Miracle : Omar Bongo Ondimba n’est plus mort

par Lu pour vous | dimanche 7 juin 2009

Omar Bongo est toujours en vie selon son Premier ministr

e

par RFI 08/06/2009 à 13:57 TU

Le président du Gabon Omar Bongo Ondimba « est bien en vie » vient d’affirmer son Premier ministre Jean Eyeghe Ndong, démentant ainsi toutes les rumeurs qui ont couru cette nuit autour de la mort du président gabonais. Le Premier ministre a de plus indiqué avoir rendu visite au président Bongo plus tôt dans la matinée, accompagné de plusieurs ministres venus de Libreville.

Le Premier ministre gabonais a démenti catégoriquement la mort du président Bongo au cours d’une conférence de presse tenue à la clinique Quiron de Barcelone où le chef de l’Etat est soigné pour un cancer depuis le début du mois de mai.

Texte de l’intervention de Jean Eyeghe Ndong :

« Le dimanche 7 juin 2009 en soirée, des organes de presse audiovisuelle français ont momentanément arrêté leurs programmes pour annoncer le décès du président de la République gabonaise son Excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba.

Cette information de la presse française a surpris et étonné le peuple gabonais et les plus hautes autorités de la République. C’est pourquoi en ma qualité de Premier ministre chef du gouvernement, j’ai fait une déclaration pour non seulement rassurer le peuple gabonais, car l’information n’était pas fondée, mais aussi pour déplorer cette tendance de la presse française à vouloir semer le trouble dans l’esprit des Gabonais, pour des objectifs inavoués.

Je voudrais, s’agissant de la santé du président de la République gabonaise, rappeler qu’il a été admis à l’Hospital Quiron de Barcelone pour un bilan de santé approfondi et des soins appropriés.

Ce matin en compagnie du président de l’Assemblée nationale, du ministre des Affaires étrangères, du directeur de cabinet du président, du Haut représentant personnel ainsi que de quelques membres de la famille du chef de l’Etat j’ai rendu visite au président de la République après m’être entretenu avec l’équipe médicale qui suit le chef de l’Etat.

Nous avons tous du reste constaté à cette occasion qu’il est bien en vie.

J’ai instruit le ministre des Affaires étrangères, de transmettre par voie diplomatique aux autorités françaises compétentes, la protestation du gouvernement gabonais face aux dérives répétées de la presse française, notamment les organes publics. »

Jean Eyeghe Ndong


Omar bongo Ondimba est mort

Source : Le Point 07/06/09

Après 41 années passées à la tête du Gabon, Omar Bongo est mort dimanche, à 73 ans, des suites d’un cancer, a indiqué au Point une source proche de son entourage. Après avoir suspendu ses pouvoirs à Libreville le 6 mai, le plus ancien chef d’État africain a été admis dans une clinique de Barcelone.
Nicolas Sarkozy a été immédiatement informé de son décès.

Son épouse Édith Lucie Bongo était décédée le 14 mars des suites d’une longue maladie, à Rabat, au Maroc.


Omar Bongo : une vie au pouvoir

par RFI
Article publié le 21/05/2009 Dernière mise à jour le 07/06/2009 à 21:21 TU

JPEG - 18.9 ko
Image RFI

El Hadj Omar Bongo était l’un des derniers dinosaures de la Françafrique. Retour sur l’homme et sur sa très longue carrière politique.

Albert Bernard Bongo devient président de la République du Gabon le 28 novembre 1967.

Rien ne prédisposait Albert-Bernard Bongo, né en 1935 dans une famille de paysans de la province du Haut-Ogooué, à cette fulgurante et exceptionnelle carrière politique.
Après des études secondaires à Brazzaville, alors capitale de l’Afrique équatoriale française, un service militaire au Tchad, il travaille comme commis des postes avant d’être remarqué par Léon Mba. Le premier président du Gabon en fait son directeur de cabinet. L’ascension est rapide. En 1967, devenu vice-président, il est propulsé grâce à la France à la tête du Gabon, après le décès de Léon Mba.

Issu d’un sous clan Batéké, très minoritaire, le président Bongo va alors mener le pays sans tolérer d’opposition, mais en fin tacticien. Le Parti démocratique gabonais (PDG) sera le socle du monopartisme jusqu’en 1990.

