La Rdc s’engage de trouver un mécanisme de substitution pour défendre le cas du port en eau profonde de Banana. Le port maritime de Matadi est d’une importance capitale pour l’économie de la Rdc

La République démocratique du Congo continue de manifester sa réticence sur le projet de construction du pont route-rail sur le fleuve Congo entre Kinshasa et Brazzaville, au-delà de la frontière de ces deux villes.

Au cours d’un récent entretien avec la presse, le directeur du cabinet du Chef de l’Etat, Léonard She Okitundu a affirmé que la Rdc n’accepterait pas ce projet conçu dans le cadre du Nouveau partenariat de développement pour l’Afrique (Nepad), tant que le projet de construction du port en eau profonde de Banana, dans la province du Bas-Congo, ne serait pas pris en compte.

« Le projet pont route-rail réduira a néant les ports de Matadi et de Boma dans le Bas-Congo. Et la Rdc risquerait de perdre ainsi son ouverture sur le monde extérieur aux dépens du port de Pointe-Noire au Congo Brazzaville », a prédit Léonard She Okitundu, avant de préciser que les trafics maritimes aux ports de Matadi et de Boma rapportent d’énormes ressources en devises au trésor public et rythment la vie économique de la Rdc en générale et du Bas-Congo en particulier.

Le Directeur du cabinet du Chef de l’Etat a également confirmé des sanctions que Subit la Rdc au sein de quelques organisations internationales, surtout l’Union africaine (Ua) à laquelle le gouvernement Congolais doit 11 millions de dollars américains d’arriérés de cotisation. « Pour cette raison, la Rdc n’a pas été admise aux négociations tant au niveau ministériel qu’au sommet sur des projets Nepad, notamment ceux de la construction du pont route-rail entre Kinshasa et Brazzaville et du barrage hydroélectrique d’Inga retenu parmi les 15 barrages africains », a-t-il indiqué.

Enfin, M. She Okitundu a déclaré que le gouvernement Congolais a décidé de trouver un mécanisme de substitution pour défendre le cas du port en eau profonde de Banana.

Ce gigantesque projet d’une valeur de plus de 100 millions de dollars américains devra permettre la construction d’un port ultra moderne à Banana, sur l’océan Atlantique où pourraient accoster des paquebots et autres grands navires de mer. La construction de ce port va aussi, à coup sur, remettre en valeur le chemin de fer Kinshasa-Matadi-Banana, grâce à la présence du pont route-rail de Matadi.

Luc-Roger Mbala Bemba | L’Observateur