Premier président de l’Afrique du Sud démocratique, Nelson Mandela "s’est éteint", a déclaré Jacob Zuma, avant de rendre un long hommage à l’ancien président sud-africain. "L’ex-président Nelson Mandela nous a quittés (...) il est maintenant en paix. La Nation a perdu son fils le plus illustre", a déclaré le chef de l’Etat . "Il s’est éteint en paix (...). Notre peuple perd un père", a-t-il ajouté avant d’annoncer que les drapeaux seraient mis en berne à partir de vendredi et jusqu’aux funérailles d’Etat dont il n’a pas annoncé la date.

"Exprimons la profonde gratitude pour une vie vécue au service des gens de ce pays et de la cause de l’humanité", a-t-il enchaîné. "C’est un moment de profond chagrin (...) Nous t’aimerons toujours Madiba".

Le compte Twitter officiel de Nelson Mandela, géré par sa fondation, a également relayé la triste nouvelle dans plusieurs langues.

Nelson Mandela, qui a fêté ses 95 ans le 18 juillet, avait été hospitalisé quatre fois depuis décembre, à chaque fois pour des récidives d’infections pulmonaires. Ces problèmes récurrents étaient probablement liées aux séquelles d’une tuberculose contractée pendant son séjour sur l’île-prison de Robben Island, au large du Cap, où il a passé dix-huit de ses vingt-sept années de détention dans les geôles du régime raciste de l’apartheid.

Plusieurs membres de la famille de Nelson Mandela ou proches s’étaient rendus ce jeudi à son domicile de Johannesburg, où l’ancien président sud-africain âgé de 95 ans était en soins intensifs et toujours dans un état critique.

Son ex-femme Winnie avait déjà révélé que le vieil homme, icône de la lutte anti-apartheid et père de la nation sud-africaine, n’était plus en état de parler.

Pluie d’hommages venue du monde entier

Une pluie d’hommages a immédiatement accueilli cette nouvelle. Le premier ministre britannique, David Cameron, a été parmi les premiers à lui adresser ses respects. "Une grande lumière s’est éteinte dans le monde. Nelson Mandela était un héros des temps modernes", écrit le chef du gouvernement.

HOMMAGE - Grâce à sa farouche dignité et à sa volonté inébranlable de sacrifier sa propre liberté pour la liberté des autres, il a transformé l’Afrique du Sud et nous a tous émus", a déclaré le président américain depuis la Maison Blanche.
"Nous devons nous inspirer de sa sagesse, de sa détermination et de son engagement pour nous efforcer de rendre le monde meilleur", a déclaré le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.