Franc-maçon depuis 1965, converti à l’islam en 1973, il devient El-Hadj Omar Bongo. Dans ces années-là, l’or noir coule à flot lui permettant de transformer son petit pays en émirat pétrolier. Vingt ans plus tard, l’avènement du multipartisme et l’entrée de l’opposition dans le gouvernement ne changeront pas la manière de diriger de cet homme de clan, ami de nombreux dirigeants français. Ses successives réélections jusqu’à la dernière, en 2005, seront toutes marquées par des accusations de fraudes. Mais en distribuant avantages et privilèges, le plus vieil ami de Paris aura réussi à rallier dans son camp bon nombre de ses opposants.


Retour sur les principaux événements depuis l’accession au pouvoir d’Omar Bongo.

RFI

2 décembre 1967 Le vice-président Albert-Bernard Bongo accède au pouvoir après la mort, le 28 novembre, du président Léon Mba, conformément à la Constitution.

12 mars 1968 : Création du Parti démocratique gabonais (PDG) et instauration d’un régime de parti unique.

Septembre 1972 : Mini-crise entre le Gabon et la Guinée équatoriale au sujet de la souveraineté sur l’îlot de Mbanié, dans le golfe de Guinée.

30 septembre 1973 : M. Bongo se convertit à l’islam parce que « c’est une religion plus nuancée et plus humaine que le christianisme ». Il devient El Hadj Omar Bongo.

18 février 1982 Voyage officiel du pape Jean-Paul II au Gabon.
Omar Bongo Président du Gabon, répond au discours d’adieu du pape Jean-Paul II « Vous êtes souverain pontife, le témoin vivant de ce que veut l’Afrique. C’est pourquoi au Gabon la seule politique que nous connaissons est la politique du développement. »

Novembre 1982 : Procès d’une quarantaine d’opposants se réclamant du Morena (Mouvement de redressement national) poursuivis pour atteinte à la sûreté de l’Etat : 13 sont condamnés à 20 ans de prison. Ils seront amnistiés en 1986.

30 mai 1985 : Les autorités annoncent avoir déjoué un projet de complot contre le régime.

3 octobre 1989 : Annonce par les autorités gabonaises de la découverte d’un complot en préparation visant à « assassiner le chef de l’Etat ».

Janvier-avril 1990 : Graves troubles sociaux, qui tournent à l’émeute. Du 23 mars au 19 avril, la Conférence nationale regroupant les responsables politiques du gouvernement et de l’opposition, est chargée de « trouver les voies [...] vers une démocratisation multipartiste. »

19 avril 1990 : Omar Bongo déclare l’instauration du multipartisme, qui sera adopté le 22 mai, à l’issue de la Conférence nationale, par une réforme constitutionnelle

23 mai La mort suspecte de l’opposant politique, Joseph Redjembe, déclenche des émeutes à Libreville et Port Gentil. La ville de Port Gentil est hors de contrôle (incendies, pillages). Dix personnes dont 8 Français sont retenus en otage par les opposants d’Omar Bongo. La France intervient militairement pour « protéger ses ressortissants. [ministre français de la défense, ndlr ] », 500 personnes sont rapatriées. L’opposition appelle au départ du président Omar Bongo.
Omar Bongo Président du Gabon, à propos de l’état de siège à Port-Gentil « On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs. Au désordre, il faut des moyens et je suis en mesure de faire taire qui que ce soit. »

Omar Bongo Président du Gabon, à propos des émeutes à Port-Gentil « La situation est calme. A Port Gentil, il y a eu beaucoup plus de panique qu’à Libreville [...] Les gens qui demandent mon départ, eh bien ma foi, nous avons eu une conférence nationale au cours de laquelle il a été clairement établi que le président avait un mandat du peuple. »

Septembre-octobre 1990 : Premières élections multipartites. Le PDG obtient la majorité absolue au Parlement.

