APA-Brazzaville (Congo) Le taux de séroprévalence du SIDA a baissé au Congo, passant de 4,1% en 2003 à 3,2% en 2009, a annoncé le ministre congolais de la santé et de la population, Georges Moyen, à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de lutte contre le SIDA.

« Le taux de prévalence nationale du VIH est aujourd’hui de 3,2% contre 4,1% en 2003. Cela ne veut pas dire que la prévalence a baissé si on prend en compte les intervalles de confiance », a souligné M. Moyen, au cours d’une conférence à Brazzaville.

« On peut au moins affirmer qu’on a une tendance nette à la stabilisation de l’épidémie dans le pays » ,a-t-il dit, ajoutant qu’il ya toujours des disparités d’un département à un autre.

« Mais les variations sont moins fortes par rapport à 200, d’après l’enquête qui a été menée par le Conseil de lutte contre le VIH/SIDA au courant de l’année 2009, avec l’appui financier des partenaires sociaux pour le développement dont l’ONUSIDA », a-t-il expliqué.

« Les prévalences les plus élevées sont observées dans les tranches d’âges de 40-44 ans (5,6%) et 45-49 ans ans(5,2%),qui révèlent une tendance à la féminisation de l’épidémie au Congo puisque la prévalence chez les femmes est de 4,1% contre 2,1% chez les hommes », a-t-il noté.

« Cette tendance est beaucoup plus nette dans la tranche d’âge de 30-34 ans où la prévalence chez les femmes est de 55% contre 1,8% chez les hommes », a fait savoir le ministre de la santé.

Il a demandé à ses compatriotes de ne pas se tromper de cibles dans la guerre contre le VIH/SIDA. « Car l’ennemi commun, c’est le VIH/SIDA et non les personnes vivant avec le VIH, qui sont que des victimes innocentes », a-t-il dit.

« Pour vaincre le VIH, nous avons besoin d’établir un partenariat stratégique avec les personnes vivant avec le VIH », a–t-il conclu.

La journée mondiale contre le Sida est célébrée ce mardi sous le thème « Droits de l’homme et accès universel ».