La rue des Ecole au cœur du Quartier Latin a été honorée par le livre congolais à travers une Conférence et Rencontre-Dédicace. Une cérémonie haute en couleurs, à l’image de la gamme chromatique de notre littérature.

Dans le cadre de la rentrée littéraire édition 2020 portant sur la 2 ème Journée Signatures L’Harmattan, l’auteur, Richard Ossoma-Lesmois, a présenté l’ouvrage intitulé,« Antoine Ndinga Oba : Homme de terroir, éducateur, diplomate, africanité au Congo-Brazzaville ».
Ce livre sur l’éminent linguiste est préfacé par le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso.

Les sujets suivants ont été abordés ce samedi 24 octobre 2020.

-  DIASPORA congolaise & DÉMOCRATIE,
-  INTERCONNEXION des JEUNESSES Afrique – Caraïbes,
-  CULTURE & DÉVELOPPEMENT au Congo-Brazzaville.

A noter que l’ouvrage à l’honneur (Antoine Ndinga Oba : Homme de terroir, éducateur, diplomate, africanité au Congo-Brazzaville) décrit l’histoire des meilleurs moments de la réforme du système éducatif congolais de 1977 à 1990 dans le difficile équilibre à trouver entre l’école du parti unique, les régimes autoritaires et l’adaptation des programmes d’éducation et de culture aux exigences de la modernité et du développement socio-économique.

L’implication du Congo-Brazzaville dans la lutte des peuples opprimés d’Afrique australe avec la création du Fonds Africa, le soutien au mouvement de la Swapo et la participation active à l’action panafricaine en faveur de la libération de Nelson Mandela, le retrait des troupes anglaises de la Namibie en constitue l’un des enjeux.

Enfin, sur le plan international, l’entrée de la République du Congo comme membre non permanent du Conseil de Sécurité des Nations unies et l’instauration à l’Unesco en 2000, de la Délégation Permanente, afin de permettre au pays, de participer dans la conception des programmes d’éducation, de recherche et de culture en faveur de la sous-région d’Afrique centrale en est également l’axe thématique.

Tout en saluant l’initiative de l’écrivain Juriste Richard Ossoma-Lesmois de faire vivre le monde des livres en cette période difficile liée à la fois, à la crise des valeurs et la crise sanitaire Covid-19, l’engagement acharné de l’auteur de maintenir le besoin de comprendre, de s’instruire, mais aussi de nous évader, nous divertir par les livres, les Intervenants ont évoqué 3 aspects essentiels :

1/ La Diaspora congolaise est diverse en France et dans le reste de l’Europe, relève à juste titre Patrick Gabriel DION, Président de la Fédération PCT de France. L’acteur engagé appelle la diaspora congolaise à opérer une révolution culturelle et former une force de propositions pour compléter les projets de société utiles au pays, loin de l’auto-flagellation permanente du pays et des travers des débats de caniveaux, des clivages régionaux, tribaux qui fragilisent la nation congolaise.

Henri Blaise NZONZA complète le sujet en invoquant que la diaspora congolaise compte des compétences qui appellent au dialogue avec les autorités locales du Congo. Cette diaspora ne se confond pas toujours à l’opposition au gouvernement du pays. Enfin, la nouvelle doctrine gouvernementale (promouvoir un ministère en charge des Congolais de l’étranger) augure des perspectives louables de prises en compte des Congolais qui s’accomplissent loin de leur terre natale.

2. Avec l’interconnexion des jeunesses africaines et caribéennes, sujet abordé par l’administrateur Tchadien du réseau Tchad Afrique Europe Jeunesse Internet sans frontières, Abdelkrim YACOUB, il a été montré le désir viscéral des africains à participer à l’effort d’amélioration des projets de développement, fort de l’éclosion d’internet et des bienfaits issus des technologies numériques. Appel est lancé contre les coupures intempestives d’internet en Afrique Centrale notamment, au Tchad, au Congo-Brazzaville, en République démocratique du Congo, au Gabon, en Guinée équatoriale, autant d’actes régressifs entravant la circulation de l’information. Car dépolitiser Internet pour rendre l’accès à Internet dans la sous-région d’Afrique centrale comme une priorité d’actions en faveur de l’éducation, la communication et la culture est un acte majeur. Expliquer aux gouvernements des pays concernés est une nécessité ; le bénéfice d’investir massivement dans les infrastructures de communication Internet est une urgence.

3/ Enfin, la culture puisée dans la mise en valeur des ressources locales et les réalités socio-économiques des africains en partenariat avec les ONG, les grands ensembles financiers internationaux apportent des points de croissance aux pays d’Afrique et contribuent à la paix, à la démocratie, à la promotion des droits de l’homme voire au développement de l’Afrique. Une analyse de l’écrivain Elvez NGABA, patron des éditions La Renaissance Africaine s’est employée à le souligner.

Ouvrant la Conférence, l’auteur Richard OSSOMA-LESMOIS a expliqué que l’ouvrage à l’honneur a été réalisé grâce aux témoignages des ministres, ambassadeurs, y compris des missives privées appartenant à Antoine Ndinga Oba. Loin d’être un livre politique, l’ouvrage concerné est un récit de vie. Il satisfait à un vœux, allège une charge morale portée par les enfants héritiers ou orphelins par le fait de la nature, témoins et conservateurs des feuilles frappées par le coup du temps, des lignes honorant la mémoire de Antoine Ndinga Oba  ; au point qu’il figure dans la prestigieuse Collection Graveurs de Mémoire des éditions L’Harmattan, Série Récit de vie l’Afrique subsaharienne.


Disposé à vous fournir un exemplaire de l’ouvrage concerné, je vous adresse mes salutations distinguées.

Richard OSSOMA-LESMOIS
+33614786920