Kayes Poste, Chef lieu de la Sous-préfecture de
Madingo-Kayes (au nord de Pointe-Noire), a servi de
cadre, le jeudi 16 mars dernier à l’intronisation du
préfet du Kouilou, M. Fidèle Dimou, nommé par décret
présidentiel n°2006/44 du 7 février 2006. M.Dimou qui
a été préalablement consacré par les rituels des
ancêtres du Kouilou, a reçu les symboles de la
République des mains du Ministre congolais de
l’Administration de Territoire et de la
Décentralisation, M.François Ibovi qui l’a ensuite
investi dans ses nouvelles fonctions.

Dans son discours d’orientation, Le Ministre Ibovi, a
reprécisé les fonctions des dirigeants du Kouilou de
sorte que le Maire et le Préfet de Pointe-Noire
exercent des compétences différentes avec des
attributions bien définies qui sauraient prêter à
aucune confusion d’autant plus que l’un représente la
collectivité locale et l’autre l’Etat c’est-à-dire
l’intérêt national.

Poursuivant, il a expliqué que sous l’autorité du
Maire sont placés tous les services municipaux, tandis
que sous celle du Préfet, sont placés tous les
services préfectoraux et tous ceux extérieurs de
l’Etat et il assume la tutelle de la commune en
exerçant le contrôle à posteriori des actes de cette
collectivité locale.

M. Ibovi a laissé entendre qu’aucune collectivité
n’est assujettie à une autre. Mais du fait du
voisinage, ces derniers doivent tisser entre eux des
liens fonctionnels garantissant le bon fonctionnement
des différentes entités administratives.
Les compétences respectives de toutes les autorités
sont précisées dans les textes y afférents, a-t-il
indiqué, ajoutant que chaque autorité exercera ses
fonctions dans les limites de ses compétences
prescrites par la loi.

Dans le cas précis, a-t-il ajouté, le Préfet du
Kouilou et le Président du Conseil Départemental ont
des rapports tutélaires sachant que Le Préfet veille à
la légalité républicaine en assurant le contrôle des
actes du conseil tandis que le Président de cette
institution, préside l’assemblée locale et exécute les
délibérations qui y sont prises, conformément à la loi
et dans l’intérêt de toues les populations du Kouilou.

Le Chef du Département de l’Administration du
Territoire, qui a souhaité plein succès au premier
citoyen du Kouilou, a invité ces populations à
soutenir l’action de ce dernier.

Pour sa part, M. Fidèle Dimou, a exprimé sa gratitude
au gouvernement et au Chef de l’Etat congolais pour
lui avoir fait confiance, en l’élevant à ces nobles
fonctions de Chef de Département du Kouilou et il a
dit qu’il ne ménagera aucun effort pour entretenir la
flamme de cette confiance et s’impliquera pleinement
dans l’application des lois et règlements de la
République, dans un intérêt général en se plaçant au
dessus des considérations partisanes.

Pour mener à bien son action, Le Préfet a indiqué que
ses premiers outils auxquels il entend recourir sont
la bonne volonté, l’imagination, la détermination et
surtout les goûts des populations, qu’il va servir car
servir c’est son premier devoir. D’où il entend œuvrer
dans un esprit de neutralité et d’impartialité afin
d’assurer le service public à l’égard de tous.

M Dimou qui a appelé les populations du Kouilou à se
joindre à lui aux fins de travailler la main dans la
main pour le développement de leur département, a
demandé la sollicitude et le soutien de son ministre
de tutelle pour les moyens de sa politique.

Il sied de rappeler que M. Fidèle Dimou, né le 21
septembre 1955 à Mossaka, est marié et père de six (6)
enfants. Il a un diplôme en gestion des ressources
humaines, un DESS en administration publique, un
doctorat en droit public et est détaché depuis le 13
juin 2001 à l’Université Marien Ngouabi de
Brazzaville, à l’ENAM, en qualité d’Enseignant
permanent avec la grade d’assistant de droit public.
Officier du mérite congolais, il a occupé plusieurs
fonctions dans plusieurs ministères en qualité de :
- De 1985 à 1987 : Directeur de la gestion du personnel
civil de l’Etat à la direction de la fonction
publique.
- De 1987 à 1989 : Conseiller à la fonction publique au
Cabinet du Ministre du Travail et de la Sécurité
Sociale.
- De 1991 à 1992 : Conseiller à la fonction publique
au Cabinet du Ministre du Travail Mme Jeanne Dambenzet
- En 1992 Directeur de la législation et Conseiller au
Cabinet du Ministre André Georges Mouyabi.
- De 1992 à 1993 : Conseiller à la fonction publique
dans le Cabinet du Ministre Jean P. Koyo. Et
cumulativement avec les fonctions du directeur de la
législation.
- Pellerin du savoir, il se perfection à l’Ecole
National d’Administration de Paris (ENA) cde 2002-2003
où il obtient son brevet de l’ENA.
- De retour au pays, il a occupé de 2002 à 2006, les
fonctions de Chef du Cabinet du vice président de la
cour constitutionnelle et en même temps consultant au
Secrétariat Général du Gouvernement