Quarante assaillants ont été tués lundi à Kinshasa au cours de la prise d’otages à la télévision publique et des tirs survenus à l’aéroport international et à l’état-major général, situé au camp de Tshatshi, a annoncé le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC).

Dans la ville, la panique avait auparavant saisi les habitants. « Il n’y a pas de circulation, plus de véhicules (...). C’est la panique dans la ville, les gens se demandent ce qui se passe », a déclaré un jeune homme. « Il y a des policiers, des militaires et des gardes républicains [chargés de la protection du président Joseph Kabila] un peu partout près de la RTNC et du Palais du peuple », siège du Parlement congolais, juste à côté de la télévision publique, a-t-il ajouté.

Vers 9 heures, une journaliste a entendu plusieurs tirs d’arme lourde dans les environs du camp militaire de Tshatshi, situé à une dizaine de kilomètres du siège de la RTNC. Un chauffeur de taxi a évoqué « six à sept tirs » d’arme lourde. Selon lui et un autre habitant, ces tirs provenaient du camp militaire.

Des tirs ont également éclaté à l’aéroport international de Ndjili, situé à la sortie de la ville. « Des tirs ont éclaté ici, a affirmé le responsable des douanes à propos de la situation à l’aéroport. Ils ouvrent le feu partout. Nous nous cachons tous. »

Source : lemonde.fr