BRAZZAVILLE - Le président congolais Denis Sassou Nguesso a procédé vendredi soir à un léger remaniement de son gouvernement, marqué par la création d’un poste honorifique de Premier ministre et le départ de quatre ministres dont celui des Finances, a annoncé le ministre Isidore Mvouba.

La principale surprise vient du remplacement du ministre des Finances Rigobert Roger Andely, qui a cédé sa place au vice-gouverneur de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), Pacifique Issoïbeka.

M. Andely était considéré comme le principal artisan de l’accord d’appui signé le 6 décembre dernier par le Congo avec le Fonds monétaire international, qui a permis au pays de renouer avec les créanciers internationaux.

En plus du détenteur du portefeuille des Finances, trois autres ministres quittent leurs fonctions à l’occasion de ce changement, qui ne modifie pas l’équilibre gouvernemental.

La nouvelle équipe compte 35 membres, comme la précédente, et n’accueille aucune personnalité de l’opposition.

Ministre des Transports et des Privatisations et coordinateur de l’action gouvernementale depuis 2002 (bien 2002), M. Mvouba a hérité, à la faveur de ce remaniement, du titre honorifique de Premier ministre, chargé de la Coordination de l’action du gouvernement et des Privatisations.

Le poste de Premier ministre n’existe pas dans la constitution congolaise.

Parmi les nouveaux venus figurent l’ancien PDG de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), Bruno Jean-Richard Itoua, nommé ministre des Mines, de l’Energie et de l’Hydraulique, et l’ex-directeur général de la police, le général Paul Mbot, qui devient ministre de la Sécurité et de la Police.

Les postes-clés comme les Affaires étrangères, les Hydrocarbures et la Défense restent, comme dans l’ancien cabinet, dirigés par des proches du président Sassou Nguesso ou des membres de son parti, le Parti congolais du travail (PCT).

Les ministres des Affaires étrangères Rodolphe Adada et des Hydrocarbures Jean-Baptiste Tati Loutard sont d’ailleurs élevés au rang de ministres d’Etat, tout comme ceux du Plan, de l’Aménagement du territoire et de l’Intégration économique Pierre Moussa et de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat Jean-Martin Mbemba, qui détenait jusque-là le portefeuille de la Justice.

En rendant public le décret présidentiel qui forme le nouveau gouvernement, M. Mvouba a indiqué devant la presse que ce cabinet serait plus "cohérent et plus efficace" et notamment chargé de "s’attaquer aux lancinants problèmes sociaux du peuple congolais".

Le précédent gouvernement avait été formé en août 2002.