BRAZZAVILLE, 26 août (AFP) - 19h47 - Une candidate aux élections présidentielles de 1992 et 2002 au Congo a été assassinée jeudi aux premières heures de la matinée dans un secteur de la périphérie sud de Brazzaville par des personnes armées non encore identifiées, a annoncé la télévision officielle.
Angèle Bandou, présidente du parti du peuple a été tuée de plusieurs balles à son domicile du quartier de Makélékélé, a ajouté la télévision.

Les circonstances exactes et les motifs de ce crime ne sont pas encore déterminés.

Selon la télévision officielle, des hommes armés ont fait irruption au domicile de Mme Bandou après avoir fait consommer à ses chiens des aliments destinés à les endormir.

Les assaillants ont ensuite tiré des coups de feu.

Alertés par ces tirs, M. et Mme Bandou ont tenté de sortir de leur chambre.

Mme Bandou a été tuée sur place tandis que M. Bandou a fui par la fenêtre.

Une enquête a été ouverte par la police pour identifier les auteurs de ce crime.

Mme Bandou a été candidate au premier scrutin présidentiel pluraliste organisé en 1992 au Congo après l’indépendance. Elle s’était représentée à nouveau pendant la présidentielle de 2002.

Mme Bandou est l’unique femme à s’être jamais portée candidate aux scrutins présidentiels organisés depuis l’instauration du multipartisme au Congo.

Très pieuse, Mme Bandou luttait pour les pauvres et les populations déshéritées du Congo