LIBREVILLE (AFP) - Le gouvernement gabonais a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête des services de sécurité après la publication dans la presse locale d’une série d’articles accusant le ministre de l’Intérieur d’avoir voulu vendre l’île disputée de Mbanié à la Guinée équatoriale.

« Face à ce qui apparaît comme une cabale médiatique visant à saboter l’action du président de la République et du gouvernement », le gouvernement a demandé aux services de sécurité de mener « toutes les enquêtes nécessaires afin de faire toute la lumière et établir toutes les responsabilités », indique un communiqué publié lundi dans le quotidien gouvernemental L’Union.

Dans ce texte, le gouvernement a également exprimé « son étonnement total et son indignation devant les informations mensongères contenues dans certains organes de presse ses derniers jours ». « Il ne saurait être question, pour (le président) et partant pour le gouvernement, d’envisager à aucun moment et sous quelque prétexte que ce soit de vendre une partie inaliénable du territoire national », a également insisté le gouvernement.

Le sort de Mbanié est à l’origine d’une violente polémique au Gabon, après la publication depuis deux semaines dans la presse, dont le quotidien l’Union, d’articles accusant le ministre de l’Intérieur André Mba Obame de "trahison" pour avoir proposé de vendre ce petit îlot aux Equato-guinéens.

Des discussions entre les deux pays devaient reprendre dimanche à Genève sous l’égide de l’ONU mais ont été reportées sine die, selon une source diplomatique gabonaise, pour des « raisons de calendrier ».