A l’issue d’un match durant lequel nos Diables Rouges ont eu bien du mal à convaincre le Congo engrange 3 précieux points qui lui permettent de poursuivre la course à la qualification.

Ce sont deux piètres équipes qui se sont opposées durant la première heure de jeu, avec le Soudan se contentant de défendre et le Congo accumulant les maladresses et manquant à plusieurs reprises des occasions toutes cuites. Un peu comme si nos joueurs avaient peur de gagner. Le match est ennuyeux et le public semble endormi, il ne soutient vraiment pas son équipe. Dans les cages Barel Mouko (Dijon, France), porteur du brassard de capitaine s’en sort plutôt bien dans ses rares interventions. Ivica Todorov s’agite, se prend la tête à deux mains, hurle ses conseils et semble peu suivi.

Au retour du repos les soudanais ont changé de tactique et se montrent un peu plus offensifs, les congolais aussi et c’est vers l’heure de jeu qu’ils sont enfin chauds et qu’ils commencent vraiment à jouer, c’est ainsi qu’à la 72ème minute, Willy Edzanga (Blida, Algérie) d’une tête imparable parvient enfin à placer la balle au fond de la cage. Ce but galvanise les joueurs et public qui se met enfin à soutenir son équipe. La fin du match sera entièrement au bénéfice du Congo qui cependant ne parviendra pas à améliorer la marque.

Ce score minimal suffit à maintenir les Diables Rouges sur la route des qualifications, il faudra impérativement s’améliorer pour poursuivre sur cette voie.

D’évidence, le team manque d’un leader et l’absence d’Oscar Ewolo pour cause de mariage a certainement été un handicap. Nos joueurs semble-t-il n’ont pas la foi, c’est certainement pour cela qu’ils ont autant de mal à entrer dans le meilleur d’eux même. Puisse cette victoire doper la volonté de la FECOFOOT et du ministère pour qu’ils offrent enfin à cette équipe, qui possède d’évidence des qualités, des facilités lui permettant de se libérer de ses problèmes récurrents (financiers et intendance), condition évidente pour élever l’indispensable moral de gagnant qu’elle a bien du mal à maintenir.

L’équipe victorieuse :
- Barel Mouko (capitaine) ;
- Kévin Andzouana « Mbila » ;
- Christel Kimbembé ;
- Destin Makita « Papou »,
- Bruce Abdoulaye ;
- Denis Tsoumou ;
- Delvin Ndinga ;
- Jean-Vivien Bantsimba (puis, Ladislas Douniama, 40e) ;
- Gervais Batota « Tsoulé » ;
- Armel Mamouna « Mézy » (puis W. Endzanga, 46e),
- Lys Mouithys (puis Jean-Claude Mpassi-Ndzoumba, 84e).


A 24h du duel contre le Soudan, les Diables-Rouges arrachent aux forceps ce qui leur est dû.

Chaudes discussion hier soir à Brazzaville, le ministère finit par régler aux joueurs le solde de leurs primes de match du Mali qui avaient pourtant été envoyées à la délégation des officiels à Bamako.
En ce qui concerne les bagages, sur 4250€ de devis pour acheminer les quelques 700kg de colis restés à Paris, seuls 2150 ont été réglés, ce qui ne permet pas à la compagnie d’acheminer le fret.

Les joueurs pourtant ont accepté ce jour de chausser les crampons pour la séance d’entrainement prévue. Ivica Todorov vient de nous dire au téléphone, juste avant le départ pour la séance, que le ministre à promis de passer vers 18h pour faire un autre règlement aux joueurs.

La Fédération continue à ne s’occuper de rien. Mouyokolo, sérieusement blessé au Mali, n’a reçu aucune visite ni aucun coup de fil d’un quelconque représentant de la FECOFOOT.

Monsieur le ministre, comment pouvez-vous accepter qu’un président d’une fédération sportive puisse être plus puissant que son ministre de tutelle ? Etes-vous tenu par des gens plus haut placés que vous pour tolérer de tels agissements sans prononcer aucune sanction ? S’il en est ainsi vous ne pouvez pas remplir votre mission, il faut donc démissionner en clamant haut et fort les raisons qui vous poussent à agir de la sorte.


A 48h du duel contre le Soudan, les Diables-Rouges dans la tourmente

Les Diables-Rouges sont en colère, depuis leur arrivée à Brazzaville aucun des engagements pris à leur encontre n’a été tenu.
- Les primes de stage ne leur ont pas été versées,
- Aucun officiel ne leur a rendu visite,
- Leurs bagages laissés à Paris avant leur départ pour le Maroc et le Mali ne sont pas partis en fret comme il était prévu en raison du fait que le prix n’en a pas été réglé.
Comme d’habitude on butte sur le radinisme des autorités congolaises. En matière de protestation, les joueurs ont refusé de se rendre aujourd’hui à l’entrainement. Ils menacent désormais de ne pas jouer dimanche. Ces faits nous ont été confirmés au téléphone par un joueur et par Ivica Todorov qui cependant pense qu’au moins le problème des primes devrait trouver une solution dans l’heure qui vient.

Il a clairement affirmé qu’il était là pour souder l’équipe et pas pour la diviser et que même s’il a lui aussi un contentieux avec son employeur, il fera tout pour ressouder les éléments et gagner le match de dimanche. Il compte employer l’heure du repas qui vient pour rasséréner ses troupes.

Il est clair que si les joueurs de l’équipe ne foulent pas la pelouse du stade Alphonse Massamba Débat dimanche, la fédération se trouvera devant un dilemme faudra-t-il :
- Perdre sous forfait ou
- Aligner des joueurs évoluant au Congo et qui n’ont aucune habitude des matchs internationaux ?
Dans le premier cas, les amendes auxquelles sera condamnée la FECOFOOT, n’auront aucune commune mesure avec le peu d’argent réclamé par les joueurs, et sachant le peu de cas que cette organisation fait des injonctions de la FIFA, on est en mesure de penser que la fédération congolaise a de bonnes chances de se faire exclure de l’instance internationale.
Dans ce second cas, si le Congo l’emportait sur le Soudan, s’en serait fini de l’équipe de la « Diaspora » qui n’aurait plus de raison d’être. Mais ça, c’est de la science fiction.