De source très sûre on a appris cette semaine à Pointe-Noire que la Direction générale du Chemin de fer Congo-Océan se propose de démarrer prochainement des travaux de reconstruction de la gare des marchandises (gare PV) de Brazzaville. Ce point de chargement et de déchargement des marchandises qui avait été très sérieusement endommagé pendant la guerre de 1997 ne répond plus aux exigences d’une gestion moderne.

Les travaux envisagés consistent donc en la réfection de la gare et des bureaux de la représentation de la Direction générale. Il est aussi prévu la construction d’un grand bâtiment qui abriterait certains services de l’état tels la douane, la police, les impôts et le commerce. Après réfection, le grand bâtiment actuel de la PV sera occupé en location par des transitaires. Le coût de l’ensemble de ce projet est d’environ 1 milliard de F cfa.

La trésorerie du CFCO n’est pas à mesure de prendre en charge cette dépense toute seule. Vraisemblablement les travaux seront financés par des opérateurs économiques, partenaires et clients du CFCO, contre un remboursement par compensation sur trafic.

Le CFCO a déjà utilisé ce procédé avec l’homme d’affaires Jean Paul Matsima qui a réhabilité plusieurs dizaines de wagons marchandises du CFCO.

Pour ce qui est de la réfection de la voie ferrée proprement dite, le CFCO est en négociation avec certains bailleurs pour l’obtention d’un financement. Ce qui lui permettrait d’engager des travaux de réhabilitation de la voie sur plusieurs kilomètres. Au cas où ces négociations n’aboutiraient pas, la Direction du CFCO projette quand une dépense d’environ 2 milliards de F cfa sur fonds propres pour la réhabilitation de la voie, du système de signalisation et aussi les télécommunications
Mais plus d’un mois d’arrêt de trafic enregistré entre temps compromet sérieusement ce projet. Rappelons que le CFCO fait un chiffre d’affaires mensuel de plus de 1 milliard de F cfa

Mwissi kitsotsolo