Décembre 1993 Le 5 décembre a lieu la première présidentielle pluraliste. Omar Bongo est réélu face au père Paul Mba Abessole (photo), du Rassemblement national des bûcherons (RNB). Le 9 décembre, la réélection d’Omar Bongo au premier tour avec 51,07% des voix est contestée. Le père Mba Abessole se proclame vainqueur des élections et nomme un Premier ministre. Des violences éclatent, un couvre-feu est instauré. Le 13 décembre, la Cour constitutionnelle valide l’élection d’Omar Bongo.

Février 1994 : Des troubles sociaux se multiplient à Libreville et Port Gentil après la dévaluation du franc CFA. Le 21 février une grève générale est lancée.
Omar Bongo Président du Gabon, à propos d’une éventuelle dévaluation du Franc CFA « Il faut que les pays membres de la zone franc soient en règle avec le FMI et la Banque mondiale. »

7 octobre 1994 : « Accords de Paris » entre majorité et opposition, qui mettent fin aux blocages politiques et économiques du pays, créés par la contestation des résultats de la présidentielle.

7 juin 1996 : Le Gabon quitte l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

18 avril 1997 : Révision de la Constitution qui instaure un poste de vice-président et l’extension du mandat du président de 5 à 7 ans.

27 janvier 2002 : Quatre opposants, dont Paul Mba Abessole, entrent au gouvernement.

9 juillet 2003 : Révision constitutionnelle instaurant le scrutin à un seul tour et autorisant le chef de l’Etat à briguer plus de deux mandats.

1er-2 février 2004 : Visite de Hu Jintao, la première d’un chef d’Etat chinois.

23 avril 2004 : Le Rassemblement pour le Gabon (RPG), qui a succédé en 2000 au RNB, rejoint le camp présidentiel.

23 juin 2004 Le ministre gabonais des Affaires étrangères, de la Coopération et de la Francophonie, M. Jean Ping, est élu à la préidence de la 59e session de l’assemblée générale de l’Onu.
Omar Bongo Président du Gabon « Je suis satisfait. J’étais confiant en venant ici que le candidat gabonais serait élu. »
Omar Bongo Président du Gabon, à la tribune des Nations unies « Est-il besoin de rappeler qu’’en 1977 ici même à cette tribune, j’avais attiré l’’attention de notre organisation sur la nécessité de faire une place à l’Afrique au Conseil de sécurité. Il est paradoxal que l’’Afrique continue à ne pas être représentée dans la catégorie des membres non permanents alors même que l’essentiel des décisions du Conseil de sécurité la touche directement. »

30 avril 2005 : Un ancien fidèle de M. Bongo, Zacharie Myboto, quitte le PDG et crée un parti d’opposition, l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD).

27 novembre 2005 : Omar Bongo est réélu à une majorité écrasante (79,18%). Ses deux principaux rivaux de l’opposition contestent la régularité du scrutin.

21 mars 2006 : Les forces de l’ordre investissent à Libreville le siège du principal parti d’opposition, l’Union du peuple gabonais (UPG). Le 26 mai 2006, un accord sur la refonte du cadre électoral sera signé entre le gouvernement et l’opposition.

23 octobre 2006 : Bongo affirme qu’il se représentera à la présidentielle de 2012.
Omar Bongo Président du Gabon, candidat à l’élection présidentielle de 2012 « Je serai candidat en 2012 si Dieu me donne la force. »
Omar Bongo Président du Gabon « Si je venais à mourir, à démissioner ou à me retrouver dans l’’incapacité de remplir mes fonctions, c’est le président du Sénat qui assurerait l’’intérim. »

17 et 24 décembre 2006 : Ecrasante victoire du camp du président Bongo aux législatives. 877 candidats pour les 120 sièges à pourvoir. Le scrutin se tient pour la première fois en un tour.

24 jan 2007 : Le Premier ministre Jean Eyéghé Ndong est reconduit dans ses fonctions.

