Tchibota Sassou, espèce d’Abbé Pierre congolais, version féminine.

Pourquoi chercher parmi les morts celui qui est encore vivant ? C’est tout de même cruel. Pendant qu’on le dit à l’article de la mort, Sassou est aperçu dans les voyages officiels, soit en Chine, soit en RDC, robuste comme un Panzer (char allemand).
Le mythe révèle que Sassou adore les enterrements parce qu’il y puise son énergie vitale. Cette légende ne semble pas fausse car le bonhomme est vu partout où une personne est mise au tombeau.

Charognards

Après avoir assisté à l’ensevelissement de Serge Loémba, neveu d’Antoinette Sassou, Otchombé est vite monté dans le premier hélico. Destination : Oyo. L’homme a ensuite sauté dans un avion de la République. Direction : Kinshasa où son bel oncle le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, était en train d’être conduit à sa dernière demeure.

Les héritiers, dit Balzac, vivent de la mort des autres comme les chacals vivent de charognes. Sassou serait-il un charognard ? Si Sassou est toujours en vie (aurait dit le Comte de La Palice) il doit être au courant des sondages. Il est détesté à mort, à 100%.

Néanmoins, Dieu dit qu’il ne faut pas se réjouir de la mort d’un homme même si cet homme s’appelle Sassou ! Amen.

Thierry Oko

Laissez un commentaire
Les commentaires sont ouverts à tous. Ils font l'objet d'une modération après publication. Ils seront publiés dans leur intégralité ou supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte.

Recevez nos alertes

Recevez chaque matin dans votre boite mail, un condensé de l’actualité pour ne rien manquer.