Des source de l’AFP, le Président Olusegun Obasanjo a confirmé jeudi le retrait des troupes nigérianes de la péninsule de Bakassi dans un délai de 60 jours. Cette confirmation intervient 3 jours après un accord signé avec le Cameroun sous l’égide des Nations Unies.

Lors d’une émission radio-télévisée, le président nigérian a affirmé : « Les troupes du Nigeria se retireront dans les 60 prochains jours après avoir combattu vaillamment pour protéger les vies et les biens des Nigérians de la péninsule... pendant les 13 dernières années ».

Néanmoins, « si pour quelques circonstances extraordinaires, le besoin d’un délai supplémentaire se faisait sentir pour le retrait des troupes nigérianes, le secrétaire général de l’Onu pourrait décider d’accorder 30 jours supplémentaires au total », a-t-il poursuivi.

Lundi dernier s’est tenu à Manhasset (près de New-Yok) un sommet en présence du secrétaire général de l’Onu, d’observateurs français et britanniques, des présidents Obansanjo et Biya. Au cours de ce sommet, les parties ont signé un accord sur la péninsule. Cet accord stipule que : « les deux îles d’Atabang et d’Abana, dans la partie occidentale de la péninsule de Bakassi, continueront d’être administrées par le Nigeria pendant deux ans après le retrait des troupes ». Ainsi, des policiers mobiles vont continuer à camper sur les deux îles durant la période d’administration. « Pendant cette période, la frontière territoriale entre la zone du lac Tchad (nord) et la péninsule de Bakassi (sud) sera aussi définie et démarquée. Le processus se poursuivra avec des ajustements mineurs pour faire bouger et réinstaller des villages de chaque côté conformément au choix des populations » a déclaré Obasanjo.

Le président Obasanjo a aussi souligné que cet accord contraignait le Cameroun « à ne pas forcer les ressortissants nigérians vivant dans la péninsule à quitter la zone ou à changer de nationalité, à respecter leur culture, leur langue et croyances, à respecter leurs droits à poursuivre leurs activités agricoles et la pêche et à protéger leurs propriétés et leurs droits fonciers coutumiers ». Les nigérians vivant dans la péninsule ne devront pas on plus être soumis à des impôts et taxes abusifs, ni à des devoirs discriminatoires. Pour veiller à l’application de ces accords, une commission internationale va être mise en place. Elle sera constituée de responsables nigérians, camerounais, des représentants de l’Onu et des Etats observateurs.

C’est depuis 1983 que le Nigeria et le Cameroun se disputent la péninsule de Bakassi. Cette zone marécageuse de 1 000 km2 est très riche en pétrole sur la côte atlantique. La querelle a occasionné des combats armés entre ces deux pays qui ont chacun des troupes de part et d’autre de la région.

Blanchard Alice