La mise ne vente du patrimoine foncier de l’Etat par des indélicats va peut-être recevoir un coup d’arrêt suite à l’effondrement d’un immeuble antérieurement propriété du service des impôts de Pointe-Noire et vendu à un citoyen libanais.

Dans les premières heures de ce 5 mai, la structure de la bâtisse dont le rez-de chaussée était en rénovation, a cédé ensevelissant la famille de M. Okandzé, agent des impôts, qui occupait le premier étage. On compte pour l’instant trois victimes décédées de 26, 19 et 14 ans et trois blessés graves dont l’un se débattrait entre la vie et la mort à l’hôpital A. Cissé.

Il faut dire que privés de l’entretien élémentaire, la plupart des bâtisses héritées de la colonie et appartenant à l’Etat, tombent en ruines.

La constitution congolaise stipule que l’aliénation du domaine de l’Etat est un crime. Alors, pourquoi les indélicats qui bradent les propriétés de l’Etat peuvent-ils le faire en toute impunité ?