27 juillet 2007 Visite du président français Nicolas Sarkozy : « Si je suis là, a-t-il dit, c’est parce que ce pays est un ami fidèle de la France, quelles que soient les majorités à Paris ». Et son président, « doyen des chefs d’Etats africains, a toujours joué un rôle clé pour résoudre les crises dans la sous-région ». Nicolas Sarkozy Président de la République française, à propos de la plainte visant le président gabonais Omar Bongo « Si, à chaque fois qu’il y avait des enquêtes judicaires, il fallait arrêter nos relations, on ne les aurait pas arrêtées simplement du côté africain. »

24 novembre 2007 La justice française classe sans suite l’enquête qui mettait en cause les présidents du Gabon et du Congo-Brazzaville. Omar Bongo et Denis Sassou Nguesso étaient accusés de recel de détournement de fonds publics avec l’achat de biens immobiliers à Paris. 06 mars 2008 : Le Gabon hausse le ton face à la France après la diffusion, par France 2, d’un reportage sur la fortune du président Bongo en France, et la reconduite aux frontières de deux étudiants gabonais. Libreville menace d’en faire autant avec tous les Français en situation irrégulière. Le 12 mars, l’Assemblée nationale et le Sénat gabonais se réunissent en Congrès exceptionnel pour dénoncer la campagne de dénigrement en cours en France contre le président Bongo.

2 avril 2008 : La grève qui paralysait depuis le 20 mars Shell-Gabon ainsi qu’un terminal pétrolier utilisé par d’autres compagnies a été levée après une médiation, entre syndicats et direction, conduite par le président Omar Bongo Ondimba lui-même.

11 juillet 2008 Transparency International, une ONG spécialisée dans la lutte contre la corruption, dépose une nouvelle plainte pour « recel de détournement de biens publics » contre cinq chefs d’Etat africains : le Gabonais Omar Bongo, le Congolais Denis Sassou Nguesso, l’Equato-Guinéen Teodoro Obiang Nguema, l’Angolais Eduardo Dos Santos et le Burkinabè Blaise Compaoré. L’ONG les accuse de posséder en France des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné.

26 février 2008 : « Les comptes d’Omar Bongo à Paris ont été bloqués le 13 février suite à une décision de la cour d’appel de Bordeaux ». C’est le quotidien régional français Sud-Ouest qui révèle l’information. Le président gabonais aurait été condamné pour avoir refusé de rembourser René Cardona, un industriel français qui était en procès avec Omar Bongo. Il aurait - selon ses dires - versé en 1996 plus de 450 000 euros pour être libéré de la prison de Libreville après un litige commercial avec le chef de l’Etat gabonais. René Cardona demandait, depuis, le remboursement de cette « rançon » et la justice française lui a, pour l’instant, donné raison.

8 mars 2009 : Le parti au pouvoir au Gabon appelle à réexaminer en profondeur les accords de coopération avec la France. A Libreville, on invoque une vaste campagne de déstabilisation orchestrée à Paris contre le Gabon et ses plus hautes autorités. Libreville parle d’un « acharnement judiciaire », en raison d’une série de plaintes successives contre le président Omar Bongo, concernant ses biens immobiliers en France et entraînant le blocage de ses comptes.

14 mars 2009 : Edith-Lucie Bongo Ondimba décède à l’âge de 45 ans des suites d’une longue maladie à Rabat au Maroc, où elle était hospitalisée depuis plusieurs semaines. Fille aînée du président congolais Denis Sassou Nguesso, elle avait épousé Omar Bongo en 1990. Médecin, très engagée sur le front du sida, elle était aussi très présente sur le plan politique auprès de son mari. Un deuil national est décrété jusqu’aux funérailles le 19 mars.

7 mai 2009 : Le président gabonais décide la « suspension momentanée de ses activités », pour se reposer et faire le deuil de son épouse, Edith Lucie, dont le décès l’a « profondément marqué », selon un communiqué lu par la télévision publique RTG1.

8 mai 2009 : Le parquet de Paris fait appel de l’ordonnance d’une juge favorable à l’ouverture d’une enquête visant trois chefs d’Etat africains, dont Omar Bongo, soupçonnés de posséder en France des biens immobiliers financés par de l’argent public détourné.

21 mai 2009 : Le président gabonais est hospitalisé en Espagne, dans une clinique privée de Barcelone. La présidence de la République, à Libreville, le confirme le jour même, tout en démentant les informations alarmistes sur son état de santé, que la presse en Espagne qualifie de sérieux.





Copyright © 2009 Congopage.com. Tous droits reserves | Designed by Richard Songo