Axés essentiellement sur l’examen des résultats de la conférence des chefs des quartiers de mi-septembre, les travaux de la première session ordinaire du Conseil Municipal de Pointe-Noire se sont achèvés le 02 octobre dernier. Avec la promesse de résorber quasi substanciellement les maux qui minent la capitale économique.

Sous la férule de Roland Bouiti Viaudo, maire de la ville, le Conseil Municipal a durant dix jours, planché sur les questions relatives à l’assanissement, ramassage et traitement des ordures ménagères, l’adduction d’eau, l’éclairage public, le focardage, l’adressage...bref toutes les suggestions faites par les responsables des quartiers de Pointe-Noire lors de leurs retrouvailles avec les conseillers municipaux en mi-septembre. De là à déduire que le Conseil Municipal s’est longuement attardé sur le point 6 de l’ordre du jour qui portait sur la "Présentation du rapport-synthèse de la conférence des chefs de quartiers de la ville de Pointe-Noire". Car, à en croire la municipalité ponténégrine, l’éradication des points noirs de la ville océane ne saurait être seulement l’affaire des décideurs, mais aussi et surtout des mandants, étant donné que la "Démocratie Participative" selon l’expression du Maire Viaudo, peut aider à bien cerner les situations inhérentes à la gestion de la cité.

Ainsi, au cours de cette session dite "administrative", les soixante-quinze élus locaux ont écouté de nombreuses communications dont celles des directeurs départementaux de la SNE et de la SNDE. Ce qui sans doute leur a permis d’apprécier l’ampleur de la tâche qui est la leur quant à l’amélioration des conditions de vie des Ponténégrins par des solutions idoines qui seront envisagées s’agissant des préoccupations comme les services de base.

Et ces solutions découleront d’une "feuille de route", afin de répondre aux "attentes légitimes des mandants", selon Roland Bouiti Viaudo. Cette feuille de route fera alors l’objet des sessions prochaines. Mais, a précisé Viaudo, "l’applicabilité ou la faisabilité de cette feuille de route ne sera possible que grâce à deux atouts majeurs : la clairvoyance des concitoyens et le dynamisme du groupe qui règne et doit continuer de règner au sein du Conseil Municipal".

Une démarche qui paraît rassurante. "Car elle traduit une sorte de transparence", ont souligné de nombreux observateurs à la clôture de ladite session qui a eu neuf points inscrits à l’ordre du jour. C’est le cas de "l’examen et l’adoption du rapport d’activités de l’inter session du bureau exécutif, période d’août à septembre 2008" et "l’examen et l’adoption du compte rendu de la session inaugurale du 30 juillet 2008".

STEPHANE BABONGUI